Analyse — Troisième trimestre 2010

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

La dette extérieure nette du Canada a augmenté de 20,4 milliards de dollars pour atteindre 223,8 milliards de dollars à la fin du troisième trimestre. Le passif international a continué d'augmenter, surtout en raison de la vigueur soutenue des investissements étrangers en titres canadiens, alors que l'actif international a diminué.

La dette extérieure nette a augmenté au cours de la plupart des sept derniers trimestres, reflétant l'évolution des déficits du compte courant et la variation du taux de change, pour atteindre 13,8 % du produit intérieur brut du Canada. Malgré tout, elle reste en deçà du taux de 40 % enregistré au milieu des années 1990.

L'augmentation de la dette extérieure nette est principalement attribuable aux nouveaux emprunts canadiens sur les marchés étrangers ainsi qu'aux achats étrangers de titres de créance canadiens sur les marchés secondaires.

Note aux lecteurs

Le bilan des investissements internationaux présente la valeur et la composition de l'actif et du passif du Canada envers le reste du monde. Le bilan net des investissements internationaux du Canada est la différence entre cet actif et ce passif. L'excédent du passif international sur l'actif se traduit par une position d'endettement international net du Canada. L'excédent de l'actif international sur le passif est appelé actif international net du Canada. On mesure l'actif et le passif au bilan des investissements internationaux à la valeur comptable sauf avis contraire. Cette valeur est celle de l'actif et du passif dans les livres d'une entreprise connaissant un investissement.

Évaluation monétaire

On convertit en dollars canadiens la valeur de l'actif et du passif en devises à la fin de chaque période de calcul du bilan. La plupart des avoirs étrangers du Canada sont exprimés en devises étrangères, tandis que moins de la moitié du passif international du pays est exprimée en devises étrangères. Si le dollar canadien s'apprécie, la réévaluation de l'actif et du passif en dollars canadiens dégage une valeur moindre. Le contraire se vérifie si le dollar canadien est en dévalorisation.

La variation du taux de change a continué d'avoir une incidence sur l'actif et le passif internationaux du Canada. Au cours du trimestre, le dollar canadien s'est apprécié de 3,5 % par rapport au dollar américain, mais il a diminué de 7,2 % par rapport à l'euro, de 2,4 % par rapport au yen japonais et de 1,6 % par rapport à la livre sterling.

Le passif international continue d'augmenter

Le passif international a augmenté d'un montant supplémentaire de 6,9 milliards de dollars pour atteindre 1 648,3 milliards de dollars au troisième trimestre, mais l'augmentation a été moins rapide qu'au trimestre précédent. Les entrées importantes de capitaux étrangers dirigées vers les obligations canadiennes ont été en grande partie compensées par une diminution des investissements directs étrangers au Canada et par une baisse du passif libellé en devises étrangères, cette dernière ayant été attribuable à l'effet de réévaluation à la baisse découlant de l'appréciation du dollar canadien par rapport au dollar américain.

L'actif international continue à subir l'influencedes fluctuations du taux de change

L'actif international du Canada a diminué de 13,5 milliards de dollars pour passer à 1 424,5 milliards de dollars au troisième trimestre. Comme seulement 0,5 milliard de dollars de fonds canadiens ont été rapatriés de l'étranger au cours du trimestre, cette situation est principalement attribuable à l'effet de réévaluation à la baisse sur l'actif international découlant de l'appréciation du dollar canadien par rapport au dollar américain. Compte tenu de la vaste proportion d'investissements canadiens à l'étranger libellés en dollars américains, cette situation a plus que compensé l'effet de réévaluation à la hausse découlant de la dépréciation du dollar canadien par rapport à d'autres devises.

Réduction des investissements directs étrangersau Canada

Les positions d'investissement direct ont diminué au troisième trimestre, la baisse des investissements directs étrangers au Canada ayant été plus marquée que celle des investissements directs canadiens à l'étranger. Pour la première fois depuis le deuxième trimestre de 2009, les investisseurs directs étrangers ont rapatrié des fonds de leurs filiales canadiennes au troisième trimestre. Le retrait de 9,2 milliards de dollars de fonds du Canada était principalement attribuable au remboursement de dettes à des sociétés mères étrangères.

Du côté de l'actif, un rapatriement canadien élevé de fonds auprès de sociétés affiliées étrangères et une réévaluation à la baisse de l'actif en investissements directs principalement attribuable au taux de change ont été atténués par des acquisitions au chapitre des investissements directs canadiens aux États-Unis et au Royaume-Uni. La position d'actif net du Canada en investissements directs a donc légèrement augmenté.

Proportion à la hausse des obligations par rapportau passif envers les non-résidents

Les investisseurs étrangers ont de nouveau augmenté leurs avoirs en obligations canadiennes au troisième trimestre, soit de 20,6 milliards de dollars. Les hausses ont surtout été concentrées vers les achats d'obligations de sociétés privées. Les autres achats visaient principalement des obligations fédérales et provinciales, lesquelles ont encore fait l'objet de forts investissements, mais d'une activité réduite par rapport au trimestre précédent. Malgré tout, les avoirs étrangers en obligations gouvernementales ont augmenté de près de 60 % par rapport à la fin de 2008.

Les obligations gouvernementales ont augmenté de façon marquée au cours de la majeure partie des deux dernières années, pour atteindre 14 % du passif international du Canada. Ce pourcentage est à la hausse par rapport au taux d'environ 10 % observé en 2007-2008, mais bien en deçà du sommet de 27 % atteint en 1994.

La vigueur des marchés boursiers étrangersatténue l'augmentation de la dette extérieure nette

Le bilan des investissements internationaux du Canada peut également être calculée en fonction des titres échangeables aux prix du marché. D'après ce calcul, la dette extérieure nette du Canada a augmenté de 11,1 milliards de dollars pour atteindre 223,6 milliards de dollars à la fin du troisième trimestre.

L'augmentation relativement plus importante observée sur les marchés boursiers étrangers a contribué à atténuer l'augmentation de la dette extérieure nette. La valeur des avoirs canadiens en actions étrangères a augmenté de 50,2 milliards de dollars, alors que l'actif d'actions canadiennes des investisseurs étrangers a augmenté de 32,2 milliards de dollars.