Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Le revenu au Canada

2006

75-202-X


Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Faits saillants

  1. Le revenu médian après impôt a augmenté pour la plupart des familles canadiennes en 2006 selon de nouvelles données de l’Enquête sur la dynamique du travail et du revenu (EDTR). Ce résultat s’explique en partie par une solide croissance économique qui a favorisé une augmentation de l’emploi et du revenu du marché.
  2. En 2006, le revenu médian après impôt des familles canadiennes a augmenté de 2,1 %, pour s’établir à 58 300 $, après correction pour tenir compte de l’inflation. Le revenu médian après impôt des personnes seules a augmenté de 4,6 % pour s’établir à 22 800 $ en 2006.
  3. Pour la troisième année consécutive, les familles de l’Alberta ont eu le revenu médian après impôt le plus élevé (70 500 $), suivies par celles de l’Ontario (62 400 $), et celles de la Colombie-Britannique (à 60 300 $).
  4. Le revenu du marché a augmenté de 1,8 % en 2006 (de 65 600 $ à 66 800 $) pour les familles dont le soutien économique principal était âgé de moins de 65 ans, tandis que le revenu du marché médian des familles de personnes âgées est demeuré à peu près inchangé à 23 300 $. Les personnes âgées vivant seules ont vu leur revenu du marché médian augmenter de 1 000 $ en 2006 (6 900 $), tandis que les autres personnes vivant seules n’ont pas enregistré de variation significative de leur revenu du marché médian.
  5. Les familles et les personnes vivant seules ont profité d’une augmentation des paiements de transfert, mais l’impôt qu’elles ont payé est demeuré à peu près inchangé par rapport à 2005. Les familles ont reçu 4 500 $ en paiements de transfert en 2006 (hausse de 500 $ de la médiane par rapport à 2005) et leur impôt médian s’établissait à 9 000 $. Parmi les personnes vivant seules, les paiements de transfert médians ont augmenté de 100 $ en 2006 pour s’établir à 600 $, et l’impôt médian s’est chiffré à 2 100 $.
  6. La situation du faible revenu au Canada est demeurée relativement stable en 2006. On estime à 633 000 (7,0 %) le nombre de familles qui étaient en deçà du seuil de faible revenu de Statistique Canada. Environ 760 000 enfants de 18 ans et moins, soit 11,3 % du total, vivaient dans des familles à faible revenu.

Les données de l’EDTR ont également révélé ce qui suit : 

  1. L’Alberta et la Saskatchewan étaient les deux seules provinces où la variation du revenu familial après impôt était statistiquement significative. La médiane a augmenté de 7,0 % en Alberta et de 6,3 % en Saskatchewan.
  2. Le revenu moyen après impôt du cinquième des familles ayant le plus faible revenu était de 24 600 $ en 2006, soit 5,6 % de plus qu’en 2005. Par contraste, le revenu moyen après impôt en 2006 pour les 20 % de familles ayant les plus hauts revenus était à toutes fins utiles inchangé à 133 900 $ (en termes réels).
  3. L’écart d’inégalité, soit l’écart entre le groupe de familles ayant le plus faible revenu et le groupe ayant le plus haut revenu, est demeuré stable en 2006. Par contre, cet écart a progressé de 27 % au cours des 10 dernières années. Parmi les personnes seules, l’écart s’est élargi de 32 % entre 1996 et 2006.
  4. Un nombre estimé à 3,4 millions de Canadiens (ou 10,5 %) étaient en situation de faible revenu (après impôt) en 2006.
  5. En 2006, environ 307 000 enfants en situation de faible revenu vivaient dans une famille monoparentale dirigée par une femme, représentant 40 % de tous les enfants provenant de familles à faible revenu. Par contre, le taux de faible revenu pour ces enfants est passé de 56 % en 1996 à 32 % en 2006. En comparaison, la proportion d’enfants vivant au sein de familles biparentales en situation de faible revenu est passée de 12,4 % en 1996 à 7,7 % en 2006.
  6. En 2006, le taux de faible revenu des familles monoparentales ayant une femme à leur tête est demeuré stable à 28 %, ce qui a mis fin à la tendance à la baisse des trois dernières années de leur incidence de faible revenu. Cela représente un peu plus de la moitié du sommet de 53 % atteint en 1996.