Statistique Canada - Statistics Canada
Sauter la barre de navigation principaleSauter la barre de navigation secondaireAccueilEnglishContactez-nousAideRecherche site webSite du Canada
Le quotidienLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAccueil
RecensementLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAutres liens

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Logo de la publication
 
 
 
 
 
 
 
 
 
64-001-XWF
Permis de bâtir
Avril 2006


Analyse – Avril 2006

Les intentions de construction dans les secteurs résidentiel et non résidentiel ont quelque peu reculé en avril après avoir atteint leur deuxième total en importance le mois précédent.

Les constructeurs ont pris pour 5,0 milliards de dollars de permis de bâtir, en baisse de 10,6 % par rapport à mars. Il s'agit du plus faible niveau de la valeur des permis affiché depuis novembre 2005 et d'un niveau inférieur de 1,5 % à la moyenne mensuelle globale de l'année dernière.

Dans le secteur de l'habitation, les municipalités ont émis pour 3,2 milliards de dollars de permis, en baisse de 5,7 % comparativement à mars, en raison de diminutions dans les composantes unifamiliale et multifamiliale. Ce niveau correspond à la moyenne mensuelle maintenue en 2005, une année record dans le secteur de l'habitation.

Note aux lecteurs

Sauf avis contraire, les données du présent communiqué sont désaisonnalisées, ce qui facilite la comparaison par l'élimination de l'effet des variations saisonnières.

L'Enquête sur les permis de bâtir vise 2 380 municipalités représentant 95 % de la population. Ses résultats servent d'indicateur avancé de l'activité dans le domaine de la construction. Les collectivités représentant les autres 5 % de la population sont très petites, et leurs activités de construction n'ont qu'une faible incidence sur le total.

La valeur des intentions de construction présentées ici ne comprend pas les travaux d'ingénierie (par exemple, les aqueducs, les égouts et les ouvrages de drainage) ni ceux associés au terrain.

Dans le cadre du présent communiqué, la région métropolitaine de recensement d'Ottawa–Gatineau est divisée en deux régions, soit Ottawa–Gatineau (partie Québec) et Ottawa–Gatineau (partie Ontario).

Dans le secteur non résidentiel, les constructeurs ont pris pour 1,8 milliard de dollars de permis en avril, en baisse de 18,4 % par rapport à mars. Cette diminution est survenue à la suite de deux hausses marquées en février et en mars. Ce repli s'explique principalement par une forte baisse de la valeur des permis de construction institutionnelle et, dans une moindre mesure, par une diminution dans la composante commerciale.

Toutefois, les secteurs résidentiel et non résidentiel sont demeurés vigoureux. La tendance de la valeur des permis de construction résidentielle a été en progression depuis le début de 2005, grâce à la grande vigueur du marché dans l'Ouest canadien. De même, mais dans une moindre mesure, le secteur non résidentiel poursuit une tendance à la hausse depuis novembre 2005.

À l'échelon régional, les régions métropolitaines de recensement de Calgary, d'Edmonton et de Vancouver ont affiché les plus importantes hausses cumulatives (janvier à avril 2006) par rapport à la même période l'an dernier. Le marché de l'habitation est le principal facteur à l'origine de ces hausses dans les trois centres.

À l'exception d'Abbotsford, chaque région métropolitaine à l'ouest de l'Ontario a enregistré une progression de ses chiffres cumulatifs par rapport à 2005. À l'opposé, la plus forte baisse est survenue à Toronto, en raison d'une diminution considérable de la valeur des permis de construction non résidentielle.

Logement : Affaiblissement de la demande de logements unifamiliaux et multifamiliaux

La valeur des permis pour les logements unifamiliaux a régressé de 4,0 % pour se situer à 2,1 milliards de dollars en avril. Il s'agit d'une troisième baisse mensuelle consécutive. Malgré ces reculs, le niveau maintenu en avril a néanmoins été supérieur de 1,1 % à la moyenne mensuelle affichée en 2005.

Après avoir connu deux augmentations mensuelles, la valeur des permis de construction de logements multifamiliaux a reculé de 8,7 % pour se fixer à 1,1 milliard de dollars.

Les autorités municipales ont approuvé la construction de 9 523 nouveaux logements unifamiliaux en avril, en baisse de 5,5 % par rapport à mars. Ce nombre a enregistré une baisse au cours de chacun des quatre derniers mois.

Les municipalités ont autorisé la construction de 8 750 logements multifamiliaux, en baisse de 10,3 %. Cette composante poursuit une tendance à la baisse depuis juin 2005.

En dépit du léger ralentissement de la forte demande de nouveaux logements, les résultats généraux sont demeurés positifs. Le secteur résidentiel a continué de bénéficier des taux hypothécaires avantageux, de la force de l'emploi à temps plein et de l'économie prospère dans l'Ouest canadien.

La diminution de la valeur des permis de construction résidentielle en avril a été provoquée en grande partie par des baisses en Colombie-Britannique (-15,9 %) et en Alberta (-13,6 %). Après avoir atteint des valeurs considérables en mars, les permis de construction résidentielle ont fléchi, les deux provinces ayant connu des baisse marquées dans les composantes unifamiliale et multifamiliale.

Cependant, l'Ontario a affiché une hausse de 6,4 %, soit sa première croissance mensuelle cette année, en raison principalement des fortes augmentations de la valeur des permis de construction de logements unifamiliaux et multifamiliaux.

Forte baisse de la valeur des permis de construction institutionnelle et commerciale

De forts replis de la valeur des permis de construction institutionnelle et commerciale ont plus qu'effacé une progression de la valeur des permis de construction industrielle en avril.

Après avoir connu un bond impressionnant de 49,3 % en mars, les intentions dans le secteur institutionnel ont subi la plus forte baisse, ayant chuté de 45,6 % pour s'établir à 411 millions de dollars. Le principal facteur a été une forte régression dans la catégorie des hôpitaux.

Les hausses dans les catégories des établissements d'enseignement et des bâtiments à vocation religieuse n'ont pas été en mesure d'effacer les déclins observés dans la catégorie des hôpitaux. À l'échelon provincial, l'Alberta et l'Ontario ont enregistré les plus fortes baisses (en dollars), après avoir inscrit un rendement robuste en mars.

La valeur des permis dans le secteur commercial a reculé de 7,5 % pour se fixer à 1,0 milliard de dollars, ce qui a mis fin à deux augmentations mensuelles consécutives. Une plus faible demande de permis de construction de bâtiments dans la catégorie du commerce et des services dans six provinces a précipité cette diminution. Malgré ces replis, la valeur des permis de construction commerciale en avril est demeurée supérieure de 6,0 % à la moyenne mensuelle maintenue en 2005.

Par ailleurs, les intentions dans le secteur industriel ont crû de 12,6 % et ont atteint 292 millions de dollars, à la suite d'une baisse de 6,1 % en mars. La demande de permis de construction industrielle en Ontario a été particulièrement vigoureuse, grâce à la montée en flèche des intentions de construction d'usines de fabrication.

Le secteur non résidentiel a continué de subir les contrecoups d'indicateurs économiques mixtes, bien que les tendances négatives aient dominé dernièrement. Les bénéfices d'exploitation des sociétés canadiennes ont diminué de 2,6 % au premier trimestre de 2006 à la suite de cinq trimestres de croissance d'affilée. Du côté commercial, les grossistes ont également vu leurs bénéfices fléchir au premier trimestre.

Quant aux industries, la plus récente Enquête sur les perspectives du monde des affaires de Statistique Canada a révélé que les fabricants s'attendaient à traverser une période creuse et prévoyaient de faibles niveaux de production et d'emploi.

Les provinces ayant contribué le plus à la réduction mensuelle (en dollars) dans le secteur non résidentiel ont été l'Alberta (-38,3 % pour se fixer à 302 millions de dollars), l'Ontario (-12,6 % pour se situer à 750 millions de dollars) et la Colombie-Britannique (-30,1 % pour passer à 232 millions de dollars).

Par contraste, le Nouveau-Brunswick et Terre-Neuve-et-Labrador ont affiché des hausses dans chacune des trois composantes.

La valeur des permis de construction non résidentielle a reculé dans 13 des 28 régions métropolitaines de recensement. La plus forte diminution (en dollars) a été observée à Ottawa, où chacune des trois composantes a fléchi.

À l'opposé, Kitchener a enregistré la plus forte hausse, surtout grâce à une forte progression de la valeur des permis de construction institutionnelle.

Graphique 1Valeur totale des permis de bâtir
Graphique 2Valeur résidentielle des permis de bâtir - Total
Graphique 3Nombre d'unités de logement - Unifamilial et multiple
Graphique 4Valeur non-résidentielle des permis de bâtir - Total
Graphique 5Valeur commerciale des permis de bâtir
Graphique 6Valeur industrielle des permis de bâtir
Graphique 7Valeur institutionnelle et gouvernementale des permis de bâtir


Page d'accueil | Recherche | Contactez-nous | English Haut de la page
Date de modification : 2006-06-07 Avis importants