Statistique Canada - Statistics Canada
Sauter la barre de navigation principaleSauter la barre de navigation secondaireAccueilEnglishContactez-nousAideRecherche site webSite du Canada
Le quotidienLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAccueil
RecensementLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAutres liens

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Logo de la publication
 
 
 
 
 
 
 
 
 
64-001-XWF
Permis de bâtir
Novembre 2006


Analyse – Novembre 2006

En 2006, il n'a fallu aux entrepreneurs du Canada que 11 mois afin d'établir un nouveau sommet annuel pour la valeur totale des permis de construction, grâce à la vigueur des secteurs résidentiel et non résidentiel. En novembre seulement, les municipalités ont délivré des permis de bâtir pour une valeur de 6,3 milliards de dollars, ce qui constitue un sommet mensuel.

De janvier à novembre 2006, les entrepreneurs ont pris des permis de bâtir pour une valeur de 61,1 milliards de dollars. Ce total cumulatif a été de 0,5 % plus élevé que le sommet précédent de 60,8 milliards de dollars, qui avait été atteint pour l'ensemble de 2005.

Dans le secteur non résidentiel, le total des permis sur 11 mois a déjà atteint un sommet de 23,2 milliards de dollars, en hausse de 5,3 % par rapport au niveau record précédent atteint en 2005 pour l'ensemble de l'année. La valeur cumulative des permis dans le secteur résidentiel s'est approchée d'un nouveau sommet.

Note aux lecteurs

Sauf avis contraire, les données du présent communiqué sont désaisonnalisées, ce qui facilite la comparaison par l'élimination de l'effet des variations saisonnières.

L'Enquête sur les permis de bâtir vise 2 380 municipalités représentant 95 % de la population. Ses résultats servent d'indicateur avancé de l'activité dans le domaine de la construction. Les collectivités représentant les autres 5 % de la population sont très petites, et leurs activités de construction n'ont qu'une faible incidence sur le total.

La valeur des intentions de construction présentées ici ne comprend pas les travaux d'ingénierie (par exemple, les aqueducs, les égouts et les ouvrages de drainage) ni ceux associés au terrain.

Dans le cadre du présent communiqué, la région métropolitaine de recensement d'Ottawa–Gatineau est divisée en deux régions, soit Ottawa–Gatineau (partie Québec) et Ottawa–Gatineau (partie Ontario).

Six provinces ont déjà atteint un sommet pour la valeur des permis de bâtir en 2006, soit Terre-Neuve-et-Labrador, le Nouveau-Brunswick, le Manitoba, la Saskatchewan, l'Alberta et la Colombie-Britannique. Il en a été de même pour toutes les régions métropolitaines de recensement à l'ouest de l'Ontario.

Le bond le plus spectaculaire a eu lieu en Alberta, qui est au centre d'un essor économique sans précédent. Les entrepreneurs ont pris des permis pour une valeur d'un peu plus de 12,6 milliards de dollars de janvier à novembre 2006, en hausse de 24,1 % par rapport au sommet atteint en 2005 pour l'ensemble de l'année.

Un mois de novembre record grâce à la progression spectaculaire dans le secteur non résidentiel

La valeur des permis de bâtir délivrés par les municipalités a atteint un nouveau sommet en novembre, grâce à une progression spectaculaire dans le secteur non résidentiel.

Au total, les municipalités ont délivré des permis de bâtir pour une valeur de 6,3 milliards de dollars, en hausse de 3,0 % comparativement à octobre. Ce niveau était 0,5 % plus élevé que le sommet mensuel précédent atteint en décembre 2005.

La valeur des permis de construction non résidentielle a atteint un nouveau sommet pour un deuxième mois d'affilée en novembre. Les intentions de construction dans le secteur non résidentiel ont augmenté de 11,1 % et ont atteint 2,7 milliards de dollars, ce qui représente une quatrième progression mensuelle consécutive.

Toutefois, dans le secteur de l'habitation, la valeur des permis a fléchi de 2,2 % comparativement à octobre et s'est établie à 3,6 milliards de dollars, étant donné la diminution de la valeur des permis de logements unifamiliaux et multifamiliaux. Cependant, il s'agit du troisième sommet en importance, puisqu'il n'a été dépassé que par les niveaux affichés en octobre 2006 et en décembre 2005.

En novembre, la valeur mensuelle des permis de bâtir a atteint de nouveaux sommets en Colombie-Britannique, à Terre-Neuve-et-Labrador et au Nouveau-Brunswick.

C'est en Colombie-Britannique qu'a eu lieu la plus forte progression mensuelle (en dollars) de la valeur totale des permis en novembre, en raison de la forte augmentation de la valeur des permis de construction de logements multifamiliaux.

L'augmentation marquée de la valeur des permis de construction non résidentielle en Ontario, à Terre-Neuve-et-Labrador et au Nouveau-Brunswick a aussi fortement contribué à l'augmentation générale.

Secteur résidentiel : baisse des permis de construction des logements unifamiliaux et multifamiliaux

La valeur des permis de construction de logements multifamiliaux a diminué de 4,1 % en novembre et s'est établie à 1,4 milliard de dollars. Cette diminution suit une progression de 24,4 % enregistrée en octobre. Malgré cela, le niveau en novembre a été de 18,8 % supérieur à la moyenne mensuelle observée depuis le début de 2006.

La valeur des permis de construction de logements unifamiliaux a fléchi de 0,9 % pour s'établir à 2,2 milliards de dollars, soit une troisième diminution mensuelle consécutive.

Toutes les provinces, sauf la Colombie-Britannique et le Manitoba, ont enregistré une diminution de la valeur des permis de construction résidentielle en novembre. Les plus fortes baisses (en dollars) se sont produites en Ontario et au Québec.

Une très forte demande de nouveaux logements multifamiliaux en Colombie-Britannique a largement atténué la chute de la valeur des permis de construction résidentielle dans le reste du Canada. Sans la Colombie-Britannique, la valeur des permis de construction résidentielle à l'échelle nationale aurait régressé de 9,4 % plutôt que de 2,2 %.

De janvier à novembre, les municipalités ont approuvé la construction de 217 235 nouveaux logements, en hausse de 3,5 % comparativement au total des 11 premiers mois de 2005.

Le nombre de logements multifamiliaux a augmenté de 7,2 % et a atteint 106 840, tandis que le nombre de logements unifamiliaux est resté essentiellement stable, soit à 110 395.

Plusieurs facteurs ont contribué à la vigueur constante du marché de l'habitation au Canada tout au long de 2006, soit le nombre d'emplois à temps plein, l'augmentation du revenu disponible, la forte immigration, de même que les faibles taux d'inoccupation des appartements dans plusieurs centres, et le dynamisme de l'économie dans l'Ouest canadien.

Construction non résidentielle : rebondissement spectaculaire des composantes institutionnelle et industrielle

La forte croissance de la valeur des permis de construction institutionnelle et industrielle explique principalement le nouveau sommet mensuel dans le secteur de la construction non résidentielle.

Les permis dans le secteur institutionnel ont fait un bond spectaculaire de 33,0 % et ont atteint 670 millions de dollars, après avoir chuté de 22,8 % en octobre. Il s'agit d'une quatrième augmentation mensuelle depuis cinq mois, et cette dernière s'explique principalement par l'augmentation des intentions de construction d'immeubles à vocation médicale et d'établissements d'enseignement. Il y a eu une progression dans le secteur institutionnel dans neuf provinces.

Dans le secteur industriel, la valeur des permis a fait un bond de 37,4 % et s'est établie à 506 millions de dollars. Cette forte progression, consécutive à une diminution de 10,2 % en octobre, s'explique par la forte augmentation dans les catégories des usines et des bâtiments de services publics.

Il y a eu une croissance de la valeur des permis de construction industrielle dans six provinces et deux territoires en novembre. La plus forte augmentation (en dollars) a été enregistrée en Ontario (+68,0 %, une valeur totale de 220 millions de dollars). En revanche, c'est au Québec qu'il y a eu le recul le plus important, après une progression de 65,9 % en octobre.

Dans le secteur commercial, les intentions ont fléchi de 2,5 % et se sont établies à 1,5 milliard de dollars en novembre, après avoir atteint un nouveau sommet en octobre. La diminution de la demande de permis pour des immeubles de bureaux et de services de loisirs explique cette diminution.

Malgré la régression, le niveau des permis de construction commerciale en novembre est resté de 25,1 % plus élevé que la moyenne mensuelle en 2006.

À l'échelon provincial, la plus forte augmentation (en dollars) dans le secteur non résidentiel s'est produite en Ontario, où les trois composantes (la construction commerciale, industrielle et institutionnelle) ont augmenté. En revanche, la plus forte baisse (en dollars) s'est produite au Québec, conséquence d'une baisse très marquée dans les composantes de la construction commerciale et industrielle.

À l'échelle nationale, la valeur cumulative des permis de construction non résidentielle a augmenté de 15,0 % comparativement aux 11 premiers mois de 2005.

Les trois composantes ont crû. Les intentions dans le secteur commercial ont augmenté de 20,4 % pour s'établir à 13,1 milliards de dollars. Dans le secteur industriel, elles se sont accrues de 10,9 % et se sont établies à 4,1 milliards de dollars, pendant que le secteur institutionnel progressait de 7,1 % pour atteindre 6,0 milliards de dollars.

Plusieurs facteurs économiques expliquent le contexte fécond du secteur non résidentiel, comme la croissance des dépenses des consommateurs et la diminution des taux d'inoccupation des immeubles de bureaux. En outre, les bénéfices d'exploitation des sociétés ont atteint un sommet sans précédent au troisième trimestre de 2006.

Régions métropolitaines : la plus forte croissance dans les centres de l'Ouest

Dans l'ensemble, 22 des 28 régions métropolitaines ont affiché une progression de la valeur cumulative des permis.

La plus forte progression (en dollars) s'est produite de loin à Calgary (+43,0 %, une valeur totale de 5,0 milliards de dollars), suivie de Vancouver et d'Edmonton.

Toutes les régions métropolitaines à l'ouest de l'Ontario ont déjà atteint un nouveau sommet annuel, et il reste encore un mois à l'année. La forte demande de nouveaux logements résidentiels et de bâtiments non résidentiels explique ces résultats extraordinaires.

Toutes les régions métropolitaines où il y a eu une diminution sont en Ontario, à l'exception de Québec.

Graphique 1Valeur totale des permis de bâtir
Graphique 2Valeur résidentielle des permis de bâtir - Total
Graphique 3Nombre d'unités de logement - Unifamilial et multiple
Graphique 4Valeur non-résidentielle des permis de bâtir
- Total
Graphique 5Valeur commerciale des permis de bâtir
Graphique 6Valeur industrielle des permis de bâtir
Graphique 7Valeur institutionnelle et gouvernementale des permis de bâtir


Page d'accueil | Recherche | Contactez-nous | English Haut de la page
Date de modification : 2007-01-11 Avis importants