Analyse - Décembre 2007

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Les non-résidents ont investi 1,2 milliard de dollars dans des titres canadiens en décembre, en grande partie des actions. Pendant l'année, les investisseurs de portefeuille étrangers ont vendu des titres canadiens pour une somme de 33,8 milliards de dollars, reflétant en grande partie l'activité intense liée aux prises de contrôle étrangères et la remise subséquente d'actions canadiennes aux investisseurs directs étrangers.

Pour leur part, les investisseurs canadiens ont acheté des titres étrangers pour une valeur de 1,9 milliard de dollars en décembre, ajoutant des actions mais diminuant encore plus leurs instruments d'emprunt. La crise survenue dans le secteur hypothécaire à haut risque et le resserrement du crédit qui en a résulté ont contribué à d'importants désinvestissements en instruments d'emprunt étrangers. Depuis août 2007, les Canadiens se sont départis d'instruments d'emprunt étrangers dans leur portefeuille pour une valeur de 20,0 milliards de dollars, neutralisant ainsi substantiellement l'investissement de 35,3 milliards de dollars réalisé entre janvier et juillet 2007.

Graphique 1 Investissements étrangers de portefeuille en valeurs mobilières canadiennes

Les investisseurs non résidents vendent des obligationsd'administrations publiques

Renseignements complémentaires concernant les marchés financiers

En décembre, les taux d'intérêt canadiens à court terme ont fléchi de 5 points de base pour s'établir à 3,86 %, alors que les taux américains diminuaient de 27 points de base pour se fixer à 3,00 %. Pendant l'année, l'écart des taux d'intérêt entre le Canada et les États-Unis est passé de 0,69 % en faveur de l'investissement aux États-Unis à 0,86 % en faveur de l'investissement au Canada. Cette situation reflétait un resserrement plus prononcé du crédit sur le marché des titres d'emprunt américains.

Entre-temps, les taux d'intérêt canadiens à long terme ont légèrement augmenté de 2 points de base, tandis que les taux américains progressaient de 27 points de base. L'écart des taux d'intérêt entre les deux pays est passé à 0,21 %, favorisant l'investissement aux États-Unis.

Les cours des actions canadiennes ont rebondi sous l'effet d'une augmentation de 1,1 % de l'indice composite Standard and Poor's/Toronto Stock Exchange en décembre, terminant le mois à 13 833,1. Parallèlement, les cours des actions américaines ont fléchi pour un deuxième mois d'affilée, alors que l'indice composite Standard and Poor's déclinait de 0,9 % pour s'établir à 1 468,4. Ces indices ont augmenté respectivement de 7,2 % et de 3,5 % pendant l'année.

Le dollar canadien a gagné du terrain, ayant augmenté de 0,88 cent US à la fin de décembre pour s'établir à 100,88 cents US. Pendant l'année, le dollar canadien s'est apprécié de 17,6 % par rapport au dollar américain.

Définitions

Les séries sur les opérations internationales en valeurs mobilières ont trait aux opérations de portefeuille en actions, en obligations et en instruments (ou effets) du marché monétaire tant pour les émissions canadiennes qu'étrangères.

Les actions comprennent les actions ordinaires et privilégiées ainsi que les bons de souscription.

Les titres d'emprunt comprennent les obligations et les instruments du marché monétaire.

Les obligations ont une échéance de plus d'une année.

Les instruments du marché monétaire ont une échéance d'une année ou moins.

En décembre, les non-résidents ont diminué de 492 millions de dollars les obligations canadiennes qu'ils détenaient, après en avoir ajouté 4,8 milliards de dollars en novembre. Cette diminution a surtout touché les émissions du gouvernement fédéral (4,1 milliards de dollars), en grande partie des obligations en circulation. Les investisseurs étrangers ont aussi vendu 614 millions de dollars en obligations d'administrations publiques provinciales, principalement en raison d'importants remboursements.

Toutefois, les non-résidents ont poursuivi leurs achats soutenus d'obligations d'entreprises publiques fédérales, autant les nouvelles émissions que celles en circulation. Dans l'ensemble, les investisseurs étrangers se sont procuré 3,9 milliards de dollars en obligations d'entreprises publiques fédérales, terminant le trimestre en affichant des achats record de 6,5 milliards de dollars.

Sur le plan des devises, les non-résidents ont accru leurs avoirs d'obligations canadiennes libellées en dollars américains et ont diminué leurs avoirs d'obligations libellées en d'autres devises. À l'échelon régional, les investisseurs britanniques ont vendu des obligations canadiennes pour une valeur de 1,9 milliard de dollars, alors que les placements réalisés par les investisseurs américains et japonais sont demeurés importants.

Retour des non-résidents sur le marché monétairecanadien

Les investisseurs étrangers ont acheté des instruments du marché monétaire canadien pour une valeur de 460 millions de dollars en décembre, après deux mois consécutifs de désinvestissement ayant atteint 1,0 milliard de dollars. En décembre, l'écart des taux d'intérêt entre le Canada et les États-Unis s'est accru pour se fixer à 86 points de base, soit le plus fort écart observé depuis juin 2004, en faveur de l'investissement au Canada.

L'investissement de décembre a été concentré dans les effets de sociétés privées (569 millions de dollars) et dans les bons du Trésor du gouvernement fédéral (277 millions de dollars), alors que les non-résidents diminuaient leurs avoirs d'effets d'entreprises publiques fédérales. Les achats de bons du Trésor du gouvernement fédéral par des étrangers en décembre ont constitué un revirement par rapport au désinvestissement total de 1,1 milliard de dollars survenu au cours des trois mois précédents.

Les investisseurs étrangers renouvellent leur intérêtdans les actions canadiennes

Les non-résidents ont investi 1,3 milliard de dollars dans des actions canadiennes en décembre, après en avoir vendu pendant quatre mois d'affilée. L'investissement de décembre a été concentré dans les actions en circulation (1,2 milliard de dollars), surtout celles du secteur bancaire. En décembre, les cours des actions canadiennes ont rebondi de 1,1 %, après avoir fléchi de 6,4 % en novembre.

Les nouvelles émissions nettes d'actions canadiennes ont été négligeables en décembre (58 millions de dollars). Pendant le mois, les importants achats étrangers de nouvelles actions canadiennes ont effacé les ventes d'actions de portefeuille à des investisseurs directs étrangers en raison de prises de contrôle par des intérêts étrangers, tendance qui a dominé l'année 2007.

Pendant l'année, les achats étrangers d'actions canadiennes en circulation ont ralenti considérablement pour se fixer à 2,3 milliards de dollars, après de solides investissements atteignant en moyenne 16,3 milliards de dollars sur trois ans. L'augmentation annuelle des cours des actions canadiennes est passée d'un taux moyen de 16,2 % entre 2003 et 2006 à 7,2 % en 2007. L'appréciation rapide du dollar canadien a pu aussi contribuer au ralentissement de l'investissement étranger.

Les Canadiens réduisent de nouveau leurs avoirs enobligations étrangères de façon marquée

En décembre, les investisseurs canadiens se sont départis d'obligations étrangères pour une valeur de 2,6 milliards de dollars, ajoutant ainsi au désinvestissement de 4,8 milliards de dollars enregistré en novembre. Les deux tiers (1,8 milliard de dollars) de cette diminution ont touché des obligations étrangères non américaines, presque exclusivement des obligations feuille d'érable (les obligations étrangères libellées en dollars canadiens).

En outre, les Canadiens ont continué à se départir d'obligations du gouvernement américain à hauteur de 809 millions de dollars en décembre pour un montant total de 5,8 milliards de dollars en 2007. Il s'agissait de la première diminution annuelle des avoirs en obligations du gouvernement américain depuis 10 ans. En revanche, les avoirs canadiens sous forme d'obligations de sociétés américaines n'ont à peu près pas changé en décembre. Pendant l'année, un investissement record de 13,1 milliards de dollars en obligations de sociétés américaines a été réalisé, sous l'impulsion d'achats notables d'obligations feuille d'érable des États-Unis pendant les six premiers mois de 2007.

Graphique 2 Investissements canadiens de portefeuille en valeurs mobilières étrangères1
1.
Signes renversés de la balance des paiements.

Les Canadiens continuent de réduire leurs avoirs eninstruments du marché monétaire étranger

En décembre, les Canadiens se sont départis d'effets du marché monétaire étranger pour un cinquième mois d'affilée, retranchant 904 millions de dollars de leurs avoirs. Le désinvestissement pendant le mois a touché entièrement les instruments du marché monétaire américain, surtout des bons du Trésor du gouvernement des États-Unis (776 millions de dollars). En décembre, les taux d'intérêt à court terme aux États-Unis ont fléchi pour s'établir à 3,0 %, soit leur plus bas niveau depuis juillet 2005.

Parallèlement, les investisseurs canadiens ont légèrement modifié leurs portefeuilles, ajoutant des effets étrangers non américains (216 millions de dollars) tout en diminuant leurs effets de sociétés américaines (344 millions de dollars).

Plus forte acquisition d'actions étrangèresen huit mois

Les Canadiens ont acquis en décembre des actions étrangères pour un montant substantiel de 5,4 milliards de dollars, soit le plus haut niveau enregistré depuis mai 2007. Plus des deux tiers étaient des actions américaines, au moment où les cours de ces actions fléchissaient.

Entre-temps, les investisseurs canadiens ont acquis des actions étrangères non américaines pour une valeur de 1,7 milliard de dollars en décembre, après avoir procédé à des changements modestes de leurs avoirs au cours des trois mois précédents. Les Canadiens ont favorisé les actions américaines en 2007, en achetant pour une valeur de 19,1 milliards de dollars, comparativement à des achats de 11,5 milliards de dollars sous forme d'actions autres qu'américaines.