Qualité des données, concepts et méthodologie : Notes explicatives pour tableaux

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Tableau 1 L'Indice des prix à la consommation, composantes principales et agrégats spéciaux, Canada, non désaisonnalisé

  1. Les pondérations du panier de 2013 de l'Indice des prix à la consommation (IPC) selon les prix de décembre 2014.
  2. Le total des chiffres ne donne pas forcément 100 % à cause de l'arrondissement.
  3. La Banque du Canada retranche de son indice de référence huit des composantes les plus volatiles de l'Indice des prix à la consommation (les fruits, les préparations à base de fruits et les noix; les légumes et les préparations à base de légumes; le coût d'intérêt hypothécaire; le gaz naturel, le mazout et les autres combustibles; l'essence; le transport interurbain; les produits du tabac et les articles pour fumeurs) ainsi que l'effet des variations des taxes indirectes sur le reste des composantes. Pour obtenir des renseignements supplémentaires au sujet de l'inflation mesurée par l'indice de référence, prière de consulter le site de la Banque du Canada à l'adresse suivante : www.banqueducanada.ca/taux/indicateurs/sommaire-des-variables-cles-relatives-a-la-politique-monetaire/sommaire-des-variables-cles-relatives-a-la-politique-monetaire-cible-de-maitrise-de-linflation/.

Tableau 2 L'Indice des prix à la consommation, composantes principales et agrégats spéciaux, Canada, désaisonnalisé

  1. Les pondérations du panier de 2013 de l'Indice des prix à la consommation (IPC) selon les prix de décembre 2014.
  2. Une série désaisonnalisée est une série à partir de laquelle les variations saisonnières ont été éliminées. Chaque mois, l'indice désaisonnalisé du mois précédent est révisé. Les données désaisonnalisées des trois dernières années sont révisées une fois par an avec la publication des données de janvier. Il est recommandé aux utilisateurs qui se servent des données de l'Indice des prix à la consommation à des fins d'indexation d'utiliser les indices non désaisonnalisés. Pour obtenir plus de renseignements sur la disponibilité et l’utilisation des données de l’IPC désaisonnalisé, voir la section des Définitions, source de données et méthodes de l’enquête 2301.
  3. La Banque du Canada retranche de son indice de référence huit des composantes les plus volatiles de l'Indice des prix à la consommation (les fruits, les préparations à base de fruits et les noix; les légumes et les préparations à base de légumes; le coût d'intérêt hypothécaire; le gaz naturel, le mazout et les autres combustibles; l'essence; le transport interurbain; les produits du tabac et les articles pour fumeurs) ainsi que l'effet des variations des taxes indirectes sur le reste des composantes. Pour obtenir des renseignements supplémentaires au sujet de l'inflation mesurée par l'indice de référence, prière de consulter le site de la Banque du Canada à l'adresse suivante : www.banqueducanada.ca/taux/indicateurs/sommaire-des-variables-cles-relatives-a-la-politique-monetaire/sommaire-des-variables-cles-relatives-a-la-politique-monetaire-cible-de-maitrise-de-linflation/.

Tableau 3 L'Indice des prix à la consommation, provinces, Whitehorse, Yellowknife et Iqaluit, non désaisonnalisé

  1. Les données pour Iqaluit sont sur la base de décembre 2002=100 (200212=100) et selon la version 2001 de la classification géographique type (CGT). Avant le 1er avril 1999, la ville d'Iqaluit faisait partie des Territoires du Nord-Ouest. Depuis le 1er avril 1999, la ville d'Iqaluit fait partie du nouveau territoire du Nunavut.

Tableau 4 L'Indice des prix à la consommation, composantes principales et certains sous-groupes, Canada, non désaisonnalisé

Tableau 4-2

  1. En juillet 2004, les pondérations du panier 2001 introduites en janvier 2003 ont été ajustées; la pondération du coût d'intérêt hypothécaire a été réévaluée.

Tableau 4-7

  1. En avril 2006, Statistique Canada a modifié sa mise en oeuvre de la formule utilisée pour calculer l'indice de prix de l'hébergement pour voyageurs. Par conséquent, les données diffusées à compter d'avril 2006 ne sont pas tout à fait comparables aux données antérieures.

Tableau 5 L'Indice des prix à la consommation pour le Canada, indice d'IPC d'ensemble, non désaisonnalisé, données historiques

  1. L’indice moyen annuel est calculé en faisant la moyenne des 12 indices individuels mensuels publiés, les chiffres étant arrondis à une décimale près. Les variations en pourcentage entre les indices moyens annuels sont calculées en fonction de ces chiffres arrondis publiés. Entre mai 2007 et septembre 2007, les variations annuelles en pourcentage au tableau 5 ont été calculées selon des indices moyens annuels qui n’avaient pas été arrondis. Par conséquent, certaines variations en pourcentage variaient de +/- 0,1 par rapport à la variation en pourcentage officielle. Ce problème ne touche que la colonne de la moyenne annuelle au tableau 5.

Tableau 6 L'indice de référence de la Banque du Canada, non désaisonnalisé, données historiques

  1. La Banque du Canada retranche de son indice de référence huit des composantes les plus volatiles de l'Indice des prix à la consommation (les fruits, les préparations à base de fruits et les noix; les légumes et les préparations à base de légumes; le coût d'intérêt hypothécaire; le gaz naturel, le mazout et les autres combustibles; l'essence; le transport interurbain; les produits du tabac et les articles pour fumeurs) ainsi que l'effet des variations des taxes indirectes sur le reste des composantes. Pour obtenir des renseignements supplémentaires au sujet de l'inflation mesurée par l'indice de référence, prière de consulter le site de la Banque du Canada à l'adresse suivante : www.banqueducanada.ca/taux/indicateurs/sommaire-des-variables-cles-relatives-a-la-politique-monetaire/sommaire-des-variables-cles-relatives-a-la-politique-monetaire-cible-de-maitrise-de-linflation/.
  2. L'indice moyen annuel est calculé en faisant le moyenne des 12 indices individuels mensuels publiés, les chiffres étant arrondis à une décimale près. Les variations en pourcentage entre les indices moyens annuels sont calculées en fonction de ces chiffres arrondis publiés.

Tableau 7 L'Indice des prix à la consommation pour le Canada, composantes principales et agrégats spéciaux, non désaisonnalisé, données historiques

  1. Il s'agit de biens matériels ou corporels qui sont habituellement classifiés selon leur durée utile en biens non durables, semi-durables et durables. Les biens non durables sont ceux qui se consomment en moins d'un an dans des conditions d'usage normal. Par exemple les aliments frais, les appareils photographiques jetables et l'essence. Les biens semi-durables sont ceux qui peuvent durer plus ou moins de 12 mois selon leur utilisation. Par exemple, les vêtements, les chaussures et les articles ménagers en matière textile. Enfin, les biens durables sont ceux qui peuvent s'utiliser d'une manière répétée ou continue pendant plus d'un an dans des conditions d'usage normal. Par exemple, les voitures, le matériel audio-vidéo et les meubles.
  2. Dans l'Indice des prix à la consommation (IPC), on caractérise un service comme le travail utile qu'accomplit une personne ou un organisme pour le compte d'un consommateur, qu'il s'agisse d'entretien de la voiture, de coiffure ou de transport en commun. Les opérations sur services peuvent englober le prix de certains biens par nature. À titre d'exemple, citons les aliments consommés dans les services de restauration et les articles employés dans les services de réparation de vêtements.
  3. L'agrégation « énergie » inclut les composantes suivantes : « électricité », « gaz naturel », « mazout et autres combustibles », « essence » et « carburant, pièces et accessoires pour véhicules de loisirs ».
  4. Le niveau de l'indice annuel est la moyenne des 12 indices individuels mensuels.

Tableau 8 Taux de variation des moyennes annuelles de l'Indice des prix à la consommation

Tableau 8-1

  1. Le niveau de l'indice annuel est la moyenne des 12 indices individuels mensuels. Le taux de variation en pourcentage pour une année civile donnée est calculé en utilisant les indices de la moyenne annuelle.

Tableau 8-2

  1. Le niveau de l'indice annuel est la moyenne des 12 indices individuels mensuels. Le taux de variation en pourcentage pour une année civile donnée est calculé en utilisant les indices de la moyenne annuelle.
  2. Les données pour Iqaluit sont sur la base de décembre 2002=100 (200212=100) et selon la version 2001 de la classification géographique type (CGT). Avant le 1er avril 1999, la ville d'Iqaluit faisait partie des Territoires du Nord-Ouest. Depuis le 1er avril 1999, la ville d'Iqaluit fait partie du nouveau territoire du Nunavut.

Tableau 9 L'Indice des prix à la consommation, composantes principales, certains sous-groupes et agrégats spéciaux, provinces, Whitehorse et Yellowknife, non désaisonnalisé

Tableaux 9-1, 9-2, 9-3, 9-4, 9-5, 9-6, 9-7, 9-8, 9-9, 9-10 et 9-11

  1. L'agrégation « énergie » inclut les composantes suivantes : « électricité », « gaz naturel », « mazout et autres combustibles », « essence » et « carburant, pièces et accessoires pour véhicules de loisirs ».

Tableau 9-12

  1. L'agrégation « énergie » inclut les composantes suivantes : « électricité », « gaz naturel », « mazout et autres combustibles », « essence » et « carburant, pièces et accessoires pour véhicules de loisirs ».
  2. Une partie de l'augmentation de l'indice du logement de Yellowknife qui a été montrée en décembre 2004 reflétait par inadvertance des augmentations de loyer qui s'étaient produites plus tôt. Donc, la variation de l'indice du logement a été surévaluée en décembre 2004 et sous-évaluée les deux années précédentes. La série de l'indice du logement pour Yellowknife a été rectifiée à partir de décembre 2002. De plus, la série de l'Indice des prix à la consommation (IPC) d'ensemble pour Yellowknife et les indices de certains agrégats spéciaux pour Yellowknife ont également changé. Les données pour le Canada, les provinces et les autres territoires n'ont pas été touchées.

Tableau 10 L'Indice d'ensemble des prix à la consommation, provinces, Whitehorse, Yellowknife et Iqaluit, non désaisonnalisé, données historiques

  1. Les données pour Iqaluit sont sur la base de décembre 2002=100 (200212=100) et selon la version 2001 de la classification géographique type (CGT). Avant le 1er avril 1999, la ville d'Iqaluit faisait partie des Territoires du Nord-Ouest. Depuis le 1er avril 1999, la ville d'Iqaluit fait partie du nouveau territoire du Nunavut.
  2. Le niveau de l'indice annuel est la moyenne des 12 indices individuels mensuels.

Tableau 11 L'Indice des prix à la consommation et certains sous-groupes, par ville, non désaisonnalisé

  1. Avec la venue du panier de 1992 en janvier 1995, l'accent est passé des villes aux provinces. Les séries des indices d'ensemble pour les villes ont été conservées en raison de leur pertinence pour de nombreux utilisateurs, mais la méthode de calcul a changé. Les indices du logement sont calculés pour chaque ville. Ainsi, on prend en compte l'importance du logement dans le panier, les différences appréciables et persistantes dans les mouvements des prix entre villes et la disponibilité de données locales. Pour les sept autres composantes principales, on utilise le mouvement de l'indice provincial à l'exception de Montréal, Toronto et Vancouver pour lesquelles un indice infra-provincial est utilisé. Les composantes principales sont agrégées à partir de la composition des dépenses de la ville pour donner, en fin de compte, l'indice d'ensemble de cette dernière.
  2. Autrefois Ottawa (Ottawa-Gatineau, partie ontarienne), représente Ottawa seulement.

Tableau 12 L'Indice d'ensemble des prix à la consommation par ville, non désaisonnalisé, données historiques

  1. Avec la venue du panier de 1992 en janvier 1995, l'accent est passé des villes aux provinces. Les séries des indices d'ensemble pour les villes ont été conservées en raison de leur pertinence pour de nombreux utilisateurs, mais la méthode de calcul a changé. Les indices du logement sont calculés pour chaque ville. Ainsi, on prend en compte l'importance du logement dans le panier, les différences appréciables et persistantes dans les mouvements des prix entre villes et la disponibilité de données locales. Pour les sept autres composantes principales, on utilise le mouvement de l'indice provincial à l'exception de Montréal, Toronto et Vancouver pour lesquelles un indice infra-provincial est utilisé. Les composantes principales sont agrégées à partir de la composition des dépenses de la ville pour donner, en fin de compte, l'indice d'ensemble de cette dernière.
  2. Le niveau de l'indice annuel est la moyenne des 12 indices individuels mensuels.
  3. Autrefois Ottawa (Ottawa-Gatineau, partie ontarienne), représente Ottawa seulement.

Tableau 14 Prix de détail moyens, mensuel, Canada

  1. Les prix sont exprimés en dollars, sauf pour le prix de l'essence qui est exprimé en cents par litre.

Prix de détail moyens pour les aliments, les produits d'entretien ménager, les produits de soins personnels, les cigarettes et l'essence

Le tableau 14 présenté pour le mois courant et les deux mois précédents, des prix moyens pour certains produits alimentaires, d'entretien ménager et de soins personnels ainsi que pour les cigarettes et l'essence.

Les données sur les prix utilisées dans le calcul sont celles qui ont été recueillies dans le cadre de l'enquête mensuelle régulière de l'Indice des prix à la consommation (IPC). Les prix des aliments et des produits d'entretien ménager et de soins personnels ont été relevés dans des supermarchés alimentaires et les pharmacies, alors que les prix des cigarettes ont été observés dans des supermarchés, dans des magasins à rayons, dans des pharmacies et dans des tabagies. Les prix pour l'essence ordinaire sans plomb sont recueillis dans des stations libre-service. Dans chaque région géographique définie aux fins du relevé des prix, les prix moyens de chaque produit sont pondérés selon la population de la région en question pour calculer le prix de détail moyen canadien de chaque produit. Pour l'essence ordinaire sans plomb des stations libre-service, les prix moyens dans chaque ville sont pondérés en fonction du volume de ventes dans chaque province et de la population de ces villes pour calculer le prix de détail moyen.

Les produits dont on relève les prix peuvent varier en qualité d'un point de vente ou d'une région géographique à l'autre. Les marques sélectionnées ainsi que les points de vente peuvent aussi varier d'un mois à l'autre. Les prix moyens ne sont donc pas nécessairement entièrement comparables d'un mois à l'autre et ne devraient pas être considérés comme une mesure appropriée des mouvements de prix purs à travers le temps. L'IPC utilise un échantillon apparié de produits et de points de vente pour calculer le mouvement de prix pur des produits dans le temps.

Tableau 15 Indices comparatifs des prix des biens et services à la consommation entre les villes, octobre 2013

Objectif et étendue

Le tableau 15 présente la différence des estimations de prix entre 11 villes du Canada, situées dans les 10 provinces, en date d’octobre 2013. Ces estimations sont basées sur un nombre choisi de produits (biens et services), achetés par les consommateurs dans chacune des 11 villes.

Ces estimations ne devraient pas être utilisées pour mesurer les différences du coût de la vie entre les villes. Ces indices servent à la comparaison de prix de certains produits sélectionnés seulement et ne sont pas développés pour faire une comparaison exhaustive de tous les produits et services achetés par les consommateurs. De plus, le concept utilisé pour les indices de prix du logement n’est pas propice aux comparaisons du coût de la vie entre les villes (voir plus bas).

Méthodologie

Afin de produire des indices comparatifs optimaux des prix entre les villes, les produits ont d’abord été comparés en couplant des villes qui sont géographiquement proches l’une de l’autre. Ces comparaisons des niveaux de prix ont ensuite été étendues au moyen d’une procédure d’entraînement, afin d’inclure des comparaisons entre toutes les villes. Voici les paires initiales de villes qui furent utilisées : 

St. John's
Halifax
Charlottetown-Summerside
Halifax
Saint John
Halifax
Halifax
Ottawa
Montréal
Toronto
Ottawa
Toronto
Toronto
Winnipeg
Régina
Winnipeg
Edmonton
Winnipeg
Vancouver
Edmonton

Des comparaisons de prix valables entre les villes exigent que les produits sélectionnés soient très semblables dans l’ensemble des villes. Cette procédure permet de s’assurer que les variations des niveaux d’indice entre villes sont causées par des écarts de prix pur et non par des différences dans les caractéristiques des biens ou services, telles la taille et/ou la qualité.

À l’intérieur de chaque paire de villes, les relevés de prix des produits ont été couplés en s’assurant qu’ils correspondent à des descriptions détaillées. Lorsque c’était possible les produits étaient jumelés par marque, par quantité et aussi en tenant compte de la similitude des points de vente au détail dans lesquels ils furent sélectionnés.

De plus, les prix visés pour cette étude sont les prix finaux, et à ce titre les taxes de vente et d’accise appliquées aux produits de consommation à l’intérieur d’une ville y sont incluses. Ceci peut expliquer en grande partie les différences des niveaux de prix entre les villes.

Il convient de noter que les données sur les prix proviennent de l’échantillon des données mensuelles de prix relevés pour l’Indice des prix à la consommation (IPC). Étant donné que l’IPC est un échantillon optimisé afin de produire des comparaisons précises des prix à travers le temps, et non entre les régions, le nombre de prix pouvant être comparé entre les villes peut être petit. Il convient aussi de noter, surtout dans une période de forte volatilité des prix, que les relations entre les prix d’une ville à l’autre peuvent varier de façon significative selon la période de relevé des prix.

Les pondérations, utilisées pour agréger les différents indices de produits dans chaque ville, sont fondées sur les dépenses de consommation des ménages vivant dans l’ensemble des 11 villes. Ainsi, un seul ensemble de pondérations est utilisé pour les 11 villes. Les pondérations utilisées proviennent présentement des données de 2011 sur les dépenses de consommation. Elles sont exprimées au prix d’octobre 2013.

L’indice comparatif des prix entre les villes pour une ville en particulier est comparé à la moyenne pondérée des 11 villes, qui est égale à 100. Par exemple, un indice ayant une valeur de 102 signifie donc que les prix dans cette ville sont plus élevés de 2 % par rapport à la moyenne des villes combinées.

Information additionnelle sur le logement

Le logement ne figurait pas dans l’indice comparatif des prix entre les villes avant 1999 à cause des difficultés méthodologiques et conceptuelles associées à leurs mesures. La nature très diversifiée du logement rend souvent les comparaisons d’une ville à l’autre problématique.

Afin de tenir compte de ces difficultés, une méthode d’équivalence locative est utilisée pour construire les indices de prix comparatifs entre villes pour le logement en propriété. Cette méthode utilise le marché de la location pour obtenir une approximation des coûts des services de logement consommés par les propriétaires dans chaque ville. Il est important de noter que cette méthode peut ne pas être appropriée aux besoins des déboursés monétaires de tous les utilisateurs. Par exemple, puisque la méthode d’équivalence locative ne représente pas des débours, les indices ne devraient pas être utilisés pour mesurer les différences de pouvoir d’achat des propriétaires entre les villes.

Notes de bas de page pour le tableau 15

  1. Les pondérations indiquées sont les pondérations arrondies du panier de 2011 aux prix de janvier 2013 pour le Canada. Elles ne sont fournies qu’à titre d’exemple ; les pondérations utilisées en fait sont les pondérations combinées des villes rajustées en fonction des variations des prix observées jusqu’en octobre 2013.
  2. Comprend les sous-groupes suivants : sucre et sirop, confiseries, margarine, autres huiles et matières grasses comestibles, café, thé, condiments, épices et vinaigres, soupe, aliments pour bébés et enfants, préparations alimentaires précuites et congelées, boissons non alcoolisées et toutes autres préparations alimentaires.

Note technique suivante

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :