Statistique Canada - Statistics Canada
Sauter la barre de navigation principaleSauter la barre de navigation secondaireAccueilEnglishContactez-nousAideRecherche site webSite du Canada
Le quotidienLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAccueil
RecensementLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAutres liens

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Contenu Faits saillants Tableaux Graphiques Qualité des données Informations aux utilisateurs Produits et services Version PDF

64-001-XIF
Permis de bâtir
Août
2004

Faits saillants


Les intentions de construction ont diminué en août, la valeur des permis de construction ayant diminué par rapport aux niveaux exceptionnels atteints en juin et en juillet.

La valeur totale des permis a glissé de 4,6 % et s’est fixée à 4,5 milliards de dollars, les secteurs résidentiel et non résidentiel ayant tous les deux affiché un recul. Ce total est quand même 7,4 % supérieur au niveau mensuel moyen maintenu en 2003, une année exceptionnelle.

Dans le secteur de l’habitation, les municipalités ont délivré pour 3,1 milliards de dollars de permis, en baisse de 1,2 % par rapport à juillet, la troisième baisse enregistrée au cours des quatre derniers mois. Ce fléchissement est attribuable à une baisse de la valeur des permis de construction de logements multifamiliaux. Par ailleurs, la composante unifamiliale a atteint un nouveau sommet.

Au même moment, la valeur des permis de construction non résidentielle a chuté de 11,0 % et s’est établie à 1,5 milliard de dollars, tandis que la valeur des permis des composantes institutionnelle et industrielle a chuté considérablement. Cette baisse survient à la suite d’un recul de 13,6 % en juillet.

Depuis le début de l’année, la valeur des permis émis de janvier à août s’est élevée à 36,4 milliards de dollars, en hausse de 8,9 % par rapport à la même période l’année dernière. Le principal facteur à l’origine de cette progression est une hausse de 18,2 % dans le secteur résidentiel. Par contraste, les intentions de construction non résidentielle ont reculé de 6,0 %.

Parmi les régions métropolitaines, Vancouver et Montréal ont de loin enregistré la plus forte progression (en dollars) au cours des huit premiers mois de 2004. Dans ces deux villes, les progressions sont attribuables à la demande exceptionnelle de logements neufs et, dans une moindre mesure, à la vigueur du secteur non résidentiel.

Secteur résidentiel : sommet pour les logements unifamiliaux

Les entrepreneurs ont pris pour un record de 2,15 milliards de dollars de permis pour les logements unifamiliaux en août, soit 0,6 % de plus que l’ancien record de 2,14 milliards de dollars établi en juillet. Il s’agit d’une troisième augmentation mensuelle consécutive.

Les municipalités ont autorisé la construction de 11 300 nouveaux logements unifamiliaux en août, le plus haut niveau atteint cette année.

Par ailleurs, la valeur des permis de construction de logements multifamiliaux a reculé de 5,2 % pour se fixer à 921 millions de dollars. Dans plusieurs centres, on a observé une croissance du nombre de logements multifamiliaux neufs non occupés.

La construction résidentielle, un secteur vigoureux de l’économie depuis le début de l’année, a surtout été touchée par trois facteurs : les taux hypothécaires avantageux, la forte croissance de l’emploi et la hausse des revenus personnels.

L’activité vigoureuse dans le secteur résidentiel a eu un effet positif sur les autres secteurs de l’économie. Au cours des 12 derniers mois, le secteur de la construction a créé à lui seul 66 300 nouveaux emplois. Les expéditions de produits du bois ont augmenté considérablement cette année, tandis que les ventes des magasins de matériaux de construction et de produits extérieurs pour la maison ont fait un bond de 8,4 % entre juillet 2003 et juillet 2004.

Au niveau provincial, la plus forte baisse mensuelle (en dollars) est survenue en Colombie-Britannique, là ou la valeur des permis de construction résidentielle a chuté de 14,0 % pour s’établir à 403 millions de dollars, le pire résultat enregistré cette année. Le Québec a également montré une baisse considérable. Ces reculs font plus qu’effacer une hausse de 6,6 % en Ontario, où l’on a enregistré la plus forte croissance en dollars parmi les provinces. Une forte demande de nouveaux logements unifamiliaux explique en majeure partie la hausse en Ontario.

Depuis le début de l’année, la composante multifamiliale et la composante unifamiliale ont toutes les deux contribué au bon rendement du secteur résidentiel. De janvier à août, la valeur des projets proposés pour les logements multifamiliaux a augmenté de 26,3 % et atteint 8,0 milliards de dollars, tandis que la valeur des permis pour les logements unifamiliaux a crû de 14,6 % pour atteindre 16,2 milliards de dollars.

Les municipalités ont approuvé la construction de 162 000 nouveaux logements depuis le début de l’année.

Toutes les provinces et tous les territoires ont affiché une croissance considérable de la valeur cumulative des permis de construction résidentielle. Des hausses ont été enregistrées dans 22 des 28 régions métropolitaines.

Secteur non-résidentiel : replis des intentions de construction industrielle et institutionnelle

La valeur des permis de construction non résidentielle a chuté pour un deuxième mois de suite en août, à la suite de replis dans les secteurs institutionnel et industriel.

La valeur des permis de construction institutionnelle a reculé de 39,8 % et s’est fixée à 335 millions de dollars, son plus bas niveau en sept mois, surtout à cause d’une baisse du nombre de projets de construction d’établissements d’enseignement en Ontario. La valeur des permis de construction institutionnelle a fléchi de 47,7 % en Ontario et s’est établie à 158 millions de dollars, la plus importante baisse parmi les provinces.

Les intentions de construction industrielle ont reculé de 15,1 % et se sont fixées à 249 millions de dollars, la plus importante baisse étant survenue du côté des usines de fabrication. En Ontario, les intentions de construction industrielle ont diminué de 20,1 % et se sont établies à 128 millions de dollars, la plus importante baisse.

Par contraste, les intentions de construction commerciale ont crû de 10,4 % et atteint 885 millions de dollars, le deuxième niveau en importance depuis janvier 2003. Cette croissance est surtout attribuable aux progressions dans les projets de construction d’immeubles à bureaux et de bâtiments de services et commerciaux. La Colombie-Britannique a affiché la plus importante hausse dans cette composante.

Malgré de récents ralentissements de la valeur des permis de construction, les usines du Canada maintiennent un excellent rythme de production, selon l’Enquête mensuelle sur les industries manufacturières de Statistique Canada. En juillet, les expéditions ont augmenté pour un huitième mois consécutif, ce qui constitue la plus longue série de hausses depuis la fin des années 90.

Le rythme maintenu dans le secteur de la fabrication a porté l’utilisation de capacité à 86,6 % au deuxième trimestre de 2004, son plus haut niveau en quatre ans.

Parmi les 28 régions métropolitaines de recensement, 15 ont vu la valeur des permis de construction non résidentielle diminuer au cours du mois. La plus forte baisse a été observée à Toronto, surtout en raison du ralentissement de l’activité dans la catégorie des établissements d’enseignement. Par contraste, Windsor a montré la plus forte croissance.

Au niveau provincial, la plus forte baisse (en dollars) parmi les provinces est survenue en Ontario, là où la valeur des permis de construction non résidentielle a fléchi de 17,0 % et s’est fixée à 666 millions de dollars, à la suite de baisses de la valeur des permis de construction industrielle et institutionnelle. La Colombie-Britannique a montré la plus forte progression, surtout en raison de la hausse des intentions de construction dans la catégorie du commerce et des services.

Depuis le début de l’année, les municipalités ont délivré pour 12,2 milliards de dollars de permis pour le secteur non résidentiel de janvier à août, soit 6,0 % de moins qu’à la même période l’an dernier.

Le plus net recul a été enregistré dans le secteur institutionnel, là où le niveau cumulatif a fléchi de 18,5 % pour s’établir à 3,4 milliards de dollars. Se classe ensuite le secteur industriel, là où les intentions ont reculé de 18,0 % pour se fixer à 2,1 milliards de dollars. Seul le secteur commercial a montré une croissance depuis le début de l’année, grâce à une progression de 7,6 % (valeur totale de 6,6 milliards de dollars).

La plus forte baisse a été enregistrée en Ontario, surtout en raison de la forte baisse de la valeur des permis de construction industrielle et institutionnelle à Toronto.

 



Page d'accueil | Recherche | Contactez-nous | English Haut de la page
Date de modification : 2004-10-06 Avis importants