Faits saillants

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

  1. L'emploi chez les immigrants du principal groupe d'âge actif (de 25 à 54 ans) a nettement augmenté en 2011, après une reprise assez tiède en 2010. Cette croissance a entraîné une baisse de 1,1 point de pourcentage du taux de chômage, celui-ci passant à 8,4 %, tandis que le taux d'emploi a légèrement augmenté pour atteindre 75,6 %. Parallèlement, le taux d'emploi des natifs du Canada a progressé de 0,5 point de pourcentage pour atteindre 82,9 %.
  2. En 2011, l'écart entre immigrants et natifs du Canada au chapitre du taux d'emploi est resté comparable à l'écart enregistré en 2009, année du dernier ralentissement économique ayant eu le plus d'incidence sur l'emploi. Toutefois, l'écart pour ce qui est du taux de chômage a légèrement diminué au cours de cette période.
  3. L'essentiel de la croissance de l'emploi observée chez les immigrants entre 2010 et 2011 est attribuable aux immigrants résidant au pays depuis plus de 10 ans.
  4. Les immigrants des Prairies et de la Colombie-Britannique comptent pour plus de la moitié de la croissance de l'emploi chez les immigrants en 2011.
  5. La majeure partie de la progression de l'emploi des immigrants entre 2010 et 2011 a été observée dans le secteur des soins de santé et de l'assistance sociale — le deuxième plus grand secteur d'activité au Canada — ainsi que dans les services de l'information, de la culture et des loisirs.
  6. Entre 2010 et 2011, l'emploi a progressé chez les immigrants ayant fait des études universitaires, principalement dans le travail à temps plein, et chez les immigrants établis depuis plus de 10 ans. Pour les natifs du Canada ayant une éducation universitaire, l'emploi était pratiquement inchangé. Par conséquent, l'écart entre les deux groupes relativement aux taux d'emploi et de chômage s'est amenuisé par rapport à 2009.
  7. Les immigrants du principal groupe d'âge actif nés aux Philippines présentent le taux d'emploi le plus élevé parmi tous les groupes, voire plus élevé que celui des natifs du Canada, qui se classent au deuxième rang, suivis des immigrants nés en Europe, qui affichent le troisième taux le plus élevé.
  8. Parmi tous les groupes d'immigrants, le taux d'emploi le plus faible et le taux de chômage le plus élevé ont été observés chez les immigrants nés en Afrique, et ces taux étaient particulièrement notables chez ceux qui se trouvaient au Canada depuis 5 ans ou moins.
Date de modification :