Sommaire

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

La qualité de l'emploi peut être définie de nombreuses façons différentes et va au-delà de la personne pour englober l'organisation ou la société en général. Dans le présent rapport, qui repose sur un cadre en voie d'élaboration par un groupe de travail international dirigé par le Canada, auquel participent les Nations Unies (ONU) et l'Organisation internationale du Travail (OIT), la qualité de l'emploi comprend la sécurité des personnes au travail, leur rémunération financière et non financière, les heures de travail et l'équilibre entre le travail et la vie personnelle, la stabilité d'emploi, le dialogue social, la mise en valeur des compétences et la satisfaction au travail.

À partir de ce cadre international, nous pouvons déterminer certains indicateurs disponibles à Statistique Canada pour illustrer la qualité de l'emploi, tant pour les Canadiens nés au pays que pour les immigrants. Dans le présent rapport, les principales sources d'indicateurs de la qualité de l'emploi sont l'Enquête sur la population active, l'Enquête sur le milieu de travail et les employés et l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes.

Ce rapport est axé sur une comparaison entre les travailleurs immigrants et ceux nés au Canada. Lorsque l'on compare différents groupes de personnes, il est important de comprendre les différences dans la structure par âge, sexe, scolarité, ancienneté, taille de l'entreprise et profession, étant donné qu'elles expliquent parfois certains des écarts observés. En 2008, les immigrants occupés de 25 à 54 ans, et plus particulièrement ceux établis récemment, étaient plus jeunes, plus susceptibles d'être de sexe masculin, avaient des niveaux plus élevés de scolarité postsecondaire, étaient plus susceptibles de travailler dans des petites entreprises et avaient tendance à appartenir à des groupes professionnels différents que les travailleurs nés au Canada.

Les indicateurs traditionnels servant à évaluer la qualité de l'emploi, et plus particulièrement lorsqu'il s'agit de comparer les immigrants et les personnes nées au Canada, comportent un lien avec la rémunération. Un certain nombre d'études canadiennes ont démontré que la rémunération des immigrants tire généralement de l'arrière par rapport à celle des personnes nées au Canada, même si les écarts ont tendance à se combler à mesure que s'allonge la période suivant l'établissement. L'analyse des données de l'Enquête sur la population active de 2008 fait ressortir que les employés immigrants, pour la plupart des périodes d'établissement et des groupes professionnels, avaient des taux de rémunération horaires inférieurs à ceux des personnes nées au Canada, même si les écarts étaient moins grands dans le cas des immigrants établis au Canada depuis plus de dix ans.

Lorsque l'on utilise le cadre international pour aller au-delà des indicateurs de la rémunération seulement, nous obtenons un aperçu plus robuste de la qualité de l'emploi des immigrants et des personnes nées au Canada. Même si les travailleurs immigrants et ceux nés au Canada affichaient certaines caractéristiques similaires au chapitre de la qualité de l'emploi (p. ex., proportion de travailleurs occupant plus d'un emploi, travail à temps partiel, accès à certaines conditions de travail souples et formation en cours d'emploi), des différences ont été notées au chapitre d'autres indicateurs de la qualité de l'emploi (p. ex., les immigrants affichaient une proportion plus faible de blessures au travail, une proportion plus faible de syndicalisation, des proportions plus élevés de travail à temps partiel involontaire, des proportions plus élevées d'emplois temporaires, des proportions plus faibles de participation à des régimes de retraite et d'assurance-vie parrainés par l'employeur par rapport aux personnes nées au Canada). Nombre de ces écarts entre les immigrants qui se sont établis il y a plus de dix ans et les personnes nées au Canada étaient moins importants que pour les immigrants établis plus récemment.

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :