Évolution du profil professionnel des jeunes hommes et des jeunes femmes au Canada

par Sharanjit Uppal et Sébastien LaRochelle-Côté

[Communiqué dans Le Quotidien] [Article intégral en PDF]

Passer au texte

Début du texte

Début de l'encadré

Aperçu de l’étude

Entre 1991 et 2011, la proportion de personnes occupées âgées de 25 à 34 ans titulaires d’un diplôme universitaire a augmenté, passant de 19 % à 40 % chez les femmes et de 17 % à 27 % chez les hommes. Étant donné la hausse du taux de diplômés universitaires, le profil professionnel des jeunes travailleurs a-t-il changé au cours de cette période? Le présent article examine les changements à long terme des profils professionnels des jeunes hommes et des jeunes femmes, à la fois chez les titulaires et non titulaires d’un diplôme universitaire. Les changements dans la part des femmes travaillant dans ces professions sont également étudiés.

  • En 2011, au moins 20 % de toutes les femmes occupées âgées de 25 à 34 ans et titulaires d’un diplôme universitaire travaillaient dans trois professions, soit les professions d’infirmières autorisées; d’institutrices à la maternelle et au primaire; et de professeures au secondaire. C’était également le cas en 1991.
  • Chez les hommes diplômés universitaires, les trois professions les plus courantes, soit celles de programmeurs et développeurs en médias interactifs; de vérificateurs et comptables; et de professeurs au secondaire, regroupaient 11 % des travailleurs âgés de 25 à 34 ans en 2011.
  • Chez les jeunes travailleurs sans diplôme universitaire, la profession de vendeurs et commis-vendeurs regroupait le plus d’hommes (3 %) et le plus de femmes (4 %) en 2011. Les autres professions exercées par les hommes et les femmes de ce groupe se caractérisaient par d’importantes différences entre les sexes.
  • Entre 1991 et 2011, la proportion de femmes a augmenté dans presque toutes les principales professions exercées par  les diplômés universitaires. Les percées les plus importantes sont survenues chez les agents de programmes, recherchistes et experts-conseils en politiques de la santé (de 47 % à 76 %); les spécialistes des ressources humaines (de 57 % à 78 %); et les omnipraticiens et médecins en médecine familiale (de 43 % à 62 %).
  • Chez les non-diplômés universitaires âgés de 25 à 34 ans, la proportion de femmes a crû dans certaines professions, comme chez les policiers (de 13 % à 24 %), mais a diminué dans plusieurs autres, comme chez les cuisiniers (de 50 % à 33 %); les représentants au service à la clientèle et agents de services financiers (de 95 % à 79 %); et les serveurs au comptoir (de 79 % à 65 %).

Fin de l'encadré

Introduction

Depuis quelque temps, les enjeux liés à la hausse du niveau de scolarité des jeunes, et particulièrement chez les femmes, suscitent beaucoup intérêtNote1. Entre 1991 et 2011, la proportion de personnes occupées âgées de 25 à 34 ans titulaires d’un diplôme universitaire a augmenté, passant de 19 % à 40 % chez les femmes et de 17 % à 27 % chez les hommes. Les dernières décennies se sont donc caractérisées par la hausse du taux d’activité des femmes sur le marché du travail et par la réduction des écarts salariaux entre les sexesNote2. Parallèlement, les jeunes travailleurs ont fait des avancées dans les professions exigeant habituellement un diplôme universitaire, surtout les jeunes femmes car celles-ci ont intensifié leur présence dans tous les programmes d’étudesNote3. Les jeunes travailleurs canadiens sont, par conséquent, plus scolarisés et plus qualifiés qu’ils ne l’étaient il y a deux décennies.

Outre ces faits bien documentés, les résultats récents de l’Enquête nationale auprès des ménages (ENM) de 2011 ont révélé que la profession la plus courante chez les femmes et les hommes âgés de 15 ans et plus était celle de vendeurs et que le commerce de détail était le secteur qui employait le plus de travailleurs au Canada (11,5 %)Note4. L’ENM a également montré qu’un grand nombre de personnes travaillaient toujours dans les professions dites « traditionnelles » (comme les infirmières et les institutrices à la maternelle ou au primaire pour les femmes, et les conducteurs de camions et les charpentiers-menuisiers pour les hommes), ce qui donne l’impression que l’augmentation de la part des diplômés universitaire chez les jeunes hommes et les jeunes femmes n’aurait eu, globalement, que peu d’incidence sur leur profil professionnelNote5.

La transformation du profil professionnel des travailleurs résulte cependant de l’action de diverses forces sur le marché du travail, y compris la dynamique des entrées et des sorties sur le marché du travail, l’évolution du niveau de scolarité, et les différences entre les sexes. L’âge, le sexe et le niveau de scolarité sont donc des dimensions importantes de l’étude des profils professionnels au fil des ans.

Le présent article s’intéresse aux changements dans les profils professionnels des entrants de 25 à 34 ans sur le marché du travail. Parce qu’ils sont aux premières étapes de leur vie professionnelle et parce qu’ils continueront à exercer une influence sur le marché du travail à mesure qu’ils prendront de l’âge, les jeunes travailleurs sont un important moteur de changement sur le marché du travail. Dans le contexte de la hausse du niveau de scolarité des jeunes travailleurs (particulièrement des femmes), que peut-on dire des profils professionnels des cohortes successives d’entrants sur le marché du travail au Canada? Ces entrants se concentrent-ils dans les mêmes professions qu’il y a deux décennies? Si oui, de quelles professions s’agit-il? En plus de fournir un éclairage sur ces questions, l’article présente aussi des renseignements plus complets sur les avancées des femmes dans les diverses professions, notamment dans celles habituellement exercées par les diplômés universitairesNote6.

Les femmes diplômées universitaires sont davantage concentrées dans un petit nombre de professions

Afin d’examiner comment les travailleurs de 25 à 34 ans se répartissent dans les professions détaillées, il importe de se limiter à un nombre restreint de professionsNote7. En effet, les systèmes de classification des professions comportent généralement un grand nombre de catégories (jusqu’à 500), et beaucoup d’entre elles ne regroupent qu’une très faible proportion de travailleurs. Dans cet article, nous nous limitons aux 25 professions, définies selon le code à quatre chiffres de la Classification nationale des professions (CNP), qui regroupent le plus de travailleurs. Il est possible d’utiliser des renseignements comparables sur ces 25 principales professions sur une période de 20 ans à partir des données de l’Enquête nationale auprès des ménages (ENM) de 2011 et des recensements de la population de 1991 et de 2006 (voir la section intitulée Sources de données, méthodes et définitions). Pour tenir compte des différences entre les sexes et des changements quant au niveau de scolarité, nous examinons les sous-populations suivantes :

  • les femmes diplômées universitaires
  • les hommes diplômés universitaires
  • les femmes sans diplôme universitaire
  • les hommes sans diplôme universitaire.

Les femmes et les hommes titulaires d’un diplôme universitaire sont examinés en premier. En 1991, 2006 et 2011, les trois professions les plus courantes parmi les jeunes femmes diplômées étaient celles des institutrices à la maternelle et au primaire; des infirmières autorisées; et des professeures au secondaire. Pour chacune des années étudiées, ces trois professions regroupaient plus de 20 % de l’ensemble des femmes occupées détenant un diplôme universitaire (tableau 1). Si la part des institutrices a légèrement diminué, passant de 12 % en 1991 à 11 % en 2006 puis à 10 % en 2011, celle des infirmières a augmenté, passant de 4 % en 1991 à 6 % en 2011Note8.

Tableau 1
Les 25 professions qui employaient le plus de femmes âgées de 25 à 34 ans avec un diplôme universitaire en 1991, 2006 et 2011
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Les 25 professions qui employaient le plus de femmes âgées de 25 à 34 ans avec un diplôme universitaire en 1991 1991, 2006 et 2011, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  1991 2006 2011
pourcentage
Institutrices à la maternelle et au niveau primaire 11,8 11,0 9,8
Infirmières autorisées 4,0 4,2 6,1
Professeures au niveau secondaire 5,4 5,0 4,8
Vérificatrices et comptables 2,8 3,0 3,0
Commis de bureau générales 1,0 1,8 2,1
Agentes d'administration 1,2 1,3 1,9
Travailleuses des services communautaires et sociaux 1,5 1,4 1,8
Vendeuses et commis-vendeuses, vente au détail 1,6 2,0 1,8
Travailleuses sociales 1,7 1,6 1,7
Professeures adjointes et assistantes d'enseignement et de recherche postsecondaire 1,4 2,0 1,7
Avocates et notaires (au Québec) 2,2 1,8 1,7
Professionnelles des relations publiques et des communications 0,9 1,1 1,5
Directrices des ventes, du marketing et de la publicité 1,1 1,6 1,4
Spécialistes des ressources humaines Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 1,2 1,4
Éducatrices et aides-éducatrices de la petite enfance 1,0 1,1 1,3
Directrices de la vente au détail 1,2 1,2 1,2
Agentes de développement économique, recherchistes et expertes-conseils en marketing Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 1,2 1,2
Professeures au niveau collégial et instructrices dans les écoles de formation professionnelle 1,8 1,2 1,1
Commis aux services à la clientèle, commis aux renseignements et personnel assimilé Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 1,3 1,1
Serveuses d'aliments et de boissons Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 0,9 1,0
Pharmaciennes 1,2 0,9 0,9
Omnipraticiennes et médecins en médecine familiale 1,4 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 0,8
Commis à la comptabilité et personnel assimilé 1,9 1,1 0,8
Agentes de programmes, recherchistes et expertes-conseils en politiques de la santé 1,1 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 0,8
Professionnelles des services aux entreprises de gestion Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 0,8
Analystes de systèmes informatiques 1,6 Note ..: indisponible pour une période de référence précise Note ..: indisponible pour une période de référence précise
Secrétaires (sauf domaines juridique et médical) 1,6 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Directrices financières 1,2 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Physiothérapeutes 0,9 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Programmeurs 0,9 Note ..: indisponible pour une période de référence précise Note ..: indisponible pour une période de référence précise
Analystes et consultantes en informatique Note ..: indisponible pour une période de référence précise 1,1 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Commis de soutien administratif Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 0,9 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Analystes financiers et analystes en placements Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 0,9 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Pourcentage travaillant dans les 3 professions les plus courantes 21,2 20,2 20,7
Pourcentage travaillant dans les 10 professions les plus courantes 34,8 34,0 34,7
Pourcentage travaillant dans les 25 professions les plus courantes 52,4 50,8 51,7

En 2011, les 10 principales professions regroupaient 35 % de toutes les femmes diplômées universitaires, et les 25 principales, 52 %. Par conséquent, plus de la moitié des femmes titulaires d’un diplôme universitaire se concentraient dans 5 % de toutes les professions figurant dans la CNP. Des niveaux semblables de concentration ont été constatés dans les 3, 10 et 25 principales professions en 1991 comme en 2006.

La configuration des professions exercées par les femmes diplômées universitaires s’est quelque peu transformée au cours de la période. Certaines des 25 professions les plus courantes en 2011 ne figuraient pas sur la liste en 1991. C’était le cas, par exemple, des spécialistes des ressources humaines; des agentes de développement économique, recherchistes et expertes-conseils en marketing; des commis au service à la clientèle, commis aux renseignements et personnel assimilé; et des serveuses d’aliments et de boissons. À l’inverse, des professions parmi les 25 plus courantes en 1991 ne figuraient plus sur la liste des 25 professions les plus courantes en 2011, par exemple, celles des secrétaires et des directrices financières, qui regroupaient environ 3 % des femmes diplômées en 1991.

Comme on pouvait s’y attendre, la plupart des 25 professions employant le plus de femmes diplômées exigent habituellement un diplôme universitaire. Par exemple, les professions d’enseignantes au primaire et au secondaire; les infirmières autorisées; et les vérificatrices et comptables exigent habituellement un certain niveau d’études universitaires. En 2011, environ 56 % des jeunes femmes diplômées exerçaient des professions exigeant habituellement un diplôme universitaire (soit à peu près le même taux qu’en 1991).

Cependant, un diplôme universitaire n’est pas nécessairement exigé pour l’ensemble des 25  professions les plus courantes. Certaines, comme la profession de commis au travail général de bureau par exemple, exigent généralement des études de niveau secondaire ou moins. Environ 15 % des jeunes femmes diplômées universitaires étaient dans de telles professions en 2011, un taux qui a peu varié par rapport à 1991.

D’autres femmes diplômées travaillaient dans des professions exigeant des études collégiales ou un programme d’apprentissage (par exemple, dans les professions d’agentes d’administration et de travailleuses des services communautaires et sociaux), ou encore dans les professions de la gestion. C’était le cas de 29 % des jeunes femmes diplômées universitaires en 2011.

Les hommes diplômés universitaires sont moins concentrés dans un nombre restreint de professions

Les jeunes hommes diplômés universitaires étaient moins susceptibles que les jeunes femmes diplômées de se concentrer dans un petit nombre de professions (tableau 2). En 2011, la catégorie des programmeurs et développeurs en médias interactifs regroupait le plus d’hommes titulaires d’un diplôme universitaire (4 %). Les deux professions suivantes (vérificateurs et comptables, et professeurs au secondaire) regroupaient 7 % de tous les hommes diplômés. Au total, 11 % des hommes diplômés travaillaient dans ces trois professions les plus courantes (comparativement à 21 % des femmes diplômées travaillant dans les trois professions les plus courantes), 26 % travaillaient dans les 10 plus courantes (35 % chez les femmes) et 44 %, dans les 25 plus courantes (52 % chez les femmes). Ces proportions n’ont que peu changé par rapport à 1991.

Tableau 2
Les 25 professions qui employaient le plus d'hommes âgés de 25 à 34 ans avec un diplôme universitaire en 1991, 2006 et 2011
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Les 25 professions qui employaient le plus d'hommes âgés de 25 à 34 ans avec un diplôme universitaire en 1991 1991, 2006 et 2011, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  1991 2006 2011
pourcentage
Programmeurs et développeurs en médias interactifs Note ..: indisponible pour une période de référence précise 4,2 3,6
Programmeurs 2,4 Note ..: indisponible pour une période de référence précise Note ..: indisponible pour une période de référence précise
Vérificateurs et comptables 3,9 2,9 3,5
Professeurs au niveau secondaire 4,1 3,8 3,4
Analystes et consultants en informatique Note ..: indisponible pour une période de référence précise 3,6 2,9
Analystes de systèmes informatiques 3,7 Note ..: indisponible pour une période de référence précise Note ..: indisponible pour une période de référence précise
Instituteurs à la maternelle et au niveau primaire 2,3 2,7 2,4
Professeurs adjoints et assistants d'enseignement et de recherche postsecondaire 1,6 2,4 2,4
Ingénieurs mécaniciens 1,6 1,6 2,1
Vendeurs et commis-vendeurs, vente au détail 1,7 2,2 2,1
Ingénieurs civils 1,9 1,4 1,9
Directeurs des ventes, du marketing et de la publicité 2,0 2,1 1,8
Avocats et notaires (au Québec) 2,9 1,9 1,7
Directeurs de la vente au détail 2,2 1,7 1,7
Ingénieurs électriciens et électroniciens 2,2 1,4 1,6
Autres agents financiers Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 1,2 1,6
Ingénieurs et concepteurs en logiciel Note ..: indisponible pour une période de référence précise 1,7 1,5
Analystes financiers et analystes en placements Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 1,4 1,3
Agents de développement économique, recherchistes et experts-conseils en marketing Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 0,9 1,2
Directeurs de banque, du crédit et des autres services de placements 1,0 1,1 1,1
Professionnels des services aux entreprises de gestion Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 1,1 1,1
Représentants des ventes non techniques, vente en gros 1,9 1,3 1,0
Policiers (sauf cadres supérieurs) 0,9 0,9 0,9
Commis aux services à la clientèle, commis aux renseignements et personnel assimilé Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 1,1 0,9
Ingénieur informaticien (sauf en logiciel) 1,0 1,1 0,9
Agents d'administration Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 0,9
Directeurs financiers 2,1 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 0,9
Spécialistes des ventes techniques, vente en gros, exploitants de silos à grain 1,8 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Omnipraticiens et médecins en médecine familiale 1,8 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Professeurs au niveau collégial et instructeurs dans les écoles de formation professionnelle 1,1 0,9 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Commis à la comptabilité et personnel assimilé 1,1 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Directeurs de la fabrication 0,9 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Professeurs d'université 0,9 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Officiers de direction des Forces armées 0,9 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Technicien du soutien aux utilisateurs Note ..: indisponible pour une période de référence précise 1,1 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Pourcentage travaillant dans les 3 professions les plus courantes 11,7 11,6 10,5
Pourcentage travaillant dans les 10 professions les plus courantes 27,8 27,5 26,1
Pourcentage travaillant dans les 25 professions les plus courantes 47,9 45,7 44,4

Il n’est pas toujours possible d’établir des comparaisons avec 1991 pour les hommes. En effet, les professions liées aux technologies de l’information, qui emploient un grand nombre d’hommes diplômés universitaires, se répartissaient dans de multiples catégories en 2011, alors qu’elles ne formaient que deux catégories en 1991 (programmeurs et analystes de systèmes informatiques)Note9. La part de l’ensemble des professions liées aux technologies de l’information a cependant augmenté au cours de la période, passant de 6 % à environ 9 % de tous les diplômés universitaires de sexe masculin.

D’autres professions employaient une proportion importante d’hommes en 1991, 2006 et 2011. Il s’agit des professions de vérificateurs et comptables (4 % en 2011) et des trois catégories d’enseignants (professeurs au secondaire, instituteurs à la maternelle et au primaire; et professeurs adjoints et assistants d’enseignement et de recherche au niveau postsecondaire), qui regroupaient de 8 % à 9 % de tous les hommes diplômés au cours de chacune des années.

Cependant, certaines catégories ont disparu de la liste des 25 professions les plus courantes au cours de la période, par exemple les professions d’omnipraticiens et médecins en médecine familiale, de professeurs au collégial, de commis à la comptabilité, de commis à la production, de professeurs d’université et d’officiers des Forces armées. Ces professions ont été supplantées par diverses professions liées aux services aux entreprises et aux services financiers (par exemple, autres agents financiers; analystes financiers et analystes en placements; agents de développement économique, recherchistes et experts-conseils en marketing).

Comme dans le cas des femmes, toutes les professions dans lesquelles travaillaient les hommes diplômés universitaires n’exigent pas obligatoirement un diplôme universitaire. En 2011, 51 % des hommes travaillaient dans des professions exigeant normalement un diplôme universitaire (comparativement à 56 % pour leurs homologues de sexe féminin). En revanche, 15 % exerçaient des professions exigeant habituellement des études de niveau secondaire ou moins (soit le même taux que les femmes diplômées universitaires). Les autres, soit 34 % de l’effectif, se trouvaient dans des professions exigeant des études collégiales ou dans les professions de gestion.

Les différences entre les sexes sont plus marquées chez les non-diplômés universitaires

Chez les jeunes travailleurs de 25 à 34 ans qui étaient titulaires d’un diplôme universitaire, 11 professions faisaient partie des 25 professions les plus courantes à la fois chez les hommes et chez les femmes en 2011.

Toutefois, des différences entre les sexes plus marquées ont été observées chez les travailleurs sans diplôme universitaire. Parmi les 25 professions les plus courantes exercées par les hommes et les femmes de 25 à 34 ans en 2011, seulement cinq étaient communes aux deux sexes. L’une de ces cinq professions (vendeurs et commis-vendeurs) est celle qui employait le plus d’hommes (3 %) et de femmes (4 %) en 2011.

Chez les femmes, les autres professions les plus courantes étaient celles d’éducatrices de la petite enfance et de commis au travail général de bureau. Avec les vendeuses, ces trois professions employaient 13 % des jeunes femmes sans diplôme universitaire (tableau 3). Parmi les autres professions importantes figuraient celles de caissières; de directrices de la vente au détail; de serveuses d’aliments et de boissons; d’aides-infirmières; et de commis au service à la clientèle.

Tableau 3
Les 25 professions qui employaient le plus de femmes âgées de 25 à 34 ans sans diplôme universitaire en 1991, 2006 et 2011
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Les 25 professions qui employaient le plus de femmes âgées de 25 à 34 ans sans diplôme universitaire en 1991 1991, 2006 et 2011, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  1991 2006 2011
pourcentage
Vendeuses et commis-vendeuses 4,1 4,6 4,4
Éducatrices et aides-éducatrices de la petite enfance 1,4 4,0 4,3
Commis de bureau générales 3,1 3,4 4,2
Caissières 2,7 2,8 2,7
Directrices - commerce de détail 2,2 2,5 2,6
Serveuses d'aliments et de boissons 2,8 2,6 2,6
Aides-infirmières, aides-soignantes et préposées aux bénéficiaires 1,6 2,4 2,5
Commis aux services à la clientèle, commis à l'information et personnel assimilé 0,9 2,7 2,5
Agentes d'administration 1,4 1,7 2,4
Réceptionnistes et standardistes/Téléphonistes 2,2 2,2 2,4
Infirmières autorisées 3,7 2,4 2,3
Serveuses au comptoir, aides de cuisine et personnel assimilé Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 1,9 2,1
Coiffeuses et barbières 1,6 1,8 1,9
Secrétaires (sauf domaines juridique et médical) 7,9 2,6 1,8
Commis à la comptabilité et personnel assimilé 4,3 2,3 1,7
Travailleuses des services communautaires et sociaux Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 1,3 1,6
Préposées à l'entretien ménager et au nettoyage - travaux légers 1,6 1,6 1,6
Autre personnel de soutien des services de santé Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 1,0 1,4
Représentantes au service à la clientèle - services financiers 2,0 1,4 1,3
Infirmières auxiliaires 1,0 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 1,2
Directrices de la restauration et des services alimentaires Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 1,1 1,2
Teneuses de livres 1,5 0,9 1,1
Esthéticiennes, électrolystes et personnel assimilé Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 1,1
Cuisinières 1,3 1,1 1,0
Aides familiales, aides de maintien à domicile et personnel assimilé Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 1,0 1,0
Commis de soutien administratif 0,9 1,3 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Aides-enseignantes aux niveaux primaire et secondaire Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 1,1 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Commis à la saisie de données 1,6 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Gardiennes d'enfants, gouvernantes et aides aux parents 1,3 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Commis de banque, d'assurance et d'autres services financiers 1,2 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Secrétaires juridiques 1,1 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Opératrices de machines à coudre 1,0 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Pourcentage travaillant dans les 3 professions les plus courantes 16,3 12,0 12,9
Pourcentage travaillant dans les 10 professions les plus courantes 35,0 30,0 30,6
Pourcentage travaillant dans les 25 professions les plus courantes 54,4 51,7 53,0

Chez les hommes, les trois professions les plus courantes étaient celles des vendeurs, des charpentiers-menuisiers et des conducteurs de camions (tableau 4), qui regroupaient 9% des travailleurs masculins sans diplôme universitaire. Les autres professions d’importance au sein de cette population comprenaient les mécaniciens et réparateurs de véhicules automobiles, de camions et d’autobus; les directeurs de la vente au détail; les aides de soutien des métiers; les manutentionnaires; les électriciens; les cuisiniers; et les soudeurs.

Tableau 4
Les 25 professions qui employaient le plus d'hommes âgés de 25 à 34 ans sans diplôme universitaire en 1991, 2006 et 2011
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Les 25 professions qui employaient le plus d'hommes âgés de 25 à 34 ans sans diplôme universitaire en 1991 1991, 2006 et 2011, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  1991 2006 2011
pourcentage
Vendeurs et commis-vendeurs 2,7 3,3 3,3
Charpentiers-menuisiers 1,9 2,2 2,7
Conducteurs de camions 3,3 3,8 2,7
Mécaniciens et réparateurs de véhicules automobiles, de camions et d'autobus 2,4 2,5 2,4
Directeurs - commerce de détail 3,2 2,4 2,4
Aides de soutien des métiers et manoeuvres en construction 1,9 2,1 2,3
Manutentionnaires 1,9 2,3 2,2
Électriciens (sauf électriciens industriels et de réseaux électriques) 0,9 1,2 1,8
Cuisiniers 1,1 1,3 1,6
Soudeurs et opérateurs de machines à souder et à braser 1,3 1,7 1,6
Expéditeurs et réceptionnaires 1,4 1,5 1,3
Gardiens de sécurité et personnel assimilé Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 1,0 1,3
Commis aux services d'information et à la clientèle Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 1,3 1,2
Conducteurs d'équipement lourd (sauf les grues) 1,0 1,1 1,2
Concierges et surintendants 1,8 1,3 1,2
Chauffeurs-livreurs - services de livraison et de messagerie 1,4 1,2 1,1
Policiers (sauf cadres supérieurs) 0,9 0,9 1,1
Commis d'épicerie et autres garnisseurs - commerce de détail Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 1,0
Plombiers Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 1,0
Manoeuvres en aménagement paysager et en entretien des terrains Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 1,0 1,0
Techniciens de réseau informatique Note ..: indisponible pour une période de référence précise Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 1,0
Autres grades des Forces armées 1,3 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 1,0
Exploitants agricoles et gestionnaires d'exploitations agricoles 1,8 1,0 0,9
Mécaniciens de chantier et mécaniciens industriels/Mécaniciens et monteurs de machines dans l'industrie du textile 1,1 0,9 0,9
Directeurs de la restauration et des services alimentaires 0,9 0,9 0,9
Représentants des ventes non techniques, vente en gros 1,6 1,1 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Analystes et consultants en informatique Note ..: indisponible pour une période de référence précise 1,0 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Agents de soutien aux utilisateurs Note ..: indisponible pour une période de référence précise 1,0 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Programmeurs et développeurs en médias interactifs Note ..: indisponible pour une période de référence précise 1,0 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Électroniciens d'entretien (biens domestiques et commerciaux) 1,2 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Ouvriers agricoles 1,1 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Machinistes et vérificateurs d'usinage et d'outillage 0,8 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Mécaniciens d'équipement lourd 0,7 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Directeurs des ventes, du marketing et de la publicité 0,7 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Pourcentage travaillant dans les 3 professions les plus courantes 9,2 9,6 8,7
Pourcentage travaillant dans les 10 professions les plus courantes 22,5 23,1 23,0
Pourcentage travaillant dans les 25 professions les plus courantes 38,3 39,0 39,1

Certains changements se sont produits dans le profil professionnel des travailleurs sans diplôme universitaire entre 1991 et 2011, surtout chez les femmes. En 1991, 12 % des femmes sans diplôme universitaire se trouvaient dans la catégorie des secrétaires et dans celle des commis à la comptabilité et personnel assimilé. En 2011, ces deux professions regroupaient moins de 4 % de ces femmes.

Chez les hommes, les changements ont été relativement moins marqués. Quatre des cinq professions les plus courantes en 1991 se retrouvaient toujours parmi les cinq plus courantes en 2011. Il s’agit des professions de vendeurs et commis-vendeurs; de conducteurs de camions; de mécaniciens et réparateurs de véhicules automobiles, de camions et d’autobus; et de directeurs de la vente au détail. Près de 11 % des travailleurs de sexe masculin étaient employés dans ces quatre professions en 2011 (comparativement à 12 % en 1991).

La proportion de femmes est à la hausse dans les professions exercées par les diplômés universitaires

Comme la proportion de femmes titulaires d’un diplôme universitaire a augmenté au cours de la période, la proportion de femmes dans les professions exercées par les diplômés universitaires a naturellement augmenté elle aussi. Où les plus fortes hausses sont-elles survenues? Pour étudier les changements dans la composition par sexe, nous avons regroupé les professions exercées par les jeunes travailleurs de 25 à 34 ans en trois catégories :

  • celles se trouvant dans les 25 professions les plus courantes à la fois chez les hommes et les femmes
  • celles se trouvant dans les 25 professions les plus courantes seulement chez les femmes
  • celles se trouvant dans les 25 professions les plus courantes seulement chez les hommes.

De façon générale, les femmes ont effectué plusieurs percées importantes dans les professions détenues par les diplômés universitaires (tableau 5). Ainsi, parmi les professions partagées par les diplômés des deux sexes (première catégorie), la proportion de femmes parmi les directeurs des ventes, du marketing et de la publicité a crû de 17 points de pourcentage au cours de la période (de 35 % à 52 %). Elle a aussi augmenté chez les avocats (16 points de pourcentage), les directeurs de la vente au détail (15 points de pourcentage), les vérificateurs et comptables (14 points de pourcentage) et les professeurs au secondaire (11 points de pourcentage).

Tableau 5
Proportion de femmes parmi les 25 professions les plus répandues exercées par les hommes et les femmes titulaires d'un diplôme universitaire, 1991 et 2011
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Proportion de femmes parmi les 25 professions les plus répandues exercées par les hommes et les femmes titulaires d'un diplôme universitaire Rang en 2011
, Proportion de femmes, Variation (1991 à 2011), Women, Men, 1991 et 2011, calculées selon (parmi 25), pourcentage et point de pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  Rang en 2011
Proportion de femmes Variation (1991 à 2011)
Femmes Hommes 1991 2011
parmi 25 pourcentage point de pourcentage
Professions les plus courantes à la fois chez les hommes et les femmes  
Directeurs des ventes, du marketing et de la publicité 13 10 34,5 51,7 17,2
Avocates et notaires (au Québec) 11 11 42,1 57,6 15,5
Directeurs de la vente au détail 16 12 34,8 50,1 15,3
Vérificateurs et comptables 4 2 40,1 54,1 14,0
Professeurs au niveau secondaire 3 3 55,6 66,2 10,6
Agents de développement économique, recherchistes et experts-conseils en marketing 17 17 48,5 57,5 9,0
Vendeurs et commis-vendeurs, vente au détail 8 8 46,4 53,9 7,4
Professeurs adjoints et assistants d'enseignement et de recherche postsecondaire 10 6 45,5 50,0 4,5
Instituteurs à la maternelle et au niveau primaire 1 5 82,7 85,1 2,4
Professionnels des services aux entreprises de gestion 25 19 47,5 49,5 2,0
Commis aux services à la clientèle, commis aux renseignements et personnel assimilé 19 22 65,8 62,0 -3,8
Professions les plus courantes chez les femmes seulement  
Agentes de programmes, recherchistes et expertes-conseils en politiques de la santé 24 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 47,3 76,0 28,7
Spécialistes des ressources humaines 14 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 57,3 77,8 20,5
Omnipraticiennes et médecins en médecine familiale 22 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 42,9 61,5 18,6
Serveuses d'aliments et de boissons 20 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 57,0 74,1 17,1
Commis de bureau générales 5 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 69,3 82,9 13,6
Travailleuses sociales 9 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 78,1 90,2 12,1
Travailleuses des services communautaires et sociaux 7 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 69,2 80,9 11,7
Agentes d'administration 6 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 66,0 74,6 8,6
Commis à la comptabilité et personnel assimilé 23 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 63,1 70,5 7,4
Pharmaciennes 21 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 65,1 70,3 5,2
Professionnelles des relations publiques et des communications 12 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 69,1 74,1 5,0
Professeures au niveau collégial et instructrices dans les écoles de formation professionnelle 18 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 60,2 65,1 4,9
Éducatrices et aides-éducatrices de la petite enfance 15 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 96,4 96,3 -0,1
Infirmières autorisées 2 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 95,1 92,4 -2,7
Professions les plus courantes chez les hommes seulement  
Ingénieurs civils Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 9 11,0 25,6 14,6
Policiers (sauf cadres supérieurs) Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 21 19,7 34,1 14,4
Directeurs financiers Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 25 34,6 46,2 11,6
Représentants des ventes non techniques, vente en gros Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 20 30,4 40,8 10,4
Ingénieurs électriciens et électroniciens Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 13 8,9 17,2 8,3
Autres agents financiers Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 14 29,6 37,5 7,9
Ingénieurs mécaniciens Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 7 5,5 12,3 6,8
Directeurs de banque, du crédit et des autres services de placements Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 18 37,4 42,6 5,2
Ingénieurs informaticiens (sauf ingénieurs en logiciel) Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 23 12,2 17,3 5,1
Analystes financiers et analystes en placements Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 16 38,4 43,4 5,0
Programmeurs et développeurs en médias interactifs Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 1 Note ..: indisponible pour une période de référence précise 14,4 Note ..: indisponible pour une période de référence précise
Analystes et consultants en informatique Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 4 Note ..: indisponible pour une période de référence précise 26,1 Note ..: indisponible pour une période de référence précise
Ingénieurs et concepteurs en logiciel Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 15 Note ..: indisponible pour une période de référence précise 15,1 Note ..: indisponible pour une période de référence précise

Les hausses étaient encore plus prononcées dans les professions de la deuxième catégorie (soit celles figurant sur la liste des 25 professions les plus courantes uniquement chez les femmes diplômées). Par exemple, la proportion de travailleuses chez les agents de programmes, recherchistes et experts-conseils en politiques de la santé a augmenté de près de 30 points de pourcentage au cours de la période. Les femmes ont également enregistré une progression de 21 points de pourcentage parmi les spécialistes des ressources humaines. La proportion de femmes chez les omnipraticiens et médecins en médecine familiale a également augmenté au cours de la période, en hausse de 19 points de pourcentage (de 43 % à 62 %). Les professions qui ont connu le moins de variation sont celles qui regroupaient déjà une forte proportion de femmes en 1991 (comme les professions d’infirmières autorisées  et d’éducatrices de la petite enfance).

Des hausses, bien que plus modestes, ont aussi été observées dans les professions de la troisième catégorie (celles se trouvant chez les professions les plus courantes uniquement chez les hommes universitaires). Des hausses sensibles ont été enregistrées chez les ingénieurs civils (15 points de pourcentage) et les policiers (14 points de pourcentage). Cependant, les progressions ont été moindres dans certaines professions où les femmes se font plus rares, particulièrement en génie (ingénieurs électriciens, ingénieurs mécaniciens et ingénieurs informaticiens). Par conséquent, les femmes représentaient encore moins de 20 % de la main-d’œuvre diplômée universitaire dans ces trois professions en 2011Note10.

Parmi les professions exercées par les travailleurs sans diplôme universitaire, la proportion de femmes a augmenté dans certaines, mais a diminué dans d’autres (tableau 6).

Tableau 6
Proportion de femmes parmi les 25 professions les plus répandues exercées par les hommes et les femmes sans diplôme universitaire, 1991 et 2011
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Proportion de femmes parmi les 25 professions les plus répandues exercées par les hommes et les femmes sans diplôme universitaire Rang en 2011
, Proportion de femmes, Variation (1991 à 2011), Femmes, Hommes, 1991 et 2011, calculées selon parmi 25, pourcentage et point de pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  Rang en 2011
Proportion de femmes Variation (1991 à 2011)
Femmes Hommes 1991 2011
parmi 25 pourcentage point de pourcentage
Professions les plus courantes à la fois chez les hommes et les femmes  
Directeurs de la vente au détail 5 5 36,0 45,2 9,2
Directeurs de la restauration et des services alimentaires 21 25 43,4 50,4 7,0
Vendeurs et commis-vendeurs, vente au détail 1 1 55,8 50,5 -5,3
Commis aux services à la clientèle, commis aux renseignements et personnel assimilé 8 13 71,9 61,1 -10,8
Cuisiniers 24 9 50,2 32,7 -17,5
Professions les plus courantes chez les femmes seulement  
Aides-infirmières, aides-soignantes et préposées aux bénéficiaires 7 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 77,6 85,9 8,3
Autre personnel de soutien des services de santé 18 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 82,7 90,0 7,3
Travailleuses des services communautaires et sociaux 16 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 73,3 76,4 3,1
Coiffeuses et barbières 13 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 87,4 90,4 3,0
Commis de bureau générales 3 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 84,0 86,7 2,7
Éducatrices et aides-éducatrices de la petite enfance 2 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 96,5 97,5 1,0
Infirmières auxiliaires 20 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 92,3 93,0 0,7
Agentes d'administration 9 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 82,3 82,2 -0,1
Commis à la comptabilité et personnel assimilé 15 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 86,3 86,1 -0,2
Infirmières diplômées 11 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 93,9 92,0 -1,9
Secrétaires (sauf domaines juridique et médical) 14 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 99,1 97,1 -2,0
Préposées à l'entretien ménager et au nettoyage - travaux légers 17 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 67,3 64,6 -2,7
Réceptionnistes et standardistes / téléphonistes 10 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 95,6 92,6 -3,0
Aides familiales, aides de maintien à domicile et personnel assimilé 25 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 91,7 87,8 -3,9
Esthéticiennes, électrolystes et personnel assimilé 23 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 96,5 92,4 -4,1
Teneuses de livres 22 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 93,8 88,2 -5,6
Serveuses d'aliments et de boissons 6 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 81,9 75,7 -6,2
Caissières 4 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 92,0 84,3 -7,7
Serveuses au comptoir, aides de cuisine et personnel assimilé dans les services alimentaires 12 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 78,7 65,4 -13,3
Représentantes au service à la clientèle - services financiers 19 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 94,6 79,3 -15,3
Professions les plus courantes chez les hommes seulement  
Policiers (sauf cadres supérieurs) Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 17 13,0 24,4 11,4
Expéditeurs et réceptionnaires Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 11 16,7 19,6 2,9
Conducteurs d'équipement lourd (sauf les grues) Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 14 1,8 3,9 2,1
Manutentionnaires Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 7 9,1 10,8 1,7
Conducteurs de camions Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 3 2,4 3,6 1,2
Mécaniciens de chantier et mécaniciens industriels/Mécaniciens et monteurs de machines dans l'industrie du textile Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 24 1,3 2,4 1,1
Plombiers Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 19 0,8 1,9 1,1
Soudeurs et opérateurs de machines à souder et à braser Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 10 3,2 4,1 0,9
Mécaniciens et réparateurs de véhicules automobiles, de camions et d'autobus Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 4 0,9 1,6 0,7
Électriciens (sauf électriciens industriels et de réseaux électriques) Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 8 1,6 2,2 0,6
Charpentiers-menuisiers Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 2 1,6 2,2 0,6
Chauffeurs-livreurs - services de livraison et de messagerie Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 16 7,0 7,1 0,1
Aides de soutien des métiers et manoeuvres en construction Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 6 5,3 5,2 -0,1
Concierges et surintendants d'immeubles Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 15 24,8 24,4 -0,4
Manoeuvres en aménagement paysager et en entretien des terrains Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 20 14,4 13,5 -0,9
Gardiens de sécurité et personnel assimilé Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 12 20,8 19,4 -1,4
Exploitants agricoles et gestionnaires d'exploitations agricoles Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 23 22,3 19,2 -3,1
Autres grades des Forces armées Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 22 14,8 11,5 -3,3
Commis d'épicerie et autres garnisseurs de tablettes - commerce de détail Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 18 38,0 31,7 -6,3
Techniciens de réseau informatique Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 21 Note ..: indisponible pour une période de référence précise 13,4 Note ..: indisponible pour une période de référence précise

Par exemple, dans les cinq professions partagées à la fois par les hommes et les femmes (première catégorie), la proportion de femmes a augmenté chez les directeurs de la vente au détail (9 points de pourcentage) et les directeurs de la restauration et des services alimentaires (7 points de pourcentage), mais elle a diminué chez les cuisiniers (-18 points de pourcentage) et les commis au service à la clientèle (-11 points de pourcentage).

Les professions les plus courantes uniquement chez les femmes (deuxième catégorie) affichaient déjà des pourcentages relativement élevés de travailleuses en 1991. Pour plusieurs de ces professions, la proportion de femmes a donc diminué au lieu d’augmenter au cours de la période (de sorte que celles-ci se sont masculinisées). Par exemple, la proportion de femmes a diminué de 15 % chez les représentants au service à la clientèle – services financiers (de 95 % à 79 %) et de 13 points de pourcentage chez les serveurs au comptoir et aides de cuisine (de 79 % à 65 %).

Enfin, la plupart des professions les plus courantes uniquement chez les hommes (troisième catégorie) regroupaient déjà une faible proportion de femmes, soit moins de 25 % dans presque tous les cas. Dans ces professions, la seule hausse appréciable au cours de la période est survenue dans la catégorie des policiers, la proportion de femmes ayant crû de 11 points de pourcentage (de 13 % à 24 %). Dans certaines de ces professions, la présence des femmes s’est plutôt estompée encore davantage, par exemple dans la catégorie des commis d’épicerie (de 38 % à 32 %) et dans celle des autres grades des Forces armées (de 15 % à 12 %)Note11.

La ségrégation hommes-femmes est plus marquée chez les travailleurs sans diplôme universitaire

Afin d’étudier les différences entre les sexes au niveau de l’ensemble des occupations, il est possible de calculer un « indice de ségrégation »Note12. Cet indice de ségrégation (voir la section intitulée Sources de données, méthodes et définitions) correspond au pourcentage de femmes (ou d’hommes) qui devraient changer de profession pour que l’on obtienne une répartition égale des hommes et des femmes dans tous les métiers (c’est-à-dire 50 % d’hommes et 50 % de femmes dans toutes les professions).

Étant donné que les écarts entre les sexes sont plus prononcés chez les non-diplômés, l’indice de ségrégation est plus élevé chez ceux qui ne détiennent pas un diplôme universitaire (tableau 7). En 1991, les travailleurs non diplômés affichaient un indice de ségrégation de 61,8, ce qui signifie que 62 % des femmes (ou des hommes) auraient eu besoin de changer de profession pour que la répartition des hommes et des femmes soit égale (50-50) dans toutes les professions. En 2011, l’indice avait diminué de près de 4 points de pourcentage pour s’établir à 58,2Note13.

Tableau 7
Décomposition des changements dans la mesure de ségrégation des emplois en 1991 et 2011
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Décomposition des changements dans la mesure de ségrégation des emplois en 1991 et 2011 Sans diplôme universitaire et Avec un diplôme universitaire, calculées selon indice unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  Sans diplôme universitaire Avec un diplôme universitaire
indice
Indice de ségrégation  
1991 61,8 39,7
2011 58,2 38,6
Variation -3,6 -1,1
Décomposition points
Répartition par sexe -3,0 -2,4
Répartition des professions -0,6 1,3

Chez les diplômés universitaires, 39 % des femmes (ou des hommes) titulaires d’un diplôme auraient eu besoin de changer de profession pour obtenir une représentation égale des sexes (50-50) dans toutes les professions en 2011. Ces chiffres montrent que les hommes et les femmes détenant un diplôme universitaire présentent des profils professionnels plus semblables. Des résultats semblables ont été observés en 1991 (40 %).

La variation de l’indice de ségrégation peut être attribuable à deux facteurs. Le premier est l’« effet de la répartition par sexe », c’est-à-dire les changements dans la part des femmes (ou des hommes) dans les professions dominées par l’autre sexe. Le second est l’« effet de la répartition des professions », c’est-à-dire le degré d’expansion (ou de déclin) d’une profession en proportion du total.

Chez les non-diplômés, la variation de l’effet de la répartition par sexe (qui exprime l’entrée des hommes dans les professions à prédominance féminine et des femmes dans les professions à prédominance masculine) explique 3,0 des 3,6 points de diminution de l’indice de ségrégation entre 1991 et 2011. Seulement 0,6 point de ce recul était attribuable à la variation de la répartition des professions.

Chez les titulaires d’un diplôme universitaire, même si l’indice a peu varié au cours de la période, l’effet de la répartition par sexe et l’effet de la répartition par profession ont suivi des trajectoires opposées. Les femmes ont fait des avancées dans les professions à prédominance masculine durant la période, de sorte que l’effet de la répartition par sexe a fait baisser l’indice de ségrégation de 2,4 points. Mais, parallèlement, la transformation de la répartition par profession a fait monter l’indice de 1,3 point. Cette hausse indique que le profil professionnel des hommes et des femmes diplômés se caractérisait davantage par des professions affichant des concentrations relativement élevées de femmes ou d’hommes.

Conclusion

Au cours des deux dernières décennies, le niveau de scolarité des Canadiens, et particulièrement des femmes canadiennes, a considérablement augmenté. Ces changements, toutefois, n’ont pas nécessairement mené à des changements systématiques dans le profil professionnel des hommes et des femmes. En 2011, comme en 1991 et en 2006, au moins 20 % des femmes occupées titulaires d’un diplôme universitaire dans le groupe des 25 à 34 ans travaillaient dans trois professions, soit les institutrices à la maternelle et au primaire; les infirmières autorisées; et les professeures au secondaire. Les hommes, par contre, étaient moins concentrés, 11 % des diplômés universitaires de sexe masculin travaillant dans les trois professions employant le plus d’hommes en 2011.

Chez les travailleurs sans diplôme universitaire, les femmes ont enregistré des changements importants, et les hommes, des changements moins marqués. En 1991, les secrétaires et les commis à la comptabilité et personnel assimilé employaient ensemble 12 % des femmes sans diplôme universitaire. En 2011, cette proportion était tombée à moins de 4 %. Exception faite de la profession de vendeurs et commis-vendeurs, les hommes et les femmes sans diplôme universitaire affichaient des profils professionnels nettement plus distincts que ceux des hommes et des femmes titulaires d’un diplôme universitaire.

Entre 1991 et 2011, les femmes diplômées universitaires ont fait des percées importantes, la proportion de femmes ayant augmenté dans la grande majorité des professions. La situation était cependant différente chez les non-diplômés universitaires: certaines professions qui employaient déjà une forte proportion de femmes se sont masculinisées, et plusieurs professions qui employaient une forte proportion d’hommes sont restées telles quelles. En 2011, les travailleurs sans diplôme universitaire avaient cependant toujours une mesure de ségrégation hommes-femmes plus élevée que les titulaires d’un diplôme universitaire.

Sharanjit Uppal est analyste principal à la Division de la statistique du travail et Sébastien LaRochelle-Côté est rédacteur en chef de la publication Regards sur la société canadienne, Statistique Canada.


Notes

  1. Voir Ferguson and Zhao (2013).
  2. Voir Fortin et Huberman (2002).
  3. Voir LaRochelle-Côté et Uppal (2014) pour l’analyse de la proportion de femmes occupant des emplois de professionnels et pour l’étude de la surqualification chez les diplômés universitaires récents.
  4. En 2011, 4,7 % des femmes et 3,3 % des hommes déclaraient exercer la profession de vendeurs. Voir Statistique Canada (2013).
  5. Voir Scoffield (2013).
  6. Boyd (1990) propose une analyse détaillée des différences entre les sexes en ce qui concerne les compétences professionnelles à partir des données des recensements de la population de 1961, 1971, 1981 et 1986.
  7. De grands groupes professionnels pourraient être utilisés, mais ils seraient trop hétérogènes et difficiles à interpréter.
  8. La proportion d’infirmiers a donc diminué d’autant chez les travailleurs sans diplôme universitaire, parce que les infirmiers autorisés sont devenus plus susceptibles de détenir un diplôme universitaire avec le temps. Voir Allen et coll. (2007) pour des renseignements plus détaillés.
  9. Voir la section intitulée Sources de données, méthodes et définitions.
  10. Ces chiffres ne sont pas surprenants puisque les femmes restent moins enclines que les hommes à poursuivre des études universitaires en informatique et en génie. Voir Hango (2013).
  11. Sous-officiers des Forces armées.
  12. Voir Blau et coll. (2013). L’indice de ségrégation est expliqué de façon plus détaillée dans la section intitulée Sources de données, méthodes et définitions.
  13. Boyd (1990) a observé que l’indice dans les professions non agricoles a diminué chez les adultes, passant de 66,5 en 1971 à 57,5 en 1986, ce qui signifie que la majeure partie de la variation de l’indice de ségrégation s’est produite au cours des années 1970 et 1980. Il n’est pas possible d’établir de comparaisons entre 1971 et 2011 à cause des modifications apportées aux systèmes de classification des professions.

Informations reliées à cet article

Date de modification :