Enquête nationale auprès des apprentis : Vue d?ensemble du Canada 2015
Section 8 Attitude à l?égard des métiers

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Partout au Canada, on tente d’encourager plus de gens à devenir des ouvriers de métiers qualifiés. Pour ce faire, il est important de mieux comprendre les perceptions à l’égard des programmes d’apprentissage plus particulièrement, et à l’égard des métiers en général. Dans le cadre de l’ENA de 2015, on a demandé aux apprentis d’indiquer la mesure dans laquelle ils étaient d’accord avec les quatre énoncés suivants sur les programmes d’apprentissage :

  1. Être apprenti/Un programme d’apprentissage est la meilleure manière d’apprendre un métier.
  2. En moyenne, la pratique d’un métier est plus payante que les autres emplois.
  3. Les métiers sont un deuxième choix de carrière.
  4. De plus en plus de Canadiens considèrent les métiers comme étant une bonne option de carrière.

La présente section met en évidence les réponses des apprentis à ces énoncés et fournit les données concernant les apprentis de tous les métiers, en comparaison avec ceux des 10 principaux métiers du Sceau rouge, par groupe d’âge, et selon le plus haut niveau de scolarité atteint par les apprentis et leurs parents.

Principales conclusions

Meilleure manière d’apprendre un métier

De façon générale, les apprentis ont une vision positive de l’apprentissage. Environ 9 apprentis sur 10 étaient soit d’accord (48,8 %), soit tout à fait d’accord (42,4 %) avec l’énoncé « Être apprenti/Un programme d’apprentissage est la meilleure manière d’apprendre un métier » (tableau A.8.1, annexe A). Le graphique 8.1 ci-dessous montre que les finissants (47,2 %) étaient plus susceptibles que les décrocheurs (35,9 %) d’avoir été tout à fait d’accord avec cet énoncé.

Graphique 8.1

Tableau de données du graphique 8.1
Tableau de données du graphique 8.1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 8.1 Finissants et Décrocheurs, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Finissants Décrocheurs
pourcentage
Tout à fait d’accord 47,2 35,9
D’accord 46,9 51,3

Plus payant que les autres emplois

Plus des trois quarts des apprentis étaient également d’accord ou tout à fait d’accord avec l’énoncé « la pratique d’un métier est plus payante que les autres emplois ». Des proportions semblables de finissants (18,4 %) et de décrocheurs (18,7 %) étaient tout à fait d’accord avec cet énoncé (tableau A.8.1, annexe A).

Deuxième choix de carrière

En ce qui concerne la question de savoir si les apprentis perçoivent les métiers comme un deuxième choix de carrière, moins de la moitié ont exprimé leur accord avec cet énoncé (35,2 % étaient d’accord; 5,3 % étaient tout à fait d’accord) (tableau A.8.1, annexe A). Plus du tiers des finissants avaient exprimé leur accord avec l’énoncé (33,5 % étaient d’accord et 4,9 % étaient tout à fait d’accord), alors que plus de deux décrocheurs sur cinq étaient du même avis (37,6 % étaient d’accord et 5,9 % étaient tout à fait d’accord).

Bonne option de carrière

On a également demandé aux répondants s’ils pensaient que « De plus en plus de Canadiens considèrent les métiers comme étant une bonne option de carrière ». Plus de 9 apprentis sur 10 dans la population de l’ENA ont exprimé leur accord (58,7 % étaient d’accord et 34,4 % étaient tout à fait d’accord) avec cet énoncé (tableau A.8.1, annexe A). Des proportions semblables ont été observées chez les finissants (93,3 % étaient d’accord ou tout à fait d’accord) et les décrocheurs (92,9 % étaient d’accord ou tout à fait d’accord).

Attitudes chez les apprentis dans les métiers du Sceau rouge

Chez les apprentis de métiers du Sceau rouge, il existe également des différences dans les attitudes à l’égard de la pratique d’un métier. Le tableau A.8.2 (annexe A) présente les résultats détaillés pour chaque question liée à l’attitude, sur l’ensemble des 10 principaux métiers du Sceau rouge dans la population de l’ENA de 2015.

De façon générale, de fortes proportions d’apprentis dans les 10 principaux métiers du Sceau rouge avaient exprimé leur accord avec l’énoncé « Être apprenti/Un programme d’apprentissage est la meilleure manière d’apprendre un métier ». Plus de la moitié des apprentis mécaniciens industriels (52,3 %), électriciens (construction) (51,8 %) et plombiers (51,5 %) étaient tout à fait d’accord avec cet énoncé, et plus du tiers des apprentis dans chacun des autres métiers du Sceau rouge étaient tout à fait d’accord (tableau A.8.2, annexe A).

Il existe certaines différences importantes dans les attitudes des apprentis de métiers du Sceau rouge à l’égard de l’énoncé « la pratique d’un métier est plus payante que les autres emplois ». Ces résultats sont présentés dans le tableau A.8.2 (annexe A) et dans le graphique 8.2 ci-dessous. Plus de 8 apprentis sur 10 dans les métiers de monteur d’appareils de chauffage, de mécanicien industriel, de soudeur, d’électricien industriel, de plombier et d’électriciens (construction) étaient soit d’accord, soit tout à fait d’accord avec cet énoncé. Cependant, de plus faibles proportions d’apprentis mécaniciens de véhicules automobiles (68,7 %), coiffeurs (67,5 %) et cuisiniers (61,1 %) ont exprimé être de cet avis, alors que seulement 10 % à 13 % de ces apprentis étaient tout à fait d’accord avec cet énoncé.

Graphique 8.2

Tableau de données du graphique 8.2
Tableau de données du graphique 8.2
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 8.2 Tout à fait d’accord et D’accord, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Tout à fait d’accord D’accord
pourcentage
Cuisinier 10,1 51,0
Coiffeur 11,8 55,7
Mécanicien de véhicules automobiles 13,1 55,6
Charpentier 13,1 62,0
Électricien (construction) 21,2 62,8
Plombier 19,5 64,9
Électricien industriel 20,2 65,0
Soudeur 28,1 59,5
Mécanicien industriel (de chantier) 25,7 63,0
Monteur d’appareils de chauffage 31,2 59,0

On a aussi observé quelques variantes parmi les 10 principaux métiers du Sceau rouge en ce qui concerne la mesure dans laquelle les apprentis ont  exprimé leur accord avec l’énoncé « les métiers sont un deuxième choix de carrière ». Environ 4 apprentis cuisiniers, plombiers, mécaniciens de véhicules automobiles, coiffeurs et charpentiers sur 10 étaient soit d’accord, soit tout à fait d’accord pour dire que les métiers sont un deuxième choix de carrière (tableau A.8.2, annexe A). Le métier du Sceau rouge présentant la plus faible proportion d’apprentis qui avaient exprimé leur accord avec cet énoncé est le métier d’électricien industriel (27,3 % étaient d’accord; 3,9 % étaient tout à fait d’accord).

La grande majorité des apprentis dans l’ensemble des 10 principaux métiers du Sceau rouge estimaient que de plus en plus de Canadiens considèrent les métiers comme étant une bonne option de carrière. Environ 9 apprentis sur 10 dans ces métiers ont exprimé un leur accord avec cet énoncé. Sur l’ensemble de ces métiers, la plus forte proportion d’apprentis qui ont exprimé leur accord avec cet énoncé sont ceux du métier de coiffeur (37,3 % étaient tout à fait d’accord avec l’énoncé et 58,9 % étaient d’accord).

Attitudes à l’égard des métiers par groupe d’âge, sexe, plus haut niveau de scolarité atteint et scolarité des parents

Les différences dans le niveau de scolarité et les caractéristiques des apprentis peuvent également entraîner des variantes dans leurs attitudes à l’égard de la pratique d’un métier. La présente section porte principalement sur quatre facteurs précis : le groupe d’âge, le sexe, le plus haut niveau de scolarité atteint par les apprentis au moment de l’enquête et le plus haut niveau de scolarité atteint par les parents des apprentis. La scolarité des parents est présentée séparément pour les mères et les pères.

La plupart des apprentis dans les quatre groupes d’âge (moins de 25 ans, 25 à 34 ans, 35 à 49 ans, et 50 ans et plus) étaient d’accord ou tout à fait d’accord avec l’énoncé « Être apprenti/Un programme d’apprentissage est la meilleure manière d’apprendre un métier » (tableau A.8.3, annexe A). Des proportions semblables d’hommes et de femmes avaient également exprimé leur accord avec cet énoncé; toutefois, les hommes étaient plus susceptibles que les femmes d’être tout à fait d’accord (tableau A.8.4, annexe A). En outre, la plupart des apprentis de l’ENA dans tous les niveaux de scolarité ont exprimé leur accord avec cet énoncé (tableau A.8.5, annexe A). Sur l’ensemble des niveaux de scolarité, la plus forte proportion d’apprentis qui étaient tout à fait d’accord avec l’énoncé « Être apprenti/Un programme d’apprentissage est la meilleure manière d’apprendre un métier » étaient les apprentis qui ont un certificat ou un diplôme d’une école de métiers (46,1 %), suivis des apprentis qui ont un diplôme d’études collégiales ou d’un autre établissement non universitaire (43,6 %), et des apprentis qui ont un baccalauréat ou un diplôme d’études supérieures (41,6 %). En outre, on a observé peu de différences dans les attitudes des apprentis selon le niveau de scolarité des parents (tableau A.8.6, annexe A). Plus de quatre apprentis sur cinq peu importe le niveau de scolarité des parents étaient d’accord ou tout à fait d’accord avec l’énoncé « Être apprenti/Un programme d’apprentissage est la meilleure manière d’apprendre un métier ».

Les réponses des apprentis à l’égard de l’énoncé « la pratique d’un métier est plus payante que les autres emplois » variaient légèrement entre les groupes d’âge. Environ trois quarts des apprentis dans chaque groupe d’âge étaient soit d’accord, soit tout à fait d’accord avec cet énoncé (tableau A.8.3, annexe A). Cependant, les attitudes à l’égard du salaire gagné dans la pratique d’un métier sont quelque peu différentes selon le sexe, les hommes étant légèrement plus susceptibles que les femmes d’exprimer leur accord pour dire que « la pratique d’un métier est plus payante que les autres emplois » (tableau A.8.4, annexe A). On a aussi observé des variantes selon les niveaux de scolarité (tableau A.8.5, annexe A). La plus forte proportion de répondants qui ont exprimé leur accord avec cet énoncé étaient ceux qui détenaient un certificat ou un diplôme d’une école de métiers (62,2 % étaient d’accord; 18,8 % étaient tout à fait d’accord), alors que la plus faible proportion a été observée parmi ceux qui avaient un baccalauréat ou un niveau de scolarité supérieur (56,6 % étaient d’accord; 17,4 % étaient tout à fait d’accord).

Les résultats fondés sur le niveau de scolarité des parents ont révélé que les apprentis dont le père est titulaire d’un certificat ou d’un diplôme d’une école de métiers représentaient la plus forte proportion ayant exprimé leur accord avec l’énoncé « la pratique d’un métier est plus payante que les autres emplois » (83,3 % étaient d’accord ou tout à fait d’accord; voir le tableau A.8.6, annexe A). Les plus faibles proportions ont été observées chez les apprentis dont le père avait soit un certificat ou un diplôme universitaire de niveau inférieur au baccalauréat (71,5 % étaient d’accord ou tout à fait d’accord), soit un baccalauréat ou diplôme d’études supérieures (74,1 % étaient d’accord ou tout à fait d’accord). On a observé peu de variantes dans les réponses à cet énoncé selon le niveau de scolarité de la mère.

Certaines différences dans l’attitude à l’égard de l’énoncé selon lequel les métiers sont un deuxième choix de carrière ont également été observées entre les groupes d’âge. Les résultats dans le tableau A.8.3 (annexe A) et le graphique 8.3 ci-dessous montrent que de plus fortes proportions d’apprentis dans les groupes plus âgés (35 à 49 ans et 50 ans et plus) ont exprimé leur accord avec cet énoncé. Parmi les personnes de 50 ans et plus, un peu plus de la moitié ont exprimé leur accord (46,4 % étaient d’accord et 6,2 % étaient tout à fait d’accord). Cependant, moins de 40 % des apprentis de moins de 25 ans et des apprentis de 25 à 34 ans étaient soit d’accord, soit tout à fait d’accord avec cet énoncé. Les femmes étaient également un peu plus susceptibles que les hommes d’exprimer leur accord pour dire que les métiers sont un deuxième choix de carrière (tableau A.8.4, annexe A).

Graphique 8.3

Tableau de données du graphique 8.3
Tableau de données du graphique 8.3
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 8.3 Moins de 25 ans, 25 à 34 ans, 35 à 49 ans et 50 ans et plus, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Moins de 25 ans 25 à 34 ans 35 à 49 ans 50 ans et plus
pourcentage
Tout à fait d’accord 3,7 5,1 6,3 6,2
D’accord 34,3 31,5 39,7 46,4
En désaccord 48,5 49,2 44,1 37,5
Totalement en désaccord 13,5 14,3 9,9 9,9

Les attitudes des apprentis à l’égard de l’énoncé selon lequel les métiers sont un deuxième choix de carrière variaient aussi quelque peu selon le niveau de scolarité (tableau A.8.5, annexe A). Les apprentis qui ont un certificat ou un diplôme d’une école de métiers présentaient la plus faible proportion d’apprentis qui étaient d’accord (32,6 %) ou tout à fait d’accord (4,8 %) avec cet énoncé, alors qu’une proportion légèrement plus élevée chez les apprentis qui ont un diplôme d’études collégiales ou d’un autre établissement non universitaire ont exprimé cette opinion (35,7 % étaient d’accord; 6,1 % étaient tout à fait d’accord). Plus de la moitié des apprentis qui ont un baccalauréat ou un diplôme d’études supérieures (52,8 %) ont exprimé leur accord avec l’énoncé.

On a aussi observé des variantes selon les niveaux de scolarité des parents (tableau A.8.6, annexe A). Un peu plus du tiers des apprentis dont le père détenait un certificat ou un diplôme d’une école de métiers ont exprimé leur accord avec cet énoncé (35,1 %), alors que cette proportion s’élevait à 46,0 % chez ceux dont le père n’avait pas de diplôme d’études secondaires. On a également observé des différences selon le niveau de scolarité de la mère. La plus faible proportion d’apprentis qui étaient d’accord ou tout à fait d’accord pour dire que les métiers sont un deuxième choix de carrière avaient une mère qui avait fait des études collégiales (35,8 %), comparativement à ceux dont la mère avait un niveau inférieur à un  diplôme d’études secondaires (49,4 %).

Enfin, plus de 90 % des apprentis de tous les groupes d’âge ont dit être soit d’accord, soit tout à fait d’accord avec l’énoncé selon lequel « de plus en plus de Canadiens considèrent les métiers comme étant une bonne option de carrière » (tableau A.8.3, annexe A). Il en est également ainsi tant pour les hommes que pour les femmes (tableau A.8.4, annexe A) et pour la plupart des niveaux de scolarité (tableau A.8.5, annexe A). Les plus fortes proportions d’apprentis ayant exprimé leur accord avec cet énoncé ont été observées chez les apprentis qui n’ont pas de diplôme d’études secondaires (94,8 % étaient d’accord ou tout à fait d’accord) et chez ceux qui ont un certificat ou un diplôme d’une école de métiers (94,0 % étaient d’accord ou tout à fait d’accord). En outre, la plupart des apprentis peu importe le niveau de scolarité des parents étaient d’accord pour dire que les Canadiens considèrent les métiers comme une bonne option de carrière (tableau A.8.6, annexe A).

? ?
Date de modification :