Analyse — Deuxième trimestre 2011

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

La dette internationale nette du Canada a augmenté d'un montant supplémentaire de 5,1 milliards de dollars pour atteindre 217,8 milliards de dollars à la fin du deuxième trimestre. Il s'agit d'une neuvième augmentation trimestrielle consécutive de la dette extérieure nette, reflétant des entrées importantes de capitaux dans l'économie canadienne au cours de cette période.

Le passif international du Canada a progressé de 27,3 milliards de dollars au deuxième trimestre, sous l'effet, encore une fois, des investissements par les non-résidents dans des titres canadiens et, dans une moindre mesure, des investissements directs étrangers au Canada.

Note aux lecteurs

Le bilan des investissements internationaux présente la valeur et la composition de l'actif et du passif du Canada envers le reste du monde. Le bilan net des investissements internationaux du Canada est la différence entre cet actif étranger et ce passif. L'excédent du passif international sur l'actif se traduit par une position d'endettement international net du Canada. L'excédent de l'actif international sur le passif est appelé actif international net du Canada. On mesure l'actif et le passif au bilan des investissements internationaux à la valeur comptable sauf avis contraire. Cette valeur est celle de l'actif et du passif dans les livres d'une entreprise connaissant un investissement.

Évaluation monétaire

On convertit en dollars canadiens la valeur de l'actif et du passif exprimée en devises étrangères à la fin de chaque période de calcul du bilan. La plupart des avoirs étrangers du Canada sont exprimés en devises étrangères, tandis que moins de la moitié du passif international du pays est exprimée en devises étrangères. Si le dollar canadien s'apprécie, la réévaluation de l'actif et du passif en dollars canadiens dégage une valeur moindre. Le contraire se vérifie si le dollar canadien est en dévalorisation.

Les investisseurs étrangers ont ajouté 19,4 milliards de dollars de titres canadiens à leurs portefeuilles, marquant ainsi un 10e trimestre consécutif de tels investissements. Les acquisitions de titres canadiens par des non-résidents se sont chiffrées à 270,2 milliards de dollars au cours de cette période, plus des trois quarts des acquisitions ayant été faites sur le marché obligataire canadien.

L'actif international a augmenté de 22,2 milliards de dollars au deuxième trimestre, alimenté par l'investissement direct canadien à l'étranger, les prêts et les dépôts placés à l'étranger ainsi que les placements dans les titres.

Le dollar canadien est resté stable par rapport aux grandes devises étrangères. Cependant, il a entraîné une réévaluation à la hausse de 1,1 milliard de dollars de l'actif international, s'étant apprécié de 0,5 % par rapport au dollar américain et à la livre sterling, mais perdant 2,8 % par rapport au yen japonais et 1,7 % par rapport à l'euro.

L'actif net en investissements directs du Canada continueà diminuer

L'augmentation des fusions et des acquisitions a renforcé les investissements directs étrangers au Canada au deuxième trimestre, tandis que les investissements directs canadiens à l'étranger ralentissaient. Par conséquent, la position d'actif net des investissements directs canadiens à l'étranger a diminué pour se fixer à 44,3 milliards de dollars à la fin du deuxième trimestre.

Le passif net du Canada en valeurs mobilières atteintun nouveau sommet

Au deuxième trimestre, les investissements étrangers en valeurs mobilières canadiennes se sont de nouveau concentrés dans les obligations, les acquisitions s'y chiffrant à 11,9 milliards de dollars. Les acquisitions par les investisseurs non résidents en instruments du marché monétaire canadien, surtout des bons du Trésor fédéral, ont aussi augmenté au cours du trimestre.

Parallèlement, les investissements canadiens en titres étrangers ont ralenti, les acquisitions d'actions étrangères ayant été principalement neutralisées par une diminution des avoirs en instruments d'emprunt étrangers à court et à long termes. Par conséquent, le passif net des investissements en valeurs mobilières (l'écart entre les titres étrangers détenus par les investisseurs canadiens et les titres canadiens détenus par les investisseurs étrangers) a augmenté pour atteindre 371,3 milliards de dollars à la fin du deuxième trimestre. Il s'agit du 14e trimestre d'augmentation d'affilée de ce passif net, reflétant dans une large mesure les investissements continus des non-résidents dans les valeurs mobilières canadiennes.

Les baisses sur les marchés boursiers sont en partiecompensées par l'augmentation de la dette

Le bilan global net des investissements internationaux du Canada peut aussi être calculé en fonction des titres échangeables évalués au prix du marché. Selon cette mesure, la dette extérieure nette du Canada a augmenté de 4,0 milliards de dollars pour s'établir à 213,5 milliards de dollars à la fin du deuxième trimestre, les pertes sur les marchés boursiers canadiens ayant été légèrement plus prononcées que sur un certain nombre de marchés boursiers étrangers.