Statistique Canada - Statistics Canada
Sauter la barre de navigation principaleSauter la barre de navigation secondaireAccueilEnglishContactez-nousAideRecherche site webSite du Canada
Le quotidienLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAccueil
RecensementLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAutres liens

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Contenu Faits saillants Tableaux Graphiques Qualité des données Informations aux utilisateurs Produits et services Version PDF

64-001-XIF
Permis de bâtir
Juillet
2003

Faits saillants

Les municipalités ont délivré des permis de bâtir à un rythme presque record en juillet, à la fois pour des projets de construction résidentielle et non résidentielle.

Au total, elles ont approuvé pour 4,53 milliards de dollars de permis, soit 3,3 % de plus qu’en juin, et tout juste un peu moins que le record mensuel de 4,59 milliards de dollars établi en janvier.

Le rythme infernal d’émission des permis a établi un nouveau record pour les sept premiers mois de l’année. De janvier à juillet, la valeur des permis délivrés a été de 29,5 milliards de dollars, soit 9,0 % de plus qu’à la même période de sept mois l’année dernière.

En juillet, les permis de construction de logements ont atteint 2,78 milliards de dollars, soit 4,7 % de plus qu’en juin et tout juste un peu moins que le record mensuel de 2,80 milliards de dollars établi en janvier. La valeur des permis de construction non résidentielle a progressé de 1,1 % et atteint 1,8 milliard de dollars, son plus haut niveau depuis janvier. Le principal facteur a été un bond de 56,7 % du côté des permis de construction industrielle.

Ces gains, que l’on attribue aux très faibles taux hypothécaires, au marché du travail favorable et à la croissance des revenus, maintiendront probablement l’activité dans le secteur de la construction à un niveau élevé pendant quelques mois. Selon l’Enquête sur la population active de juillet, plus de 933 000 Canadiens avaient un emploi dans le secteur de la construction, soit 1,1 % de plus qu’au cours du mois précédent et 5,4 % de plus qu’au cours du même mois l’année dernière.

Parmi les régions métropolitaines de recensement, les plus fortes hausses au cours du mois sont survenues à Montréal, là où une demande vigoureuse de permis de construction résidentielle a entraîné une croissance de 27,9 % (valeur totale de 497 millions de dollars). Vancouver a suivi avec une hausse de 25,6 % (336 millions de dollars) surtout en raison de l’émission de permis de construction de logements multifamiliaux. La valeur des permis à Calgary a diminué de 52,5 % pour s’établir à un niveau plus habituel de 169 millions de dollars, après une croissance explosive en juin.

Le secteur résidentiel maintient le rythme et enregistre une troisième hausse mensuelle consécutive

En juillet, les intentions de construction dans le secteur de l’habitation ont progressé pour un troisième mois consécutif.

Les constructeurs ont pris pour un record de 950 millions de dollars de permis de construction de logements multifamiliaux en juillet, en hausse de 15,6 % par rapport à juin. Cela a plus qu’effacé un fléchissement de la valeur des intentions de construction de logements unifamiliaux, qui a reculé de 0,3 % pour atteindre 1,8 milliard de dollars.

Depuis le début de l’année, la valeur des permis de construction résidentielle a totalisé 18,0 milliards de dollars de janvier à juillet, en hausse de 6,0 % par rapport aux sept premiers mois de 2002. Cela s’explique par un record de 12,6 milliards de dollars du côté des intentions de construction de logements unifamiliaux, en hausse de 3,4 %, et un record de 5,4 milliards de dollars de la valeur des permis de construction de logements multifamiliaux, en hausse de 12,6 %.

Près de 20 000 nouveaux logements ont été approuvés partout au pays en juillet, dont 10 335 logements unifamiliaux. Depuis le début de l’année, on a permis la construction de 129 000 logements, dont un peu plus de la moitié étaient des logements unifamiliaux.

Le Québec a montré la plus importante hausse mensuelle de la demande de permis de construction résidentielle (+35,1 %, valeur totale de 626 millions de dollars), suivi de la Colombie-Britannique (+16,2 %, valeur totale de 401 millions de dollars). La croissance au Québec a été observée à la fois dans les secteurs unifamiliaux et multifamiliaux. En Colombie-Britannique, la progression de la valeur des permis de construction de logements multifamiliaux a plus que compensé la réduction de l’émission de permis de construction de logements unifamiliaux.

L’Ontario a montré la plus forte baisse mensuelle (-4,6 %, valeur totale de 1,2 milliard de dollars), la valeur des permis de construction de logements unifamiliaux ayant chuté de 11,6 %, ce qui a effacé la croissance enregistrée par les permis de construction de logements multifamiliaux.

Le secteur non résidentiel soutenu par la composante industrielle

Une importante croissance dans les projets industriels proposés a permis au secteur non résidentiel de réaliser une troisième hausse en quatre mois.

La valeur des intentions de construction de bâtiments industriels a atteint 449 millions de dollars en juillet, en hausse de 56,7 % par rapport à juin. Il s’agit du plus haut niveau depuis septembre 2000. Un projet d’usine de fabrication à grande échelle au Québec a contribué grandement à cette croissance.

Par contraste, la valeur des permis de construction de la composante institutionnelle a chuté de 12,0 % pour atteindre 557 millions de dollars. (Un important projet de construction d’un immeuble à vocation médicale en Alberta a fait gonfler les résultats en juin.) Le niveau de juillet était tout de même 7,6 % supérieur à la valeur mensuelle moyenne en 2003, et 16,2 % supérieur au niveau mensuel moyen de 2002, une excellente année.

Dans la composante commerciale, la valeur des permis a totalisé 743 millions de dollars en juillet, soit 8,4 % de moins qu’en juin. Cette baisse est attribuable à une diminution de 27,8 % du côté des projets liés au commerce et aux services. Le niveau de juillet a été le plus bas des quatre derniers mois, soit 6,3 % inférieur au niveau mensuel moyen de cette année.

Au niveau provincial, les augmentations les plus prononcées (en dollars) parmi les provinces ont été enregistrées au Québec (+17,4 %, valeur totale de 434 millions de dollars) et en Colombie-Britannique (+38,9 %, valeur totale de 197 millions de dollars). Au Québec, le haut niveau atteint dans le secteur industriel a porté la composante non résidentielle à sa plus haute valeur en deux ans et demi. En Colombie-Britannique, la croissance dans chacune des trois composantes a permis à la valeur d’atteindre en juillet son plus haut niveau depuis septembre 2001. Par contraste, la valeur des permis de construction non résidentielle en Alberta a diminué de 49,6 % en juillet, après une hausse considérable en juin.

Selon les récents indicateurs économiques, le secteur non résidentiel a observé des signaux non convergents. Selon l’Enquête sur les perspectives du monde des affaires de Statistique Canada, les fabricants, inquiets en raison d’une hausse du niveau des stocks et d’une baisse du niveau des carnets de commandes, ne s’attendaient pas à augmenter leur production au cours des prochains mois. Les carnets de commandes ont atteint leur plus bas niveau en près de six ans en juin, après 10 reculs mensuels consécutifs. De plus, l’Indice de confiance des entreprises, publié par le Conference Board du Canada, a montré sa plus forte régression depuis le troisième trimestre de 2001.

Par contraste, les dépenses de consommation dans les magasins de détail ont progressé pour un second mois consécutif en juin. De plus, selon les données révisées sur les intentions d’investissements privés et publics, les entreprises, les administrations publiques et les établissements devraient augmenter leurs dépenses en 2003.

Depuis le début de l’année, les municipalités ont émis pour 11,6 milliards de dollars de permis de construction non résidentielle, soit 14,0 % de plus que la période de janvier à juillet 2002. Il s’agit du meilleur départ à vie pour le secteur non résidentiel.

La plus forte progression (en dollars) a été enregistrée dans la composante industrielle (+28,5 %, valeur totale de 2,4 milliards de dollars). La valeur des permis a augmenté de 16,5 % et atteint 3,6 milliards de dollars dans la composante institutionnelle, tandis que les intentions de construction commerciale ont augmenté de 7,2 % pour s’établir à 5,6 milliards de dollars.

Depuis le début de l’année, la valeur des permis de construction non résidentielle a crû dans 8 des 10 provinces. La plus forte croissance (en dollars) a été enregistrée en Ontario (+11,7 %), surtout grâce à de fortes progressions des trois composantes non résidentielles à Toronto. La croissance dans le secteur non résidentiel à Toronto a été la plus forte de toutes les régions métropolitaines de recensement.

Le Québec est deuxième (+19,3 %), grâce à des projets dans la composante institutionnelle à Montréal. Terre-Neuve et-Labrador et le Nouveau-Brunswick sont les seules provinces à avoir montré un repli.

 



Page d'accueil | Recherche | Contactez-nous | English Haut de la page
Date de modification : 2003-09-09 Avis importants