Analyse – Novembre 2008

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Les non-résidents ont retranché un montant considérable de 4,3 milliards de dollars de titres canadiens de leurs avoirs en novembre. Les avoirs étrangers en actions canadiennes ont diminué alors que les prix des actions ont reculé de 33 % au cours des trois derniers mois. En outre, les non-résidents ont remanié considérablement leur portefeuille de titres d'emprunt canadiens en faveur d'actifs à court terme plus liquides.

Les investisseurs canadiens ont, quant à eux, continué à rapatrier des fonds en provenance des marchés étrangers en novembre. Le désinvestissement en titres étrangers a ralenti et s'est établi à 2,6 milliards de dollars, comparativement au sommet inégalé de 12,3 milliards de dollars atteint en octobre. Les investisseurs canadiens ont acquis des actions étrangères de façon modérée, mais ont continué d'éviter les titres d'emprunt étrangers, en particulier les titres du gouvernement des États-Unis.

Les non-résidents délaissent les obligationscanadiennes en faveur d'instruments du marché monétaire

Les non-résidents ont retranché de leur portefeuille des obligations canadiennes pour une valeur de 5,4 milliards de dollars en novembre, soit le désinvestissement le plus élevé observé depuis décembre 2005. Les deux tiers de cette activité s'expliquaient par des remboursements nets d'obligations libellées en dollars américains, surtout des obligations du gouvernement fédéral. Le reste avait trait principalement à des ventes d'obligations libellées en dollars canadiens émises par le gouvernement fédéral et ses entreprises sur le marché secondaire.

Note aux lecteurs

À moins d'avis contraire, toutes les valeurs figurant dans le présent communiqué correspondent à des opérations nettes.

Les séries sur les opérations internationales en valeurs mobilières ont trait aux opérations de portefeuille en actions, en obligations et en instruments (ou effets) du marché monétaire tant pour les émissions canadiennes qu'étrangères.

Les actions comprennent les actions ordinaires et privilégiées ainsi que les bons de souscription.

Les titres d'emprunt comprennent les obligations et les instruments du marché monétaire.

Les obligations ont une échéance de plus d'une année.

Les instruments du marché monétaire ont une échéance d'une année ou moins. Les effets du gouvernement du Canada englobent les bons du Trésor et les billets du gouvernement du Canada, ces derniers étant libellés en dollars américains.

Les investisseurs étrangers ont cependant fait le plein d'instruments à court terme canadiens. Ils ont acheté ce type d'instrument pour 4,1 milliards de dollars en novembre, soit l'investissement le plus élevé enregistré depuis juin 2006. La plus grande partie des investissements étrangers touchaient des effets du gouvernement fédéral, répartis également entre des instruments libellés en dollars américains et en dollars canadiens. En novembre, les nouvelles émissions nettes d'effets du gouvernement fédéral se sont établies à un niveau similaire au sommet atteint le mois précédent.

Les investisseurs étrangers vendent des actions canadiennesalors que les cours reculent de nouveau

Les non-résidents se sont départis d'actions canadiennes pour une valeur de 3,0 milliards de dollars alors que le cours des actions a encore baissé pour atteindre leur plus bas niveau en près de quatre ans. L'indice composé Standard and Poor's / Toronto Stock Exchange a chuté de 33 % depuis la fin d'août, un recul d'environ 50 % dans les secteurs de l'énergie et des technologies de l'information arrivant en tête de liste. La réduction des avoirs étrangers en actions canadiennes en novembre a touché presque tous les secteurs de l'économie canadienne.

Les investisseurs canadiens continuent à réduireleurs avoirs en titres d'emprunt américains

Les investisseurs canadiens ont continué à se départir de titres d'emprunt étrangers en novembre à hauteur de 1,7 milliard de dollars en obligations et de 2,0 milliards de dollars en instruments du marché monétaire. Il s'agit du sixième mois consécutif de désinvestissement en titres d'emprunt étrangers. Les investisseurs ont retranché 14,8 milliards de dollars d'obligations étrangères de leur portefeuille au cours des six derniers mois.

Dans l'ensemble, la conjoncture sur les marchés n'a pas favorisé les placements canadiens de portefeuille à l'étranger. Durant la période de six mois se terminant en novembre, le dollar canadien a chuté de 20 % pour s'établir à 80,8 cents US. Par ailleurs, les taux d'intérêt à court terme au Canada s'élevaient à environ 150 points de base au-dessus de ceux des États-Unis en novembre, soit l'écart le plus marqué noté depuis décembre 2003.

L'activité en novembre a surtout été marquée par la réduction des avoirs en titres d'emprunt du gouvernement des États-Unis. En particulier, les investisseurs canadiens ont vendu pour 1,9 milliard de dollars d'obligations du gouvernement des États-Unis, principalement l'obligation de référence à cinq ans. Pour ce qui est des titres à court terme, les investisseurs ont vendu pour 2,2 milliards de dollars de bons du Trésor américain au moment où les taux d'intérêt à court terme aux États-Unis tendaient vers zéro en novembre.

Les investisseurs ont toutefois fait des acquisitions modérées de titres d'emprunt de sociétés américaines, surtout des obligations d'entreprises fédérales américaines offrant des rendements attrayants et des instruments du marché monétaire émis par des sociétés financières.

Les Canadiens reprennent leurs acquisitions d'actions étrangères

Les investisseurs canadiens ont repris leurs achats d'actions étrangères en novembre. Ils ont acquis des actions étrangères pour 1,0 milliard de dollars, ayant pour cible un ensemble diversifié d'actions basées sur les principaux indices boursiers américains. Le cours des actions américaines, mesuré selon l'indice composé Standard and Poor's, a chuté de 30 % depuis la fin d'août.