Statistique Canada - Statistics Canada
Sauter la barre de navigation principaleSauter la barre de navigation secondaireAccueilEnglishContactez-nousAideRecherche site webSite du Canada
Le quotidienLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAccueil
RecensementLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAutres liens

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Logo de la publication
 
 
 
 
 
 
 
 
75-202-XIF
Le revenu au Canada
2003


Faits saillants

Revenu de 2003 : un aperçu

  • Le revenu après impôt des familles est demeuré à peu près inchangé pour la deuxième année d'affilée en 2003. Après cinq années consécutives de forte croissance, le revenu moyen après impôt a atteint un plateau ces dernières années, pour presque tous les types de familles au Canada.
  • Les trois composantes principales du revenu après impôt - le revenu du marché, les transferts gouvernementaux et l'impôt sur le revenu des particuliers - sont toutes demeurées plus ou moins stables.
  • Le revenu moyen après impôt des familles de deux personnes ou plus a diminué légèrement, pour se situer à 59 900 $, après avoir été de 60 400 $ en 2002, après correction pour tenir compte de l'inflation. Cette baisse légère n'est pas considérée comme statistiquement significative.
  • Par contre, entre 1996 et 2001, le revenu après impôt de ces familles a augmenté à un taux annuel moyen de 3,2 %.
  • Dans le cas des familles monoparentales ayant une femme à leur tête, le revenu moyen après impôt est demeuré constant, à environ 30 000 $. Leurs augmentations de revenu ont figuré parmi les plus importantes entre 1996 et 2001, du fait principalement de l'augmentation des taux d'emplois des mères seules.
  • On estime à 726 000 le nombre de familles qui étaient en situation de faible revenu en 2003, soit 8,4 % du total. Il s'agit d'une baisse légère par rapport à la proportion de 8,6 % enregistrée en 2002, et d'une baisse marquée par rapport au sommet de 12,1 % atteint en 1996.
  • On estime que 843 000 enfants âgés de 17 ans et moins, soit 12,4 % du total, vivaient dans des familles à faible revenu en 2003, comparativement à plus de 1,3 million en 1996. Le taux est demeuré inchangé par rapport à 2002, mais était de beaucoup inférieur au sommet de 18,6 % atteint en 1996.

Les composantes principales demeurent toutes relativement stables

  • Les trois composantes principales du revenu après impôt - revenu du marché, transferts gouvernementaux et impôt sur le revenu des particuliers - sont toutes demeurées relativement inchangées par rapport à 2002.
  • Le revenu du marché représente la somme du revenu d'emploi, du revenu net d'un travail autonome, du revenu de placements et du revenu de régimes de retraite, et constitue la part du lion du revenu des familles, et plus particulièrement celles autres que de personnes âgées. En 2003, le revenu du marché des familles de deux personnes ou plus atteignait 64 900 $, soit environ le même niveau que l'année précédente.
  • Les familles de deux personnes ou plus ont versé en moyenne 12 800 $ en impôt en 2003, soit 200 $ de moins qu'en 2002 (après correction pour tenir compte de l'inflation).
  • Les transferts gouvernementaux englobent toute une gamme de programmes, comme l'assurance emploi, la Sécurité de la vieillesse, les prestations fiscales pour enfants, etc. Les montants reçus par la famille moyenne sont demeurés inchangés par rapport à 2002, à environ 7 800 $. En 1996, les transferts moyens totalisaient 8 300 $ par famille.
  • Le nombre de familles touchant des prestations d'assurance emploi est demeuré constant en 2003, après avoir augmenté de 19 % au cours des deux années précédentes. La majorité de cette hausse a été liée à l'élargissement des prestations parentales, qui a pris effet à la fin de 2000. En 2003, les prestations moyennes d'assurance emploi versées aux familles sont demeurées inchangées par rapport à l'année précédente, à 6 100 $.

Revenu après impôt inchangé pour les familles monoparentales ayant une femme à leur tête

  • En moyenne, le revenu après impôt des quelque 541 000 familles monoparentales ayant une femme à leur tête est demeuré inchangé en 2003, à 30 000 $, du fait principalement du revenu du marché qui est demeuré constant à 23 800 $.
  • Cette stabilité fait suite à un gain moyen important de 52 % du revenu du marché pour les familles monoparentales ayant une femme à leur tête entre 1996 et 2001, soit l'équivalent d'un taux de croissance annuel de 8,7 %. Il s'agit de l'une des augmentations les plus importantes parmi les divers types de familles.
  • Environ 82 % des femmes de ces familles ont eu des gains en 2003, soit la même proportion que l'année précédente, mais bien au dessus des 62 % enregistrés en 1996.
  • Le taux de faible revenu des familles monoparentales ayant une femme à leur tête en 2003 représentait environ quatre fois la moyenne pour toutes les familles. Parmi les 541 000 familles monoparentales ayant une femme à leur tête en 2003, environ 38 %, ou 208 000, étaient en situation de faible revenu. Cette proportion était de 39 % en 2002.

Personnes âgées : augmentation du revenu après impôt des familles de personnes âgées

  • Le revenu moyen après impôt des familles de personnes âgées dont le principal soutien économique était âgé de 65 ans et plus est demeuré inchangé à 43 800 $ en 2003. Toutefois, il s'agit d'un gain de 10 % par rapport à 1996, qui est le résultat principalement d'une augmentation du revenu du marché.
  • En 2003, les familles de personnes âgées ont reçu en moyenne 20 900 $ en transferts gouvernementaux, ce qui a constitué 42 % de leur revenu total avant impôt.
  • Les personnes âgées vivant seules ont touché un revenu moyen après impôt de 23 000 $ en 2003.
  • Le taux de faible revenu chez les personnes âgées a poursuivi sa tendance à la baisse depuis le début des années 80. En 2003, 6,8 % des personnes âgées vivaient sous le seuil de faible revenu de Statistique Canada, comparativement à 21,3 % en 1980 et à 9,8 % en 1996.
  • Le taux de faible revenu des femmes âgées vivant seules était de 19 % en 2003, comparativement à 15 % pour leurs homologues de sexe masculin.

Personnes vivant seules : augmentation modérée du revenu du marché

  • Les personnes vivant seules ont enregistré l'augmentation la plus importante du revenu du marché parmi tous les groupes en 2003.En moyenne, ces personnes ont touché 25 600 $ en revenu d'emploi, revenu de placements et revenu de régimes de retraite, une hausse de 4,1 % par rapport au montant de 24 600 $ touché en 2002.
  • Toutefois, la hausse ne s'est pas traduite par une augmentation équivalente du revenu après impôt. Cela vient du fait que les transferts gouvernementaux de ce groupe ont diminué, tandis que leur impôt sur le revenu a augmenté. En fait, ces personnes ont versé en moyenne 5 300 $ en impôt sur le revenu en 2003, comparativement à 4 900 $ l'année précédente.
  • Cela a eu pour résultat que le revenu après impôt des personnes vivant seules a augmenté de façon marginale, passant de 25 300 $ à 25 600 $.
  • En 2003, environ 29 % de ces personnes étaient à faible revenu, soit à peu près le même taux que l'année précédente. Toutefois, ce taux était de beaucoup inférieur à celui de 37 % enregistré en 1996.

Inégalité de revenu : les transferts gouvernementaux et les impôts contribuent à réduire les disparités

  • Le ratio du revenu moyen du marché reçu par la tranche de 20 % des familles ayant le revenu après impôt le plus élevé par rapport aux 20 % des familles ayant le revenu après impôt le plus faible constitue une mesure de l'inégalité du revenu.
  • En 2003, dans le cas du revenu du marché, ce ratio se situait à environ 12,9 à 1,0. C'est donc dire que la tranche de 20 % des familles ayant le revenu après impôt le plus élevé a reçu 12,90 $ en revenu du marché pour chaque dollar reçu par la tranche de 20 % des familles ayant le revenu après impôt le plus faible.
  • Toutefois, l'impôt et les transferts atténuent les différences entre les quintiles de la distribution du revenu. Après impôt et transferts, le cinquième des familles ayant le revenu après impôt le plus élevé ont reçu 5 ,50 $ pour chaque dollar reçu par le cinquième des familles ayant le revenu le plus faible.
  • Parmi les personnes seules, le cinquième ayant le revenu après impôt le plus élevé a reçu 21,60 $ en revenu du marché pour chaque dollar reçu par les 20 % ayant le revenu le plus faible. Après impôt et transferts, ce ratio a diminué pour se situer à 8,40 $ pour chaque dollar.

Provinces : le revenu après impôt demeure stable

  • En général, le revenu moyen après impôt pour les familles de deux personnes ou plus n'a pas changé de façon significative dans la plupart des provinces entre 2002 et 2003.
  • Comme les années précédentes, le revenu moyen après impôt était le plus élevé pour les familles de l'Ontario, à 66 500 $, suivies par celles de l'Alberta, qui ont touché en moyenne 64 900 $. Il s'agit des deux seules provinces où les niveaux étaient supérieurs à la moyenne nationale de 59 900 $.
  • Le revenu après impôt était le plus faible parmi les familles de Terre Neuve et Labrador, à 47 100 $.
  • En 2003, les familles de deux personnes ou plus à Terre Neuve et Labrador ont reçu en moyenne 11 800 $ en transferts gouvernementaux, soit le montant le plus élevé au Canada, bien au dessus de la moyenne nationale de 7 800 $.
  • Le taux de faible revenu parmi les familles était le plus faible à l'Île du Prince Édouard, à 3,7 %, et le plus élevé en Colombie Britannique, à 11,6 %, comparativement à la moyenne nationale de 8,4 %.


Page d'accueil | Recherche | Contactez-nous | English Haut de la page
Date de modification : 2005-05-12 Avis importants