Le document de référence de l’Indice des prix à la consommation canadien
Chapitre 5 – Stratégie d’échantillonnage et relevé des prix

5.1 Le nombre et la variété des transactions qu’effectuent les consommateurs sont immenses. Il ne serait ni pratique ni abordable de relever les prix pour toutes les transactions de vente de produits dans tous les points de venteNote  pour compiler l’Indice des prix à la consommation (IPC). Par conséquent, il faut adopter une stratégie d’échantillonnage.

5.2 Le programme de l’IPC a toujours eu pour politique d’adopter les méthodes de mesure les plus appropriées pour chacun des indices élémentaires. Cela a parfois abouti à des pratiques d’échantillonnage divergentes pour diverses composantes de l’IPC. Le présent chapitre traite de la gamme de pratiques d’échantillonnage utilisées à l’heure actuelle par le programme de l’IPC, en se concentrant sur l’approche d’échantillonnage générale qui englobe plus de 50 % de l’IPC selon les pondérations du panier.Note  Puis, on y discutera de certaines approches d’échantillonnage plus spécifiques appliquées pour d’autres parties du panier, y compris la couverture des prix de l’univers complet, l’échantillonnage défini par un seuil d’inclusion et la modélisation des prix.

5.3 Les indices élémentaires des prix ne sont pas tous estimés au moyen des observations effectuées par les agents de collecte de prix.

Approche d’échantillonnage générale

5.4 L’approche d’échantillonnage générale adoptée pour l’IPC peut être considérée comme un plan de sondage à trois degrés. Le premier degré couvre la géographie, le deuxième, les points de vente, et le troisième, les produits. Même si la composante des produits apparaît au dernier degré, les types de produits ont une grande influence au deuxième degré, quand les points de vente sont sélectionnés. La figure 5.1 illustre cette approche générale de sélection des unités d’échantillonnage, en commençant par la géographie, puis en utilisant l’information sur les types de produits pour la sélection des points de vente, et enfin en attribuant des produits représentatifs (PR) qui doivent être observés dans chaque point de vente. Des renseignements plus détaillés sur chacun de ces degrés d’échantillonnage sont donnés aux paragraphes qui suivent.

Figure 5.1 Degrés de la stratégie d’échantillonnage de l’Indice des prix à la consommation

Description de la figure 1

Cette image représente les degrés de la stratégie d'échantillonnage de l'Indice des prix à la consommation.
La première étape est la géographie;

  • Classification géographique type
  • Registration des entreprises

La deuxième étape c'est pointe de vente incluent les composentes produit

  • Registration des entreprises
  • Enquête trimestrielle sur les marchandises vendue au détails
  • Enquêtes sur les industries de services

La dernière étape, produit représentatif

  • SCIAN / Enquête trimestrielle sur les marchandises vendues au détail / Enquêtes sur les industries de services
  • Renseignements commerciaux

5.5 L’unité d’échantillonnage géographique est principalement la subdivision de recensement (SDR) définie selon la Classification géographique type (CGT) de Statistique Canada. Les SDR sont similaires aux municipalités et choisies pour faire partie de l’échantillon de l’IPC en se fondant sur des renseignements tels que les chiffres de population et l’activité économique.Note  Les SDR sont choisies à titre d’unités d’échantillonnage principalement parce qu’elles sont stables au cours du temps et que chaque emplacement dans le Registre des entreprises (RE)Note  , qui est la base de sondage pour la sélection des points de vente, est mis en correspondance avec une SDR.

5.6 Pour faciliter l’échantillonnage des points de vente et la gestion du relevé des prix, on a défini des régions de collecte de l’IPC. Pour les SDR de taille petite à moyenne, les régions de collecte correspondent à la SDR. Lorsque la SDR est trop grande pour représenter une seule région de collecte, elle est subdivisée en régions plus petites qui sont des amalgamations de secteurs de recensement (SR), qui peuvent être considérés comme étant équivalents à des quartiers. Le nombre de régions de collecte dans une SDR dépend du nombre et de la variété des emplacements de vente au détail et de fourniture de services, ainsi que de la taille, exprimée en kilomètres carrés de la SDR.Note 

5.7 La base de sondage de l’IPC est utilisée pour sélectionner les points de vente où les prix seront observés par les agents de collecte. La base de sondage a été créée en se servant de sources de données existantes à Statistique Canada, principalement le RE, l’Enquête trimestrielle sur les marchandises vendues au détail (ETMVD)Note  et les enquêtes sur les industries de services (EIS), telles que l’Enquête mensuelle sur les services de restauration et débits de boissons. L’ETMVD et les enquêtes sur les industries de services sont utilisées pour relier la classification des produits de l’IPC à la classification des industries dans le RE, c’est-à-dire le Système de classification des industries de l’Amérique du Nord (SCIAN).

5.8 Une caractéristique importante de la base de sondage de l’IPC est qu’elle donne le revenu, selon les données du RE, pour chaque point de vente par classe de produits de l’ETMVD ou par industrie de services en utilisant les données déclarées dans le cadre de diverses enquêtes de Statistique Canada. Cette caractéristique de la base de sondage facilite le traitement des gros détaillants, comme les grands magasins, qui vendent habituellement toute une gamme de produits. Elle facilite la sélection des points de vente qui sont les plus populaires dans chaque classe de produits ou industrie de services.

5.9 Le processus d’échantillonnage des points de vente de l’IPC comprend deux phases. La première, l’échantillonnage pré-contact, est conçue pour valider l’information qui figure dans le RE, comme la situation d’activité, la classification industrielle et les coordonnées de la personne-ressource. En fonction de la classification industrielle, des questions supplémentaires peuvent être posées pour déterminer si des produits particuliers sont vendus. La deuxième phase consiste à sélectionner un sous-ensemble de points de vente découlant de l’échantillonnage pré-contact (après que toutes les unités hors du champ d’observation et les unités qui refusent de répondre aient été éliminées). Les points de vente dans le champ d’observation qui n’ont pas été sélectionnés dans l’échantillon de relevé sur le terrain sont gardés comme liste de remplacement.

5.10 Après la sélection des points de vente, un ensemble de PRs est désigné pour être observé dans chaque point de vente. Des spécialistes font appel à des bases de données externes et à des études de marché pour définir les PRs de manière à trouver un juste équilibre entre la spécificité et la flexibilité. Les agents de collecte de prix ou les employés qui travaillent avec les données scanographiques sélectionnent ensuite des produits spécifiques qui répondent aux définitions des produits représentatifs. Cette approche permet d'assurer une bonne compréhension du genre de produit qui peut être sélectionné (en respectant l’approche d’appariement de modèles de l’IPC) tout en leur laissant la liberté de choisir des produits qui sont populaires localement (afin de maintenir la représentativité des indices élémentaires estimés).

5.11 La liste des PRs peut différer d’un point de vente à l’autre en fonction de l’information tirée de la base de sondage de l’IPC et de la phase pré-contact. Par exemple, une pharmacie peut être désignée pour le relevé des prix de produits de soins de santé ainsi que d’aliments (comme le lait et le pain), si ces produits correspondent à ses principales sources de revenus. Cependant, la situation pourrait ne pas être la même pour toutes les pharmacies comprises dans l’échantillon de l’IPC.

5.12 Le nombre de PRs attribués à chaque agrégat élémentaire dépend de la pondération et de la complexité de la mesure des variations des prix pour la classe de produits en question. Dans un agrégat élémentaire complexe, qui pourrait comprendre un grand nombre de produits hétérogènes, plusieurs PRs seront vraisemblablement attribués. Dans un agrégat élémentaire plus simple, un ou deux PRs pourraient suffire pour mesurer adéquatement la variation des prix.

5.13 Un PRs attribué à un point de vente est appelé offre de produit cible (OPC). L’OPC représente l’intention de l’échantillon. Le scénario de répartition de l’échantillon attribue un certain nombre d’OPC à chaque agrégat élémentaire en tenant compte de la pondération du panier, de la variabilité du prix et du coût du relevé des prix pour chaque agrégat élémentaire. L’objectif est de répartir l’échantillon disponible de manière optimale afin d’estimer des indices élémentaires ayant la meilleure qualité possible.Note 

5.14 Chaque mois, les agents de collecte de prix observent les offres de produit (OP) pour les OPC. Le processus mensuel débute par une demande d’échantillon détaillée envoyée par le bureau central aux agents de collecte de prix. La majorité de cette demande d’échantillon est identique à celle du mois précédent, puisque l’IPC est établi selon la méthode d’appariement de modèles. La demande d’échantillon est chargée dans des appareils d’interview sur place assistée par ordinateur (IPAO). Munis de ces appareils, les agents de collecte de prix consultent le site Web local ou la circulaire de chacun des points de vente figurant dans leur charge de travail particulière. Dans chaque point de vente, l’intervieweur recherche les OPs et entre leur prix et leurs caractéristiques dans l’appareil. Au lieu de se rendre en personne chez les détaillants locaux, les agents de collecte de prix peuvent leur téléphoner ou consulter leurs circulaires ou leurs sites Web pour recueillir les prix, comme c'est le cas depuis le début de la pandémie de COVID-19.

5.15 Lorsqu’une OP est annoncée comme étant « en solde », les agents de collecte de prix enregistrent cette information dans l’appareil d’IPAO. S’il est impossible de trouver l’article parce qu’il est en rupture de stock, l'agent de collect de prix peut rechercher un article de remplacement. L’information au sujet de l’article de remplacement est enregistrée dans l’appareil et transmise au bureau central de Statistique Canada.

5.16 Si l’OP recherchée n’est plus vendue, une OP de substitution est choisie et l’information est enregistrée dans l’appareil d’IPAO. Pour des OPs particulièrement complexes, comme des biens de haute technologie, des articles de sports, des spectacles en direct ou des articles vestimentaires, les agents de collecte de prix remplissent aussi des formulaires fournissant des renseignements supplémentaires au sujet des caractéristiques de l’OP de substitution. Cette information supplémentaire aide les analystes du bureau central à évaluer l’importance du changement de qualité et à estimer un ajustement approprié.Note 

5.17 Lorsqu’un intervieweur doit choisir une OP de substitution, comme il vient d’être décrit, il prend pour guide la description du PR, c’est-à-dire un ensemble de spécifications détaillées du produit chargé dans l’appareil d’IPAO. L’intervieweur doit choisir une OP de substitution qui concorde avec la description.

5.18 Pour de nombreux PRs, il n’est pas nécessaire d’observer les OPs chaque mois, parce que leurs prix ont tendance à varier moins fréquemment ou parce qu’ils ne sont disponibles qu’à des moments particuliers de l’année. Par exemple, les frais de scolarité ne varient habituellement qu’une fois par an, durant un mois prévisible, de sorte que les données ne sont relevées que ce mois-là. Par ailleurs, les données sur l’impôt foncier sont recueillies une fois par an auprès des bureaux municipaux, car l’impôt foncier est facturé au propriétaire sur une base annuelle. En fait, pour chaque PR, la description spécifie le(s) mois d’observation des prix.

5.19 Si l’on sait qu’une variation des prix a lieu en dehors du calendrier de relevé des prix des PRs, Statistique Canada procède à un relevé spécial des prix.Note  De la sorte, les indices élémentaires traduisent les variations des prix dans des délais aussi courts que possible.

5.20 En ce qui a trait au moment de l’observation des prix, la plupart des OPs sont observées au cours des deux premières semaines du mois, la première semaine étant définie comme celle comptant au moins trois jours ouvrables du mois civil. Les prix de l’essence font exception en raison de leur volatilité intramensuelle et sont donc relevés quatre semaines.

5.21 Une fois qu’ils ont été relevés, les prix des OPs sont envoyés par transmission numérique chiffrée au bureau central de Statistique Canada, où ils sont comparés à la demande d’échantillon originale pour déterminer la complétude de l’échantillon et la conformité aux exigences. Ensuite, les OPs font l’objet d’un examen et d’un traitement plus approfondis. Les mouvements inhabituels des prix sont vérifiés minutieusement afin de confirmer leur validité. Des corrections sont faites au besoin. Quand des OPs ont été substituées, l’importance de la différence de qualité est évaluée et un ajustement de la qualité approprié est effectué au besoin. Des mesures sont également prises pour s’assurer que les taxes applicables sont incluses dans les OPs. Enfin, une fois que toutes les vérifications et tous les ajustements sont effectués, on procède au calcul des indices élémentaires des prix.

Approches d’échantillonnage particulières

5.22 Des exceptions sont faites à l’approche de l’échantillonnage générale. Ces exceptions ont pour objectif de saisir les variations des prix pour les agrégats élémentaires pour lesquels l’information sur l’univers des transactions de consommation est disponible ou pour lesquels les attributs des produits compris dans l’agrégat élémentaire sont complexes et nécessitent des techniques différentes.

5.23 Les agrégats élémentaires pour lesquels on dispose d’information complète sur l’univers des transactions de consommation comprennent les biens ou les services pour lesquels il n’existe qu’un seul marché et/ou vendeur. Les frais de passeport et de permis de conduire en sont des exemples. Pour ces cas, aucun échantillon n’est tiré, parce que tous les prix sont relevés et utilisés dans l’IPC.

5.24 Pour certains agrégats élémentaires ne comprenant qu’un seul vendeur dans une strate géographique particulièreNote  , un échantillon de points de vente et de produits n’est pas requis. Cependant, dans ces cas, le premier degré de l’approche d’échantillonnage générale, durant lequel sont sélectionnées les régions de collecte, reste nécessaire. Habituellement, le relevé des prix pour ces OPs est effectué par des employés du bureau central de Statistique Canada plutôt que par les agents de collecte de prix dans différentes régions.

5.25 Les prix utilisés pour calculer l’indice des prix des loyers sont tirés de l’Enquête sur la population active, pour laquelle est utilisé un échantillon probabiliste.Note 

5.26 Pour certains agrégats élémentaires de l’IPC, on fait appel à l’échantillonnage défini par un seuil d’inclusion.Note  Lorsqu’on dispose d’information sur le point de vente et/ou l’univers des produits, l’objectif est de maximiser la couverture de l’un et l’autre. La plupart du temps, l’information sur la composition du marché provient de bases de données administratives de tierces parties, souvent disponibles en ligne. Ces bases de données sont utilisées pour classer les points de vente et/ou les produits de sorte que l’échantillon couvre la majorité du marché. Une fois que les offres de produit cibles (OPC) sont attribuées par échantillonnage défini par un seuil d’inclusion, les données pour les OPs sont recueillies au bureau central de Statistique Canada. Pour certains détaillants, lorsque des renseignements pertinents sur la vente sont disponibles, d’autres stratégies d’échantillonnage de produits peuvent être utilisées.

5.27 Dans le cas de certains agrégats élémentaires, la population cible achète des offres groupées de services plutôt que des produits individuelsNote  dont les prix sont basés sur un ensemble de conditions particulières.Note  Le programme de l’IPC utilise la méthode des profils pour saisir les variations des prix pour ces produits.

5.28 Des offres groupées ou des profils de consommation représentatifs sont sélectionnés en utilisant les données commerciales disponibles. L’intention est de couvrir une majorité des services et des points de vente qui sont disponibles sur un marché particulier. Dans ces cas, les OPs pour les profils de consommation définis sont observées au bureau central de Statistique Canada à partir de grandes bases de données sur les industries.

5.29 La méthode des profils est une autre application du cadre d’appariement de modèles. En observant les OPs correspondant à des profils de consommation identiques chaque mois, cette méthode fait en sorte que des services groupés soient constants au cours du temps et que l’IPC reflète la variation pure des prix. Comme pour l’échantillon de l’IPC complet, il est important que les profils de consommation soient examinés et mis à jour régulièrement pour s’assurer de relever les prix d’offres groupées de services représentatives. Lorsqu’il faut modifier les profils parce qu’il est établi que l’offre groupée comprend des produits nouveaux ou de qualité différente, des techniques d’ajustement de la qualité sont appliquées.

5.30 Certains agrégats élémentaires sont caractérisés par des produits dont les prix sont déterminés non pas par les caractéristiques physiques, mais par leur contenu intellectuel et leur nouveauté. Pour ces agrégats élémentaires, le programme de l’IPC utilise la méthode des meilleurs vendeurs pour estimer la variation des prix.Note  Dans ces cas, les OPs sont observées par les agents de collecte de prix qui consultent les points de vente locaux ou les site Web des détaillants en ligne.

5.31 Il existe trois agrégats élémentaires pour lesquels les variations des prix sont estimées par modélisation, à savoir les indices du coût d’intérêt hypothécaire et du coût de remplacement par le propriétaire (deux composantes de l’indice des prix du logement en propriété), et l’indice du loyer (la plus grande composante de l’indice des prix du logement locatif). Contrairement au traitement des autres biens durables inclus dans l’IPC, le logement en propriété est traité selon l’approche du coût pour l’utilisateur, qui vise à mesurer le prix implicite des flux de services découlant d’un stock fixe de logements occupés par leur propriétaire. Les deux composantes de cet indice des prix requièrent des méthodes de mesure spéciales.Note  L’estimation de l’indice du loyer est basée sur les données collectées à partir de l’Enquête sur la population active et un modèle de régression hédonique.Note 


Date de modification :