Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Rendement scolaire à l’âge de 15 ans et niveau scolaire à l’âge de 19 ans, selon le groupe linguistique, dans certaines provinces

graphique : Rendement scolaire à l’âge de 15 ans et niveau scolaire à l’âge de 19 ans, selon le groupe linguistique, dans certaines provinces.
Notes :
1 S'applique aux élèves des systèmes d’éducation anglophones.
2 S'applique aux élèves des systèmes d’éducation francophones.
Source : Statistique Canada. Programme international pour le suivi des acquis des élèves / Enquête auprès des jeunes en transition de 2000 et Enquête auprès des jeunes en transition de 2004.

Les élèves des systèmes d’éducation francophones de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick et de l’Ontario accusaient un retard substantiel sur les élèves des systèmes anglophones sur le plan des capacités de lecture. De fait, les décrocheurs du secondaire des systèmes francophones de ces provinces ont obtenu des notes se situant au dessous du niveau 2 de l’échelle des capacités de lecture. Un rendement de niveau 3 est considéré comme un niveau de rendement minimal acceptable, tandis que les personnes qui se trouvent au niveau 2 ou à un niveau inférieur n’ont habituellement pas encore maîtrisé les capacités de lecture minimales nécessaires pour exécuter des tâches généralement considérées comme essentielles pour participer pleinement à la vie socio économique. On n’a pu observer une telle différence parmi les décrocheurs du secondaire du Québec et du Manitoba.

On a également observé, dans les cas de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick, de l’Ontario et du Manitoba, des écarts similaires dans le rendement scolaire entre les élèves des écoles anglophones et francophones parmi les diplômés du secondaire et les élèves ayant poursuivi leurs études au niveau postsecondaire. La seule exception a été le Québec, où l’on a relevé peu de différence dans le rendement entre les élèves des écoles anglophones et francophones et où le rendement de ces élèves a constamment été supérieur à celui des élèves des quatre autres provinces.