Analyse - Février 2007

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Les Canadiens ont continué d'investir abondamment en titres étrangers en février. Ils en ont acheté pour 6,2 milliards de dollars, répartissant cette somme presque également entre des obligations, des actions et des instruments du marché monétaire. Pour leur part, les non-résidents ont acquis pour 4,8 milliards de dollars en titres canadiens, majoritairement des actions, renversant ainsi le désinvestissement enregistré en janvier.

Graphique 1 Investissements canadiens de portefeuille en valeurs mobilières étrangères1
1.
Signes renversés de la balance des paiements.

Les investissements en obligations étrangèresse portent sur les obligations feuille d'érable

En février, les Canadiens ont acheté pour 2,3 milliards de dollars en obligations étrangères, ce qui constitue un ralentissement par rapport aux achats record de 6,2 milliards de dollars effectués en janvier et de 43,6 milliards de dollars inscrits en 2006. L'investissement canadien en obligations feuille d'érable (les obligations étrangères libellées en dollars canadiens) n'a par ailleurs marqué aucun signe de ralentissement. À la suite des acquisitions de 4,6 milliards de dollars notées en janvier, les résidents en ont ajouté pour 4,8 milliards de dollars en février, dont environ 60 % (2,9 milliards de dollars) portaient sur des émissions d'outre-mer.

Les résidents ont réorienté leur investissement en obligations américaines, ayant vendu pour 3,4 milliards de dollars en obligations du gouvernement américain et ayant acheté pour 4,0 milliards de dollars en obligations de sociétés américaines.

Renseignements supplémentaires concernant les marchés financiers

En février, les taux d'intérêt canadiens à court terme ont augmenté de 2 points de base pour atteindre 4,19 %, et les taux américains correspondants se sont élevés de 5 centièmes pour se situer à 5,03 %, soit le taux le plus élevé depuis janvier 2001. Favorisant toujours l'investissement aux États-Unis, l'écart entre les deux pays s'est accru, passant de 0,81 % en janvier à 0,84 % en février.

Les taux d'intérêt à long terme canadiens et américains ont diminué au cours du mois. Les taux canadiens ont baissé de 14 points de base pour atteindre 4,03 %, et les taux américains, de 27 points pour se situer à 4,56 %. L'écart de taux entre les deux pays a donc rétréci pour se fixer à 0,53 %, favorisant l'investissement aux États-Unis.

Le cours des actions canadiennes est demeuré soutenu pendant le mois, alors que l'indice composé Standard and Poor's/Bourse de Toronto a terminé le mois à 13 045,5, en hausse de 0,1 % par rapport à sa valeur de clôture en janvier. Par ailleurs, le cours des actions américaines a fléchi pour une première fois en neuf mois, alors que l'indice composé Standard and Poor's a perdu 2,2 % pour terminer le mois à 1 406,8.

Après s'être déprécié cinq mois de suite par rapport au dollar américain, le dollar canadien a gagné 0,52 cent US en février pour clore le mois à 85,48 cents US.

Définitions

Les séries sur les opérations internationales en valeurs mobilières ont trait aux opérations de portefeuille en actions, en obligations et en instruments (ou effets) du marché monétaire tant pour les émissions canadiennes qu'étrangères.

Les actions comprennent les actions ordinaires et privilégiées ainsi que les bons de souscription.

Les titres d'emprunt comprennent les obligations et les instruments du marché monétaire.

Les obligations ont une échéance de plus d'une année.

Les instruments du marché monétaire ont une échéance d'une année ou moins.

Graphique 2 Investissements étrangers de portefeuille en valeurs mobilières canadiennes