Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Analyse — Premier trimestre 2010

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

La dette extérieure nette du Canada a augmenté de 40,6 milliards de dollars pour atteindre 193,8 milliards de dollars à la fin du premier trimestre. Cette augmentation témoigne de l'effet de réévaluation à la baisse sur l'actif et le passif internationaux attribuable à l'appréciation du dollar canadien, de même que du déficit trimestriel toujours présent, quoique moins élevé, du compte courant et de l'injection correspondante et moins élevée de capitaux nets dans l'économie canadienne. La dette extérieure nette a connu une hausse au cours des cinq derniers trimestres, après une longue période de baisse générale dans cet agrégat.

Baisse de l'actif international face à un dollar canadien qui s'apprécie et hausse du passif international

L'actif international du Canada a diminué de 1,1 % pour se fixer à 1 399,3 milliards de dollars pendant le premier trimestre. L'effet de réévaluation à la baisse sur la valeur de l'actif canadien libellé en devises étrangères attribuable à l'appréciation du dollar s'est élevé à 51,1 milliards de dollars. Cet effet a plus que compensé l'injection, au cours du trimestre, de 41,5 milliards de dollars d'investissements canadiens à l'étranger. Le dollar canadien a pris de la valeur relativement à toutes les grandes devises étrangères, en hausse de 3,5 % par rapport au dollar américain, de 4,0 % par rapport au yen japonais, de 9,7 % par rapport à l'euro et de 10,2 % par rapport à la livre sterling.

Note aux lecteurs

Le bilan des investissements internationaux présente la valeur et la composition de l'actif et du passif du Canada envers le reste du monde. Le bilan net des investissements internationaux est la différence entre cet actif et ce passif. L'excédent du passif international sur l'actif se traduit par une position d'endettement international net. L'excédent de l'actif international sur le passif est appelé actif international net. On mesure l'actif et le passif au bilan des investissements internationaux à la valeur comptable sauf avis contraire. Cette valeur est celle de l'actif et du passif dans les livres d'une entreprise connaissant un investissement.

Évaluation monétaire

On convertit en dollars canadiens la valeur de l'actif et du passif en devises à la fin de chaque période de calcul du bilan. La plupart des avoirs étrangers du Canada sont exprimés en devises étrangères, tandis que moins de la moitié du passif international du pays est exprimée en devises étrangères. Si le dollar canadien s'apprécie, la réévaluation de l'actif et du passif en dollars canadiens dégage une valeur moindre. Le contraire se vérifie si le dollar canadien est en dévalorisation.

Le passif international a augmenté de 1,6 % pour atteindre 1 593,1 milliards de dollars. Les non-résidents ont investi 51,8 milliards de dollars supplémentaires au Canada pendant le trimestre, ce qui représente tout de même une hausse comparativement au trimestre précédent. Ces investissements étaient principalement composés d'investissements directs au Canada et d'obligations canadiennes. Toutefois, l'appréciation du dollar canadien a ralenti cette augmentation en raison d'une réévaluation à la baisse de 25,2 milliards de dollars du passif libellé en devises étrangères.

L'actif net en investissements directs accuse un recul marqué

La position d'actif net du Canada par rapport aux investissements directs s'est repliée davantage pour atteindre 4,7 milliards de dollars à la fin du premier trimestre, soit une diminution importante (-39,2 milliards de dollars) de l'écart entre les investissements directs canadiens à l'étranger et les investissements directs étrangers au Canada. La valeur des investissements directs canadiens à l'étranger a diminué de 25,9 milliards de dollars, principalement en raison de la réévaluation à la baisse attribuable à l'appréciation du dollar canadien (-26,7 milliards de dollars) et aux investissements marginaux à l'étranger. Parallèlement, les investissements directs étrangers au Canada étaient en hausse, ce qui reflète l'importance relative des flux entrants d'investissement de 15,2 milliards de dollars.

La dette nette du Canada au compte des titres de portefeuille augmente légèrement

La valeur des avoirs canadiens en titres étrangers a baissé de 11,1 milliards de dollars au cours du premier trimestre. La réévaluation à la baisse attribuable à l'appréciation du dollar canadien a plus qu'annulé les flux d'investissement, principalement boursiers, de 5,2 milliards de dollars qui ont eu lieu au cours du trimestre.

Les avoirs des non-résidents en titres canadiens ont légèrement augmenté pendant le trimestre. L'investissement dans les titres canadiens, dont la valeur s'élevait à 18,2 milliards de dollars au premier trimestre, a été en grande partie annulé par une baisse de 13,9 milliards de dollars de la valeur du passif libellé en devises étrangères attribuable à la réévaluation de la devise. Les achats importants d'obligations canadiennes se sont poursuivis (19,1 milliards de dollars). Cette activité a été ralentie par un désinvestissement marginal dans les actions canadiennes et les titres du marché monétaire.

La valeur au marché des avoirs canadiens en actions étrangères atténue l'augmentation de la dette extérieure nette

Le bilan global net des investissements internationaux du Canada peut également être calculé à l'aide de la valeur marchande des titres échangeables de l'actif et du passif de portefeuille. Selon cette mesure, la dette extérieure nette du Canada s'est élevée à 166,6 milliards de dollars à la fin du premier trimestre. Cette hausse a été légèrement atténuée par les fluctuations des marchés boursiers, alors que les marchés mondiaux affichaient un rendement supérieur à celui des marchés canadiens au cours du trimestre. Par conséquent, les prix des actions étrangères détenues par les Canadiens ont pris davantage de valeur (+4,2 %) que le prix des actions des entreprises canadiennes détenues par des non-résidents (+2,5 %), ce qui expliquait les hausses pour un quatrième trimestre consécutif dans les marchés boursiers canadiens et étrangers.