Analyse – Décembre 2011

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Les investissements étrangers en titres canadiens ont ralenti pour s'établir à 7,4 milliards de dollars en décembre, soit la moitié du montant enregistré en novembre mais près de l'investissement mensuel moyen observé en 2011. Par ailleurs, les Canadiens ont acquis pour 2,8 milliards de dollars de titres étrangers en décembre, surtout des obligations.

Les opérations en décembre ont conclu une troisième année consécutive d'investissements étrangers relativement importants en titres canadiens, ceux-ci s'étant élevés à 95,6 milliards de dollars, en baisse par rapport au sommet de 117,4 milliards de dollars atteint en 2010. De plus, les placements canadiens en titres étrangers enregistrés en 2011 ont été les plus élevés depuis 2007. Cette activité était bien en deçà des niveaux atteints entre 2005 et 2007, une période caractérisée par la croissance du marché des obligations feuille d'érable.

Les non-résidents acquièrent des titres d'emprunt canadiens à un rythme moins soutenu

L'investissement étranger en obligations canadiennes a ralenti pour s'établir à 2,1 milliards de dollars en décembre. Les acquisitions sur le marché secondaire d'obligations fédérales à courte échéance et d'obligations provinciales à longue échéance étaient principalement à l'origine des entrées de fonds. Cette activité a été neutralisée en partie par les remboursements d'obligations de sociétés privées canadiennes, surtout détenues par des résidents des États-Unis. Les taux d'intérêt canadiens à long terme ont diminué de 19 points de base. Par conséquent, l'écart entre les taux à long et à court terme a atteint le plus bas niveau observé depuis août 2008. Pour l'année, les achats étrangers de 42,9 milliards de dollars d'obligations canadiennes représentaient moins de la moitié des entrées de fonds enregistrées en 2010.

Les non-résidents ont investi 3,5 milliards de dollars dans les instruments du marché monétaire canadien en décembre, surtout des effets de gouvernements provinciaux et d'entreprises publiques fédérales. Les investisseurs étrangers ont augmenté leurs avoirs en bons du Trésor fédéral pour un sixième mois d'affilée, bien que les acquisitions en décembre aient été les plus faibles enregistrées durant cette période. Les investissements étrangers dans le marché monétaire canadien se sont intensifiés pendant la deuxième moitié de l'année pour atteindre un sommet de 32,0 milliards de dollars en 2011. Plus de 80 % de l'investissement a été dirigé vers des bons du Trésor fédéral.

Note aux lecteurs

À moins d'avis contraire, toutes les valeurs figurant dans le présent communiqué correspondent à des opérations nettes.

Les séries sur les opérations internationales en valeurs mobilières ont trait aux opérations de portefeuille en actions, en obligations et en instruments (ou effets) du marché monétaire tant pour les émissions canadiennes qu'étrangères.

Les actions comprennent les actions ordinaires et privilégiées ainsi que les bons de souscription.

Les titres d'emprunt comprennent les obligations et les instruments du marché monétaire.

Les obligations ont une échéance initiale de plus d'une année.

Les instruments du marché monétaire ont une échéance initiale d'une année ou moins.

Les effets du gouvernement du Canada englobent les bons du Trésor et les billets du gouvernement du Canada, ces derniers étant libellés en dollars américains.

Les investissements étrangers en actions canadiennes diminuent

Les investisseurs étrangers ont acheté pour 1,7 milliard de dollars d'actions canadiennes en décembre, en baisse par rapport au montant de 3,1 milliards de dollars enregistré en novembre. Les achats sur le marché secondaire par des investisseurs du Royaume-Uni étaient principalement à l'origine des acquisitions en décembre. Ces achats ont été neutralisés en partie par les remboursements d'actions canadiennes découlant des fusions et des acquisitions survenues pendant le mois.

Les Canadiens augmentent de nouveau leurs avoirs en obligations étrangères

Les investisseurs canadiens ont acheté pour 2,3 milliards de dollars d'instruments d'emprunt étrangers à long terme en décembre. Les obligations du gouvernement américain étaient à l'origine de la majorité des acquisitions étrangères pendant le mois, contribuant ainsi au premier investissement trimestriel dans ces instruments depuis le quatrième trimestre de 2009. En dépit de l'activité accrue au quatrième trimestre, les Canadiens ont réduit leurs avoirs en obligations étrangères pour une quatrième année consécutive en 2011.

Les investisseurs canadiens se sont départis de 918 millions de dollars de leurs avoirs en instruments du marché monétaire étranger en décembre. Il s'agissait du désinvestissement mensuel le plus élevé observé en 2011, principalement en raison des remboursements d'effets du gouvernement américain et de sociétés financières américaines. Ce désinvestissement a été neutralisé en partie par des acquisitions d'effets de sociétés financières provenant de l'Australie. Les taux d'intérêt à court terme aux États-Unis se sont maintenus à 0,01 % pour un deuxième mois.

Les Canadiens continuent d'accumuler des actions étrangères

Les investisseurs canadiens ont ajouté pour 1,4 milliard de dollars d'actions étrangères à leurs avoirs en décembre, une somme répartie également entre les actions de sociétés américaines et non américaines. Les investissements étaient concentrés dans les actions de sociétés du secteur de la technologie et de l'énergie, les cours des actions ayant augmenté dans la plupart des principaux marchés mondiaux en décembre. Les investisseurs canadiens ont ajouté des actions étrangères à leurs portefeuilles à chaque mois en 2011, ces investissements ayant totalisé 25,5 milliards de dollars, soit près du double du montant investi en 2010.