Analyse — Juin 2016

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

L’emploi était inchangé en juin (0,0 %). Le taux de chômage a diminué de 0,1 point de pourcentage pour s’établir à 6,8 % à la suite d’une légère baisse du nombre de personnes à la recherche de travail.

Au deuxième trimestre de 2016, l’emploi a peu varié (+11 000 ou +0,1 %). Il s’agit de la variation trimestrielle la plus faible en deux ans.

Au cours des 12 mois ayant pris fin en juin, le nombre de personnes en emploi a augmenté de 108 000 (+0,6 %), essentiellement dans le travail à temps partiel (+77 000 ou +2,3 %). Durant la même période, le nombre total d’heures travaillées a légèrement baissé (-0,1 %).

En juin, l'emploi a diminué chez les hommes de 55 ans et plus, tandis qu'il a progressé chez les jeunes de 15 à 24 ans et peu varié dans les autres groupes démographiques.

La Colombie-Britannique est la seule province à avoir enregistré une croissance de l’emploi. Les autres provinces ont connu peu de variation.

Moins de personnes travaillaient dans les secteurs de la construction, de la fabrication et des « autres services ». En revanche, l’emploi a augmenté dans les services d’hébergement et de restauration ainsi que dans le secteur de l’information, de la culture et des loisirs.

Le nombre d’employés a diminué dans le secteur public et a peu varié dans le secteur privé. Parallèlement, le nombre de travailleurs autonomes a augmenté.

L'emploi diminue chez les hommes de 55 ans et plus, et augmente chez les jeunes

L’emploi a diminué de 15 000 chez les hommes de 55 ans et plus, et le taux de chômage a augmenté de 0,5 point de pourcentage pour s’établir à 6,5 %. Au cours des 12 mois se terminant en juin, l’emploi dans ce groupe a progressé de 35 000 (+1,7 %), en raison principalement de la croissance de cette population (+153 000).

Chez les femmes de 55 ans et plus, l’emploi a peu varié en juin, et le taux de chômage s’est établi à 5,2 %. Par rapport à un an plus tôt, l’emploi dans ce groupe a toutefois progressé de 101 000 (+6,4 %), et cette hausse est en partie attribuable à la croissance de cette population (+155 000).

Les hommes et les femmes de 25 à 54 ans ont connu peu de variation de l’emploi tant par rapport au mois précédent que par rapport à 12 mois plus tôt. Néanmoins, leur taux de chômage a diminué de 0,2 point de pourcentage pour se fixer à 5,8 % en juin car ils étaient moins nombreux à chercher du travail.

Chez les jeunes de 15 à 24 ans, l’emploi a augmenté de 18 000 en juin, et cette hausse a eu lieu dans le travail à temps partiel. Le taux de chômage des jeunes était de 13,0 %. Par rapport à 12 mois plus tôt, le nombre de jeunes en emploi a baissé de 46 000 (-1,9 %) et leur population, de 47 000.

L’emploi d’été chez les étudiants

De mai à août, l'Enquête sur la population active recueille des données sur le marché du travail concernant les jeunes de 15 à 24 ans qui fréquentaient l'école à temps plein en mars et qui ont l'intention de retourner aux études à temps plein à l'automne. Les résultats de l'enquête réalisée en juin fournissent une première indication du marché des emplois d'été, particulièrement chez les étudiants de 20 à 24 ans, puisque bon nombre des étudiants âgés de 15 à 19 ans n'ont pas encore terminé l’année scolaire. Les données de juillet et d’août jetteront plus d’éclairage sur le marché des emplois d’été chez les étudiants. Les données publiées ne sont pas désaisonnalisées; les comparaisons ne peuvent donc être faites que d'une année à l'autre.

Chez les étudiants de 20 à 24 ans qui ont l’intention de retourner aux études à temps plein à l’automne, le taux d’emploi s’est établi à 64,0 % en juin, soit 3,2 points de pourcentage de moins que 12 mois plus tôt. Le taux de chômage de ce groupe s’est établi à 10,5 %, ce qui est presque inchangé par rapport à juin 2015.

L’emploi progresse en Colombie-Britannique

La Colombie-Britannique est la seule province à avoir enregistré une progression de l’emploi en juin (+16 000 ou +0,7 %), une progression qui prolonge la tendance à la hausse amorcée au printemps 2015. Le taux de chômage dans la province s’est fixé à 5,9 %, soit le taux le plus bas au pays. Par rapport à 12 mois plus tôt, l’emploi en Colombie-Britannique a augmenté de 70 000 ou 3,0 %, ce qui représente le taux de croissance le plus élevé de toutes les provinces.

Au Québec, l'emploi a connu peu de variation en juin. Comparativement à 12 mois plus tôt, l’emploi dans la province a progressé de 33 000 (+0,8 %), et le taux de chômage a baissé de 1,0 point de pourcentage, passant à 7,0 %.

En Ontario, l’emploi était pratiquement inchangé. À la suite d’une baisse du nombre de personnes actives sur le marché du travail, le taux de chômage a diminué, passant de 6,6 % à 6,4 %, soit le taux le plus bas depuis septembre 2008. Par rapport à 12 mois plus tôt, l’emploi dans cette province a progressé de 63 000 (+0,9 %).

L’emploi en Alberta était aussi pratiquement inchangé en juin, et le taux de chômage s’est établi à 7,9 %. Au cours des 12 mois se terminant en juin, l’emploi global dans la province a baissé de 52 000 (-2,2 %), et l’emploi à temps plein a diminué de 91 000 (-4,8 %). Au cours de la même période, le taux de chômage a augmenté de 2,1 points de pourcentage.

Les trois territoires connaissent une hausse de l’emploi

L’Enquête sur la population active recueille aussi des données sur le marché du travail dans les territoires. Ces données sont produites mensuellement sous forme de moyennes mobiles de trois mois.

Au deuxième trimestre de 2016, l’emploi au Yukon a augmenté de 800 par rapport au premier trimestre. Au cours de la même période, le taux de chômage était presque inchangé, à 5,2 %.

L’emploi dans les Territoires du Nord-Ouest a progressé de 400 au deuxième trimestre de 2016. Au cours de la même période, le taux de chômage a augmenté de 0,7 point de pourcentage pour s’établir à 8,0 % à la suite d’une hausse du nombre de personnes à la recherche de travail.

Au Nunavut, le nombre de personnes en emploi a augmenté de 800 au deuxième trimestre de 2016. Durant la même période, le taux de chômage a diminué de 3,9 points de pourcentage, passant à 13,5 %.

Perspective sectorielle

Après avoir augmenté en mai, l’emploi dans le secteur de la construction a baissé de 29 000 en juin. Avant correction pour tenir compte des facteurs saisonniers, le nombre de personnes travaillant dans ce secteur a augmenté entre mai et juin. Toutefois, cette hausse a été plus faible que d’habitude, ce qui a donné lieu à une baisse après désaisonnalisation. Par rapport à 12 mois plus tôt, l'emploi dans le secteur de la construction a peu varié.

Aussi après avoir augmenté en mai, l’emploi dans le secteur de la fabrication a diminué de 13 000 en juin, portant les pertes à 30 000 (-1,8 %) par rapport à 12 mois plus tôt. L'emploi dans ce secteur suit une tendance à la baisse depuis le début de 2016.

Le nombre de personnes travaillant dans les « autres services » — par exemple dans des organismes religieux, des fondations, des groupes de citoyens et des organisations professionnelles — a aussi diminué en juin (-9 300). Comparativement à un an plus tôt, toutefois, l'emploi dans ce secteur a progressé de 23 000 (+3,1 %).

En revanche, l’emploi a augmenté de 20 000 dans les services d’hébergement et de restauration. Il s’agit de la troisième hausse en quatre mois dans ce secteur.

L’emploi a aussi augmenté dans l’information, la culture et les loisirs (+14 000), portant la hausse à 44 000 par rapport à 12 mois plus tôt, ou +5,9 %, soit la croissance d’emploi la plus forte de tous les secteurs.

Si l’emploi dans le secteur des ressources naturelles a peu varié en juin, il était en baisse de 11,4 % comparativement à 12 mois plus tôt, et la majeure partie de cette baisse est survenue depuis le début de 2016.

L’emploi dans l’administration publique était pratiquement inchangé en juin, après avoir augmenté de 19 000 en mai. Durant ces deux mois, l’administration publique fédérale a connu une hausse d’emploi qui a coïncidé avec les activités du Recensement de 2016. Cette hausse était concentrée chez les intervieweurs d’enquête et les commis à la statistique, une catégorie professionnelle qui correspond au type de travail effectué pendant les élections fédérales et les recensements.

En juin, l’emploi dans le secteur public a diminué de 28 000, tandis que le nombre d'employés du secteur privé a peu varié. En revanche, le nombre de travailleurs autonomes a augmenté de 38 000 (+1,4 %).

Comparativement à 12 mois plus tôt, l’emploi dans le secteur public était inchangé, tandis que le nombre d'employés du secteur privé a légèrement augmenté (+62 000 ou +0,5 %) et le nombre de travailleurs autonomes a aussi légèrement progressé (+46 000 ou +1,7 %).

L’effet des feux de forêt dans la région de Fort McMurray sur la collecte et les estimations de l’EPA

En raison des feux de forêt qui ont touché le nord de l’Alberta et qui ont entraîné l’évacuation des résidents de la région de Fort McMurray, les données de l’Enquête sur la population active (EPA) pour les mois de mai et de juin n’ont pas été recueillies pour l’agglomération de recensement de Wood Buffalo.

À l’aide de méthodes statistiques courantes, les données manquantes pour Wood Buffalo ont été remplacées par des valeurs de substitution obtenues de répondants similaires de régions voisines.

La population de Wood Buffalo représente 2 % de la population de l’Alberta. Par conséquent, l’effet de l’interruption de la collecte des données est minime sur les estimations provinciales, et négligeable sur les estimations nationales.

L’effet de cette interruption est plus important dans les régions infraprovinciales, particulièrement la région économique de Wood Buffalo–Cold Lake, dont environ 60 % de la population est constituée de résidents de Wood Buffalo. En conséquence, les estimations distinctes relatives à cette région économique – qui sont normalement présentées sous forme de moyennes mobiles de trois mois – ne seront pas publiées pour le mois de juin.

La collecte courante de l’EPA dans toutes les autres régions du Canada n’a pas été touchée, et elle s’est déroulée du dimanche 19 juin au mardi 28 juin. La semaine de référence de l’EPA en juin allait du dimanche 12 juin au samedi 18 juin.

Statistique Canada connaît bien les circonstances difficiles que traversent les résidents de Fort McMurray. La décision de reprendre la collecte des données l’EPA à Fort McMurray sera prise en collaboration avec les administrations provinciales et locales de l’Alberta.

Note aux lecteurs

Les estimations de l'Enquête sur la population active (EPA) pour le mois de mai sont établies à partir de données recueillies au cours de la semaine du 12 au 18 juin.

Les estimations tirées de l'EPA sont fondées sur un échantillon et sont donc sujettes à la variabilité d'échantillonnage. Par conséquent, les estimations mensuelles se caractériseront par une plus grande variabilité que les tendances observées sur de plus longues périodes. Pour obtenir plus de renseignements à ce sujet, voir l'article intitulé « Interprétation des variations mensuelles de l'emploi provenant de l'Enquête sur la population active ». Les estimations visant de petites régions géographiques ou de petites branches d'activité sont également sujettes à une plus grande variabilité. Pour une explication de la variabilité d'échantillonnage touchant les estimations et de la façon d'évaluer cette variabilité à l'aide de l'erreur-type, consultez la section relative à la qualité des données, qui figure dans la publication Information sur la population active (71-001-X).

La présente analyse porte sur les différences entre les estimations qui sont statistiquement significatives à un niveau de confiance de 68 %.

Le taux d'emploi représente le nombre de personnes occupées exprimé en pourcentage de la population de 15 ans et plus. Le taux d'emploi d'un groupe particulier (les jeunes âgés de 15 à 24 ans, par exemple) est le nombre de personnes occupées dans ce groupe exprimé en pourcentage de la population dans le même groupe.

Le taux de chômage représente le nombre de chômeurs exprimé en pourcentage de la population active (personnes occupées et chômeurs).

Le taux d'activité représente le nombre de personnes occupées et de chômeurs exprimé en pourcentage de la population.

Les estimations de l'EPA sont les premières d'une série d'estimations des indicateurs du marché du travail publiés par Statistique Canada, y compris les indicateurs provenant de programmes tels que l'Enquête sur l'emploi, la rémunération et les heures de travail (EERH), les Statistiques de l'assurance-emploi, et l'Enquête sur les postes vacants et les salaires. Pour en savoir davantage sur les différences conceptuelles entre les estimations de l'emploi provenant de l'EPA et celles provenant de l'EERH, consultez la section 8 du Guide de l'Enquête sur la population active (71-543-G).

Désaisonnalisation

À moins d'indication contraire, les estimations du présent communiqué sont désaisonnalisées, ce qui facilite les comparaisons, car les effets des variations saisonnières sont supprimés. Pour obtenir des renseignements sur la désaisonnalisation, voir le document intitulé Données désaisonnalisées — Foire aux questions.

Le graphique 1 illustre la tendance-cycle des données de l'emploi. Ces données représentent une version lissée de séries chronologiques désaisonnalisées, qui fournit de l'information sur les mouvements à plus long terme, y compris les changements de direction de ces mouvements sous-jacents aux séries. Ces données figurent dans le tableau CANSIM 282-0087 pour la série de l'emploi à l'échelle du Canada. Pour en savoir plus, voir le Blogue de StatCan et les Estimations de la tendance-cycle — Foire aux questions.

Prochaine diffusion

Le prochain communiqué de l'EPA paraîtra le 5 août.