Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.



64-001-XIF
Permis de bâtir
Juin 2002

Faits saillants


La valeur globale des permis de construction a été propulsée par une montée en flèche des projets de construction commerciale et institutionnelle. Par contre, les intentions de construction dans le secteur de l'habitation au pays ont reculé pour un deuxième mois d'affilée en juin.

Au total, les municipalités ont délivré pour un peu plus de 3,8 milliards de dollars de permis de bâtir, en hausse de 4,6 % par rapport à mai.

La valeur des permis de construction non résidentielle a atteint 1,6 milliard de dollars en juin, ce qui représente le niveau le plus élevé observé au cours des 11 derniers mois et un bond de 19,1 % par rapport à mai.

Par contre, la valeur des permis de construction dans le secteur résidentiel a fléchi de 3,5 %, tombant à 2,3 milliards de dollars. Il s'agit d'un deuxième repli mensuel consécutif, en raison d'une diminution importante des intentions de construction de logements multifamiliaux. Malgré cela, le marché de l'habitation a été si bon cette année que la valeur des permis de construction résidentielle en juin est demeurée 24,0 % au-dessus du niveau mensuel moyen de 2001.

De janvier à juin 2002, la valeur cumulative totale des permis de construction a atteint 22,6 milliards de dollars. Il s'agit d'une forte progression de 14,2 % par rapport à la même période en 2001. Cette croissance est entièrement attribuable à la demande exceptionnelle de logements neufs en 2002.

La valeur des permis de construction résidentielle a atteint près de 14,5 milliards de dollars de janvier à juin, en hausse de 33,7 % par rapport à la même période en 2001. Toutefois, la valeur des permis dans le secteur non résidentiel a reculé de 9,4 % pour atteindre 8,1 milliards de dollars.

Parmi les régions métropolitaines, les plus fortes hausses de valeur depuis le début de 2002 ont été observées à Calgary, en raison de la construction résidentielle, et à St. Catharines-Niagara, en raison des projets de construction commerciale.

Secteur résidentiel: deuxième baisse consécutive de la valeur des permis de construction de logements multifamiliaux

La valeur des permis de construction de logements multifamiliaux a fléchi de 14,2 % pour atteindre 575 millions de dollars en juin. Il s'agit d'un deuxième recul mensuel consécutif depuis le sommet enregistré en avril. La valeur des permis pour les logements unifamiliaux a augmenté de 0,7 % pour atteindre 1,7 milliard de dollars.


Note aux lecteurs

Sauf avis contraire, les données du présent communiqué sont désaisonnalisées, ce qui facilite la comparaison par l'élimination de l'effet des variations saisonnières.

L'Enquête mensuelle sur les permis de construction et de démolition vise 2 350 municipalités représentant 95 % de la population. Ses résultats servent d'indicateur avancé de l'activité dans le domaine de la construction. Les collectivités représentant les autres 5 % de la population sont très petites, et leurs activités de construction n'ont qu'une faible incidence sur le total.

La valeur des intentions de construction présentées ici ne comprend pas les travaux d'ingénierie (par exemple, les aqueducs, les égouts et les ouvrages de drainage) ni ceux associés au terrain.


Les municipalités de l'Ontario ont délivré pour 1,0 milliard de dollars de permis de construction résidentielle, en baisse comparativement à presque 1,2 milliard de dollars en mai. Cela constitue le plus net recul en valeur absolue parmi les provinces. Ce repli est attribuable à une baisse sensible de la valeur des permis de construction de logements multifamiliaux. Cependant, il s'agit du sixième mois consécutif au cours duquel l'Ontario a dépassé le cap du milliard de dollars pour les permis de construction résidentielle, ce qui est sans précédent.

Par contraste, la valeur des permis de construction résidentielle en Alberta est passée de 334 millions de dollars en mai à 359 millions de dollars en juin, ce qui constitue la plus forte croissance en dollars.

Malgré la baisse observée en juin, les intentions de construction dans le secteur de l'habitation sont demeurées élevées. Des taux hypothécaires avantageux et leur effet positif sur l'accès à la propriété, le faible nombre de logements vacants et d'excellents résultats au chapitre l'emploi ont tous contribué au rythme accéléré des intentions de construction résidentielle.

Cette croissance a été soutenue par des augmentations marquées de 37,6 % de la valeur des permis de construction de logements unifamiliaux et de 24,2 % de la valeur des permis de construction de logements multifamiliaux de janvier à juin. Jusqu'ici cette année, 106 600 nouveaux logements ont été autorisés. Il s'agit du niveau le plus élevé observé depuis 1989 pour la période allant de janvier à juin.

La croissance, en cumul annuel, dans les 10 provinces et dans 27 des 28 régions métropolitaines indique que la vigueur dans le secteur de l'habitation a été généralisée dans tous les coins du pays. Les augmentations les plus prononcées, en dollars, sont survenues en Ontario et au Québec.

Secteur non résidentiel: forte croissance de la valeur des permis de construction commerciale et institutionnelle

La hausse de 19,1 % de la valeur des permis de construction non résidentielle en juin a été attribuable à une forte demande des composantes commerciale et institutionnelle. Les permis de construction industrielle ont aussi contribué à l'excellent résultat, mais dans une mesure moindre.

La valeur des permis pour des projets de construction commerciale a atteint 800 millions de dollars, en hausse de 22,5 % par rapport à mai. Il s'agit d'une troisième progression mensuelle au cours des quatre derniers mois. La valeur des permis est ainsi revenue à celles observées plus tôt cette année. Les projets de construction d'hôtels et de bâtiments de loisirs à St. Catharines-Niagara ont été le principal facteur à l'origine de cette augmentation.

La valeur des permis de construction institutionnelle a fortement crû pendant deux mois. En juin, l'augmentation a été de 23,3 %, la valeur des permis atteignant 509 millions de dollars. En mai, la progression avait été de 54,1 %. Le niveau observé en juin a représenté le niveau mensuel plus élevé affiché jusqu'ici cette année. La hausse est surtout attribuable aux projets de construction d'établissements d'enseignement. Les municipalités de l'Ontario ont délivré pour 265 millions de dollars de permis de construction institutionnelle, en hausse comparativement à 219 millions de dollars en mai. Il s'agit de la plus forte augmentation, en dollars, parmi les provinces.

Le secteur industriel a connu une légère croissance (+3,2 %, valeur totale de 253 millions de dollars), attribuable aux grands projets de construction de bâtiments dans les services publics. L'augmentation la plus prononcée est survenue en Ontario, tandis que le Québec a affiché le plus net recul. Malgré la progression, le niveau de juin était 15,5 % en deçà du niveau mensuel moyen de 2001.

La faiblesse des taux d'intérêt, conjuguée à une reprise des bénéfices des sociétés au premier trimestre de 2002, peut avoir un effet positif sur le secteur non résidentiel. Cependant, cet effet pourrait être neutralisé par l'accroissement des taux d'inoccupation des immeubles à bureaux et des bâtiments industriels dans plusieurs grands centres.

À l'échelon provincial, l'Ontario a connu la plus forte augmentation, passant de 601 millions de dollars en mai à 736 millions de dollars en juin. Après la réalisation d'un grand projet en mai, le Nunavut a accusé le plus net recul. Parmi les provinces, huit ont connu des progressions.

Par ailleurs, deux hausses consécutives, en mai et en juin, n'ont pas été suffisantes pour ramener la valeur cumulative pour 2002 à ce qu'elle était il y a un an; un écart de 9,4 % subsiste par rapport au niveau de janvier à juin 2001. Les résultats cumulatifs de janvier à juin ont fléchi de 14,6 % dans la composante industrielle pour atteindre 1,6 milliard de dollars et ils ont reculé de 13,4 % dans la composante commerciale pour se fixer à 4,2 milliards de dollars.

La valeur des permis de construction institutionnelle pour les six premiers mois de 2002 a atteint 2,4 milliards de dollars, soit 3,4 % de plus qu'à la même période en 2001. Ce résultat concorde avec les dernières données sur les intentions d'investissements privés et publics, qui indiquaient que les dépenses d'investissement des gouvernements devaient, selon les prévisions, croître de 20,5 % cette année.

Les municipalités de l'Ontario ont délivré pour 3,6 milliards de dollars de permis de construction non résidentielle de janvier à juin (+1,1 %), enregistrant la plus forte augmentation en dollars.



[ Menu principal | Faits saillants | Tableaux et graphiques | Qualité des données | Informations aux utilisateurs | Produits et services | Communiquez avec nous | English ]

Tous droits réservés Statistique Canada

>