Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Analyse — Mai 2010

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Après la forte poussée du mois d’avril, l’emploi a progressé de 25 000 en mai, pour une cinquième hausse mensuelle consécutive. Le taux de chômage est resté inchangé et s’est établi à 8,1 %. Depuis le début de la tendance à la hausse, en juillet 2009, l’emploi a connu une croissance de 1,8 % ou 310 000.

En mai, l’emploi à temps plein a augmenté de 67 000, une progression partiellement contrebalancée par une diminution de 43 000 dans le travail à temps partiel. Depuis juillet 2009, presque toute la croissance de l’emploi s’est manifestée dans le travail à temps plein.

Le nombre d’employés du secteur privé a augmenté de 43 000 en mai, alors que celui des travailleurs indépendants a diminué de 28 000. Depuis juillet 2009, le nombre d’employés du secteur privé a crû de 2,8 %, presque toute la croissance étant survenue au cours des derniers mois. Depuis juillet 2009, l’emploi dans le secteur public s’est accru de 2,2 % tandis que le travail indépendant a fléchi de 2,3 %.

En mai, des hausses marquées de l’emploi ont été notées dans le transport et l’entreposage, les soins de santé et l’assistance sociale, les administrations publiques, et l’agriculture. Des baisses ont été observées dans le secteur de l’information, de la culture et des loisirs, dans l’hébergement et les services de restauration, ainsi que dans les ressources naturelles. L’emploi a peu varié dans les secteurs de la fabrication et de la construction en mai.

Toujours en mai, l’emploi a progressé en Ontario, en Alberta, à Terre-Neuve-et-Labrador, de même qu’en Nouvelle-Écosse. Il a fléchi, au cours du mois, en Colombie-Britannique et à l’Île-du-Prince-Édouard. L’emploi a peu changé dans les autres provinces en mai.

La croissance globale de l’emploi en mai s’est manifestée surtout chez les femmes âgées de 55 ans et plus.

La rémunération horaire moyenne a augmenté de 2,4 % en mai par rapport à ce qu’elle était un an plus tôt, soit une augmentation similaire à celles observées au cours des mois récents.

Des hausses surtout dans le secteur des services

En mai, l’emploi a augmenté dans un certain nombre d’industries.

L’emploi dans le secteur du transport et de l’entreposage a augmenté de 26 000 en mai, une hausse qui a effacé les baisses des deux mois précédents.

Le secteur des soins de santé et de l’assistance sociale a poursuivi sa longue ascension, l’emploi ayant progressé de 18 000 en mai. Le nombre de travailleurs en mai a aussi augmenté dans les administrations publiques (+13 000) et dans le secteur de l’agriculture (+9 000).

Ces hausses ont été tempérées par le repli de l’emploi dans les secteurs de l’information, de la culture et des loisirs (-25 000), de l’hébergement et des services de restauration (-22 000), et des ressources naturelles (-11 000).

L’emploi a peu bougé dans la construction et la fabrication en mai. Depuis juillet 2009, l’emploi a connu une croissance vigoureuse dans la construction (+83 000 ou 7,3 %), et il est resté stable dans le secteur de la fabrication.

Progression appréciable de l’emploi dans quatre provinces

L’Ontario a affiché une hausse de l’emploi de 18 000 en mai, entièrement dans le travail à temps plein. La progression de ce mois a porté les hausses de l’emploi dans cette province à 127 000 (+1,9 %) depuis juillet 2009, un taux de croissance qui s’apparente à la moyenne nationale (+1,8 %). En mai, le taux de chômage a légèrement augmenté (+0,1 point de pourcentage) pour atteindre 8,9 %, plus de personnes s’étant retrouvées sur le marché du travail.

En Alberta, l’emploi a gagné du terrain pour un deuxième mois d’affilée, en hausse de 15 000 en mai, si bien que le taux de chômage a diminué de 0,8 point de pourcentage pour se fixer à 6,6 %. Les hausses récentes ont permis à cette province d’afficher un niveau d’emploi légèrement supérieur à celui enregistré en juillet 2009 (+0,5 %).

En mai, une forte poussée de l’emploi à Terre-Neuve-et-Labrador (+7 600) a fait baisser le taux de chômage de 1,2 point de pourcentage pour se fixer à 13,8 %. Les hausses récentes ont porté la progression totale de l’emploi depuis juillet 2009 à 6,7 %, le taux de croissance le plus élevé de toutes les provinces.

En Nouvelle-Écosse, le nombre de travailleurs a augmenté de 3 500 en mai, une croissance de 1,5 % par rapport à juillet 2009. Le taux de chômage s’est établi à 8,7 % en mai.

L’emploi a peu bougé au Québec en mai, et le taux de chômage s’est fixé à 8,0 %. Depuis juillet 2009, le Québec a enregistré un taux de croissance de l’emploi (+2,3 %) parmi les plus élevés de toutes les provinces.

En mai, l’emploi a légèrement fléchi en Colombie-Britannique (-10 000) et à l’Île-du-Prince-Édouard (-1 900). L’emploi a progressé de 2,0 % depuis juillet 2009 dans ces deux provinces.

Croissance de l’emploi chez les femmes de 55 ans et plus

La hausse de l’emploi relevée en mai s’est surtout manifestée chez les femmes âgées de 55 ans et plus (+17 000). Depuis juillet 2009, ce sont les hommes âgés de 55 ans et plus qui ont connu le taux de croissance le plus élevé au chapitre de l’emploi (+5,0 %), viennent ensuite les femmes de 55 ans et plus (+3,1 %).

Dans le principal groupe d’âge actif (de 25 à 54 ans), l’emploi a progressé depuis juillet 2009 de 1,7 % chez les femmes et de 1,0 % chez les hommes. L’emploi chez les jeunes a augmenté de 1,6 % au cours de la même période.

Bon départ pour l’emploi d’été des étudiants

De mai à août, l’Enquête sur la population active recueille des renseignements sur le marché du travail concernant les jeunes de 15 à 24 ans qui fréquentaient l’école à temps plein en mars et qui ont l’intention de retourner aux études à l’automne. Les résultats de l’enquête pour mai fournissent les premiers indicateurs du marché des emplois d’été, particulièrement pour les étudiants de 20 à 24 ans, puisque les étudiants âgés de 15 à 19 ans n’ont pas encore terminé les cours pour l’été. Les données de juin, de juillet et d’août fourniront d’autres renseignements sur le marché des emplois d’été. Les estimations publiées ne sont pas désaisonnalisées, et les comparaisons ne peuvent donc être faites que d’une année à l’autre.

Le nombre d’étudiants de 20 à 24 ans occupant un emploi a crû de 54 000 en mai 2010 comparé à mai 2009, de sorte que le taux d’emploi de ce groupe a augmenté de 3,1 points de pourcentage pour atteindre 59,2 %. En mai 2009, les étudiants avaient été particulièrement touchés par le repli du marché du travail.

Malgré la hausse par rapport à 2009, le taux d’emploi des étudiants reste inférieur au taux observé en mai 2008 (63,6 %), année au cours de laquelle l’emploi d’été des étudiants était vigoureux.

Note aux lecteurs

Les estimations tirées de l'Enquête sur la population active (EPA) sont fondées sur un échantillon et sont donc sujettes à la variabilité d'échantillonnage. Les estimations visant de petites régions géographiques ou de petites branches d'activité seront associées à une variabilité plus importante. Pour une explication de la variabilité d'échantillonnage des estimations et de la méthode d'évaluation de cette variabilité à l'aide de l'erreur type, veuillez consulter la section de la publication Information sur la population active (71-001-X, gratuite) traitant de la qualité des données.

À moins d'indication contraire, les données exprimées dans le présent communiqué sont désaisonnalisées. L'élimination de l'effet des variations saisonnières facilite les comparaisons.

Le DVD-ROM de la Revue chronologique de la population active de 2009 (71F0004XVB, 209 $) est maintenant en vente.