Statistique Canada - Statistics Canada
Sauter la barre de navigation principaleSauter la barre de navigation secondaireAccueilEnglishContactez-nousAideRecherche site webSite du Canada
Le quotidienLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAccueil
RecensementLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAutres liens

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Logo de la publication
 
 
 
 
 
 
 
 
71-001-XWF
Information population active
Ne pas publier avant 7 heures (HAE) vendredi 8 septembre 2006
Du 13 au 19 août 2006


Analyse — Août 2006

En août, l’emploi a peu bougé pour un troisième mois consécutif, ce qui marque la plus longue période sans croissance depuis la fin de 2001. Le taux de chômage a enregistré une légère hausse de 0,1 point de pourcentage pour s’établir à 6,5 %. Il s’agit malgré tout d’un des taux les plus bas des 30 dernières années.

La pause de la progression de l’emploi observée au cours des trois derniers mois fait suite à une période de très forte croissance. Depuis le début de l’année, des hausses de 194 000 emplois (+1,2 %) ont été relevées, exclusivement dans le travail à temps plein.

En août, le nombre d’emplois à temps plein a bondi de 47 000, mais ce bond n’a pas suffi à contrebalancer les pertes d'emplois à temps partiel (-63 000), notamment chez les femmes adultes et chez les jeunes âgés de 15 à 24 ans. Jusqu’à maintenant cette année, la progression de l’emploi chez les femmes adultes (+2,1 %) a surpassé celle de l’emploi chez les hommes adultes (+0,6 %).

Le secteur de la production de biens a continué de subir les effets du fléchissement de la demande étrangère. La baisse de l’emploi dans le secteur de la fabrication en août a porté les pertes à 87 000 emplois depuis le début de 2006.

Le secteur des services a affiché de bien meilleurs résultats au cours des derniers mois. Cependant, en août, des baisses ont été rapportées dans les services d’enseignement et dans les administrations publiques. Seul le secteur des services professionnels, scientifiques et techniques a profité d’une forte hausse de l’emploi.

Les salaires horaires moyens se sont accrus de 3,7 % par rapport à août 2005, soit un taux qui est demeuré supérieur à la dernière hausse d’une année à l'autre de l'Indice des prix à la consommation (+2,4 %). En Alberta, les salaires horaires ont augmenté de 8,3 % au cours des 12 derniers mois.

Une fois les chiffres ajustés en fonction des définitions américaines, le taux de croissance de l’emploi au Canada s’apparente à celui des États-Unis pour les huit premiers mois de l’année (+1,3 %). Le taux de chômage a également enregistré une baisse comparable au cours de cette période.

Repli de l’emploi dans le secteur de la production de biens

Le secteur de la fabrication ne cesse de perdre des emplois depuis 2002, le mois d’août marquant le niveau d’emploi le plus faible dans ce secteur depuis mars 1998. Ce repli de l’emploi depuis le début de 2006 touche bon nombre d’industries du secteur, principalement l’industrie des aliments, et celle des véhicules et des pièces automobiles.

Si les pertes d’emplois manufacturiers ont touché les hommes et les femmes également, les femmes ont profité davantage de l’expansion du secteur des services jusqu’à maintenant cette année. Les dernières estimations du PIB pour le deuxième trimestre de 2006 révèlent une progression soutenue du secteur des services et un fléchissement du secteur de la production de biens.

En août, le secteur des services d’enseignement a cédé 20 000 emplois, principalement dans les écoles primaires et secondaires. Après avoir connu une croissance vigoureuse au début de 2005, l’emploi a peu varié jusqu’à présent cette année.

Les administrations publiques ont également perdu des emplois en août (-21 000), cette baisse ayant contrebalancé la hausse du même ordre observée le mois précédent. Ce repli pourrait s’expliquer en partie par la diminution progressive des activités associées au Recensement de 2006. Ce secteur d’activité suit le rythme global de croissance de l’emploi depuis 2003.

Le secteur des services professionnels, scientifiques et techniques a affiché une forte hausse de l’emploi en août (+19 000), le nombre de travailleurs dans les services d’architecture, de génie et de design ayant augmenté. Malgré la croissance relevée en août, l’emploi dans ce secteur est resté pratiquement inchangé depuis le début de 2006.

L’Alberta accapare une large part des hausses de l’emploi au pays

L’Alberta a enregistré une hausse de 78 000 emplois, soit 40 % des emplois gagnés au Canada depuis le début de 2006, et dépasse même l’Ontario à ce chapitre (+68 000 emplois ou 35 % de la croissance globale) pour les huit premiers mois de l’année. Il s’agit là d’une proportion considérable, particulièrement dans la mesure où cette province ne compte que 10 % de la population canadienne en âge de travailler.

En août, l’Alberta a affiché une légère hausse de 8 000 emplois. Cependant, en raison de l’augmentation du nombre de personnes à la recherche d’un emploi, le taux de chômage a grimpé de 0,6 point par rapport à juillet pour se fixer à 4,2 %.

Bien que, en août, l’emploi soit resté presque inchangé en Ontario, il a progressé de 1,1 % jusqu’à présent en 2006, suivant de près le taux de croissance national. Par contre, la progression de l’emploi a été beaucoup faible au Québec au cours des huit premiers mois de l’année (+0,3 %). Si le déclin du secteur de la fabrication a entravé la croissance de l’emploi dans les deux provinces, les fortes hausses observées dans le secteur des services en Ontario ont plus que contrebalancé ce fléchissement.

Un bond appréciable du travail à temps plein à Terre-Neuve-et-Labrador a fait grimper le taux d’emploi de cette province à un niveau quasi-record de 50,5 % en août. Ces hausses se sont réparties dans plusieurs branches d’activité.

Le Nouveau-Brunswick a perdu 5 000 emplois en août, ce qui porte l’emploi à peu près au niveau observé 12 mois plus tôt.

Redressement du travail indépendant

Après les fortes baisses survenues au début de l’année, le travail indépendant a rebondi en août (+27 000), principalement en raison de la progression de l’emploi dans la construction, dans le secteur du commerce ainsi que dans celui des services aux entreprises, des services relatifs aux bâtiments et des autres services de soutien.

Le marché de l’emploi pour les étudiants connaît son meilleur mois d’août depuis trois ans

Les étudiants âgés de 20 à 24 ans ont profité du meilleur mois d’août pour les emplois d’été depuis trois ans. Leur taux d’emploi s’est établi à 72,0 %, en hausse de 2,6 points par rapport à l’année précédente. Près de 70 % de ceux qui travaillaient occupaient un emploi à temps plein. Le taux de chômage de ces jeunes s’est fixé à 5,5 % seulement, comparativement à 6,6 % au cours du même mois l’an dernier.

Les jeunes de 17 à 19 ans ont, eux aussi, tiré parti d’un marché de l’emploi favorable en août; 62,7 % occupaient un emploi, soit le taux le plus élevé depuis trois ans. Environ la moitié de ces jeunes qui travaillaient occupaient un emploi à temps plein.

Pour l’ensemble de l’été (moyenne de mai à août), ce sont les étudiants de 17 à 19 ans qui ont affiché la plus forte croissance de l’emploi par rapport à l’été précédent. L’emploi chez ces jeunes a augmenté de 2,3 points, soit près du double de la progression de l’emploi relevée chez les étudiants du début de la vingtaine.

(Nota : De mai à août, l'Enquête sur la population active recueille de l'information sur le marché du travail concernant les jeunes de 15 à 24 ans qui fréquentaient l'école à temps plein en mars et qui ont l'intention de retourner aux études à l'automne. Les estimations publiées ne sont pas désaisonnalisées, et les comparaisons ne peuvent donc être faites que d'une année à l'autre.)

Graphique 2Indicateurs de l'emploi et du chômage, Canada, données
désaisonnalisées
Graphique 3Indicateurs de l'emploi et du chômage, Canada, données
désaisonnalisées
Graphique 4Indice de l'emploi selon la branche d'activité, Canada, données
désaisonnalisées, janvier 2003=100
Graphique 5Indice de l'emploi selon la branche d'activité, Canada, données
désaisonnalisées, janvier 2003=100
Graphique 6Indice de l'emploi selon la branche d'activité, Canada, données
désaisonnalisées, janvier 2003=100
Graphique 7Indice de l'emploi selon la province, données désaisonnalisées,
janvier 2003=100
Graphique 8Indice de l'emploi selon la province, données désaisonnalisées,
janvier 2003=100


Page d'accueil | Recherche | Contactez-nous | English Haut de la page
Date de modification : 2006-09-15 Avis importants