Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Analyse — Juillet 2009

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Après avoir peu bougé en juin, l’emploi a diminué de 45 000 en juillet, les pertes ayant touché à la fois le travail à temps plein et le travail à temps partiel. Le taux de chômage est resté inchangé (8,6 %) en raison d’une moindre participation au marché du travail.

L’emploi s’est replié en juillet chez les jeunes de 15 à 24 ans et chez les femmes de 25 à 54 ans. Après le pic atteint en octobre 2008, l’emploi a diminué de 414 000, principalement chez les jeunes (-205 000) et chez les hommes de 25 à 54 ans (-201 000).

Même si la plupart des pertes d’emploi en juillet sont survenues au Québec, des baisses ont été enregistrées également en Saskatchewan et à Terre-Neuve-et-Labrador. L’emploi a peu varié dans les autres provinces.

La tendance à la baisse chez les employés du secteur privé a persisté en juillet, les fortes pertes observées pour ce groupe étant tempérées par la progression soutenue de l’emploi autonome.

En juillet, l’emploi a diminué dans les services d’hébergement et de restauration et dans la construction tandis que le commerce de détail et le commerce de gros ont connu des augmentations.

Depuis octobre, l’emploi total a chuté de 2,4 %, tout le recul s’observant dans le travail à temps plein, la vaste majorité des pertes étant enregistrées dans la fabrication, la construction, le transport et l’entreposage. Durant la même période, le taux de chômage a bondi de 2,3 points pour s’établir à 8,6 %, le taux le plus élevé en 11 ans.

Les salaires horaires moyens étaient en hausse de 3,4 % par rapport à juillet 2008, taux comparable aux augmentations sur douze mois des deux mois précédents.

Le Québec a perdu du terrain en juillet

Après quatre mois sans enregistrer de pertes notables, l’emploi au Québec a reculé de 37 000 en juillet, les baisses totales enregistrées depuis octobre s’établissant à 68 000 ou -1,8 %. Le taux de chômage de 9,0 % enregistré en juillet est le plus élevé depuis janvier 2004.

L’emploi a également diminué en Saskatchewan (-5 000) en juillet, revenant au niveau affiché en octobre 2008. Le taux de chômage a légèrement progressé pour s’établir à 4,7 %.

Après avoir augmenté le mois précédent, l’emploi a diminué à Terre-Neuve-et-Labrador (-2 800) en juillet, ce qui a fait augmenter le taux de chômage de 1,5 point pour s’établir à 17,1 %.

L’emploi en Ontario a légèrement augmenté en juillet, des hausses dans les services ont plus que compensé les baisses qui se sont poursuivies dans la construction. En juillet, le taux de chômage était de 9,3 %, en baisse de 0,3 point par rapport au mois précédent.

Depuis le début du repli du marché du travail l’automne dernier, l’emploi a diminué de 2,4 % au niveau national, ce qui a touché le plus l’Ontario (-3,3 %), Terre-Neuve-et-Labrador (-2,8 %), la Colombie-Britannique (-2,7 %) et l’Alberta (-2,4 %).

Les pertes se poursuivent chez les employés du secteur privé

Chez les employés du secteur privé, l’emploi a chuté de 75 000 en juillet, les pertes totales depuis octobre s’établissant à 436 000.

En juillet, le nombre de travailleurs indépendants a augmenté de 35 000. Depuis octobre, il a augmenté de 75 000, principalement dans la finance, les assurances, l’immobilier et la location; les services professionnels, scientifiques et techniques; et les autres services.

En juillet, l’emploi a reculé de 22 000 dans les services d’hébergement et de restauration, tandis qu’il a augmenté de 24 000 dans le commerce de détail et le commerce de gros.

Après avoir peu varié sur trois mois, l’emploi dans la construction a reculé de 18 000 en juillet, les pertes totales depuis octobre s’élevant à 120 000 (-9,6 %). L’emploi dans la fabrication a peu changé en juillet. Depuis octobre, il a chuté de 218 000 ou 11,1 %.

Un été difficile pour les jeunes, surtout les étudiants

En juillet, les baisses de l’emploi ont touché les jeunes (-38 000) et les femmes de 25 à 54 ans (-23 000). Depuis octobre, elles ont été les plus fortes chez les jeunes (-205 000) et les hommes de 25 à 54 ans (-201 000). Au cours de la même période, chez les travailleurs de 55 ans et plus, l’emploi a augmenté de 90 000.

De mai à août, l’Enquête sur la population active recueille de l’information sur le marché du travail concernant les jeunes de 15 à 24 ans qui fréquentaient l’école à temps plein en mars et qui ont l’intention de reprendre les études à l’automne. Les estimations publiées ne sont pas désaisonnalisées; les comparaisons ne peuvent donc être faites que d’une année à l’autre.

L’emploi a reculé de 10,9 % (-152 000) chez les étudiants de 15 à 24 ans en juillet 2009 par rapport au même mois de l’année précédente, soit la baisse la plus rapide en rythme annuel depuis juillet 1982.

En juillet, le taux de chômage a atteint 20,9 % chez les étudiants, en hausse de 7,1 points depuis juillet 2008. C’est le plus haut taux de chômage en juillet pour ces étudiants depuis que des données comparables sont devenues disponibles en 1977.

Note aux lecteurs

Les estimations tirées de l’Enquête sur la population active sont fondées sur un échantillon et sont donc sujettes à la variabilité d’échantillonnage. Les estimations visant de petites régions géographiques ou de petites branches d’activité seront associées à une variabilité plus importante. Pour une explication de la variabilité d’échantillonnage des estimations et de la méthode d’évaluation de cette variabilité à l’aide de l’erreur-type, veuillez consulter la section traitant de la qualité des données dans cette publication.

Les variations dans les salaires horaires moyens sont affectées par des changements dans la composition de la population active canadienne. Par exemple, une baisse de l’emploi dans les professions ou branches d’activités à faible salaire contribuera à l’augmentation du salaire horaire moyen national.

Le CD-ROM de la Revue chronologique de la population active de 2008 (71F0004XCB, 209 $) est maintenant en vente.