Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.










Temps d’attente pour la consultation de spécialistes au Canada, 2007

par Gisèle Carrière et Claudia Sanmartin

Résumé
Résultats
Mots-clés
Auteurs
Ce que l’on sait déjà sur le sujet
Ce qu’apporte l’étude

Résumé

Contexte

Le temps d’attente pour la consultation d’un spécialiste peut représenter une composante importante du temps d’attente global dans le continuum de soins. Toutefois, on sait relativement peu de choses concernant les facteurs liés à la durée de l’attente par les patients d’une consultation initiale d’un spécialiste.

Données et méthodes

L’analyse est fondée sur un sous‑échantillon de 5 515 participants de 15 ans et plus à l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes de 2007, qui ont consulté un spécialiste au sujet d’un nouveau problème de santé au cours des 12 mois précédents et qui ont déclaré un temps d’attente. Des modèles de régression logistique multivariée ont servi à déterminer les facteurs associés au temps d’attente se rapportant aux patients et aux fournisseurs de soins.

Résultats

Les patients de sexe féminin étaient moins susceptibles que les patients de sexe masculin de voir un spécialiste dans un délai d’un mois ou moins. La nature du nouveau problème de santé et la source de l’aiguillage comportaient un lien significatif avec le temps d’attente. Comparativement à ceux aiguillés par un médecin de famille, les patients aiguillés par un autre spécialiste ou par un fournisseur de soins de santé autre qu’un médecin, ou qui n’avaient pas eu besoin d’aiguillage, étaient plus susceptibles d’avoir attendu moins longtemps. Dans le cas des hommes, mais pas des femmes, le revenu du ménage et le statut d’immigrant étaient associés au temps d’attente.

Interprétation

La présente analyse laisse supposer que des facteurs allant au‑delà des besoins médicaux sont associés au temps d’attente des patients pour consulter un spécialiste. De plus amples recherches pourraient être utiles pour explorer les processus de prise de décision et de communication entre les médecins offrant les soins primaires et les spécialistes, afin de mieux comprendre comment l’urgence est évaluée, comment les patients sont triés en vue de la consultation d’un spécialiste et comment ce profil diffère selon les divers groupes de patients.

Mots‑clés

Accès aux soins, spécialistes, immigrant, socioéconomique.

Résultats

L'accessibilité est un aspect fondamental de la qualité des soins de santé. Au Canada, on a déterminé que le temps d’attente représentait une mesure clé de l’accès et le principal obstacle pour les personnes ayant de la diffi culté à obtenir des soins. En 2005, environ 20 % des Canadiens ont déclaré des effets indésirables par suite de l’attente de soins de santé, y compris l’inquiétude, le stress et la douleur. [Texte intégral]

Auteurs

Gisèle Carrière (1‑604‑666‑5907; Gisele.Carriere@ statcan.gc.ca) travaille à la Division de l’analyse de la santé de Statistique Canada, à Vancouver (Colombie‑Britannique). Claudia Sanmartin (1‑613‑951‑6059; Claudia.Sanmartin@statcan.gc.ca) travaille à la Division de l’analyse de la santé de Statistique Canada, à Ottawa (Ontario) K1A 0T6.

Ce que l’on sait déjà sur le sujet

  • Le temps d’attente pour une consultation initiale d’un spécialiste peut constituer un élément important du continuum de soins.
  • On sait peu de choses concernant les facteurs associés au temps d’attente pour la consultation d’un spécialiste.

Ce qu'apporte l'étude

  • La présente étude détermine les facteurs associés à un temps d’attente plus court par rapport à un temps d’attente plus long pour la consultation d’un spécialiste.
  • Comme il fallait s’y attendre, la nature du problème de santé à l’origine de la consultation comportait un lien significatif avec la durée de l’attente.
  • Les femmes avaient tendance à attendre plus longtemps que les hommes.
  • Pour les deux sexes, le temps d’attente variait de façon significative selon la source de l’aiguillage.
  • Dans le cas des hommes seulement, le revenu du ménage et le statut d’immigrant constituaient des facteurs importants du temps d’attente.