Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Information sur la population active

Ne pas publier avant 7 heures (HAE) vendredi 8 juin 2007

Du 13 au 19 mai 2007

71-001-XWF


Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Analyse — Mai 2007

L’emploi a peu bougé pour un deuxième mois d’affilée en mai, la hausse du travail à temps plein ayant été largement contrebalancée par une diminution du travail à temps partiel. Le taux de chômage se cantonne depuis quatre mois consécutifs à 6,1 %, un creux inégalé en 33 ans.

Depuis le début de l’année, la croissance de l’emploi s’est établie à 1,0 % (+162 000), soit un taux légèrement moins élevé que celui de 1,3 % observé au cours des cinq premiers mois de 2006.

Le taux d’emploi des étudiants, soit les jeunes de 15 à 24 ans qui étaient aux études à temps plein en mars et qui entendent poursuivre leurs études en septembre, a atteint en mai un sommet inégalé depuis 16 ans (47,2 %).

L’industrie de la construction, celle de l’information, de la culture et des loisirs, et celle de l’hébergement et des services de restauration ont été les principaux moteurs de la croissance de l’emploi au Canada depuis le début de l’année. Ces trois industries sont aussi celles qui ont soutenu l’emploi en mai, faisant contrepoids à la faiblesse des secteurs du commerce et des ressources naturelles.

En Colombie-Britannique, la hausse de l’emploi a été estimée à 14 000 en mai, exclusivement dans le travail à temps plein. La Colombie-Britannique (+2,0 %) mène le bal pour ce qui est de la croissance de l’emploi depuis le début de l’année. Le Nouveau-Brunswick (+1,9 %), l’Alberta (+1,8 %), le Québec (+1,3 %) et le Manitoba (+1,3 %) se situent également au-dessus de la moyenne nationale à ce chapitre.

Hausse de l’emploi à temps plein chez les hommes adultes et les jeunes

En mai, l’emploi chez les hommes adultes et chez les jeunes de 15 à 24 ans a peu varié globalement, alors que la forte hausse du travail à temps plein a été pour une bonne part effacée par la baisse du travail à temps partiel dans ces deux groupes. La situation de l’emploi chez les femmes a également peu bougé en mai.

Les étudiants sont plus nombreux à travailler

Le marché des emplois d’été débute sur une note positive, le nombre d’étudiants qui occupent un emploi ayant augmenté de 33 000 en mai par rapport à l’an dernier. Le taux d’emploi des étudiants, soit ceux qui étaient aux études à temps plein en mars et qui comptent y retourner en septembre, a atteint 47,2 % en mai, son plus haut niveau en 16 ans.

L’augmentation globale de l’emploi chez les étudiants au cours de la dernière année a été animée par les jeunes de 15 et 16 ans qui sont arrivés sur le marché du travail pour y occuper un emploi à temps partiel. Le taux d’emploi de ces jeunes étudiants a progressé de 2,8 points de pourcentage depuis un an pour atteindre 30,0 % en mai.

L’emploi chez les étudiants âgés de 20 à 24 ans a aussi démontré une certaine vigueur en mai 2007. Ces jeunes ont enregistré un taux d’emploi de 62,4 %, le plus haut depuis 1990, et un taux de chômage estimé à12,2 %, le plus bas depuis 31 ans. Comparativement à l’an dernier, un plus grand nombre de ces étudiants occupaient, en mai, des emplois à temps plein.

Les travailleurs indépendants prennent la relève

Le nombre de travailleurs indépendants a fortement augmenté en mai (+56 000), tandis que celui des employés du secteur privé a diminué (-58 000). Depuis octobre 2006, le nombre de travailleurs indépendants a bondi de 6,5 %, une progression beaucoup plus marquée que celle des employés tant du secteur public (+0,9 %) que du secteur privé (+0,4 %).

Du vent dans les voiles sur la Côte pacifique

En Colombie-Britannique, la hausse estimative de l’emploi s’est chiffrée à 14 000 en mai, ce qui porte la progression depuis le début de l’année à 45 000 (+2,0 %). Jusqu’à présent cette année, la croissance s’est concentrée dans la construction, dans le secteur du commerce et dans celui de l’information, de la culture et des loisirs. Le taux de chômage de cette province se situait à 4,2 % en mai.

Bien qu’elle reste bien supérieure à la moyenne nationale, la croissance de l’emploi en Alberta au cours des cinq premiers mois de 2007 (+1,8 %) est moins rapide qu’au cours de la même période l’an dernier (+3,9 %). La croissance depuis le début de l’année est surtout attribuable au commerce (+19 000) et à l’industrie de l’information, de la culture et des loisirs (+9 800). En mai, le taux de chômage en Alberta s’est haussé à 3,8 % (+ 0,4 point de pourcentage).

Au Manitoba, le taux d’activité a atteint un sommet sans précédent de 70,0 % en mai, car plus de personnes ont fait leur entrée dans le marché du travail. Parallèlement, le taux de chômage a grimpé de 0,4 point de pourcentage pour se fixer à 5,2 %. Malgré cette hausse, le taux de chômage du Manitoba reste parmi les plus bas au pays.

Le Nouveau-Brunswick fait figure de proue dans l’Atlantique

Le Nouveau-Brunswick enregistre le taux de croissance de l’emploi depuis le début de 2007 (+1,9 %) parmi les plus élevés au pays. D’ailleurs, cette province est la seule de l’Atlantique à présenter une progression significative de l’emploi depuis le début de l’année. Les hausses les plus fortes ont été observées dans l’hébergement et les services de restauration, et dans l’information, la culture et les loisirs.

En Nouvelle-Écosse, l’emploi s’est replié au mois de mai (-4 400), et les baisses se sont réparties dans plusieurs secteurs. Le taux de chômage s’est maintenu à 8,0 % en raison d’une forte diminution de la population active sur le marché du travail. Le recul de l’emploi à l’Île-du-Prince-Édouard (-1 400) a fait monter l’estimation du taux de chômage, celui-ci s’établissant à 10,0 %.

Au Québec, la situation de l’emploi s’améliore en 2007

Alors que l’emploi a peu varié au Québec en mai, le taux de chômage s’est maintenu à 7,2 %, un creux record en 33 ans. Depuis le début de l’année, l’emploi a progressé de 1,3 %, soit un taux de croissance plus élevé que celui enregistré au cours de la même période l’an dernier (+0,3 %). Jusqu’à présent cette année, les hausses dans la construction, dans l’hébergement et les services de restauration, ainsi que dans l’information, la culture et les loisirs ont plus que compensé le fléchissement du secteur de la fabrication.

Depuis le début de l’année, la progression de l’emploi en Ontario est entravée par le repli du secteur de la fabrication (-3,2 %) ainsi que des services aux entreprises, des services relatifs aux bâtiments et des autres services de soutien (-6,8 %). Malgré la vigueur de diverses industries du secteur des services, la croissance globale de l’emploi en Ontario au cours des cinq premiers mois de l’année (+0,3 %) continue d’accuser un retard important par rapport à la moyenne nationale. Le taux de chômage a diminué de 0,3 point de pourcentage en mai pour s’établir à 6,3 %.

(Nota :  De mai à août, l'Enquête sur la population active recueille de l'information sur le marché du travail concernant les jeunes âgés de 15 à 24 ans qui allaient à l'école à temps plein en mars et qui ont l'intention de retourner aux études à l'automne. Les résultats de l'enquête pour mai fournissent les premiers indicateurs du marché des emplois d'été, particulièrement pour les étudiants âgés de 20 à 24 ans. Un grand nombre des étudiants plus jeunes, âgés de 15 à 19 ans, n'ont pas encore fini les cours pour l'été. Les données de juin, juillet et août fourniront d'autres renseignements sur le marché des emplois d'été. Les estimations publiées ne sont pas désaisonnalisées, et les comparaisons ne peuvent donc être faites que d'une année à l'autre.)

Note aux lecteurs

Les estimations tirées de l’Enquête sur la population active sont fondées sur un échantillon et sont donc sujettes à la variabilité d’échantillonnage. Les estimations visant de petites régions géographiques ou de petites branches d’activité seront associées à une variabilité plus importante. Pour une explication de la variabilité d’échantillonnage des estimations et de la méthode d’évaluation de cette variabilité à l’aide de l’erreur-type, veuillez consulter la section traitant de la qualité des données dans cette publication.

Le CD-ROM de la Revue chronologique de la population active de 2006 (71F0004XCB, 209 $) est maintenant disponible.

Graphique 1 Indicateurs de l'emploi et du chômage, Canada, données désaisonnalisées
Graphique 2 Indicateurs de l'emploi et du chômage, Canada, données désaisonnalisées
Graphique 3 Indice de l'emploi selon la branche d'activité, Canada, données désaisonnalisées, janvier 2004=100
Graphique 4 Indice de l'emploi selon la branche d'activité, Canada, données désaisonnalisées, janvier 2004=100
Graphique 5 Indice de l'emploi selon la branche d'activité, Canada, données désaisonnalisées, janvier 2004=100
Graphique 6 Indice de l'emploi selon la province, données désaisonnalisées, janvier 2004=100
Graphique 7 Indice de l'emploi selon la province, données désaisonnalisées, janvier 2004=100