Analyse – Janvier 2010

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Les investissements étrangers en titres canadiens ont augmenté de nouveau pour atteindre 11,8 milliards de dollars en janvier, les instruments d'emprunt ayant continué d'attirer la majeure partie des entrées de capitaux. À l'inverse, les Canadiens se sont départis de 5,8 milliards de dollars de leurs avoirs de titres étrangers en janvier, soit la plus importante baisse depuis décembre 2008.

Les investissements étrangers soutenus en instrumentsd'emprunt canadiens se poursuivent

Les investissements étrangers en obligations canadiennes sont demeurés élevés pour se chiffrer à 10,0 milliards de dollars en janvier. Les obligations du gouvernement fédéral canadien, à la fois sous forme de nouvelles émissions à l'étranger et d'achats sur les marchés secondaires, ont représenté les deux tiers de cette activité. Les obligations de sociétés canadiennes ont composé le reste des investissements. Ceux-ci étaient menés par des acquisitions étrangères sur les marchés secondaires, essentiellement des instruments adossés à des hypothèques. Les nouvelles émissions d'obligations du secteur des sociétés ont connu une baisse en janvier, après avoir représenté presque tout l'investissement étranger en 2009.

Des capitaux étrangers de 2,5 milliards de dollars ont ciblé les instruments du marché monétaire canadien en janvier, principalement les bons du Trésor fédéral à trois mois. Ce mouvement est à l'opposé de la tendance observée depuis avril 2009, pendant laquelle les non-résidents ont retiré d'importantes sommes d'argent investies dans les effets à court terme canadiens pour les placer dans des obligations et des actions canadiennes. Au cours de cette période, l'offre des titres à court terme fédéraux a diminué, et les prix des actions ont rebondi.

Note aux lecteurs

À moins d'avis contraire, toutes les valeurs figurant dans le présent communiqué correspondent à des opérations nettes.

Les séries sur les opérations internationales en valeurs mobilières ont trait aux opérations de portefeuille en actions, en obligations et en instruments (ou effets) du marché monétaire tant pour les émissions canadiennes qu'étrangères.

Les actions comprennent les actions ordinaires et privilégiées ainsi que les bons de souscription.

Les titres d'emprunt comprennent les obligations et les instruments du marché monétaire.

Les obligations ont une échéance initiale de plus d'une année.

Les instruments du marché monétaire ont une échéance initiale d'une année ou moins.

Les effets du gouvernement du Canada englobent les bons du Trésor et les billets du gouvernement du Canada, ces derniers étant libellés en dollars américains.

Les investisseurs étrangers vendent des actions canadiennesalors que les cours diminuent

Les non-résidents se sont départis de 649 millions de dollars d'actions canadiennes en janvier, soit le deuxième désinvestissement mensuel en 12 mois. Les investisseurs étrangers ont vendu pour 1,1 milliard de dollars d'actions canadiennes sur les marchés secondaires, et les nouvelles émissions ont ralenti durant le mois. En janvier, les cours des actions canadiennes ont régressé de 5,5 %, soit la plus forte baisse enregistrée depuis février 2009. Le repli des cours était généralisé, mais le désinvestissement étranger a touché principalement les actions des secteurs des ressources et de la finance.

Les Canadiens réduisent leurs avoirs en obligationsétrangères

Les investisseurs canadiens ont vendu pour 5,6 milliards de dollars d'obligations étrangères en janvier, soit le plus important désinvestissement depuis octobre 2008, au moment où la crise financière battait son plein. Tout comme à cette période, les obligations du gouvernement américain ont représenté la majeure partie de la baisse. Contrairement à octobre 2008, le désinvestissement touchait principalement des obligations à plus courte échéance.

Le reste du désinvestissement en janvier concernait les obligations étrangères autres qu'américaines, les investisseurs canadiens en ayant retiré pour 1,9 milliard de dollars de leurs avoirs, principalement en raison de remboursements d'obligations feuille d'érable. Cette activité faisait suite à trois mois d'investissements modérés en obligations étrangères autres qu'américaines.

Les Canadiens ont ajouté pour 373 millions de dollars d'effets du marché monétaire étranger à leurs portefeuilles en janvier, exclusivement des instruments du gouvernement américain. Les Canadiens ont vendu des titres à court terme de sociétés américaines pour la première fois depuis juillet 2009, principalement des instruments d'institutions financières non bancaires.

Les actions du secteur bancaire alimentent le désinvestissementen actions étrangères autres qu'américaines

Après une brève pause en décembre 2009, les Canadiens ont continué à se départir d'actions étrangères en janvier. Ils ont procédé à des retraits de 647 millions de dollars de leurs avoirs, tous sous forme d'actions étrangères non américaines, et principalement d'actions du secteur bancaire. Ce désinvestissement a été en partie compensé par un investissement en actions américaines provenant de fonds communs de placement canadiens, en dépit d'une baisse des indices boursiers aux États-Unis.