Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Bilan des investissements internationaux du Canada Troisième trimestre 2008

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.


Analyse — Troisième trimestre 2008

L'endettement international net du Canada a diminué pour s'établir à 58,4 milliards de dollars à la fin du troisième trimestre, l'actif international du pays ayant augmenté plus que son passif international. Cette situation a été largement attribuable à la croissance des investissements directs canadiens à l'étranger.

Graphique 1
Bilan des investissements internationaux du Canada

L'endettement international net atteint un nouveau creux

L'actif international a augmenté pour un quatrième trimestre de suite et a atteint 1 343,3 milliards de dollars, tandis que le passif international a progressé pour un quatrième trimestre consécutif pour se chiffrer à 1 401,7 milliards de dollars. La croissance de l'actif international (+3,2 %) a dépassé celle du passif international (+2,1 %) au troisième trimestre. Par conséquent, la dette extérieure nette a diminué de 13,1 milliards de dollars pour atteindre un creux inégalé en 33 ans, soit de 58,4 milliards de dollars au troisième trimestre. Cela représentait 3,6 % du produit intérieur brut du Canada, comparativement à 4,4 % au trimestre précédent.

En plus des transactions financières, les fluctuations du taux de change ont donné lieu à une hausse d'un peu plus de 10,0 milliards de dollars de la valeur de l'actif étranger et de celle du passif étranger. La dépréciation du dollar canadien par rapport au dollar américain et au yen japonais au cours du trimestre a été partiellement compensée par son appréciation par rapport à d'autres grandes devises. Jusqu'à présent cette année, les variations des taux de change se sont soldées par une augmentation de 59,7 milliards de dollars de la valeur de l'actif total et de 26,4 milliards de dollars de celle du passif total.

Note aux lecteurs

Le bilan des investissements internationaux du Canada est l'état statistique de la valeur et de la composition de l'actif et du passif du pays vis-à-vis le reste du monde. Le bilan net des investissements internationaux du Canada est la différence entre l'actif et le passif étranger. Le Canada est un pays débiteur net, ce qui se traduit par le fait que le passif du Canada est plus élevé que l'actif du pays envers les non-résidents. Cet excédent du passif international du Canada est appelé passif international net du Canada ou dette nette extérieure du Canada.

La valeur des actifs et passifs du bilan des investissements internationaux du Canada sont évalués à la valeur aux livres de l'entreprise, à moins d'avis contraire. La valeur aux livres représente la valeur des actifs et des passifs tels que comptabilisés dans les livres de l'entreprise qui reçoit l'investissement.

Réévaluation de la monnaie

La valeur de l'actif et du passif libellée en devises étrangères est convertie en dollars canadiens à la fin de chaque période pour laquelle on calcule un bilan. La plupart des avoirs étrangers du Canada sont exprimés en devises étrangères, tandis que moins de la moitié du passif international du pays est exprimé en devises étrangères.

Lorsque le dollar canadien prend de la valeur, la redéfinition de la valeur de cet actif et de ce passif en dollars canadiens fait diminuer la valeur déclarée. L'opposé est vrai lorsque le dollar perd de la valeur.

Le raffermissement des investissements directs canadiens à l'étranger améliore les bilans nets

Les investissements directs à l'étranger par les entreprises canadiennes se sont accrus de 30,6 milliards de dollars et ont atteint 593,7 milliards de dollars au troisième trimestre, à la faveur des plus importantes sorties de fonds des entreprises canadiennes en quatre ans. La plus grande partie de ces investissements provenaient du secteur financier et représentaient une injection de fonds dans des filiales étrangères existantes. Les investissements directs étrangers au Canada ont progressé de 9,0 milliards de dollars et se sont situés à 525,7 milliards de dollars au troisième trimestre, surtout grâce à l'activité de fusions et d'acquisitions dans le secteur de l'énergie. Comme la croissance des investissements directs à l'étranger a dominé, le bilan net des investissements directs du Canada s'est fixé à 67,9 milliards de dollars, soit le niveau le plus élevé observé depuis le premier trimestre de 2007.

Graphique 2
Position d'investissement direct

Le désinvestissement de portefeuille se poursuit

Les investisseurs canadiens ont continué d'acquérir des actions étrangères tout en se départissant de leurs instruments d'emprunt étrangers, surtout des obligations américaines, conformément à la tendance amorcée depuis le troisième trimestre de 2007. Compte tenu des effets relativement faibles des taux de change, les valeurs des actifs de portefeuille étrangers ont diminué de 1,2 milliard de dollars au troisième trimestre.

Les non-résidents ont réduit leurs bilans d'investissement en actions et en instruments d'emprunt canadiens au troisième trimestre. Toutefois, les fluctuations des taux de change ont plus que compensé ce désinvestissement, puisque les obligations émises en dollars américains et en yen japonais se sont appréciées d'environ 4,0 milliards de dollars. Il en a découlé une légère augmentation nette de 1,2 milliard de dollars des avoirs étrangers en titres canadiens.

Croissance des dépôts transfrontaliers

Les autres investissements à l'actif ont augmenté de 12,0 milliards de dollars, surtout en raison d'une croissance des dépôts à l'étranger. Les autres investissements au passif se sont accrus de 18,1 milliards de dollars du fait que les investisseurs étrangers ont recommencé à déposer des fonds dans des établissements canadiens. Environ le tiers de cette hausse était attribuable à des dépôts en dollars américains. L'instabilité de l'actif-dépôts et du passif-dépôts continue de se concentrer dans l'activité intersociétés du secteur financier.

La valeur au marché des actions canadiennes diminue plus que celle des actions étrangères

On peut également calculer le bilan global net des investissements internationaux du Canada d'après la valeur au marché de l'actif et du passif en titres négociables. Selon cette mesure, la baisse de la dette extérieure nette était plus prononcée, du fait que la valeur des actions canadiennes détenues par des non-résidents a diminué de 19,4 % par opposition à un fléchissement de 10,2 % de la valeur des titres étrangers détenus par des Canadiens. Une perte de valeur de cette ampleur des actions canadiennes détenues par des non-résidents n'avait pas été observée depuis le quatrième trimestre de 2000. Par conséquent, la dette extérieure nette a régressé de 31,2 milliards de dollars et s'est établie à 14,5 milliards de dollars.