Série analytique des prix
Indice des prix des produits industriels : revue annuelle, 2020

Date de diffusion : le 12 février 2021

Passer au texte

Début du texte

1 Sommaire

Les effets de la pandémie de la COVID-19 sur l’économie mondiale ont eu une influence considérable sur les prix de nombreux produits vendus par des fabricants exerçant leurs activités au Canada en 2020, tels que mesurés par l’Indice des prix des produits industriels (IPPI).

Dans l’ensemble, l’IPPI a diminué de 0,5 % entre 2019 et 2020, en baisse pour une deuxième année consécutive. Un recul de 27,5 % des prix des produits énergétiques et du pétrole a été le principal facteur à l’origine de cette baisse annuelle.

Sans les produits énergétiques et du pétrole, l’IPPI s’est accru de 2,7 % entre 2019 et 2020, principalement sous l’effet de la hausse des prix des produits primaires de métaux non ferreux (+12,6 %), du bois d’œuvre et des autres produits du bois (+19,3 %), ainsi que des viandes, des poissons et des produits laitiers (+5,6 %).

2 La pandémie de la COVID-19

Le premier cas de la COVID-19 a été signalé à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) le 31 décembre 2019. Initialement décrite comme une forme inconnue de pneumonie, l’infection avait d’abord été détectée dans la ville de Wuhan, province de Hubei, en Chine, plus tôt ce mois-là (OMS, 31 juillet 2020). À partir de ce moment, le virus s’est propagé rapidement, ce qui a entraîné des confinements à l’échelle mondiale qui ont eu une forte incidence sur l’activité économique.

Au Canada, le premier cas présumé de la COVID-19 a été signalé le 25 janvier 2020. Le nombre de nouvelles infections signalées quotidiennement a augmenté rapidement, atteignant plus de 1 000 par jour le 20 mars (Gouvernement du Canada, 2020a) et entraînant des fermetures de frontières interprovinciales et internationales, des fermetures d’entreprises et d’écoles, ainsi que des mesures de confinement de la population destinées à réduire les contacts et, par conséquent, le nombre de cas. Ceux qui pouvaient se tourner vers le télétravail, l’ont fait, tandis que plus d’un million de personnes se sont retrouvées sans emploi en raison de mises à pied temporaires ou permanentes entre février et avril, causées par la fermeture de leurs lieux de travail (Gellatly, 2020). Malgré d’importantes mesures mises en place par le gouvernement fédéral pour soutenir les particuliers et les entreprises, plus de 88 000 entreprises ont fermé leurs portesNote au Canada au cours du mois d’avril, ce qui représente le nombre le plus élevé au cours des cinq dernières années (Lafrance-Cooke, MacDonald et Willox, 2020; Statistique Canada, Tableau 33-10-0270-01). Les activités des consommateurs ont changé de façon marquée, du fait que les Canadiens ont été contraints de demeurer à la maison, ont moins voyagé et ont acheté davantage de certains produits, comme des articles ménagers, et moins d’autres (p. ex. des véhicules automobiles). Les activités industrielles, quant à elles, ont été ralenties ou interrompues en raison des restrictions de santé publique, ce qui a eu des répercussions sur les prix des matières brutes et des produits industriels et de consommation (Gellatly, 2020; Statistique Canada, 8 avril 2020; Statistique Canada, 30 avril 2020; Statistique Canada, 29 mai 2020; Statistique Canada, 8 octobre 2020; Statistique Canada, 11 décembre 2020).

Les nouveaux cas de la COVID-19 à l’échelle nationale sont redescendus à moins de 1 000 par jour pour la première fois le 10 mai (Gouvernement du Canada, 2020a). Les mesures de confinement ont commencé à être allégées en mai dans de nombreuses provinces, à mesure que le nombre de nouvelles infections quotidiennes diminuait. Au fur et à mesure de la reprise des activités, les arriérés de production et la demande accumulée ont de nouveau eu une incidence sur les prix. Le nombre de cas a recommencé à augmenter à la fin d’août, atteignant encore plus de 1 000 par jour le 14 septembre, ce qui a entraîné le resserrement des mesures de confinement, mais souvent à une échelle plus limitée que pendant la première vague (Gouvernement du Canada, 2020a; Kirkey, 2020).

Le 9 décembre, Santé Canada a approuvé le vaccin à base d’ARNm contre la COVID-19 de Pfizer-BioNTech, dont les premières doses ont été administrées le 14 décembre (Gillies, 2020; Gouvernement du Canada, 2020b). À la fin de décembre, alors que des mesures plus strictes de confinement étaient mises en place en réponse à la hausse continue du nombre de cas et que la vaccination avançait, on ne savait pas trop à quel rythme les nouvelles infections diminueraient et quel effet cela aurait sur les prix des produits industriels et les autres produits en 2021. En date du 31 décembre 2020, la COVID-19 avait causé la mort de plus de 1 800 000 personnes dans le monde et de plus de 15 000 personnes au Canada (Gouvernement du Canada, 2020a; OMS, 31 décembre 2020).

3 Les prix des produits industriels ont diminué en 2020, entraîné à la baisse principalement par les prix plus faibles des produits énergétiques et du pétrole

Les prix des produits fabriqués au Canada, tels que mesurés par l’Indice des prix des produits industriels (IPPI), ont diminué de 0,5 % entre 2019 et 2020. Ce recul fait suite à une légère baisse de 0,1 % en 2019, et il s’agit de la plus forte diminution annuelle depuis 2015 (-0,8 %). Parmi les 21 principaux groupes de produits compris dans l’IPPI, 7 ont enregistré une baisse et 14 ont connu une hausse.

Les produits énergétiques et du pétrole est souvent le groupe qui influence le plus la variation de l’IPPI, en raison de son importance relative et de sa volatilité. En 2020, 6 des 12 variations mensuelles de l’IPPI étaient principalement attribuables à ce groupe.

Sans les produits énergétiques et du pétrole, l’IPPI s’est accru de 2,7 % en 2020, poursuivant une tendance à la hausse observée depuis 2006.

À partir de mars, l’IPPI a subi des pressions à la baisse suite à la pandémie et aux confinements qui en ont découlé. Entre février et avril, l’IPPI a diminué de 3,0 %, surtout en raison de la baisse des prix des produits énergétiques et du pétrole, qui ont enregistré une baisse marquée principalement attribuable à la réduction de la demande découlant de la contraction de l’économie et de la diminution du nombre de voyages (U.S. Energy Information Administration, 20 juillet 2020). L’IPPI a commencé à remonter en mai avec la levée des restrictions, affichant une hausse de 4,9 % entre son creux d’avril et décembre 2020. Cette augmentation s’explique surtout par la hausse des prix du bois d’œuvre et des autres produits du bois, des produits énergétiques et du pétrole, ainsi que des produits primaires de métaux non ferreux et des viandes, des poissons et des produits laitiers.

L’IPPI excluant les produits énergétiques et du pétrole a augmenté de façon assez constante au cours de l’année 2020, à l’exception des baisses de 0,8 % en juin et de 0,9 % en novembre. Le recul de juin était principalement attribuable à la baisse des prix des viandes, des poissons et des produits laitiers, ainsi que des véhicules motorisés et récréatifs, alors que celle de novembre provenait surtout de la diminution des prix du bois d’œuvre et des autres produits du bois. La tendance générale à la hausse de l’IPPI excluant les produits énergétiques et du pétrole a été en grande partie attribuable aux prix des produits primaires de métaux non ferreux, du bois d’œuvre et des autres produits du bois, ainsi que des viandes, des poissons et des produits laitiers.

Les prix des matières brutes achetées par les fabricants exerçant des activités au Canada, tels que mesurés par l’Indice des prix des matières brutes (IPMB; -8,1 %), ont également diminué en 2020, principalement en raison de la diminution des prix des produits énergétiques bruts.

Graphique 1

Tableau de données du graphique 1 
Tableau de données du graphique 1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 1. Les données sont présentées selon Année et mois (titres de rangée) et Indice des prix des produits industriels et Indice des prix des produits industriels, excluant les produits énergétiques et du pétrole, calculées selon indice (janvier 2020 = 100)
unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Année et mois Indice des prix des produits industriels Indice des prix des produits industriels, excluant les produits énergétiques et du pétrole
indice (janvier 2020 = 100)
2019
Janvier 99,1 99,8
Février 99,4 99,6
Mars 100,6 100,1
Avril 101,5 100,4
Mai 101,4 100,2
Juin 99,9 99,6
Juillet 99,6 99,0
Août 99,8 99,7
Septembre 99,7 99,5
Octobre 99,7 99,4
Novembre 99,8 99,4
Décembre 100,0 99,7
2020
Janvier 100,0 100,0
Février 100,0 100,6
Mars 98,9 101,7
Avril 97,0 101,7
Mai 97,9 102,2
Juin 98,0 101,4
Juillet 99,1 101,9
Août 100,1 103,1
Septembre 100,8 104,3
Octobre 100,8 104,3
Novembre 100,3 103,4
Décembre 101,8 104,3

3.1 Les prix des produits énergétiques et du pétrole affichent une baisse marquée

Les prix des produits énergétiques et du pétrole ont diminué de 27,5 % en 2020, principalement sous l’effet de la baisse de la demande causée par la pandémie de la COVID-19, ce qui représente leur plus forte baisse annuelle depuis 2009 (-28,1 %). Le recul dans ce groupe de produits était surtout attribuable à une diminution sans précédent des prix des produits pétroliers raffinés (-29,0 %), incluant l’essence à moteur (-25,9 %), le mazout léger (-33,8 %), ainsi que les carburants diesel et biodiesel (-30,3 %). Il s’agissait de la baisse annuelle la plus marquée des prix de l’essence à moteur depuis le début de cette série en 1971, et du recul le plus prononcé des prix du mazout léger et des carburants diesel et biodiesel depuis 2009. Les prix des produits énergétiques bruts (-31,7 %), la matière première pour la fabrication des produits pétroliers raffinés, ont aussi diminué de façon marquée en 2020; par exemple, en une seule journée, soit le 20 avril, le prix du pétrole West Texas Intermediate, l’un de pétrole de référence à l’échelle mondiale, s’est établi à un creux sans précédent de -37,63 $ US le baril pour le contrat à terme de mai (Ngai, Raimonde et Longley, 2020).

 

Graphique 2

Tableau de données du graphique 2 
Tableau de données du graphique 2
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 2. Les données sont présentées selon Année et mois (titres de rangée) et Produits énergétiques et du pétrole et Produits énergétiques bruts, calculées selon indice (janvier 2020 = 100) unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Année et mois Produits énergétiques et du pétrole Produits énergétiques bruts
indice (janvier 2020 = 100)
2019
Janvier 95,7 98,3
Février 98,7 104,0
Mars 105,2 109,5
Avril 109,6 120,0
Mai 110,4 114,9
Juin 102,8 101,6
Juillet 104,0 105,6
Août 101,0 101,1
Septembre 101,5 103,8
Octobre 102,7 98,5
Novembre 102,9 101,9
Décembre 103,2 107,3
2020
Janvier 100,0 100,0
Février 94,1 90,8
Mars 75,0 57,9
Avril 56,0 30,4
Mai 59,8 58,7
Juin 69,1 71,2
Juillet 74,4 75,7
Août 74,3 77,6
Septembre 70,3 72,8
Octobre 70,7 73,0
Novembre 73,4 74,9
Décembre 80,0 82,4

Les prix des produits pétroliers raffinés ont fortement diminué entre janvier et avril (-48,6 %), en raison de la contraction de l’économie causée par la baisse de la demande attribuable à la pandémie de la COVID-19 (U.S. Energy Information Administration, 11 mai 2020). Le ralentissement de la croissance économique et les restrictions imposées aux voyages par avion et aux autres voyages ont entraîné une offre excédentaire de pétrole, ce qui a entraîné les prix à la baisse (U.S. Energy Information Administration, 11 mai 2020). Le recul mensuel d’avril (-28,8 %) a été le plus prononcé jamais enregistré pour ce groupe de produits; les prix des produits énergétiques et du pétrole (-25,3 %) dans son ensemble, ainsi que ceux de l’essence à moteur (-33,9 %), du mazout léger (-23,5 %), et des carburants diesel et biodiesel (-23,3 %) ont également affiché des baisses records d’un mois à l’autre en avril. À partir du mois de mai, une entente entre l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et les autres pays producteurs de pétrole non membres de l’OPEP visant à réduire la production de 9,7 millions de barils par jour pendant au moins deux mois (OPEP, 9 avril 2020), combinée à la levée graduelle des mesures de confinement et à la reprise des activités économiques (U.S. Energy Information Administration, 9 juin 2020), a entraîné une remontée partielle des prix du pétrole brut et des produits pétroliers raffinés, sans qu’ils reviennent toutefois au niveau de 2019. Les coupes ont été réduites en août 2020 et janvier 2021, mais à la fin de 2020, on s’attend à ce que les restrictions se poursuivent jusqu’à la fin d’avril 2022, comme annoncé dans l’accord initial (OPEP, 9 avril 2020; OPEP, 22 juin 2020; OPEP, 3 décembre 2020).

Graphique 3

Tableau de données du graphique 3 
Tableau de données du graphique 3
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 3. Les données sont présentées selon Année et mois (titres de rangée) et Offre mondiale totale de pétrole et Consommation mondiale totale de pétrole, calculées selon millions de barils par jour unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Année et mois Offre mondiale totale de pétrole Consommation mondiale totale de pétrole
millions de barils par jour
2019
Janvier 100,4 99,6
Février 100,2 101,5
Mars 100,3 99,8
Avril 100,5 100,9
Mai 100,2 100,3
Juin 100,5 101,3
Juillet 99,9 102,4
Août 101,2 102,4
Septembre 99,2 101,5
Octobre 101,3 100,8
Novembre 102,0 101,9
Décembre 101,7 102,3
2020
Janvier 101,4 96,7
Février 100,2 97,6
Mars 100,5 91,3
Avril 100,3 80,6
Mai 88,6 84,4
Juin 88,6 89,9
Juillet 90,2 92,8
Août 91,3 92,5
Septembre 91,1 94,7
Octobre 91,6 94,8
Novembre 93,5 95,7
Décembre 93,8 95,6

3.2 Les prix des produits primaires de métaux non ferreux augmentent, surtout en raison des investissements dans des valeurs refuges comme l’or et l’argent

Les prix des produits primaires de métaux non ferreux ont augmenté de 12,6 % en 2020, principalement en raison de la hausse des prix de l’or, de l’argent et des métaux du groupe du platine sous forme brute et leurs alliages (+28,0 %). Il s’agit de la plus forte augmentation annuelle de l’or, de l’argent et des métaux du groupe du platine sous forme brute et leurs alliages depuis 2011 (+50,1 %).

3.2.1 Or, argent et métaux du groupe du platine sous forme brute et leurs alliages

Les prix de l’or, de l’argent et des métaux du groupe du platine sous forme brute et leurs alliages ont progressé de 28,0 % en 2020, après avoir augmenté de 7,6 % en 2019, et ont affiché leur plus forte augmentation d’un mois à l’autre en août (+15,9 %). Le pessimisme au niveau macroéconomique à l’échelle mondiale, qui a poussé  en 2019 les investisseurs vers des placements considérés comme des valeurs refuges, comme l’or, s’est intensifié en 2020, en grande partie en raison de l’incertitude économique causée par la pandémie de la COVID-19 (London Bullion Market Association, 7 octobre 2020). Les prix de ces métaux ont atteint des sommets en 2020 : l’or a atteint 2 061,50 $ US l’once d’or le 7 août, et l’argent, 28,89 $ US l’once le 1er septembre (London Bullion Market Association, 2020). Les prix ont commencé à baisser à l’automne en raison de l’amélioration des conditions économiques (Baffes et Koh, 2020).

Graphique 4

Tableau de données du graphique 4 
Tableau de données du graphique 4
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 4. Les données sont présentées selon Année et mois (titres de rangée) et Produits primaires de métaux non ferreux et Or, argent, et métaux du groupe du platine sous forme brute, et leurs alliages, calculées selon indice (janvier 2020 = 100)
unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Année et mois Produits primaires de métaux non ferreux Or, argent, et métaux du groupe du platine sous forme brute, et leurs alliages
indice (janvier 2020 = 100)
2019
Janvier 95,6 86,1
Février 96,8 86,8
Mars 97,7 86,8
Avril 97,6 86,6
Mai 95,2 85,5
Juin 94,0 86,9
Juillet 94,6 89,2
Août 96,6 95,8
Septembre 98,3 99,0
Octobre 97,1 96,4
Novembre 97,4 95,3
Décembre 97,2 95,3
2020
Janvier 100,0 100,0
Février 100,2 102,7
Mars 98,3 99,3
Avril 98,4 103,3
Mai 100,5 107,0
Juin 101,6 108,4
Juillet 108,6 119,2
Août 119,5 138,1
Septembre 119,7 134,8
Octobre 117,3 128,5
Novembre 118,0 126,2
Décembre 121,6 126,8

3.2.2 Autres contributeurs à la hausse des prix des produits primaires de métaux non ferreux

Les prix du nickel et des alliages de nickel sous forme brute (+10,9 %) ont aussi contribué à la hausse des prix des produits primaires de métaux non ferreux, quoique dans une moindre mesure, en raison de la forte demande de l’industrie de l’acier inoxydable, particulièrement en Chine, ainsi que de la croissance constante de la demande de l’industrie des véhicules électriques (Home, 2020; Treadgold, 2020).

En contrepartie de ces hausses, les prix des formes primaires et des produits semi-ouvrés d’aluminium et d’alliages d’aluminium (-7,9 %) ont diminué en 2020. Les prix de ces produits ont reculé en début d’année suite à la pandémie de la COVID-19 et au ralentissement de l’activité manufacturière à l’échelle mondiale. Malgré les hausses enregistrées dans la dernière partie de l’année sous l’effet de la reprise des activités, les prix n’étaient pas revenus au niveau de 2019 à la fin de l’année (Horner, 2020).

Graphique 5

Tableau de données du graphique 5 
Tableau de données du graphique 5
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 5. Les données sont présentées selon Année et mois (titres de rangée) et Nickel et alliages de nickel sous forme brute et Formes primaires et produits semi-ouvrés d'aluminium et d'alliages d'aluminium, calculées selon indice (janvier 2020 = 100) unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Année et mois Nickel et alliages de nickel sous forme brute Formes primaires et produits semi-ouvrés d'aluminium et d'alliages d'aluminium
indice (janvier 2020 = 100)
2019
Janvier 98,2 108,8
Février 97,5 106,7
Mars 98,7 104,3
Avril 98,8 105,0
Mai 99,4 103,3
Juin 98,1 103,0
Juillet 96,7 104,5
Août 98,0 101,7
Septembre 97,7 102,1
Octobre 97,4 100,0
Novembre 97,7 99,8
Décembre 97,2 99,5
2020
Janvier 100,0 100,0
Février 100,2 97,7
Mars 98,3 96,5
Avril 98,4 97,1
Mai 100,5 93,3
Juin 101,6 90,0
Juillet 108,6 88,5
Août 119,5 90,7
Septembre 119,7 94,0
Octobre 117,3 95,5
Novembre 118,0 96,9
Décembre 121,6 100,5

3.3 Les prix du bois d’œuvre et des autres produits du bois augmentent sous l'effet de la hausse de la demande pour la construction et les rénovations résidentielles

Les prix du bois d’œuvre et des autres produits du bois ont augmenté de 19,3 % en 2020, principalement en raison d’une hausse de 38,2 % des prix bois d’œuvre de résineux. Il s’agit de la plus forte augmentation annuelle des prix du bois d’œuvre de résineux depuis 1993 (+42,0 %). De son creux de l’année en avril jusqu’à son sommet en septembre, le prix du bois d’œuvre a augmenté de 95,6 %, affichant des augmentations de 22,5 % en juillet, de 23,3 % en août et de 20,4 % en septembre, qui représentent les trois plus fortes hausses mensuelles enregistrées depuis le début de la série en 1956.

La hausse des prix du bois d’œuvre de résineux était attribuable en partie à une augmentation non prévue de la demande à partir du mois de mai, alors que plus de temps passé à la maison a entraîné une augmentation de la demande de logements et que les mesures de confinement ont été allégées, de sorte que la construction résidentielle a repris, tant au Canada qu’aux États-Unis (Verma et Husain, 2020). Environ 68 % des produits forestiers du Canada sont exportés aux États-Unis, principalement pour les charpentes de constructions résidentielles, tandis que les acheteurs canadiens sont à l’origine de seulement 10 % des ventes, ce qui fait des États-Unis la principale destination pour les produits forestiers canadiens, lesquels ont représenté une valeur de 22 milliards de dollars canadiens en 2019 (Kosman, 19 novembre 2020; Ressources naturelles Canada, 2020). Dans l’ensemble, le nombre total de mises en chantier aux États-Unis a progressé de 7,9 % en 2020 par rapport à 2019, tandis que le nombre total de mises en chantier au Canada a progressé de 5,1 % (Federal Reserve Bank of St. Louis, 2020; Société canadienne d’hypothèques et de logement, 2021).

En 2020, les prix élevés du bois d’œuvre de résineux ont également été influencés par une augmentation des projets de rénovation entrepris par les propriétaires des maisons pendant les mois d’été, car l’ordre de continuer de travailler de la maison et les restrictions relatives aux déplacements ayant contraint les gens à demeurer à la maison et ont augmenté le désir et le besoin de rénovation (Clark, 2020; Verma et Husain, 2020). Parallèlement, la production de bois d’œuvre de résineux a diminué par rapport à 2019, ce qui a exercé une pression encore plus forte sur l’offre; les volumes de fabrication de bois d’œuvre de résineux au Canada ont totalisé 17 085 pied-planches entre janvier et septembre 2020, en baisse de 7 % par rapport à la même période en 2019 (Kosman, 9 décembre 2020). En novembre, le prix du bois d’œuvre de résineux a diminué de 23,5 % par rapport au sommet qu’il avait atteint en septembre, en raison de la baisse de la demande des acheteurs en prévision des ralentissements habituels de la construction observés à l’automne et à l’hiver et de la baisse concurrente des prix. Toutefois, la poursuite des activités de construction en décembre a obligé les acheteurs à accepter les prix tels qu’ils étaient, ce qui a eu pour effet de faire augmenter la demande et les prix à nouveau au cours du dernier mois de l’année (Kosman, 19 novembre 2020).

La demande élevée de bois d’œuvre fini pendant les mois d’été a aussi eu une influence à la hausse sur les prix des billes et des billons, qui ont augmenté de 11,2 % de juillet à décembre, après avoir diminué de 7,2 % de janvier à juillet en raison des fermetures de scieries qui ont limité la capacité de production de bois d’œuvre (Stewart, 2020). Malgré les hausses enregistrées vers la fin de l’année, les prix des billes et des billons ont diminué de 4,6 % en 2020 par rapport à 2019.

Graphique 6

Tableau de données du graphique 6 
Tableau de données du graphique 6
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 6. Les données sont présentées selon Année et mois (titres de rangée) et Bois d’œuvre et des autres produits du bois et Bois d’œuvre de résineux , calculées selon indice (janvier 2020 = 100)

unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Année et mois Bois d’œuvre et des autres produits du bois Bois d’œuvre de résineux
indice (janvier 2020 = 100)

2019
Janvier 101,6 94,9
Février 101,1 100,6
Mars 102,0 100,6
Avril 101,4 96,2
Mai 100,1 93,1
Juin 100,5 94,2
Juillet 101,5 96,9
Août 101,5 94,8
Septembre 100,8 96,8
Octobre 100,7 97,0
Novembre 100,8 99,5
Décembre 100,8 99,4
2020
Janvier 100,0 100,0
Février 105,0 107,8
Mars 107,5 109,3
Avril 102,3 98,9
Mai 103,0 100,6
Juin 106,1 106,3
Juillet 118,7 130,2
Août 133,1 160,6
Septembre 149,2 193,4
Octobre 144,5 176,0
Novembre 131,8 148,0
Décembre 145,2 177,7

3.4 Les prix des viandes, des poissons et des produits laitiers ont varié de façon considérable en 2020

Les prix des viandes, des poissons et des produits laitiers ont augmenté de 5,6 % en 2020 par rapport à 2019, principalement en raison de la hausse des prix du bœuf et du veau frais et congelés (+18,1 %).

3.4.1 Bœuf et veau frais et congelés

Le prix du bœuf et du veau frais et congelés a augmenté en moyenne de 18,1 % en 2020 par rapport à 2019, surtout en raison de la hausse de 43,6 % enregistrée entre mars et mai. Il s’agissait de la plus forte augmentation annuelle des prix du bœuf et du veau frais et congelés depuis 2015 (+18,1 %); de plus, l’augmentation mensuelle d’avril (+32,5 %) a été la plus forte jamais enregistrée pour cette série. La hausse des prix pendant la période de mars à mai s’expliquait en grande partie par la réduction de l’offre attribuable à la fermeture d’abattoirs et d’usines de transformation en raison des mesures de confinement liées à la COVID-19 (Patrice et Lamboni, 2020). Les prix ont diminué de 34,4 % de mai à juillet, en raison de la réouverture des usines, et ils ont terminé l’année par une baisse de 2,7 % en décembre par rapport au début de l’année. En contrepartie de l’augmentation record d’avril, la variation d’un mois à l’autre en juillet (-26,7 %) a été la plus forte diminution jamais enregistrée pour cette série. Les arriérés de transformation au Canada et aux États-Unis ont maintenu les prix des bovins et des veaux vivants(-2,7 %) à la baisse en 2020 par rapport à 2019 (Patrice et Lamboni, 2020).

Graphique 7

Tableau de données du graphique 7 
Tableau de données du graphique 7
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 7. Les données sont présentées selon Année et mois (titres de rangée) et Viandes, poissons, et produits laitiers et Bœuf et veau frais et congelés , calculées selon indice (janvier 2020 = 100)

unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Année et mois Viandes, poissons, et produits laitiers Bœuf et veau frais et congelés
indice (janvier 2020 = 100)

2019
Janvier 95,2 96,6
Février 94,5 95,3
Mars 95,7 97,1
Avril 98,7 99,6
Mai 99,6 100,7
Juin 99,3 96,9
Juillet 97,4 93,7
Août 100,1 96,1
Septembre 96,6 94,0
Octobre 96,3 95,1
Novembre 97,4 102,6
Décembre 99,5 102,0
2020
Janvier 100,0 100,0
Février 99,9 102,5
Mars 101,7 109,6
Avril 107,0 145,2
Mai 114,0 157,4
Juin 108,3 141,0
Juillet 101,5 103,3
Août 101,7 105,0
Septembre 102,8 106,4
Octobre 101,9 103,8
Novembre 100,3 109,7
Décembre 97,0 97,3

3.4.2 Autres contributeurs à la hausse des prix des viandes, des poissons et des produits laitiers

Les prix plus élevés des produits de viandes transformées et des autres sous-produits de viandes et d’animaux (+10,2 %) et, dans une moindre mesure, de la volaille de tous les types, fraîche et congelée (+3,5 %) ont également contribué à l’augmentation des prix des viandes, des poissons et des produits laitiers.

Alors que les prix des produits de viandes transformées et des autres sous-produits de viandes et d’animaux ont augmenté de façon assez constante, ceux de la volaille fraîche et congelée ont varié considérablement.

Les prix de la volaille fraîche et congelée ont fléchi de 15,6 % de mars à mai, en grande partie en raison de la réduction de la demande de l’industrie de la restauration (Lupescu, 2020). Les producteurs canadiens ont réagi en réduisant la production de 50 000 tonnes métriques au cours de la période de mai à août. De façon générale, les arriérés de transformation ont également été évités en réacheminant les volailles vers des installations ouvertes (Lupescu, 2020). Les prix ont augmenté de 21,5 % par rapport à leur creux de mai à juillet, en raison de ces mesures et en réponse à la demande croissante à mesure que les mesures de confinement se sont relâchées et que la saison estivale des barbecues a commencé (Lupescu, 2020). Les prix ont recommencé à baisser à partir du mois d’août, en raison de la reprise de la production, et en décembre, ils étaient inférieurs de 2,7 % à ceux enregistrés au début de l’année (Agriculture et Agroalimentaire Canada, Rapport de production 036).

Graphique 8

Tableau de données du graphique 8 
Tableau de données du graphique 8
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 8. Les données sont présentées selon Année et mois (titres de rangée) et Produits de viandes transformées, autres viandes, et sous-produits d'origine animale et Volaille de tous types, fraîche et congelée, calculées selon indice (janvier 2020 = 100)

unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Année et mois Produits de viandes transformées, autres viandes, et sous-produits d'origine animale Volaille de tous types, fraîche et congelée
indice (janvier 2020 = 100)

2019
Janvier 98,3 93,5
Février 97,6 94,6
Mars 97,2 94,4
Avril 96,8 95,8
Mai 96,2 96,9
Juin 98,0 98,3
Juillet 98,6 99,0
Août 101,8 99,1
Septembre 98,1 98,4
Octobre 100,2 96,5
Novembre 99,2 94,7
Décembre 98,2 94,1
2020
Janvier 100,0 100,0
Février 103,4 102,6
Mars 103,8 104,4
Avril 102,1 95,7
Mai 110,3 88,1
Juin 109,0 99,7
Juillet 108,2 107,0
Août 110,9 106,9
Septembre 111,5 103,9
Octobre 112,7 97,4
Novembre 114,0 95,3
Décembre 114,3 95,2

3.5 Autres influences en 2020

Les prix des produits de pâtes et papier, des produits chimiques, ainsi que des fruits, des légumes, des aliments pour animaux et des autres produits alimentaires ont aussi influencé la variation de l’IPPI en 2020, mais dans une moindre mesure.

Les prix des produits de pâtes et papier ont reculé de 4,4 % en 2020.

Les prix des produits chimiques ont diminué de 2,6 % en 2020, en grande partie sous l’influence des prix plus faibles des produits pétrochimiques (-15,9 %), attribuables à la baisse des prix du pétrole brut.

Les prix des fruits, des légumes, des aliments pour animaux et des autres produits alimentaires (+2,7 %) ont augmenté en 2020, surtout en raison de la hausse des prix des produits de céréales et d’oléagineux, non classés ailleurs (+6,5 %). La forte demande de la Chine, ainsi que les préoccupations au sujet de la production et de l’offre, ont joué un rôle dans ces hausses de prix (Producteurs de grains du Québec, 2020). Les prix des produits végétaux, y compris les céréales (sauf le blé; +1,7 %), les oléagineux (sauf le canola; +10,6 %), le blé (+2,5 %) et le canola (y compris le colza; +8,7 %) ont également augmenté au cours de 2020.

4 Annexe

L’indice des prix des produits industriels (IPPI) mesure les variations des prix des principaux produits vendus par les fabricants au Canada (Statistique Canada, 10 décembre 2020).

Chaque mois, environ 3 600 prix sont recueillis auprès d’environ 1 100 producteurs et servent au calcul de l’IPPI. Les prix recueillis concernent les marchandises vendues à la sortie de l’usine. Par conséquent, les prix couverts par l’IPPI renvoient non pas à ce que paie l’acheteur, mais au prix que touche le producteur. Les prix ne comprennent pas les taxes indirectes, comme les taxes de vente et les tarifs douaniers, qui n’entrent pas dans les facteurs de production (p. ex. main-d’œuvre, capital ou bénéfices). Ils ne tiennent pas non plus compte des services de transport fournis par un transporteur public à la sortie de l’usine ni des services de distribution offerts par les secteurs de la vente au détail ou du commerce de gros.

L’Indice des prix des matières brutes (IPMB) mesure les variations des prix des matières brutes achetées par les fabricants canadiens aux fins de transformation. Comme il s’agit d’un indice des prix d’achat, les prix comprennent tous les frais engagés par l’acheteur pour faire parvenir le produit à l’établissement. Ils comprennent les frais de transport, les taxes nettes payées, les droits de douane, ainsi que les subventions, le cas échéant. L’IPMB est produit et publié avec l’IPPI, car il répond à bon nombre des mêmes intérêts et besoins (Statistique Canada, 27 novembre 2020).

Les produits de l’IPPI et de l’IPMB sont agrégés de façon hiérarchique dans des groupes, selon le Système de classification des produits de l’Amérique du Nord (SCPAN) 2017 v2. Par exemple, l’« essence à moteur » fait partie des « produits pétroliers raffinés pour combustibles, et biocombustibles », qui sont compris dans les « produits énergétiques et du pétrole », l’un des 21 groupes principaux de l’IPPI. On calcule une valeur d’indice et une variation en pourcentage pour chacun de ces niveaux.

Chaque produit et groupe a un poids (qu’on appelle aussi « importance relative ») selon la valeur totale des ventes de ce produit par des fabricants au Canada au cours d’une année de référence donnée. Les groupes englobent la somme des poids des produits qu’ils contiennent. Un produit ou un groupe ayant un poids plus élevé influencera proportionnellement l’indice en fonction de son poids. Par conséquent, un mouvement important des prix d’un groupe dont le poids est plus faible peut avoir moins d’incidence qu’un petit mouvement d’un groupe dont le poids est plus élevé. Pour l’IPPI et l’IPMB, les pondérations des produits et des industries sont dérivées d’une combinaison des tableaux des ressources et des emplois de 2016 qui reflètent de près les transactions économiques réelles par industrie et les ventes de biens fabriqués par les entreprises déclarées pour l’Enquête annuelle sur les industries manufacturières et de l’exploitation forestière (EAMEF) de 2016.

Habituellement, l’IPPI et l’IPMB sont mesurés et publiés sur une base mensuelle. Aux fins des comparaisons d’une année à l’autre incluses dans le présent document d’analyse, les valeurs moyennes annuelles des indices ont été calculées, et des comparaisons ont été faites entre les moyennes.

La période de base actuelle pour les deux indices est janvier 2020=100.

5 Bibliographie

Agriculture et Agroalimentaire Canada. 036 Rapport mensuel/annuel de la production de volailles. Information sur le marché de la volaille et œufs : Production de la volaille. https://aimis-simia.agr.gc.ca/rp/index-eng.cfm?action=pR&r=24&pdctc=

Baffes, J. et Koh, W. C. (28 décembre 2020). « Precious Metals Prices Expected to be Lower in 2021. » Blogues de la Banque mondiale. www.blogs.worldbank.org.opendata/precious-metals-prices-expected-be-lower-2021

Clark, J. (24 août 2020). « How Does a Soaring Lumber Market Impact Timber Prices? » Forest 2 Market. https://www.forest2market.com/blog/how-does-a-soaring-lumber-market-impact-timber-prices>

Federal Reserve Bank of St. Louis. (18 novembre 2020). « Housing Starts: Total: Privately Owned Housing Units Started. » FRED Données économiques: Production et activité commerciale: Logement: Mises en chantier. https://fred.stlouisfed.org/series/HOUST#0

Gellatly, G. (26 mai 2020). Développements récents de l’économie canadienne, 2020 : COVID-19, première édition. Aperçus économiques. https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/11-626-x/11-626-x2020002-fra.htm.

Gillies, R. (14 décembre 2020). « Canada Administers First Doses of COVID-19 vaccine. » AP. https://apnews.com/article/toronto-ontario-health-coronavirus-pandemic-quebec-b5e7c334cb00663b4566f02a0eba3071

Gouvernement du Canada. (16 décembre 2020a). Maladie à coronavirus de 2019 (COVID-19) : Mise à jour quotidienne sur l’épidémiologie. Maladie à coronavirus : Pour les professionnels de la santé. https://health-infobase.canada.ca/covid-19/epidemiological-summary-covid-19-cases.html?stat=num&measure=total#a2

Gouvernement du Canada. (16 décembre 2020b). Vaccin de Pfizer-BioNTech contre la COVID-19 : Ce que vous devez savoir. Maladie à coronavirus : Industrie des produits de santé contre la COVID-19 : Médicaments et vaccins contre la COVID-19. https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/medicaments-produits-sante/covid19-industrie/medicaments-vaccins-traitements/vaccins/pfizer-biontech.html

Home, A. (27 octobre 2020). « Nickel Surplus Loom as Electric Vehicle Buzz Fades. » Reuters. www.reuters.com/article/us-metals-nickel-electric-ahome-column/column-nicle-surplus-looms-as-electric-vehicle-buzz-fades-andy-home-idUSKBN27C291

Horner, W. (20 octobre 2020). « Aluminum Prices Surge as Chinese Demand Accelerates. » Wall Street Journal. www.wsj.com/articles/aluminum-prices-surge-as-chinese-demand-accelerates-11603200739

Kirkey, S. (30 octobre 2020). « Second Wave Will Be “Weeks and Months” of Limiting Contacts, But Trudeau Says “Blunt” Lockdowns Unnecessary. » The National Post. https://nationalpost.com/news/canada/second-wave-will-be-weeks-and-months-of-limiting-contacts-but-trudeau-says-blunt-nationwide-lockdowns-unnecessary

Kosman, K. (19 novembre 2020). « U.S. Housing Starts & Softwood Lumber Prices: October and November 2020. » Madison’s Lumber Reporter. www.madisonsreport.com/2020/11/19/us-housing-starts-softwood-lumber-prices-october-and-november-2020/

Kosman, K. (9 décembre 2020). « North America Softwood Lumber Production, Sawmill Capacity Utilization, WWPA: September 2020. » Madison’s Lumber Reporter. https://madisonsreport.com/2020/12/09/north-america-softwood-lumber-production-sawmill-capacity-utilization-wwpa-september-2020/

Lafrance-Cooke, A., Macdonald, R. et Willox, M. (5 août 2020). Données mensuelles sur les ouvertures et fermetures d’entreprises : séries expérimentales pour le Canada, les provinces et territoires et les régions métropolitaines de recensement. Aperçus économiques. https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/11-626-x/11-626-x2020014-fra.htm

London Bullion Market Association. (2020). « Precious Metal Prices. » Prix et données de la LBMA. http://www.lbma.org.uk/precious-metal-prices#/

London Bullion Market Association. (7 octobre 2020). « Q3 2020 Precious Metals Report – The End of a Long Hot Summer? » Centre des médias de la LBMA. www.lbma.org.uk/_blog/lbma_media_centre/post/q3-2020-precious-metals-report---the-end-of-a-long-hot-summer/

Lupescu, M. (2 juin 2020). « Canada: COVID-19 Impact on Poultry Sector. » United States Department of Agriculture: Foreign Agricultural Service. https://apps.fas.usda.gov/newgainapi/api/Report/DownloadReportByFileName?fileName=Canada %20- %20COVID-19 %20Impact %20on %20Poultry %20Sector_Ottawa_Canada_05-28-2020

Ngai, C., Raimonde, O. et Longley, A. (19 avril 2020). « Oil Plunges Below Zero for First Time in Unprecedented Wipeout. » Bloomberg. https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-04-19/oil-drops-to-18-year-low-on-global-demand-crunch-storage-woes>

OMS. (31 juillet 2020). « Rolling Updates on Coronavirus Disease (COVID-19). » Maladie coronavirus (COVID-19) : Événements au fur et à mesure qu’ils se produisent. https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/events-as-they-happen

OMS. (31 décembre 2020). « Overview. » Tableau de bord de la maladie coronavirus (COVID-19) de l’OMS. https://covid19.who.int/

OPEP. (9 avril 2020). « The 9th (Extraordinary) OPEC and non-OPEC Ministerial Meeting Concludes. » Communiqués de 2020. https://www.opec.org/opec_web/en/press_room/5882.htm

OPEP. (22 juin 2020). « GECF and OPEC Hold First Technical Meeting VIA Videoconference. » Communiqués de 2020. www.opec.org/opec_web/en/press_room/6015.htm

OPEP. (3 décembre 2020). « The 12th OPEC and non-OPEC Ministerial Meeting Concludes. » Communiqués de 2020. www.opec.org/opec_web/en/press_room/6257.htm

Patrice, T. et Lamboni, D. (17 novembre 2020). La COVID-19 et la chaîne d’approvisionnement en bœuf : un aperçu. La COVID-19 : sous l’angle des données. www150.statccan.gc.ca/n1/pub/45-28-0001/2020001/article/00086-eng.htm

Producteurs de grains du Québec. (23 octobre 2020). Tendances des prix du maïs et du soya au Québec. Service d’information sur les marchés.https://www.pgq.ca/articles/services-dinformation-sur-les-marches/les-analyses/tendances-des-prix-du-mais-et-du-soya-au-quebec-octobre-2020/ 

Ressources naturelles Canada. (16 décembre 2020). De quelle façon le secteur forestier contribue-t-il à l’économie du Canada? L’état des forêts au Canada : Rapport annuel. https://www.rncan.gc.ca/nos-ressources-naturelles/forets-foresterie/letat-des-forets-au-canada-rappo/lindustrie-forestiere-contribue/16518

Société Canadienne d’hypothèques et de logement. (janvier 2021). Mises en chantier mensuelles et autres données sur la construction résidentielle. Information sur le marché de l’habitation. https://assets.cmhc-schl.gc.ca/sites/cmhc/data-research/publications-reports/preliminary-housing-starts-data/2021/monthly-housing-starts-construction-data-64695-2021-m01.pdf

Statistique Canada. (8 avril 2020). Les consommateurs canadiens se préparent pour la COVID-19. Série analytique des prix. https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/62f0014m/62f0014m2020004-fra.htm

Statistique Canada. (30 avril 2020). Indices des prix des produits industriels et des matières brutes, mars 2020. Le Quotidien. https://www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/200430/dq200430b-fra.htm

Statistique Canada. (29 mai 2020). Indices des prix des produits industriels et des matières brutes, avril 2020. Le Quotidien. https://www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/200529/dq200529c-fra.htm

Statistique Canada. (8 octobre 2020). Ajuster l’Indice des prix à la consommation aux nouvelles réalités de dépenses pendant la pandémie. Le Quotidien. https://www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/201008/dq201008a-fra.htm

Statistique Canada. (27 novembre 2020). Indice des prix des matières brutes (IPMB). Enquêtes et programmes statistiques. https://www23.statcan.gc.ca/imdb/p2SV_f.pl?Function=getSurvey&SDDS=2306

Statistique Canada. (10 décembre 2020). Indice des prix des produits industriels (IPPI). Enquêtes et programmes statistiques. https://www23.statcan.gc.ca/imdb/p2SV_f.pl?Function=getSurvey&SDDS=2318

Statistique Canada. (11 décembre 2020). Tableau de bord sur l’économie du Canada et la COVID-19. La COVID-19 : sous l’angle des données. https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/71-607-x/71-607-x2020009-fra.htm

Statistique Canada. Tableau 18-10-0265-01 : Indice des prix des produits industriels, par principaux groupes de produits, mensuel. https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=1810026501

Statistique Canada. Tableau 18-10-0268-01 : Indice des prix des matières brutes, mensuel. https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=1810026801&request_locale=fr

Statistique Canada. Tableau 33-10-0270-01 : Estimations expérimentales pour les entreprises nouvellement ouvertes et les entreprises nouvellement fermées pour le Canada, les provinces et les territoires, et les régions métropolitaines de recensement, données désaisonnalisées. https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=3310027001&request_locale=fr

Stewart, P. (18 août 2020). « Why Are Lumber Prices at Record Highs? » Forest 2 Market. https://www.forest2market.com/blog/why-are-lumber-prices-at-record-highs?

Treadgold, T. (4 juin 2020). « Nickel Rush Restarts as Steel and Battery Demand Rises. » Forbes.https://www.forbes.com/sites/timtreadgold/2020/06/04/nickel-rush-restarts-as-steel-and-battery-demand-rises/?sh=75c41abe28ab

U.S. Energy Information Administration. (11 mai 2020). « Short Term Energy Outlook, May 2020. » Analysis and Projections. www.eia.gov/steo/archives/may20.pdf

U.S. Energy Information Administration. (9 juin 2020). « Short Term Energy Outlook, June 2020. » Analysis and Projections. www.eia.gov/steo/archives/jun20.pdf

U.S. Energy Information Administration. (20 juillet 2020). « EIA forecasts US petroleum demand will remain below 2019 levels for several more months. » Today in Energy.www.eia.gov/todayinenergy/detail.php?id=44417

U.S. Energy Information Administration. (12 janvier 2021). « Short Term Energy Outlook, January 2021, Table 3a. » Analysis and Projections. www.eia.gov/steo/archives/jan21_base.xlsx

Verma, R. et Husain, R. (5 octobre 2020). La résilience et la vigueur du marché des logements neufs pendant la pandémie. La COVID-19 : sous l'angle des données. https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/45-28-0001/2020001/article/00080-fra.htm


Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :