Statistique Canada - Statistics Canada
Sauter la barre de navigation principaleSauter la barre de navigation secondaireAccueilEnglishContactez-nousAideRecherche site webSite du Canada
Le quotidienLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAccueil
RecensementLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAutres liens

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Contenu Faits saillants Notes techniques Graphiques Informations aux utilisateurs Produits et services Tableaux détailles par branche Version PDF
62-001-XIB
Indice des prix à la consommation
Octobre 2005

Faits saillants


Après le niveau record atteint par les prix de l’essence en septembre, l’indice des prix à la consommation a enregistré une baisse mensuelle de 0,5 % à la suite de la chute des prix de l’essence en octobre. Il s’agit de la baisse mensuelle la plus forte depuis avril 2003. Le ralentissement de l’IPC calculé sur 12 mois, qui a crû de 2,6 % en octobre après avoir progressé de 3,4 % en septembre, a été principalement attribuable à cette chute de prix.

Les prix de l’essence relativement élevés des derniers mois ne se sont pas répercutés de façon significative sur l’ensemble des autres prix à la consommation. Sans l’influence des prix de l’énergie, l’indice d’ensemble calculé sur 12 mois a augmenté de 1,5 % en octobre alors qu’il avait progressé de 1,6 % en septembre.

Les prix de l’essence en octobre étaient supérieurs de 17,0 % à ceux d’octobre 2004. En septembre, ils étaient supérieurs de 34,7 % à ceux de septembre 2004.

Essence, Canada (1992=100)

L’indice d’ensemble sans les huit composantes volatiles telles que définies par la Banque du Canada n’a pas progressé en octobre. La variation calculée sur 12 mois est demeurée stable à 1,7 %.

Variation sur 12 mois de l’IPC, en pourcentage : +2,6 %
Variation sur 12 mois de l’IPC sans l’énergie, en pourcentage : +1,5 %

L’essence qui constitue environ 5 % des dépenses en biens et services compris dans le panier de l’IPC a été la cause principale du ralentissement de l’indice d’ensemble calculé sur 12 mois. La hausse de 17,0 % des prix de l’essence entre octobre 2004 et octobre 2005 a représenté le tiers de la hausse de 2,6 % de l’IPC. D’autres facteurs ont contribué à faire progresser l’IPC. Ce sont l’achat et la location à bail de véhicules automobiles, le gaz naturel, le coût de remplacement par le propriétaire, le mazout ainsi que les impôts fonciers. La diminution du matériel et des fournitures informatiques (-16,6 %) représentait l’effet modérateur le plus important sur la hausse de l’IPC.

Les prix de l’essence (+17,0 %) ont exercé la plus forte pression sur l’IPC calculé sur 12 mois. Les augmentations de prix ont varié entre 14,4 % au Québec et 28,2 % à l’Île-du-Prince-Édouard.

Les prix d’achat et de la location à bail de véhicules automobiles ont progressé de 3,9 % au cours des 12 derniers mois. L’augmentation de 6,4 % en novembre 2004 et des incitations financières moins généreuses offertes par les constructeurs de véhicules automobiles ont poussé l’indice à la hausse.

Taux de variation par rapport au mois correspondant de l’année précédente, Canada

Les prix du gaz naturel ont avancé de 19,2 % entre octobre 2004 et octobre 2005. Près de la moitié de cette hausse a été attribuable aux hausses enregistrées en Alberta (+44,1 %). Les augmentations substantielles du gaz naturel en Alberta au cours des dernières semaines ont incité le gouvernement provincial à devancer le programme de rabais qui normalement s’étend du 1er novembre au 31 mars. Ce rabais est lié à la consommation. Il est appliqué directement sur la facture. Le Québec (+19,5 %), la Colombie-Britannique (+16,1 %), l’Ontario (+13,0 %) et le Manitoba (+8,2 %) ont aussi subi des hausses depuis le mois d’octobre 2004.

Comment expliquer le prix du gaz naturel en Alberta?

Le prix du gaz naturel au Canada, négocié entre l’acheteur et le producteur, n’est pas réglementé. Toutefois, les tarifs demandés aux consommateurs par le distributeur doivent être approuvés à l’échelon provincial. L’Alberta a adopté une politique qui oblige les distributeurs de baser leurs tarifs sur les prix du marché sans aucune option pour stocker du gaz naturel qu’ils auraient acheté à prix moindre. En Ontario, par exemple, les distributeurs stockent des millions de mètres cubes de gaz dans des caves souterraines pendant l’été alors que le prix est généralement plus bas. Notons enfin que le gouvernement de l’Alberta offre des rabais aux consommateurs entre les mois de novembre et mars lorsque le prix du gaz dépasse $5,50 le gigajoule.

Le coût de remplacement par le propriétaire, qui représente la portion usée de la structure des logements et qui est estimé à partir des prix des maisons neuves (excluant le terrain), a monté de 4,7 % par rapport à octobre 2004. Les coûts plus élevés de la main-d’œuvre et du transport des matériaux constituent les principaux facteurs expliquant cette augmentation.

Les prix du mazout ont crû de 29,0 % depuis l’année dernière. Les hausses du prix du baril de pétrole à l’échelle mondiale depuis un an ont poussé les prix à la hausse. Les augmentations de prix ont varié entre 25,1 % au Québec et 47,0 % à Yellowknife.

La plupart des composantes majeures de l’IPC ont affiché des augmentations sur 12 mois. La composante de l’habillement et des chaussures (-0,9 %) a diminué. Les prix plus faibles des vêtements pour femmes et pour hommes ont été à l’origine de la baisse. La composante des loisirs, de la formation et de la lecture (-0,4 %) a légèrement diminué sous l’influence des prix plus bas du matériel et des fournitures informatiques. Les indices des transports (+6,0 %), du logement (+3,4 %) et des aliments (+1,9 %) ont été ceux ayant eu le plus d’influence sur la pression à la hausse de l’indice d’ensemble. Dans une moindre mesure, les indices des boissons alcoolisées et des produits du tabac (+2,4 %), de la santé et des soins personnels (+1,8 %), des dépenses et de l’équipement du ménage (+0,6 %) ont aussi eu une influence à la hausse.

Variation mensuelle de l’IPC, en pourcentage : -0,5 %
Variation mensuelle de l’IPC sans l’énergie, en pourcentage : 0,0 %

L’IPC d’ensemble a reculé de 0,5 % en octobre sous l’influence principale des prix de l’essence. Ce recul est le plus important depuis celui de 0,7 % enregistré en avril 2003 alors qu’une chute des prix de l’essence avait aussi causé un recul de l’indice. La chute des prix de l’hébergement pour voyageurs, induite par l’entrée en vigueur de nouveaux tarifs après la haute saison, est venue au deuxième rang des facteurs ayant contribué à la chute mensuelle de l’indice. Les vêtements pour femmes ont également joué un rôle modérateur. Le recul de l’indice a été ralenti par la hausse des prix d’achat et de location à bail de véhicules automobiles ainsi que des impôts fonciers. Excluant l’énergie, l’IPC est demeuré stable de septembre à octobre.

Les prix de l’essence ont chuté, en moyenne, de 8,9 % en octobre. C’est une conséquence du recul des prix de gros et des prix du pétrole brut sur le marché international. Les baisses de prix ont été généralisées partout au Canada à l’exception d’Iqaluit où les prix de l’essence sont généralement stables. La diminution la plus importante a été notée en Ontario (-10,0 %), alors qu’à Yellowknife, on a observé une baisse de 1,0 % seulement.

Habituellement, les hôteliers diminuent leurs tarifs de façon progressive en automne. La baisse de 9,2 % des prix de septembre à octobre 2005 a été aussi importante que celle de la même période l’an dernier. La plus importante baisse (-12,0 %) a été observée en octobre 2001, à la suite des événements du 11 septembre. Un affaiblissement de la demande engendré par la chute du nombre de visiteurs en provenance des États-Unis, principalement dans les grands centres urbains, est à l’origine de la chute des prix depuis quelques années. Les prix d’octobre 2005 étaient inférieurs de 4,2 % à leur niveau d’un an plus tôt. La variation sur 12 mois de l’indice est d’ailleurs négative depuis le mois de juin 2001.

Les consommateurs ont bénéficié de nombreuses ventes à rabais dans le secteur des vêtements pour femmes au mois d’octobre. Les prix des vêtements pour femmes ont chuté de 3,9 %. En général, les baisses de cet ordre arrivent au mois de novembre. Les baisses mensuelles enregistrées sont les plus importantes pour un mois d’octobre depuis le début de cette série en 1982. La diminution la plus importante a été notée au Québec (-6,7 %), alors qu’à l’Île-du-Prince-Édouard (+1,6 %), on a observé une faible hausse.

Les prix d’achat et de la location à bail de véhicules automobiles ont progressé de 0,6 % en octobre. Des incitations financières moins généreuses offertes par les constructeurs de véhicules automobiles ont poussé l’indice à la hausse.

Les changements dans les impôts fonciers (incluant les frais spéciaux) sont reflétés dans l’IPC une fois l’an, en octobre. Cette année, les impôts fonciers ont augmenté de 3,2 %. Il s’agit de la deuxième plus forte augmentation depuis 1992. Les augmentations les plus importantes ont été enregistrées au Nouveau-Brunswick (+7,3 %) alors qu’on observait des baisses au Manitoba (-0,7 %). Les résidents de la Colombie-Britannique (+6,3 %), de la Nouvelle-Écosse (+5,2 %), de l’Île-du-Prince-Édouard (+4,3 %), de l’Alberta (+3,5 %), de l’Ontario (+3,2 %), du Québec (+2,0 %) ainsi que de Terre-Neuve-et-Labrador (+0,6 %) ont connu aussi des hausses. Les résidents de la Saskatchewan, pour leur part, ont connu une baisse de leurs impôts fonciers (-0,2 %).

Baisse de  0,3 % de l’IPC désaisonnalisé entre septembre 2005 et octobre 2005

Après ajustement pour tenir compte des variations saisonnières, l’IPC a diminué de 0,3 % entre septembre et octobre 2005.

La pression à la baisse est venue des transports (-2,4 %), de l’habillement et des chaussures (-1,0 %), des dépenses et de l’équipement du ménage (-0,2 %), des loisirs, de la formation et de la lecture (-0,1 %).

Les indices du logement (+0,6 %), des aliments (+ 0,3 %), de la santé et des soins personnels (+0,1 %) ont poussé à la hausse l’indice d’ensemble désaisonnalisé.

L’indice désaisonnalisé des boissons alcoolisées et des produits du tabac n’a pas contribué à la variation de l’IPC désaisonnalisé.

Agrégats spéciaux

Indice d'ensemble sans les huit composantes les plus volatiles (définition de la Banque du Canada)

Indice d’ensemble sans les huit composantes les plus volatiles (définition de la Banque du Canada)
L’indice d’ensemble sans les huit composantes volatiles telles que définies par la Banque du Canada a augmenté de 1,7 % entre octobre 2004 et octobre 2005. Les principaux facteurs ayant contribué à cette hausse ont été les prix d’achat et de location à bail de véhicules automobiles (+3,8 %), le coût de remplacement par le propriétaire (+4,7 %), les repas achetés au restaurant (+3,3 %), et les impôts fonciers (+3,2 %). La hausse a été atténuée par une diminution des prix du matériel et des fournitures informatiques (-16,6 %), du matériel de sport et d’athlétisme (-8,8 %), et des vêtements pour femmes (-2,3 %).

Entre septembre et octobre 2005, l’indice d’ensemble sans les huit composantes volatiles telles que définies par la Banque du Canada est demeuré stable. Le principal facteur de la pression à la hausse a été le coût plus élevé des impôts fonciers (+3,2 %), tandis que la plus forte source de pression à la baisse a été la diminution des prix de l’hébergement pour voyageurs (-9,2 %).

Énergie

Après avoir augmenté de 21,4  % entre septembre 2004 et septembre 2005, l’indice de l’énergie a grimpé de 13,5 % entre octobre 2004 et octobre 2005.

Les hausses de prix de l’essence (+17,0 %) ont été le contributeur principal de cette augmentation, mais les prix du gaz naturel (+19,2 %), du mazout (+29,0 %), de l’électricité (+2,6 %), et des pièces et des fournitures pour véhicules de loisirs (+10,5 %) y ont également contribué.

Sur une base mensuelle, l’indice de l’énergie a diminué de 4,6 %, sous l’influence principale des prix de l’essence (-8,9 %) ainsi que de ceux des pièces et des fournitures pour véhicules de loisirs (-4,4 %). La baisse a été modérée par les prix plus élevés du gaz naturel (+1,8 %), du mazout (+2,9 %) et de l’électricité (+0,2 %).

Biens et services

Les prix dans le secteur des biens ont augmenté de 3,1 % entre Octobre 2004 et Octobre 2005.

Cette hausse a été attribuable presque entièrement à la majoration des prix des biens non durables (+5,2 %), puisque les prix des biens semi-durables ont connu une légère baisse (-1,1 %) et ceux des biens durables ont subi une légère hausse (+0,6 %).

En Octobre, la plus forte pression à la hausse sur l’indice des biens non durables a été attribuable aux prix de l’essence (+17,0 %), du gaz naturel (+19,2 %), du mazout (+29,0 %), des cigarettes (+3,1 %) et de l’électricité (+2,6 %). L’effet de ces augmentations de prix a été atténué en partie par les baisses des prix des fruits frais (-6,0 %), des produits de toilette et produits de beauté (-1,3 %) et du porc (-3,6 %).

L’indice des biens semi-durables a légèrement diminué, majoritairement à cause de la baisse de prix des vêtements pour femmes (-2,3 %) et des vêtements pour hommes (-1,9 %). Cette baisse a été modérée par les prix plus élevés des journaux(+3,9 %) et des revues et périodiques (+4,8 %).
L’indice des biens durables a enregistré un légère hausse. La hausse des prix de l’achat de véhicules automobiles (+3,8 %) a été modérée par les baisses des prix du matériel et des fournitures informatiques (-16,6 %) et du matériel de sport et d’athlétisme (-8,8 %).

L’indice des services a augmenté de 2,1 % par rapport au mois d’Octobre de l’an dernier. Les hausses du coût de remplacement par le propriétaire (+4,7 %), des repas achetés au restaurant (+3,3 %) et des impôts fonciers (+3,2 %) ont été les facteurs dominants de cette augmentation. Les principales pressions à la baisse sont provenues des baisses des prix de l’hébergement pour voyageurs (-4,2 %) et des primes d’assurance de véhicules automobiles (-0,8 %).

L’indice des biens a baissé de 1,1 % entre Septembre 2005 et Octobre 2005. L’indice des biens non durables a diminué de 1,5 %, celui des biens semi-durables a baissé de 0,9 %, tandis que celui des biens durables a légèrement diminué de 0,5 %.

Entre Septembre 2005 et Octobre 2005, le coût des services a augmenté de 0,2 %, Les impôts fonciers (+3,2 %) ont dominé la pression à la hausse, tandis que la baisse des coûts l’hébergement pour voyageurs (-9,2 %) a été responsable de la plupart de la pression à la baisse.

 



Page d'accueil | Recherche | Contactez-nous | English Haut de la page
Date de modification : 2008-11-24 Avis importants