Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Analyse

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Les prix à la consommation ont augmenté de 1,0 % au cours de la période de 12 mois qui s’est terminée en novembre, après avoir progressé de 0,1 % en octobre.

La hausse de l’Indice des prix à la consommation (IPC) d’ensemble est attribuable principalement aux prix de l’essence. Les prix à la pompe exercent maintenant une pression à la hausse sur l’IPC après une période prolongée durant laquelle ils étaient les principaux contributeurs à la baisse d’une année à l’autre de l’ensemble des prix à la consommation.

En novembre 2009, les prix de l’essence étaient 14,1 % plus élevés qu’en novembre 2008. Cette hausse est survenue après une décroissance de 13,1 % d’octobre 2008 à octobre 2009.

Dans l’ensemble, les prix de l’énergie ont augmenté de 1,3 % de novembre 2008 à novembre 2009, après avoir baissé de 12,7 % le mois précédent.

Variation sur 12 mois : Sept des huit composantes principales de l’IPC affichent une hausse

À part le logement, toutes les composantes principales de l’IPC ont enregistré une hausse des prix en novembre. Les trois composantes qui ont exercé la pression à la hausse la plus forte sur l’IPC sont le transport, les dépenses courantes, l’ameublement et l’équipement du ménage, ainsi que les aliments.

Les prix du transport, qui ont augmenté de 1,9 % au cours de la période de 12 mois terminée en novembre, sont ceux qui ont exercé la plus grande pression à la hausse sur l’IPC, principalement en raison des prix de l’essence plus élevés. Il s’agit de la première augmentation sur 12 mois enregistrée pour cette composante depuis octobre 2008.

Outre les prix plus élevés à la pompe, les consommateurs ont payé 7,8 % de plus pour les primes d’assurance de véhicules automobiles. Par contre, les prix des véhicules automobiles étaient inférieurs de 6,0 % au niveau relevé à la même période l’année précédente.

Les prix des dépenses courantes, de l’ameublement et de l’équipement du ménage ont augmenté de 2,8 % au cours de la période de 12 mois terminée en novembre. La pression à la hausse provenait des communications, de la garde d’enfants et des services domestiques, des meubles et des articles ménagers en matière textile, des appareils électroménagers, ainsi que des autres produits et services ménagers.

Les prix des aliments ont augmenté de 1,7 %, après avoir progressé de 2,3 % en octobre. La hausse de novembre était la plus faible enregistrée depuis avril 2008.

Les prix des produits laitiers et des oeufs ont augmenté de 2,1 % et ceux du poisson, des fruits de mer et des autres produits de la mer, de 5,4 %. Les prix des aliments achetés au restaurant se sont accrus de 2,7 %. Une baisse des prix a toutefois été enregistrée pour les fruits frais (-5,7 %) et pour les légumes frais (-5,9 %).

Les prix des loisirs, de la formation et de la lecture ont progressé de 1,8 % au cours de la période de 12 mois terminée en novembre. Cette hausse est attribuable principalement aux frais de scolarité, ainsi qu’au matériel de lecture et autres imprimés. En revanche, les prix du matériel et des fournitures informatiques ainsi que d’autres composantes de matériel électronique, comme le matériel vidéo, le matériel audio et les fournitures photographiques, ont continué de baisser.

Une progression générale des prix a été enregistrée pour la composante des soins de santé et des soins personnels (+3,2 %).

Le prix du logement a diminué de 1,7 % de novembre 2008 à novembre 2009. Ce recul a été principalement le résultat de la baisse des prix du gaz naturel (-29,7 %) et du mazout et des autres combustibles (-10,6 %). Contrairement à ceux de l’essence, les prix du gaz naturel, ainsi que du mazout et des autres combustibles exerçaient encore une pression à la baisse sur l’IPC en novembre.

Un mouvement à la baisse a également été enregistré pour le coût de remplacement par le propriétaire (-2,1 %) et le coût d’intérêt hypothécaire.

L’indice du coût de l’intérêt hypothécaire, qui mesure la variation de la partie intérêt des paiements sur la dette hypothécaire, a reculé de 4,0 % en novembre, après une baisse de 3,1 % en octobre.

Par ailleurs, les coûts d’entretien et de réparation par le propriétaire, ainsi que les impôts fonciers ont augmenté tous les deux de 4,3 % en novembre.

Provinces : Hausse des prix à la consommation dans toutes les provinces

Au cours de la période de 12 mois terminée en novembre, les prix à la consommation ont augmenté dans toutes les provinces. L’accroissement le plus important a été enregistré au Nouveau-Brunswick (+2,2 %), à l’Île-du-Prince-Édouard (+1,9 %), en Nouvelle-Écosse (+1,7 %) et au Québec (+1,7 %).

Dans toutes les provinces de l’Atlantique, les consommateurs ont fait face à des hausses de prix de novembre 2008 à novembre 2009. Dans ces provinces, les mouvements à la hausse de l’IPC d’ensemble ont été causés principalement par l’augmentation des prix de l’essence et la diminution de la pression à la baisse exercée par les prix du mazout et autres combustibles.

Au Québec, les prix ont augmenté surtout en raison de la hausse des prix de l’essence et des aliments achetés au restaurant.

En Ontario, les prix ont augmenté de 1,0 %. Cette croissance est attribuable principalement à la hausse des prix de l’essence (+17,5 %) et des primes d’assurance de véhicules automobiles (+11,6 %). La baisse du prix du gaz naturel a réduit la pression à la hausse.

En Colombie-Britannique, les prix ont progressé de 0,1 %. Il s’agit de la première croissance sur 12 mois dans la province depuis mai 2009.

L’IPC non désaisonnalisé augmente d’un mois à l’autre

Les prix à la consommation avant désaisonnalisation ont augmenté de 0,5 % d’octobre à novembre, après avoir fléchi de 0,1 % de septembre à octobre.

La pression à la hausse exercée sur l’IPC mensuel résultait principalement de la croissance des prix du transport (+1,8 %) et des aliments (+1,2 %).

L’augmentation de l’indice des prix du transport est attribuable avant tout aux mouvements à la hausse des prix des véhicules automobiles (+5,0 %) et de l’essence (+3,2 %).

En novembre de chaque année, les modèles de véhicules automobiles de l’année courante (2009) sont remplacés par de nouveaux modèles (2010) dans l’échantillon de l’IPC. Par conséquent, l’indice des prix d’achat de véhicules automobiles de novembre reflète les prix des modèles de 2010.

L’accroissement mensuel des prix des aliments a été dicté par les légumes frais (+16,3 %) et les fruits frais (+2,9 %). Les prix des boissons non alcoolisées ont augmenté de 2,7 %.

Les autres composantes principales de l’IPC pour lesquelles une hausse a été enregistrée sont celles des dépenses courantes, de l’ameublement et de l’équipement du ménage, du logement, de la santé et des soins personnels, ainsi que de l’habillement et des chaussures.

Les baisses de prix enregistrées pour les loisirs, la formation et la lecture (-0,8 %), ainsi que pour les boissons alcoolisées et les produits du tabac (-0,1 %) ont toutefois atténué la croissance globale de l’IPC mensuel en novembre.

La diminution de l’indice des prix des loisirs, de la formation et de la lecture est attribuable principalement aux baisses des prix de l’hébergement pour voyageurs (-7,1 %) et du matériel et des fournitures informatiques (-2,3 %) enregistrées en novembre.

L’IPC mensuel désaisonnalisé augmente

Sur une base mensuelle désaisonnalisée, l’IPC a augmenté de 0,6 % d’octobre à novembre, après avoir progressé de 0,4 % de septembre à octobre. L’augmentation constatée en novembre était principalement attribuable à une hausse de 1,8 % de l’indice des prix du transport.

L’IPC mensuel désaisonnalisé a progressé au cours de six des sept derniers mois.

Variation sur 12 mois de l’indice de référence de la Banque du Canada

L’indice de référence de la Banque du Canada a augmenté de 1,5 % au cours de la période de 12 mois terminée en novembre, après une hausse de 1,8 % en octobre.

D’un mois à l’autre, l’indice de référence avant désaisonnalisation a augmenté de 0,4 % d’octobre à novembre.

L’indice de référence mensuel désaisonnalisé a augmenté de 0,2 % d’octobre à novembre, faisant suite à une hausse de 0,3 % en octobre.