Faits saillants

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

En juillet, la rémunération hebdomadaire moyenne des employés salariés non agricoles s'est établie à 906,68 $, en hausse de 1,1 % par rapport au mois précédent. D'une année à l'autre, la rémunération a augmenté de 4,1 %.

La hausse de 4,1 % de la rémunération au cours des 12 mois ayant pris fin en juillet s'explique par divers facteurs, y compris la croissance des salaires, les variations de la composition de l'emploi et le nombre moyen d'heures travaillées par semaine. En juillet, les employés salariés non agricoles ont travaillé en moyenne 32,9 heures par semaine, soit moins que les 33,1 heures enregistrées le mois précédent mais plus que les 32,8 heures observées en juillet 2011.

Rémunération hebdomadaire moyenne par secteur

La croissance de la rémunération hebdomadaire moyenne d'une année à l'autre a été supérieure à la moyenne nationale de 4,1 % dans cinq des principaux secteurs d'activité, à savoir les services professionnels, scientifiques et techniques, les services d'enseignement, les services d'hébergement et de restauration, la fabrication et la construction.

La rémunération hebdomadaire dans les services professionnels, scientifiques et techniques a augmenté de 6,1 % pour atteindre 1 279,82 $, des hausses ayant été enregistrées dans toutes les industries de ce secteur.

La rémunération hebdomadaire moyenne dans les services d'enseignement a progressé de 6,0 % pour atteindre 1 010,22 $ durant la période de 12 mois, toute la croissance ayant eu lieu dans les établissements postsecondaires ainsi que dans les écoles primaires et secondaires.

La rémunération hebdomadaire dans les services d'hébergement et de restauration a augmenté de 5,2 % pour passer à 377,30 $ au cours des 12 mois ayant pris fin en juillet. Les hausses les plus marquées ont été enregistrées dans les services de restauration spéciaux et dans les établissements de restauration à service restreint.

Dans le secteur de la fabrication, la rémunération hebdomadaire a progressé de 4,8 % pour atteindre 1 012,30 $ au cours des 12 mois ayant pris fin en juillet, la croissance la plus marquée ayant été observée chez les fabricants de matériel de transport, de papier, de métaux de première transformation, de produits du bois, de machines ainsi que de produits en plastique et en caoutchouc.

Dans le secteur de la construction, la rémunération hebdomadaire a augmenté de 4,5 % pour passer à 1 133,10 $. La plupart des industries de ce secteur ont enregistré une croissance de la rémunération.

La rémunération hebdomadaire moyenne augmentedans toutes les provinces

La rémunération hebdomadaire moyenne des employés salariés non agricoles a progressé dans toutes les provinces au cours des 12 mois ayant pris fin en juillet. Les hausses les plus élevées ont eu lieu en Saskatchewan, à Terre-Neuve-et-Labrador, à l'Île-du-Prince-Édouard et en Alberta.

En Saskatchewan, la rémunération hebdomadaire moyenne s'est établie à 929,31 $ en juillet, en hausse de 7,1 % par rapport à 12 mois plus tôt. Cette rémunération hebdomadaire compte parmi les plus élevées de toutes les provinces.

À Terre-Neuve-et-Labrador, la rémunération hebdomadaire moyenne a augmenté de 6,9 % pour atteindre 934,21 $, ce qui figure également parmi les rémunérations provinciales les plus élevées.

À l'Île-du-Prince-Édouard, la rémunération hebdomadaire moyenne a atteint 762,67 $ en juillet, en hausse de 6,5 % par rapport à 12 mois plus tôt.

À 1 094,85 $ en juillet, la rémunération hebdomadaire moyenne en Alberta était la plus élevée de toutes les provinces, en hausse de 6,1 % par rapport à 12 mois plus tôt.

En Colombie-Britannique, la rémunération hebdomadaire se chiffrait à 876,98 $ en juillet, en hausse de 4,9 % par rapport à 12 mois plus tôt.

Emploi salarié non agricole par secteur

Le nombre total d'employés salariés non agricoles a progressé de 19 200 de juin à juillet, soit la cinquième augmentation mensuelle consécutive.

En juillet, des hausses du nombre d'employés salariés ont été enregistrées dans le commerce de détail et le commerce de gros, dans les services professionnels, scientifiques et techniques, dans les soins de santé et l'assistance sociale, dans la construction ainsi que dans le transport et l'entreposage. La baisse la plus marquée a été observée dans les administrations publiques.

D'une année à l'autre, l'emploi salarié a augmenté de 290 300 (+1,9 %), la majeure partie de cette hausse étant survenue depuis février 2012 (+237 400).

Parmi tous les secteurs, celui de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière et de l'extraction de pétrole et de gaz affichait le taux de croissance de l'emploi salarié sur 12 mois le plus élevé, soit 8,1 % (voir « Profil de secteur » dans le présent communiqué). Venaient ensuite la construction (+4,6 %), l'hébergement et les services de restauration (+3,4 %), les services professionnels, scientifiques et techniques (+3,3 %) ainsi que le transport et l'entreposage (+3,1 %).

Profil de secteur : extraction minière,exploitation en carrière et extraction de pétrole et de gaz

De temps en temps, le présent communiqué dresse le portrait d'un secteur d'activité ou d'une province qui présente une tendance notable. Ce mois-ci, nous examinons le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière et de l'extraction de pétrole et de gaz, parce que la croissance de la rémunération, de l'emploi et des heures de travail y a été supérieure à la moyenne.

En juillet, le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière et de l'extraction de pétrole et de gaz comptait 221 400 salariés, représentant 1,4 % du total national, comparativement à 1,1 % en 2001. La part la plus importante des employés de ce secteur (44 %) travaillait dans l'industrie des activités de soutien à l'extraction minière et à l'extraction pétrolière et gazière, qui comprend des services tels que le forage à forfait, les services relatifs aux puits de pétrole et de gaz et le creusement des tunnels miniers.

Une autre tranche de 27 % des employés travaillaient dans l'extraction pétrolière et gazière, tandis que le reste travaillait dans l'extraction de minerais métalliques (14 %), dans l'extraction de minerais non métalliques et l'exploitation en carrière (10 %) et dans l'extraction de charbon (4 %).

À l'échelle provinciale, l'Alberta (55 %) affichait la part la plus importante de l'emploi dans le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière et de l'extraction de pétrole et de gaz, suivie de l'Ontario (11 %), de la Colombie-Britannique (10 %) et de la Saskatchewan (9 %).

En Alberta, la grande majorité des employés du secteur appartenaient à deux industries, à savoir celle des activités de soutien à l'extraction minière et à l'extraction pétrolière et gazière et celle de l'extraction de pétrole et de gaz. En Ontario, la plupart des employés travaillaient dans l'extraction de minerais métalliques, dans les activités de soutien à l'extraction minière et à l'extraction pétrolière et gazière ainsi que dans l'extraction de minerais non métalliques et l'exploitation en carrière.

En Colombie-Britannique, les employés du secteur travaillaient principalement dans les activités de soutien à l'exploitation minière et à l'extraction pétrolière et gazière, dans l'extraction de minerais métalliques et dans l'extraction de charbon, tandis qu'en Saskatchewan, ils étaient répartis dans toutes les industries, sauf celle de l'extraction de charbon.

Le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière et de l'extraction de pétrole et de gaz a été particulièrement touché par le ralentissement économique de 2008-2009. La baisse du nombre d'employés salariés y a été plus prononcée que dans la plupart des autres secteurs.

Après avoir atteint un sommet de 208 200 employés salariés en octobre 2008, l'emploi dans le secteur a reculé pendant 12 mois d'affilée, totalisant une baisse de 16,8 % qui l'a fait passer à 173 300 employés. À titre de comparaison, la diminution du nombre de salariés tous secteurs confondus était de 2,4 %.

D'octobre 2008 à octobre 2009, la plupart des industries du secteur ont connu des baisses d'emploi marquées. Faisait exception l'extraction de charbon, l'industrie comptant le moins d'employés, où les niveaux d'emploi étaient relativement stables.

D'octobre 2009 à juillet 2012, l'emploi salarié dans le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière et de l'extraction de pétrole et de gaz a augmenté de 28 %, comparativement à un taux de croissance de 4,9 % tous secteurs confondus. Par conséquent, en juillet 2012, le nombre d'employés dans le secteur a dépassé de 13 200 le sommet précédent atteint en octobre 2008.

Depuis 2007, la rémunération hebdomadaire moyenne dans le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière et de l'extraction de pétrole et de gaz est plus élevée que dans tous les autres secteurs. En outre, ce secteur a enregistré le taux de croissance le plus élevé de la rémunération, laquelle a augmenté de 11,7 % au cours des 12 mois ayant pris fin en juillet pour s'établir à 1 916,46 $. La croissance la plus marquée dans le secteur est survenue chez les employés de l'extraction minière et de l'exploitation en carrière, dont la rémunération hebdomadaire moyenne a augmenté de 21,5 %.

En juillet, la rémunération hebdomadaire moyenne la plus élevée, soit 2 382,65 $, a été enregistrée dans l'industrie de l'extraction pétrolière et gazière, suivie de l'extraction minière et de l'exploitation en carrière (1 780,89 $) et des activités de soutien (1 724,34 $).

Le nombre moyen d'heures travaillées par semaine par les employés salariés dans l'extraction minière, l'exploitation en carrière et l'extraction de pétrole et de gaz est passé de 40,8 à 41,5 heures au cours des 12 mois ayant pris fin en juillet. Ce secteur est celui où la semaine de travail moyenne est la plus longue, bien plus longue que la semaine moyenne de l'ensemble des secteurs, laquelle s'établissait à 32,9 heures en juillet. Les employés de l'industrie de l'extraction minière et de l'exploitation en carrière ont enregistré le nombre d'heures de travail hebdomadaire le plus élevé en juillet (42,4), suivis de ceux des activités de soutien (41,7) et de l'extraction de pétrole et de gaz (40,3).

Note aux lecteurs

L'Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail (EERH) est un recensement d'entreprises visant les employés salariés non agricoles. Son principal objectif est de dresser un portrait mensuel du niveau de rémunération, du nombre d'emplois et du nombre d'heures travaillées selon des catégories d'industrie détaillées à l'échelle du pays, des provinces et des territoires.

Statistique Canada produit aussi des estimations de l'emploi à partir de l'Enquête sur la population active (EPA), une enquête mensuelle. L'EPA est une enquête-ménage dont l'objectif premier est de répartir la population en âge de travailler en trois catégories qui s'excluent mutuellement, à savoir les personnes occupées (y compris les travailleurs autonomes), les chômeurs et les inactifs. Cette enquête est la source d'information officielle du taux de chômage, et elle permet de recueillir des données sur les caractéristiques sociodémographiques de l'ensemble de la population sur le marché du travail.

À la suite de différences conceptuelles et méthodologiques, les estimations des variations dans l'EERH et l'EPA divergent de temps en temps. Toutefois, les tendances affichées par les données sont assez semblables.

À moins d'indication contraire, les données figurant dans le présent communiqué sont désaisonnalisées. L'élimination de l'effet des variations saisonnières facilite les comparaisons. Pour obtenir plus de renseignements sur la désaisonnalisation, voir le document intitulé La désaisonnalisation et le repérage des tendances économiques.

Les données sur les employés rémunérés non agricoles portent sur tous les employés rémunérés à l'heure et les salariés, ainsi que sur la catégorie des « autres employés », qui comprend les employés payés à la pièce et ceux payés à la commission.

Les données sur le nombre moyen d'heures travaillées par semaine portent seulement sur les employés rémunérés à l'heure et les salariés, et excluent les entreprises qui n'ont pu être classées dans une catégorie du Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN).

Toutes les données sur la rémunération comprennent les heures supplémentaires et excluent les entreprises qui n'ont pu être classées dans une catégorie du SCIAN. Les données sur la rémunération correspondent à la rémunération brute avant les déductions à la source.

La rémunération hebdomadaire moyenne est obtenue en divisant les gains hebdomadaires totaux par le nombre d'employés.

Dans chaque communiqué, les données pour le mois de référence sont sujettes à révision. Les données du mois précédent ont été révisées. Les utilisateurs sont invités à demander et à utiliser les données les plus à jour pour chaque mois.

Les données sur le secteur de l'éducation

Les variations de l'effectif des salariés du secteur de l'éducation durant les mois d'été peuvent subir l'effet des changements au calendrier de paie et au calendrier scolaire. Il convient donc d'interpréter les variations d'un mois à l'autre avec prudence et de porter plus d'attention aux tendances à long terme.