Regard sur les statistiques du travail
Les jeunes ni en emploi, ni aux études, ni en formation : qu’ont-ils fait au cours des 12 derniers mois?

par Emmanuelle Bourbeau et Rachelle Pelletier

Date de diffusion : le 13 février 2019

Faits saillants

Introduction

Les jeunes (âgés de 15 à 29 ans) qui ne sont ni en emploi, ni aux études, ni en formation (NEET) sont souvent considérés comme plus vulnérables que leurs pairs, étant donné qu’ils courent le risque de devenir désengagés ou socialement exclus, et qu’ils pourraient manquer des possibilités d’acquérir des compétences ou de l’expérience sur le marché du travail.

Bien que Statistique Canada ait déjà examiné les caractéristiques de la population NEET auparavantNote , cette étude est la première à se pencher sur les activités des jeunes NEET de 15 à 29 ans sur une période de 12 mois en faisant appel aux données de l’Enquête sur la population active (EPA)Note . Les activités considérées aux fins d’analyse comprennent notamment le fait d’aller à l’école, de travailler, de prendre soin des enfants, et de faire du bénévolat comme activité principale ou secondaire.

Qui était NEET en septembre?

Dans l’ensemble, il y avait 6,9 millions de jeunes âgés de 15 à 29 ans au Canada en septembre 2018 (figure 1). De ce nombre, 4,0 millions étaient non-étudiants (57,8 %) et 2,9 millions étaient étudiantsNote  (42,4 %). Ces deux groupes (étudiants et non-étudiants) sont ensuite répartis entre les personnes ayant un emploi et les personnes sans emploi. La population NEET englobe tous les non-étudiants sans emploi : en septembre 2018, 779 000 personnes faisaient partie de cette catégorie (ce qui représente 11,3 % de la population totale âgée de 15 à 29 ans).

Figure 1 En septembre 2018, 779 000 jeunes Canadiens étaient NEET

Description de la figure 1

Ce diagramme présente la distribution des jeunes âgés de 15 à 29 ans en septembre 2018 entre différents groupes en se basant sur le statut d’étudiant et le statut sur le marché du travail.

En septembre 2018, il y avait un total de 6 920 000 jeunes Canadiens âgés de 15 à 29 ans. Ils sont divisés en deux groupes : les non-étudiants (3 998 000), et les étudiants (2 922 000). Chacun de ces deux groupes est subdivisé davantage.

Les étudiants sont divisés en trois groupes : ceux qui étaient en emploi (1 233 000), ceux qui étaient inactifs, ou qui ne cherchaient pas d’emploi (1 529 000), et ceux qui étaient chômeurs, ou à la recherche d’un emploi (160 000). Ces trois groupes ne sont pas subdivisés davantage.

Les non-étudiants sont divisés en deux groupes. Le premier groupe, qui inclut ceux qui n’étaient ni en emploi, ni aux études, ni en formation (NEET) (779 000), est subdivisé davantage. Le deuxième groupe, ceux qui étaient en emploi (3 219 000), n’est pas subdivisé davantage.

Ceux qui étaient NEET sont divisés en deux groupes : NEET chômeurs, qui étaient à la recherche d’un emploi (269 000), et NEET inactifs, qui ne cherchaient pas d’emploi (510 000). Ces deux groupes ne sont pas subdivisés davantage.

Les personnes de 25 à 29 ont représenté la plus grande proportion (46,8 %) de jeunes NEET au cours de la semaine de référence de l’EPA, suivies de celles de 20 à 24 ans (36,9 %), puis de celles de 15 à 19 ans (16,2 %). Alors que dans l’ensemble, les personnes NEET étaient un peu plus susceptibles d’être des femmes (52,1 %) que des hommes (47,9 %), les jeunes de 15 à 19 ans étaient, de l’ordre de quelques points de pourcentage, plus susceptibles d’être de sexe masculin, et ceux de 25 à 29 étaient plus susceptibles d’être de sexe féminin.

Parmi les jeunes qui étaient NEET en septembre 2018, 34,5 % étaient chômeurs (à la recherche d’un emploi et disponibles pour travailler) et 65,5 % étaient inactifs (pas à la recherche d’un emploi). Bien que ces deux groupes puissent être à risque de prendre du retard sur leurs pairs en ce qui concerne l’expérience de travail, cette inquiétude est généralement plus élevée pour les jeunes qui sont inactifs, étant donné qu’ils pourraient éprouver des difficultés à intégrer ou réintégrer le marché du travail.

Les hommes aussi bien que les femmes NEET étaient plus susceptibles d’être inactifs que chômeurs, mais la proportion de femmes qui étaient inactives (72,2 %) était plus élevée que celle d’hommes (58,2 %).

Dans l’ensemble, les jeunes NEET ont exercé un large éventail d’activités principales durant les 12 mois précédents

Au cours des 12 mois précédents, les membres de la population NEET ont déclaré un éventail d’activités principales. Un peu plus du quart d’entre eux (26,5 %) ont indiqué avoir fréquenté l’école, et une proportion semblable (26,1 %) ont affirmé avoir travailléNote  (graphique 1). Les principales activités déclarées par les autres personnes NEET comprenaient s’occuper des enfantsNote , être malade ou avoir une incapacité, être à la recherche d’un emploi rémunéré, ou d’autres activitésNote . Par comparaison, presque tous les membres de la population non NEET avaient travaillé ou étaient allés à l’école.

Graphique 1 Activité principale au cours des 12 mois précédents des personnes âgées de 15 à 29 ans selon le statut NEET, septembre 2018

Tableau de données du graphique 1
Tableau de données du graphique 1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 1 NEET et Non NEET, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
NEET Non NEET
pourcentage
Aller à l'école 26,5 37,3
Travail 26,1 58,9
S'occuper des enfants 14,4 1,3
Autres activités 13,3 1,4
Maladie ou incapacité 11,5 0,4
À la recherche de travail rémunéré 8,2 0,8

La plupart des personnes NEET ont déclaré avoir fréquenté l’école ou travaillé comme activité principale au cours des 12 mois précédents

Plus de la moitié des membres de la population NEET en septembre 2018 ont indiqué que leur activité principale au cours des 12 mois précédents avait en fait été soit d’aller à l’école, soit de travailler (52,6 %). Bien que cela puisse sembler contre-intuitif, cela signifie simplement qu’un certain nombre de personnes NEET en septembre 2018 aient pu être entre deux emplois, ou en transition entre l’école et le marché du travail. En outre, la plupart des personnes du groupe qui travaillaient ou allaient à l’école comme activité principale ont déclaré qu’ils étaient chômeurs (à la recherche d’un emploi et disponibles pour travailler), plutôt qu’inactifs (pas à la recherche d’un emploi).

Les membres de la population NEET étaient plus susceptibles d’avoir occupé un emploi temporaire

Les personnes NEET qui avaient eu un emploi rémunéré étaient plus susceptibles d’avoir occupé un poste temporaire (37,9 %) au cours des 12 mois précédents que les personnes non NEET (19,0 %). Un peu moins de 1 personne NEET sur 5 de ce groupe a déclaré avoir occupé un poste temporaire à défaut d’avoir trouvé un poste permanent. Cela appuie l’idée que certaines personnes NEET étaient entre deux emplois, et met en évidence les situations de précarité d’emploi ou de revenu auxquelles certains de ces jeunes peuvent être confrontés. Le fait d’occuper un poste temporaire est susceptible de compliquer l’acquisition d’une expérience de travail à long terme, ainsi qu’une stabilité financière.

S’occuper des enfants est une activité principale courante chez les femmes NEET de 25 à 29 ans

Parmi les personnes NEET, 14,4 % ont indiqué que leur activité principale au cours des 12 mois précédents consistait à s’occuper des enfants. Cette réponse était beaucoup plus fréquente chez les femmes (26,4 %) que chez les hommes (1,3 %Note ). Les femmes de 25 à 29 ans étaient les plus susceptibles de s’être occupées d’enfants (38,8 %), suivies des femmes de 20 à 24 ans (17,7 %).

Fait intéressant, parmi l’ensemble de la population canadienne âgée de 15 à 29 ans, les femmes de 25 à 29 ans étaient les plus susceptibles d’être en situation NEET (16,4 %) en septembre 2018. De plus, elles étaient plus susceptibles d’avoir été inactives qu’en chômage. Une autre étude récente a relevé ce taux supérieur d’inactivité chez les femmes de 25 à 29 ans, et l’a associé à la maternité (Brunet, 2018).

Certains jeunes Canadiens étaient NEET en raison d’un problème de santé physique ou mentale, ou d’une incapacité

Un peu plus de 1 personne NEET sur 10 (11,5 %) a déclaré qu’un problème de santé physique ou mentale ou une incapacité l’avait empêchée de faire autre chose comme activité principale au cours des 12 mois précédents. Il est important de prendre cette catégorie en considération dans le contexte de la population NEET, car certaines études, comme celle de Brunet (2018), indiquent que ces jeunes pourraient être exposés à un risque accru d’exclusion sociale et de dépression. Une proportion plus élevée d’hommes que de femmes ont indiqué « maladie ou incapacité » (13,8 % par rapport à 9,3 %), surtout chez les personnes de 25 à 29 ans. Les personnes qui étaient NEET et inactives avaient une proportion plus élevée d’entre elles qui avaient déclaré souffrir d’une maladie ou d’une incapacité (15,4 %) par rapport aux personnes au chômage (4,0 %).

Autres activités et recherche d’un emploi rémunéré

Les 13,3 % de personnes NEET appartenant à la catégorie « autres activités » peuvent être classées dans des sous-catégories plus détaillées. Plus particulièrement, 4,4 % des personnes NEET ont affirmé que les travaux ménagers constituaient leur activité principale, tandis que 1,0 %Note  ont déclaré le bénévolat ou les soins donnés à des personnes autres que des enfants. Les activités de la population NEET restante se répartissaient dans des sous-catégories telles que le travail familial non rémunéré, les voyages, l’apprentissage d’une langue, ou « rien ».

La recherche d’un emploi rémunéré a été déclarée comme activité principale par 8,2 % des personnes NEET, cette réponse ayant été donnée par une proportion plus grande d’hommes que de femmes (12,6 % par rapport à 4,2 %). La population NEET au chômage était plus susceptible d’avoir cherché un emploi rémunéré que les personnes NEET inactives (15,8 % et 4,2 % respectivement).

Différences entre les personnes nées au Canada et les immigrants

En septembre 2018, le taux de personnes NEET chez les personnes âgées de 15 à 29 ans était plus élevé pour les immigrants reçus (14,8 %) que pour les personnes nées au Canada (10,4 %). Cette différence s’explique par un taux NEET plus élevé chez les immigrants âgés de 25 à 29 ans (20,0 % comparativement à 12,8 % pour les personnes nées au Canada).

Le temps écoulé depuis l’établissement avait une incidence sur les taux NEET chez les immigrants. Les immigrants très récents (établis depuis cinq ans ou moins) affichaient un taux NEET de 18,3 % en septembre, comparativement à un taux de 13,2 % pour les immigrants établis depuis plus de cinq ans.

Un examen de l’activité principale au cours des 12 mois précédents permet de constater que la proportion de personnes NEET qui avaient travaillé ou étaient allées à l’école était semblable pour les immigrants et les personnes nées au Canada. Les immigrants NEET étaient plus susceptibles de s’être occupés d’enfants que les personnes nées au Canada (19,3 % par rapport à 13,3 % respectivement). Parmi les immigrants très récents qui étaient NEET, 30,6 % ont déclaré s’être occupés des enfants comme activité principale au cours des 12 mois précédents, comparativement à 12,5 % des immigrants établis au Canada depuis plus de cinq ans.

Les personnes NEET nées au Canada étaient plus susceptibles d’avoir déclaré une maladie ou une incapacité que les immigrants NEET (13,7 % par rapport à 6,8 %).

La plupart des personnes NEET n’avaient pas fait de bénévolat comme activité principale au cours des 12 mois précédents

Une autre façon de rester actif et engagé consiste à aider d’autres personnes. En septembre, deux questions ont été posées aux jeunes âgés de 15 à 29 ans au sujetNote  de leurs activités bénévoles pour un groupe ou un organisme, mais aussi au sujet de l’aide fournie aux autres de leur propre initiative et sans être rémunéré. Comme indiqué plus haut, seulement 1,0 %Note  de la population NEET a déclaré avoir fait du bénévolat ou donné des soins à des personnes autres que des enfants comme activité principale.

Une petite proportion de la population NEET a fait du bénévolat pour un groupe ou un organisme

Même s’il ne s’agissait pas de l’activité principale, environ 29,1 % des personnes NEET avaient fait, dans une certaine mesure, du bénévolat pour un groupe ou un organisme au cours de la période, comparativement à 37,0 % de la population non NEET. Parmi ceux qui avaient fait du bénévolat, en avoir fait « quelques fois au cours des 12 derniers mois » était la réponse la plus fréquente (tableau 1).

Tableau 1
Fréquence du bénévolat pour un groupe ou un organisme au cours des 12 derniers mois
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Fréquence du bénévolat pour un groupe ou un organisme au cours des 12 derniers mois NEET et Non NEET, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
NEET Non NEET
pourcentage
Au moins une fois par semaine 8,9 7,9
Au moins une fois par mois 5,1 7,1
Quelques fois au cours des 12 derniers mois 15,2 22,0
Pas du tout au cours des 12 derniers mois 70,9 63,0
Total 100,0 100,0

Près de la moitié des jeunes NEET ont fourni de l’aide aux autres sans rémunération

En ce qui concerne l’aide fournie aux autres de sa propre initiative et sans être payéNote , 48,0 % de la population NEET a offert ce genre d’aide au cours des 12 mois précédents (tableau 2), comparativement à 53,4 % de la population non NEET. La réponse la plus fréquente était « quelques fois au cours des 12 derniers mois », suivie de « au moins une fois par semaine ».

Tableau 2
Fréquence à laquelle de l'aide non rémunérée a été offerte au cours des 12 derniers mois
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Fréquence à laquelle de l'aide non rémunérée a été offerte au cours des 12 derniers mois NEET et Non NEET, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
NEET Non NEET
pourcentage
Au moins une fois par semaine 16,7 13,8
Au moins une fois par mois 11,2 13,9
Quelques fois au cours des 12 derniers mois 20,1 25,7
Pas du tout au cours des 12 derniers mois 52,0 46,6
Total 100,0 100,0

Conclusion

Cette étude a porté sur les 11,3 % de jeunes Canadiens (âgés de 15 à 29 ans) qui étaient NEET en septembre 2018, ainsi que sur leurs activités au cours des 12 mois précédents. Alors que la plupart d’entre eux avaient précédemment fréquenté l’école ou travaillé, le fait de s’occuper des enfants était aussi une réponse fréquente parmi les femmes qui étaient NEET. En septembre 2018, les femmes de 25 à 29 ans affichaient le taux NEET le plus élevé, et étaient les plus susceptibles de déclarer s’occuper des enfants.

En général, très peu de personnes NEET avaient fait du bénévolat comme activité principale, même si un peu moins d’un tiers d’entre eux en avaient fait dans une certaine mesure. Un peu plus de 1 personne NEET sur 10 a déclaré qu’un problème de santé physique ou mentale ou une incapacité l’avait empêchée de faire autre chose comme activité principale au cours des 12 mois précédents.

Sources des données et définitions

Cette analyse utilise des données de l’Enquête sur la population active (EPA) de septembre 2018 pour examiner les jeunes âgés de 15 à 29 ans. Ces jeunes peuvent être :

  • Aux études — y compris les élèves à temps plein et à temps partiel dans des établissements d’enseignement primaire et secondaire, des collèges et des universités. Aux fins de la présente analyse, les jeunes qui fréquentent « d’autres écoles » ne sont pas considérés comme étant aux études ou en formation.
  • En emploi — les jeunes qui, durant la semaine de référence de l’EPA, travaillaient ou avaient un emploi dont ils étaient temporairement absents (pour cause de maladie, de vacances, de conflit de travail, ou de responsabilités personnelles ou familiales).
  • Au chômage (à la recherche d’un emploi et disponibles pour travailler) — les jeunes qui avaient cherché du travail durant les quatre semaines se terminant par la période de référence et étaient disponibles pour travailler.
  • Inactifs (pas à la recherche d’un emploi) — les jeunes qui ne travaillaient pas et n’étaient pas chômeurs. Ces jeunes peuvent s’adonner à des activités productives, comme les voyages, le bénévolat ou la prestation de soins à un membre de la famille, ou à des activités préoccupantes, comme le décrochage scolaire ou l’abandon de la recherche d’emploi.
  • Cette analyse se base sur des données tirées de questions qui ont été ajoutées à l’EPA menée en septembre 2018 afin de déterminer, entre autres sujets, l’activité principale des répondants au cours des 12 mois précédents, et plus particulièrement pour les personnes âgées de 15 à 29 ans, la fréquence des activités du bénévolat au cours de la période.
  • Les questions, posées sur une base volontaire à la population âgée de 15 à 29, étaient les suivantes :
    1. Au cours des 12 derniers mois, est-ce que votre activité principale était de travailler à un emploi rémunéré ou à votre propre compte ou autre chose ?
    2. Au cours des 12 derniers mois, est-ce que votre emploi principal était permanent ou était-il d’une manière ou d’une autre non permanent ? (par exemple, saisonnier, temporaire, d'une durée déterminée, ou occasionnel)
    3. Quelle était la raison principale pour laquelle vous aviez un emploi non permanent ?
    4. Au cours des 12 derniers mois, quelle était votre activité principale ?
    5. Au cours des 12 derniers mois, avez-vous, à un moment ou un autre, travaillé à un emploi ou à une entreprise ?
    6. Au cours des 12 derniers mois, à quelle fréquence avez-vous fait du bénévolat pour un groupe ou un organisme ?
    7. Maintenant, pensez à l’aide fournie à des personnes de votre propre initiative, et non pas au nom d’un organisme. Par exemple, s’occuper de la maison de quelqu’un, conduire quelqu’un à un rendez-vous, visiter une personne âgée, pelleter de la neige ou garder des enfants sans être payé. Au cours des 12 derniers mois, à quelle fréquence avez-vous fait l'un de ces types d'activités sans être payé ?

Pour obtenir plus de renseignements, consultez le Guide de l’Enquête sur la population active (71-543-G).

Références

BRUNET, Sylvie. 2018. « La transition des études au travail : indicateur NEET (ni en emploi, ni aux études, ni en formation) pour les jeunes femmes et les jeunes hommes âgés de 25 à 29 ans au Canada », Indicateurs de l’éducation au Canada : feuillet d’information, produit no 81-599-X au catalogue de Statistique Canada.

MARSHALL, Katherine. 2012. « Les jeunes qui ne sont ni étudiants ni employés », L’emploi et le revenu en perspective, vol. 24, no 2, mai, produit no 75-001-X au catalogue de Statistique Canada.

STATISTIQUE CANADA. 2018. « La transition de l’école au travail : indicateur ni en emploi, ni aux études, ni en formation (NEET) pour les jeunes âgés de 15 à 19 ans au Canada », Indicateurs de l’éducation au Canada : feuillet d’information, produit no 81-599-X au catalogue de Statistique Canada.

Date de modification :