Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Jeux de hasard

Contenu archivé

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Texte intgral en PDF

  • Les recettes nettes tirées des loteries, des appareils de loterie vidéo (ALV), des casinos et des machines à sous à l'extérieur des casinos gérés par l'État ont augmenté, passant de 2,7 milliards de dollars en 1992 à 13,6 milliards en 20071.
  • Les recettes nettes provenanSt des paris mutuels (courses de chevaux) ont chuté, passant de 532 millions de dollars à 384 millions au cours de la même période (1992 à 2007).
  • En 2007, les loteries représentaient 25 % de toutes les recettes nettes tirées des jeux de hasard non caritatifs, les casinos, 33 %, les ALV et les machines à sous ne faisant pas partie de casinos constituaient 21 % de celles-ci.
  • Les recettes moyennes de jeu par personne de 18 ans et plus en 2007 allaient de 121 $ dans les trois territoires à 890 $ en Alberta, avec une moyenne nationale de 524 $2.
  • Les travailleurs du secteur des jeux de hasard étaient plus susceptibles, comparativement à ceux des autres secteurs, d'être des femmes (53 % contre 47 %), d'être rémunérés à l'heure (80 % contre 65 %), de toucher un revenu inférieur (18 $ l'heure comparativement à 20 $) et de recevoir des pourboires (30 % contre 7 %).
  • Le nombre d'emplois dans le secteur des jeux de hasard est passé de 11 000 en 1992 à 46 000 en 2007.
  • Une femme et un homme sur sept vivant seul ont déclaré dépenser de l'argent dans des casinos, des machines à sous ou des ALV. Cependant les hommes ont dépensé presque quatre fois la somme dépensée par les femmes soit 1 667 $ comparativement à 446 $3.
  • Le taux de participation aux jeux de hasard et les dépenses qui y sont liées ont progressé en fonction du revenu des ménages. Par exemple, 54 % des ménages ayant un revenu de moins de 20 000 $ ont joué en 2006 et y ont consacré en moyenne 469 $, tandis que les chiffres correspondants dans le cas des ménages touchant un revenu de 80 000 $ ou plus étaient de 82 % et de 566 $.

Tableaux et graphiques

Tableau 1 Recettes et bénéfices liés aux jeux de hasard

Tableau 2 Caractéristiques des travailleurs

Tableau 3 Caractéristiques des emplois

Tableau 4 Dépenses des ménages consacrées aux jeux de hasard

Tableau 5 Dépenses des ménages consacrées à tous les jeux de hasard selon la catégorie de revenu, 2006

Graphique A Les recettes nettes tirées des jeux de hasard gérés par l'État ont constamment augmenté

Graphique B Le secteur des jeux de hasard a dépassé les autres secteurs


Sources des données et définitions

Enquête sur la population active : enquête-ménage mensuelle qui recueille de l'information sur l'activité sur le marché du travail ainsi que sur la classification détaillée des professions et des industries concernant les personnes de 15 ans et plus.

Comptes nationaux : le programme relatif aux Comptes des revenus et des dépenses (CRD) trimestriels est un des multiples programmes constituant le Système de comptabilité nationale. Les CRD présentent de façon détaillée les comptes de revenus et de dépenses annuels et trimestriels pour tous les secteurs de l'économie canadienne, notamment les ménages, les entreprises, les gouvernements et les non-résidents.

Enquête sur les dépenses des ménages : enquête annuelle instituée en 1997 et qui a remplacé l'Enquête sur les dépenses des familles et l'Enquête sur l'équipement ménager. Elle recueille des données sur les dépenses, le revenu, l'équipement ménager et d'autres caractéristiques propres aux familles et aux particuliers vivant dans des ménages privés.

Secteur des jeux de hasard : ce secteur inclut les établissements qui servent principalement à des installations de jeux de hasard comme les casinos, les bingos et les appareils de loterie vidéo, ou qui offrent des services de jeux de hasard tels que les loteries et les paris hors hippodromes. Les courses de chevaux ainsi que les hôtels, les bars et les restaurants qui ont des casinos ou des appareils de jeu sur les lieux sont exclus.

Bénéfices tirés des jeux de hasard : recettes nettes des loteries, des casinos et des ALV gérés par les gouvernements provinciaux et territoriaux, après déduction des prix et des lots, des frais d'exploitation (salaires et traitements compris), des paiements au gouvernement fédéral et des autres frais généraux.

Recettes tirées des jeux de hasard : ensemble des recettes provenant des loteries, des casinos et des ALV gérés par les gouvernements provinciaux et territoriaux, moins les prix et les lots. Les recettes de jeu provenant des organismes caritatifs et destinées à ces derniers de même que les recettes provenant des réserves indiennes sont exclues.

Casino d'État : casino commercial géré par le gouvernement. Les permis, les licences et les règlements des casinos, qu'ils soient gérés par des organismes caritatifs ou par l'État, varient selon la province. Les casinos d'État, maintenant légalisés dans plusieurs provinces, diffèrent également selon le degré de participation publique et privée à leurs opérations et à leur gestion. Certains casinos d'État sont gérés entièrement comme des sociétés d'État, alors que d'autres sous-traitent certaines opérations — par exemple, l'entretien, la gestion ou les services — au secteur privé.

Appareil de loterie vidéo (ALV) : jeu de hasard électronique autonome à encaissement automatique. Les lots sont payés par un système d'encaissement informatisé, contrairement aux lots instantanés en argent obtenus des machines à sous. Les ALV sont gérés par les sociétés de loterie provinciales.

Notes

  1. Se rapporte au total de l'argent parié aux loteries non caritatives, aux casinos et aux ALV, moins les prix et les lots.
  2. L'Enquête sur les dépenses des ménages (EDM) et le classement des dépenses provinciales selon les Comptes nationaux diffèrent, en partie parce que l'EDM comprend les jeux de hasard caritatifs et non caritatifs.
  3. Les dépenses ne tiennent pas compte des gains de jeu. Aussi, les sommes déclarées par les ménages relativement aux jeux de hasard sont constamment inférieures aux sommes réelles. Par exemple, des comparaisons avec les données des sociétés de loterie ont démontré que la sous-déclaration des ménages quant aux achats de billets de loterie dépasse les 50 %.

Pour plus de renseignements, on peut joindre Katherine Marshall, Division de l'analyse des enquêtes auprès des ménages et sur le travail, au 613-951-6890 ou à perspectives@statcan.gc.ca.