Statistique Canada - Statistics Canada
Sauter la barre de navigation principaleSauter la barre de navigation secondaireAccueilEnglishContactez-nousAideRecherche site webSite du Canada
Le quotidienLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAccueil
RecensementLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAutres liens

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Version PDF Qualité des données Graphiques Produits et services Cartes de référence Informations aux utilisateurs Tableaux Commentaire Contenu
71-001-XIF
Information population active
Avril 2003

Commentaire

En avril, le nombre d’emplois a légèrement fléchi de 19 000, de sorte que le taux de chômage a augmenté de 0,2 point pour atteindre 7,5 %. La croissance de l’emploi au cours des quatre premiers mois de 2003 s’est chiffrée à 49 000 (+0,3 %), une progression nettement inférieure à celle de 216 000 emplois (+1,4 %) observée pendant la même période un an plus tôt.

Aux États-Unis, l’emploi a poursuivi sa tendance à la baisse, bien que le recul survenu en avril ait été moins marqué qu’au cours des deux mois précédents. Depuis le début de 2003, les États-Unis ont subi des pertes de 322 000 emplois (-0,2  %).

Pertes d’emplois en Ontario

La plus forte baisse de l’emploi en avril a été observée en Ontario, où le nombre d’emplois a fléchi de 27 000. Le taux de chômage provincial a ainsi augmenté de 0,3 point pour s’établir à 6,8 %. Le repli de l’emploi en Ontario est survenu chez les jeunes (-20 000) et chez les femmes adultes (-13 000).

En Ontario, les secteurs les plus touchés par les pertes d’emplois en avril ont été celui des soins de santé et de l’assistance sociale (-14 000) de même que celui de l’hébergement et service de restauration (-12 000). Près de la moitié du fléchissement de l’emploi dans le secteur des soins de santé et de l’assistance sociale en Ontario est survenu à Toronto, mais tout le recul de l’emploi dans le secteur de l’hébergement et de la restauration s’est concentré chez les travailleurs des restaurants de la métropole. Au total, le nombre d’emplois à Toronto a légèrement diminué de 4 000 en avril, alors que le taux de chômage a bondi d’un demi-point pour atteindre 7,7 %.

Bien qu’il ne soit pas possible de déterminer dans quelle mesure les baisses dans ces secteurs étaient attribuables au SRAS, il se peut que des personnes dans ces branches d’activité n’aient pu travailler en raison des fermetures d’hôpitaux ou du ralentissement des activités dans le secteur de l’hébergement et de la restauration.


Note aux lecteurs à propos de la semaine de référence de l’EPA et du SRAS

Lors de la semaine de référence de l’Enquête sur la population active d’avril 2003 (soit la semaine du 13 au 19 avril), Toronto subissait les effets de l’éclosion du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) depuis quelques semaines déjà. La mise en garde aux voyageurs lancée par l’Organisation mondiale de la Santé est survenue après la semaine de référence de l’enquête.

Le nombre d’heures travaillées au cours de la semaine de référence de l’EPA constitue une mesure importante de l’activité économique. Malheureusement, l’EPA n’a pu mesurer efficacement les conséquences du SRAS sur les heures travaillées à Toronto et en Ontario, le Vendredi saint étant tombé pendant la semaine de référence de l’enquête pour la première fois depuis huit ans. Le congé du Vendredi saint a des répercussions appréciables sur le nombre total d’heures travaillées ainsi que sur la répartition des heures entre les travailleurs des diverses branches d’activité. Par conséquent, il est impossible de distinguer l’effet du Vendredi saint avec l’impact potentiel du SRAS sur le nombre d’heures travaillées.


Diminution du nombre de jeunes travaillant à temps partiel

Sur le plan national, le nombre d’emplois à temps partiel a diminué de 29 000 et ce repli n’a été que partiellement compensé par une hausse de près de 11 000 emplois à temps plein. Depuis le début de l’année, un fléchissement de 47 000 emplois à temps partiel a été relevé (-1,6 %), ce qui tranche avec la forte croissance survenue en 2002. Parallèlement, l’emploi à temps plein a progressé de 95 000 (+0,8 %) au cours de la même période, poursuivant ainsi sa tendance à la hausse amorcée au début de 2002.

En avril, la diminution de l’emploi s’est fait sentir chez les jeunes, ceux-ci ayant perdu 20 000 emplois, principalement des emplois à temps partiel. Le taux de chômage des jeunes a grimpé de 0,7 point pour se chiffrer à 13,4 %.

Chez les adultes, l’emploi a peu varié en avril. Si les femmes adultes et les jeunes n’ont affiché que de faibles hausses de l’emploi depuis le début de 2003, le nombre d’emplois chez les hommes adultes s’est accru de 53 000 (+0,7 %) au cours de la même période.

Pertes d’emplois dans le secteur de l’hébergement et de la restauration

À l’échelle du pays, l’emploi a fléchi dans le secteur de l’hébergement et des services de restauration (-18 000), contrebalançant partiellement le bond de 33 000 emplois observé en mars. En dépit de la baisse du mois d’avril, l’emploi dans ce secteur est en hausse de 21 000 (+2,1 %) par rapport à ce qu’il était un an plus tôt.

Malgré la perte de 17 000 emplois dans le secteur des soins de santé et de l’assistance sociale en avril, cette branche d’activité a 69 000 emplois de plus (+4,4 %) qu’il y a un an.

Le nombre d’emplois a augmenté de 16 000 dans le secteur du commerce, la première hausse enregistrée depuis le début de l’année. La croissance de l’emploi dans ce secteur a été particulièrement forte au second semestre de 2002.

Une hausse de 16 000 emplois a également été observée dans les administrations publiques, la croissance des douze derniers mois s’établissant ainsi à 36 000 emplois (+4,7 %).

Le secteur de la finance, des assurances, de l’immobilier et de la location a affiché une augmentation de 15 000 emplois, portant la progression depuis le début de l’année à 41 000 emplois (+4,5 %). Les hausses étaient concentrées dans les services financiers et immobiliers. Bien que l’emploi ait peu varié dans le secteur de la construction depuis le début de 2003, il a connu une croissance marquée par rapport au niveau enregistré il y a un an (+50 000 ou +5,7 %).

L’emploi dans le secteur de la fabrication a continué de montrer des signes de faiblesse et il est en baisse de 38 000 (-1,6 %) depuis le début de l’année. Les plus fortes diminutions au cours des quatre premiers mois de 2003 ont été enregistrées dans l’industrie des produits informatiques et électroniques. Ce déclin a été compensé par les hausses d’emplois relevées dans l’industrie des véhicules automobiles et des pièces. Au cours des quatre premiers mois de 2003, la tendance de l’emploi dans l’ensemble du secteur de la fabrication a été similaire à celle des États-Unis, où le nombre d’employés de ce secteur a été réduit de 1,2 %.

Perspectives provinciales

Outre les pertes d’emplois survenues en Ontario, le nombre d’emplois a fléchi de 5 000 au Nouveau-Brunswick en avril, principalement dans le travail à temps partiel. Cette baisse a touché plusieurs branches d’activité. L’emploi dans la province s’établit maintenant à peu près au niveau enregistré il y a un an. Le taux de chômage s’est accru de 0,5 point en avril pour se fixer à 10,3 %.

Le Québec a affiché une légère hausse de 12 000 emplois en avril, contrebalançant une partie du repli observé en mars. Le taux de chômage a augmenté de 0,2 point pour se fixer à 9,1 %, en raison d’une intensification de l’activité sur le marché du travail. Depuis le début de 2003, l’emploi dans la province a peu varié dans l’ensemble, comparativement à la croissance de 2,8 % (+97 000) relevée au cours de la même période un an plus tôt. En avril, l’emploi dans les administrations publiques a bondi de 20 000, les plus fortes hausses étant survenues dans les administrations provinciales et locales. Cet accroissement a été partiellement neutralisé par une réduction de 16 000 emplois dans le secteur de l’information, de la culture et des loisirs. Malgré une diminution de 8 000 emplois dans les soins de santé et l’assistance sociale, ce secteur est en hausse de 22 000 emplois (+5,6 %) par rapport au niveau enregistré un an plus tôt.

En Nouvelle-Écosse, le nombre d’emplois a légèrement augmenté (+3 000), la progression s’étant manifestée dans plusieurs branches d’activité. Cette hausse porte la croissance à 10 000 emplois (+2,2 %) depuis octobre 2002, soit au moment où la tendance actuelle à la hausse s’est amorcée. En avril, le taux de chômage a diminué de 0,7 point pour s’établir à 8,6 %.

Le Manitoba a également affiché une légère hausse de 3 000 emplois, grâce à laquelle le taux de chômage a fléchi de 0,5 point pour se fixer à 4,3 %. Cette province compte maintenant 7 000 emplois de plus (+1,3 %) qu’il y a un an.

L’emploi a peu varié dans les autres provinces.


Haut de la page


Page d'accueil | Recherche | Contactez-nous | English Haut de la page
Date de modification : 2003-05-09 Avis importants