En un clin d'oeil

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

... Parmi les personnes de sexe féminin de 12 ans et plus, les taux d'infractions contre les biens atteignaient un sommet à l'âge de 15 ans à 1 714 pour 100 000 habitants (graphique 1). En ce qui a trait aux infractions contre la personne commises par la population féminine, les adolescentes de 15 ans affichaient les plus forts taux à 854 pour 100 000.

Graphique 1
Parmi les personnes de sexe féminin, les adolescents de 15 ans affichent les taux les plus élevés d'infractions contre les biens et d'infractions contre la personne, certains services de police, 2005

graphique 1 : Parmi les personnes de sexe féminin, les adolescents de 15 ans affichent les taux les plus élevés d'infractions contre les biens et d'infractions contre la personne, certains services de police, 2005


Notes : Exclut les affaires pour lesquelles l'âge ou le sexe de l'auteur présumé était inconnu. Les données ne sont pas représentatives à l'échelle nationale; elles proviennent de 122 services de police qui desservaient environ 71 % de la population du Canada en 2005. Taux pour 100 000 habitants dans les régions géographiques desservies par les répondants du Programme DUC 2, fondés sur les chiffres de population fournis par la Division de la démographie de Statistique Canada. Populations au 1er juillet : estimations postcensitaires provisoires pour 2005.
Source : Statistique Canada, Centre canadien de la statistique juridique, Programme de déclaration uniforme de la criminalité fondé sur l'affaire (DUC 2).

La tendance générale observée parmi les personnes de sexe masculin était semblable, mais les taux étaient beaucoup plus hauts. Parmi la population masculine en 2005, les crimes contre les biens culminent à l'âge de 16 ans à 4 517 pour 100 000 habitants (graphique 2). En ce qui a trait aux infractions contre la personne commises par la population masculine, les adolescents de 17 ans affichaient les plus forts taux à 2 476 pour 100 000 habitants.

Graphique 2
Parmi les personnes de sexe masculin, les adolescents de 16 ans affichent les taux les plus élevés d'infractions contre les biens et les adolescents de 17 ans affichent les taux les plus élevés d'infractions contre la personne, certains services de police, 2005

graphique 2 : Parmi les personnes de sexe masculin, les adolescents de 16 ans affichent les taux les plus élevés d'infractions contre les biens et les adolescents de 17 ans affichent les taux les plus élevés d'infractions contre la personne, certains services de police, 2005


Notes : Exclut les affaires pour lesquelles l'âge ou le sexe de l'auteur présumé était inconnu. Les données ne sont pas représentatives à l'échelle nationale; elles proviennent de 122 services de police qui desservaient environ 71 % de la population du Canada en 2005. Taux pour 100 000 habitants dans les régions géographiques desservies par les répondants du Programme DUC 2, fondés sur les chiffres de population fournis par la Division de la démographie de Statistique Canada. Populations au 1er juillet : estimations postcensitaires provisoires pour 2005.
Source : Statistique Canada, Centre canadien de la statistique juridique, Programme de déclaration uniforme de la criminalité fondé sur l'affaire (DUC 2).