Faits saillants

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Les erreurs d'échantillonnage
La non-réponse
Les erreurs de couverture
Les erreurs de réponse
Les erreurs de traitement reliées à l'imputation

Les erreurs d'échantillonnage

  • Les coefficients de variation (CV) de l'estimation de la moyenne des dépenses totales par ménage varient entre 1,1 % et 1,9 % selon les provinces. Le CV à l'échelle nationale est de 0,8 %. Les CV sont plus élevés dans les territoires, soit 8,2 % au Yukon, 6,1 % dans les Territoires du Nord-Ouest et 5,6 % au Nunavut.

  • Les coefficients de variation (CV) de l'estimation de la moyenne pour les différentes catégories de dépenses sommaires sont pour la plupart inférieurs ou égaux à 2,2 % à l'échelle nationale et généralement inférieurs à 5,0 % à l'échelle provinciale. Les résultats concernant les caractéristiques des logements et de l'équipement ménager sont similaires. La taille de l'échantillon étant moindre à l'Île-du-Prince-Édouard et dans les territoires, les CV ont tendance à être plus élevés que ceux des autres provinces.

La non-réponse

  • Le taux de réponse final est de 65,1 %. Les taux de réponse provinciaux et territoriaux s'échelonnent de 56,1 % en Ontario à 78,6 % pour le Nunavut.

  • Le taux de non-réponse est de 34,9 %. La non-réponse est due aux refus (19,2 %), aux ménages qu'on n'a pas réussi à contacter (12,1 %) et aux ménages dont les données ont été considérées inutilisables (3,6 %).

  • Le taux de non-réponse a tendance à croître avec le niveau d'urbanisation. On observe un taux de non-réponse de 27,5 % en milieu rural, et un taux de 38,8 % dans les centres urbains d'un million d'habitants et plus.

  • L'analyse des taux de non-réponse dans les strates d'aires géographiques à revenu élevé provenant du plan d'échantillonnage révèle que le taux dans les strates à revenu élevé (44,8 %) est plus élevé que celui observé dans les autres strates (33,9 %). Le taux de refus des strates à revenu élevé (27,5 %) est supérieur à ce qui est observé pour les autres strates (18,4 %).

Les erreurs de couverture

  • On observe un sous-dénombrement des ménages de 10,4 % à l'échelle nationale. On constate un sous-dénombrement des ménages pour chacune des provinces et territoires, sauf pour le Yukon. Les taux de sous-dénombrement varient de 5,3 % à 16,1 %. Au Yukon, le sur-dénombrement au niveau ménage se situe à 6,0 %.

  • Le sous-dénombrement des personnes se situe à 13,2 % à l'échelle nationale (excluant les territoires). On observe aussi un sous-dénombrement des personnes pour chacune des provinces, les taux variant de 8,5 % à 17,8 %. Le sous-dénombrement des personnes est inférieur à 10% dans chacun des trois territoires.

  • On constate que le taux de glissement national pour les enfants (0 à 17 ans) est inférieur à ceux des autres groupes d'âge. En effet, chez les enfants, on observe un sous-dénombrement de 9,1 %, alors que chez les adultes le sous-dénombrement est un peu plus important, se chiffrant à 14,3 %.

Les erreurs de réponse

  • Les erreurs de réponse comprennent, entre autres, les erreurs de rappel, l'erreur télescopique et les erreurs dues aux réponses par procuration. Dans l'Enquête sur les dépenses des ménages, le fardeau imposé au répondant, étant donné la longueur de l'entrevue, peut entraîner la fatigue du répondant et avoir un impact sur la qualité des données. Le temps total d'entrevue varie selon les caractéristiques des ménages.

Les erreurs de traitement reliées à l'imputation

a) Des variables de dépenses

  • Il a fallu imputer au moins une variable de dépenses1 pour 49,5 % des ménages à l'échelle nationale. La section du questionnaire portant sur les dépenses reliées aux services de communication au foyer (téléphone, téléphone cellulaire et accès à Internet), aux services de télédistribution (câble), aux services de diffusion par satellite et aux services de sécurité contribue fortement à ce taux. Depuis 2004, on accepte qu'un ménage répondant fournisse seulement les dépenses totales d'un forfait (services groupés), tout en indiquant quels services sont inclus. Environ 39 % des ménages utilisables ont nécessité l'imputation d'au moins un de ces six services.
  • Le taux global d'imputation en excluant ces six services est de 19,6 % à l'échelle nationale. Pour ces dépenses, la majorité des ménages ont nécessité l'imputation d'une ou deux variables parmi les 242 variables de dépenses. À l'échelle provinciale et territoriale, les taux d'imputation varient entre un minimum de 10,4 % pour le Nunavut et un maximum de 23,5 % pour la Nouvelle-Écosse.

  • Les valeurs imputées contribuent à 35,4 % de l'estimation du total des dépenses de services de télédistribution et à 47,6 % de l'estimation du total des dépenses de services d'accès à Internet. Les taux d'imputation parmi les ménages déclarant des dépenses à l'un ou l'autre de ces deux services sont respectivement de 36,3 % et 56,5 %. Ces taux plus élevés sont principalement dus au fait qu'une proportion importante des forfaits incluait ces deux services parmi les ménages qui ont déclaré avoir payé pour un forfait.

  • Près de 10 % des individus ont nécessité l'imputation de variables sur les dépenses vestimentaires mais pour la très grande majorité, le total était fourni par le répondant et seules les composantes ont été imputées.

  • Environ 10 % des personnes âgées de 15 ans et plus ont nécessité l'imputation d'au moins une des variables de la section sur les impôts personnels, sécurité et dons en argent.

b) Des variables de revenu

  • Il a fallu imputer au moins une variable de revenu pour 5,4 % des individus âgés de 15 ans et plus.

c) Des variables catégoriques

  • Il a fallu imputer au moins une variable catégorique pour 8,9 % des ménages. Pour environ 74 % d'entre eux, seulement une variable a été imputée. À l'échelle provinciale, les taux d'imputation varient entre un minimum de 4,8 % pour Terre-Neuve-et-Labrador et un maximum de 10,4 % pour le Manitoba et l'Alberta. Les variables catégoriques qui sont imputées se trouvent aux sections suivantes du questionnaire: « Caractéristiques du logements », « Équipement associé au logement », « Mode d'occupation du logement », et « Tabac et dépenses diverses », pour les variables se rapportant aux achats par le biais de vente directe.

Note

  1. Excluant les dépenses vestimentaires et les dépenses de la section sur les impôts personnels, sécurité et dons en argent qui sont collectées au niveau des individus et non au niveau des ménages.
Date de modification :