Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Permis de bâtir

Février 2008

64-001-X


Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Analyse – Février 2008

Les intentions de construction au Canada ont diminué pour un quatrième mois consécutif en février, dans le sillage d'un net repli de la valeur des permis de construction non résidentielle en Ontario.

Les municipalités ont délivré pour 5,8 milliards de dollars de permis de bâtir, en baisse de 1,0 % par rapport à janvier. Les intentions ont atteint un sommet en mai et en juin 2007, s'étant chiffrées à 7,0 milliards de dollars.

La diminution enregistrée en février est le résultat d'un recul marqué des intentions de construction non résidentielle en Ontario. Si on exclut cette province, la valeur totale des permis de bâtir à l'échelle nationale aurait augmenté de 9,8 % au lieu de baisser de 1,0 %.

À l'échelle du pays, la hausse notable des intentions de construction résidentielle n'a pas suffi à neutraliser la baisse dans les intentions de construction non résidentielle.

Dans le secteur résidentiel, la valeur des permis de bâtir a progressé de 18,2 % pour s'établir à 3,9 milliards de dollars, sous l'impulsion des bonds de la valeur des permis de construction de logements unifamiliaux et multifamiliaux.

La valeur des permis de construction non résidentielle a régressé de 25,6 % pour se fixer à 1,9 milliard de dollars, soit son plus bas niveau observé au cours des 12 derniers mois. Le repli observé en février a été attribuable à des diminutions d'au moins 10 % de la valeur des permis dans chacune des trois composantes de la construction : institutionnelle, commerciale et industrielle.

Ces résultats pourraient avoir des répercussions sur les chantiers de construction plus tard en 2008 étant donné que les permis de bâtir représentent un indicateur avancé de l'activité de construction.

Baisse substantielle observée en Ontario

Les hausses enregistrées dans la valeur totale des permis de bâtir dans sept provinces et dans les trois territoires ont été entièrement effacées par un recul important observé en Ontario.

Dans l'ensemble, les intentions de construction ont chuté de 16,0 % pour s'établir à 2,0 milliards de dollars en Ontario, soit leur plus bas niveau inscrit depuis avril 2007. Les diminutions survenues dans les trois composantes non résidentielles en Ontario ont fait décroître de 44,9 % la valeur des permis dans le secteur non résidentiel en février. Toutefois, le net redressement du secteur résidentiel de la province (+21,3 %) a effacé une partie de cette diminution.

Note aux lecteurs

Sauf avis contraire, les données du présent communiqué sont désaisonnalisées, ce qui facilite la comparaison par l'élimination de l'effet des variations saisonnières.

L'Enquête sur les permis de bâtir vise 2 400 municipalités représentant 95 % de la population. Ses résultats servent d'indicateur avancé de l'activité dans le domaine de la construction. Les collectivités représentant les 5 % restants de la population sont très petites, et leurs activités de construction n'ont qu'une faible incidence sur le total.

La valeur des intentions de construction présentées ici ne comprend pas les travaux d'ingénierie (par exemple, les aqueducs, les égouts et les ouvrages de drainage) ni ceux associés au terrain.

Dans le cadre du présent communiqué, la région métropolitaine de recensement d'Ottawa–Gatineau est divisée en deux régions, soit Ottawa–Gatineau (partie Québec) et Ottawa–Gatineau (partie Ontario).

Le Nouveau-Brunswick et la Saskatchewan ont été les autres provinces à afficher un repli, également sous l'effet d'une baisse des intentions de construction non résidentielle.

Les hausses les plus marquées en dollars sont survenues en Alberta (+11,8 % pour une valeur totale de 1,3 milliard de dollars) et en Colombie-Britannique (+16,1 % pour une valeur totale de 945 millions de dollars). Dans les deux provinces, la demande de logements neufs a été le principal facteur à l'origine de ces hausses. Plusieurs grands projets de logements multifamiliaux ont été approuvés en Alberta, propulsant ainsi la valeur des permis de construction de logements multifamiliaux à leur deuxième plus haut niveau jamais enregistré.

Les provinces et les territoires ont tous enregistré des hausses dans le secteur résidentiel.

Secteur non résidentiel : baisse importante dans chacune des composantes

La valeur des permis de bâtir a diminué considérablement dans les trois composantes non résidentielles en février.

Après avoir affiché une hausse de 27,0 % en janvier, la valeur des permis de la composante institutionnelle a dégringolé de 35,7 % pour s'établir à 452 millions de dollars, soit son plus bas niveau enregistré depuis avril 2007.

Cette diminution a touché de nombreux types de bâtiment (les écoles, les immeubles médicaux, les bâtiments administratifs, les établissements de soins infirmiers). Dans l'ensemble, sept provinces ont affiché des baisses, les plus élevées étant survenues en Ontario, en Alberta et au Québec.

Pour ce qui est de la composante commerciale, la valeur des permis a chuté de 16,2 % pour se fixer à 1,2 milliard de dollars, en grande partie à la suite de la forte diminution survenue dans les projets d'immeubles à bureaux et d'hôtels. Il s'agissait du deuxième plus bas niveau affiché au cours des 12 derniers mois. L'Ontario a de nouveau représenté de loin la part la plus considérable de cette diminution, tandis que les intentions de construction dans le secteur du commerce de détail connaissaient une poussée marquée en Alberta.

Quant à la composante industrielle, la valeur des permis a chuté de 39,4 % pour s'établir à 265 millions de dollars, soit son plus bas niveau inscrit depuis mars 2006. Cette diminution faisait suite à une hausse de 32,2 % enregistrée en janvier. Ces résultats s'expliquent par des diminutions marquées dans les intentions de construction d'usines de fabrication en Ontario et d'installations de services publics en Alberta. En Ontario, la valeur des permis de construction industrielle a atteint son plus bas niveau depuis avril 2005.

Dans l'ensemble, la valeur des permis de construction non résidentielle continue sa tendance à la baisse amorcée en juillet 2007. Les intentions pour cette composante ont atteint leur plus haut niveau en mai et en juin 2007.

L'incertitude quant aux répercussions d'un affaiblissement de l'économie américaine et la valeur élevée du dollar canadien pourraient avoir une incidence négative sur les intentions de construction non résidentielle. Toutefois, divers facteurs favorisent les intentions de construction non résidentielle, soit de vigoureuses ventes au détail, des taux d'inoccupation de bureaux peu élevés, une forte demande d'établissements de soins de santé et des bénéfices élevés pour les sociétés.

Secteur de l'habitation : forte demande de logements multifamiliaux

La valeur des permis de construction de logements multifamiliaux a grimpé de 31,0 % en février pour s'établir à 1,5 milliard de dollars. Il s'agit de près de 5,0 % de plus que la moyenne mensuelle notée en 2007.

Les municipalités ont approuvé 9 767 logements multifamiliaux en février, en hausse de 20,9 % par rapport à janvier.

La valeur des permis de construction de logements unifamiliaux a monté de 11,6 % pour se fixer à 2,4 milliards de dollars, et les municipalités ont approuvé la construction de 9 714 logements, en hausse de 11,6 %.

Malgré ces résultats positifs inscrits en février, le nombre de logements résidentiels approuvés suit une tendance à la baisse depuis la fin de l'été 2007.

Des hausses de prix dans le secteur de l'habitation et des signes d'un affaiblissement de l'économie américaine ont pu contribuer à ralentir la demande. Toutefois, plusieurs facteurs pourraient avoir un effet positif sur la demande de logements, notamment la constance de l'emploi, la croissance du revenu disponible, la forte immigration ainsi que les faibles taux d'intérêt.

Régions métropolitaines : diminution des permis de construction non résidentielle dans l'ensemble de l'Ontario

La valeur totale des permis a chuté dans 18 des 34 régions métropolitaines de recensement en février. Les plus fortes baisses (en dollars) sont survenues à Toronto, à Ottawa et à London, où l'on a enregistré une diminution des intentions de construction non résidentielle.

Des 15 régions métropolitaines en Ontario, seules Hamilton et Barrie ont connu des hausses dans le secteur non résidentiel en février.

En revanche, les plus fortes hausses (en dollars) parmi les régions métropolitaines ont été observées à Calgary, à la suite d'une forte demande de nouveaux logements multifamiliaux. Hamilton et Québec ont suivi, grâce à des hausses à la fois dans le secteur résidentiel et dans le secteur non résidentiel.

Graphique 1 Valeur totale des permis de bâtir
Graphique 2 Valeur résidentielle des permis de bâtir – Total
Graphique 3 Nombre d'unités de logement – Unifamilial et multiple
Graphique 4 Valeur non-résidentielle des permis de bâtir – Total
Graphique 5 Valeur commerciale des permis de bâtir
Graphique 6 Valeur industrielle des permis de bâtir
Graphique 7 Valeur institutionnelle et gouvernementale des permis de bâtir