Statistique Canada - Statistics Canada
Sauter la barre de navigation principaleSauter la barre de navigation secondaireAccueilEnglishContactez-nousAideRecherche site webSite du Canada
Le quotidienLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAccueil
RecensementLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAutres liens

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Contenu Faits saillants Notes techniques Graphiques Informations aux utilisateurs Produits et services Tableaux détailles par branche Version PDF
62-001-XIB
Indice des prix à la consommation
Septembre 2003

Faits saillants


Variation sur douze mois de l’IPC, en pourcentage : +2,2 %
Variation sur douze mois de l’IPC sans l’énergie, en pourcentage :  +1,9 %

Les consommateurs ont déboursé 2,2 % de plus en septembre 2003 qu’en septembre 2002 pour les biens et services compris dans le panier de l’Indice des prix à la consommation (IPC). Cela fait suite à une hausse de 2,0 % sur 12 mois en août 2003. L’augmentation sur 12 mois en septembre est de beaucoup inférieure aux hausses élevées atteintes au début de 2003, alors que les prix de l’énergie, et plus particulièrement ceux de l’essence, constituaient l’essentiel des pressions à la hausse.

Si l’on exclut l’énergie, l’IPC a augmenté de 1,9 % de septembre 2002 à septembre 2003, après avoir connu une hausse de 1,6 % en août. Même si les prix de l’énergie continuent d’exercer une influence significative sur l'IPC d'ensemble, leurs répercussions globales au cours des quatre derniers mois ont été beaucoup moins volatiles qu’habituellement, comme nous le démontre le graphique ci-dessous.

Taux de variation par rapport au mois correspondant de l'année précédente, Canada

La variation sur 12 mois de l’IPC continue de subir les pressions des augmentations des primes d’assurance de véhicules automobiles, ainsi que des prix du gaz naturel. Les primes d’assurance de véhicules automobiles ont progressé de 22,2 % entre septembre 2002 et septembre 2003. La majorité de cette hausse s’est produite au cours de la première moitié de la période de 12 mois. L’indice du gaz naturel était de 49,4 % supérieur à son niveau de septembre 2002. Cette hausse s’explique par des prix plus élevés en Ontario et par les répercussions d’un paiement versé aux consommateurs dans le nord de l’Alberta à la suite de la vente d’un champ de gaz l’an dernier, ce qui a fait qu’en comparaison l’indice de septembre 2003 est plus élevé. L’effet de ce paiement sur l’indice du gaz naturel pour l’Alberta s’est fait sentir pour une dernière fois en septembre.

Les étudiants ont payé en moyenne 8,1 % de plus en frais de scolarité cette année, la hausse la plus importante depuis septembre 1997 et un accroissement significatif par rapport aux augmentations enregistrées les trois années précédentes, qui se situaient en moyenne à 3,8 %. L’indice des frais de scolarité pour une province donnée tient compte du fait que certains des résidents de cette province fréquentent des établissements d’enseignement d’autres provinces. Les hausses des frais de scolarité ont varié de 0,5 % pour les résidents du Québec, où le gel des frais de scolarité se poursuit pour une septième année consécutive, à 26,2 % pour ceux de la Colombie-Britannique. Seuls les frais de scolarité des résidents de Terre-Neuve-et-Labrador (-1,6 %) ont diminué.

Les prix de l’essence, le coût de remplacement par le propriétaire et les prix des cigarettes ont aussi accentué la pression à la hausse sur l’IPC d’ensemble.

Les prix plus faibles de l’électricité, des véhicules automobiles et de l’hébergement pour voyageurs ont eu l’effet modérateur le plus marqué sur l’augmentation de l’IPC d’ensemble.

Modification du traitement des rabais dans l’Indice des prix à la consommation

À partir de l'Indice des prix à la consommation d'octobre 2003, Statistique Canada modifiera son traitement des rabais. Cette modification vise certains types de programmes de rabais habituellement associés aux services d’électricité et de gaz naturel.

Les rabais ne seront plus pris en compte dans l'IPC s'ils s'appliquent à une consommation passée et qu'ils n'étaient pas connus des consommateurs au moment de la consommation.

Pour être pris en compte dans l’IPC, les rabais ou les crédits en question doivent être liés à des produits particuliers et viser tous les consommateurs de ces produits (ou une forte proportion d’entre eux). Dans l’IPC, on a eu pour règle de tenir compte de l’incidence des rabais au moment de leur paiement. Si le montant remboursé était supérieur à celui de la facture mensuelle moyenne, l’excédent était pris en compte dans les mois qui suivaient jusqu’à épuisement de la somme. Ainsi, l’IPC pouvait refléter un prix moyen proche de zéro pour un ou plusieurs mois dans un certain nombre de cas. Par conséquent, le traitement des rabais a eu une influence significative sur le taux de variation de l’IPC, rendant les indices des services publics particulièrement instables.

Cette modification aura pour effet de réduire les fluctuations à court terme de l’IPC qui tiennent à des rabais à l’égard d’une consommation antérieure. En traitant les rabais à effet rétroactif comme un revenu inattendu plutôt qu’une variation des prix, l’IPC sera d’un niveau supérieur pour les mois qui auraient été touchés selon le traitement antérieur de ces rabais, et il y aura un effet correspondant sur les moyennes annuelles.

L’IPC continuera à tenir compte des programmes de rabais qui étaient connus des consommateurs au moment de l’achat.

Un feuillet d'information sur cette modification est disponible en contactant la Sous-section du service à la clientèle, Division des prix (téléphone : (613) 951-9606) sans frais : 1 866 230-2248 (télécopieur : (613) 951-1539).

Variation mensuelle de l’IPC, en pourcentage : +0,2 %
Variation mensuelle de l’IPC sans l’énergie, en pourcentage : +0,2 %

L’IPC a poursuivi sa lente progression, augmentant de 0,2 % entre août et septembre 2003. Cette hausse fait suite à une augmentation mensuelle de 0,2 % en août et à des hausses consécutives de 0,1 % pour chacun des trois mois précédents. La hausse des frais de scolarité ainsi que des prix plus élevés pour les vêtements pour femmes, le gaz naturel et les vêtements pour hommes ont fait augmenter l’IPC d’ensemble. Des pressions à la baisse provenaient de la diminution des prix des légumes frais, de l’hébergement pour voyageurs, du transport aérien et de l’essence.

Les étudiants ont dû payer 8,1 % de plus en frais de scolarité cette année, la hausse la plus marquée depuis septembre 1997. Les augmentations ont été les plus fortes pour les résidents de la Colombie-Britannique (+26,2 %). L’indice des frais de scolarité pour une province tient compte du fait que certains résidents de cette province étudient dans des établissements à l’extérieur de la province. Après un gel de six ans dans les universités de la Colombie-Britannique qui a pris fin en 2002, les frais de scolarité pour les résidents de la province ont augmenté de 52,9 %. Seuls les frais de scolarité des résidents de Terre-Neuve-et-Labrador ont diminué en 2003 (-1,6 %). Alors que la proportion du financement gouvernemental dans les budgets d’exploitation des universités diminuait, on a assisté au cours des années 1990 à des hausses des frais de scolarité se situant en moyenne à 10,3 % atteignant un sommet de 16,9 % en septembre 1991. Entre septembre 2000 et septembre 2003, le taux d’augmentation des frais de scolarité a ralenti, pour se situer à 4,9 % en moyenne annuellement. Le niveau actuel de l’indice est plus élevé de 175,8 % que celui de septembre 1990.

Dans l’ensemble, l’indice de l’habillement a augmenté de 4,2 %, retournant l’indice à un niveau près de celui de mars 2003. Cette augmentation est plus importante que ce qui est usuel pour cette période de l’année, mais elle fait suite à des baisses inhabituellement fortes au printemps. Les hausses étaient généralisées pour l’ensemble des produits et des provinces. La plus grande part de la pression à la hausse provenait des vêtements pour femmes (+5,7 %), suivie par celle des vêtements pour hommes (+2,7 %) et pour enfants (+3,1 %).

L’indice du gaz naturel a augmenté de 3,8 % en septembre, suite à des hausses de prix en Alberta. Les augmentations de prix étaient dues à la sous-estimation de la consommation en août par les compagnies de gaz et à des hausses de prix sur le marché nord-américain des produits.

En septembre, les prix des légumes frais ont diminué de 10,8 %. Les baisses ont été le fait principalement de l’offre soutenue de produits locaux.

Les prix de l’hébergement pour voyageurs ont diminué en moyenne de 4,5 %, plusieurs exploitants d’hôtels et de motels ayant diminué leurs tarifs à la fin de la haute saison touristique. Des baisses de prix de cette ampleur sont typiques en septembre. Les résidents de chaque province, sauf ceux de Terre-Neuve-et-Labrador (+1,3 %), ont profité de baisses des prix. L’indice des prix de l’hébergement pour voyageurs, comme celui des frais de scolarité, tient compte du fait que certains résidents d’une province donnée consomment ces services dans d'autres provinces.

Les prix du transport aérien ont diminués de 3,5 %. Des baisses de cette ampleur sont habituelles en septembre, alors que des réductions de tarifs sont disponibles pour les destinations transatlantiques, vers le Pacifique et l’Asie, ainsi que vers le Sud.

Les prix de l’essence ont baissé en moyenne de 0,7 % entre août et septembre 2003, principalement en raison des diminutions de prix en Ontario et au Québec.

L’IPC désaisonnalisé a progressé de 0,2 % entre août 2003 et septembre 2003

Après correction des influences saisonnières, l’IPC d’ensemble a augmenté de 0,2 % entre août et septembre 2003. Cette hausse est attribuable à la progression des indices de l’habillement et des chaussures (+1,2 %), des loisirs, de la formation et de la lecture (+0,6 %), de la santé et des soins personnels (+0,4 %), des boissons alcoolisées et des produits du tabac (+0,3 %), du logement (+0,2 %), des aliments (+0,2 %), ainsi que des dépenses et de l’équipement du ménage (+0,2 %). Ces hausses ont été compensées en partie par le recul de l'indice désaisonnalisé du transport (-0,4 %).

Agrégats spéciaux

Ensemble sans les huit composantes les plus volatiles (définition de la Banque du Canada)

L’indice d’ensemble sans les huit composantes les plus volatiles, selon la définition de la Banque du Canada, a augmenté de 1,7 % entre septembre 2002 et septembre 2003. Ceci représente le troisième mois consécutif d’augmentations sur 12 mois sous la barre des 2,0 % (+1,8 % en juillet et +1,5 % en août). Les principaux facteurs expliquant l’augmentation en septembre sont les hausses des primes d’assurance des véhicules automobiles (+22,2 %), des frais de scolarité (+8,1 %) et du coût de remplacement par le propriétaire (+6,1 %).

L’indice d’ensemble sans les huit composantes les plus volatiles, selon la définition de la Banque du Canada, a augmenté de 0,3 % entre août et septembre. La plus grande part de la pression à la hausse tenait surtout à la majoration des frais de scolarité et des prix des vêtements pour femmes et pour hommes. La diminution du prix de l’hébergement pour voyageurs et du coût d’achat de véhicules automobiles a toutefois atténué cette pression.

Énergie

L’indice de l’énergie a progressé de 6,5 % de septembre 2002 à septembre 2003; en août, l’augmentation sur 12 mois était de 7,6 %. Les prix du gaz naturel (+49,4 %) sont demeurés le principal facteur de la pression à la hausse sur l’indice de l’énergie. Les prix de l’essence (+5,3 %) et du mazout (+2,1 %) ont également contribué à cette hausse, tandis que les prix de l’électricité ont diminué de 8,3 %, principalement en raison du changement en Ontario d'un marché libre à un marché légiféré en décembre 2002.

L’indice de l’énergie a reculé de 0,1 % entre août et septembre 2003. Le fléchissement des prix de l’essence, du mazout et de l’électricité a été presque entièrement contrebalancé par la hausse des prix du gaz naturel.

Biens et services

Les prix des biens ont crû de 0,9 % de septembre 2002 à septembre 2003, ce qui est identique à la hausse sur 12 mois enregistrée en août. Cette fois encore, l'augmentation est entièrement attribuable à l’indice des biens non durables (+3,3 %), principalement à la progression des prix du gaz naturel et de l’essence. La baisse des prix de l’électricité, du bœuf et des légumes frais a contrebalancé en partie ces majorations. La catégorie des biens durables a enregistré une baisse de 1,9 %, attribuable dans une grande mesure au fléchissement des prix d’achat de véhicules automobiles. L’indice des biens semi-durables a aussi diminué (-1,8 %), surtout en raison de la baisse des prix des vêtements pour femmes, ainsi que de ceux des chaussures et des vêtements pour enfants et pour hommes.

Le secteur des services a été la principale cause de la pression à la hausse de l’indice d’ensemble, augmentant de 3,4 % entre septembre 2002 et septembre 2003. Les hausses des primes d’assurance des véhicules automobiles, des frais de scolarité et du coût de remplacement par le propriétaire expliquent l’essentiel de la hausse, tandis que la baisse des prix de l’hébergement pour voyageurs et du transport aérien ont été les principaux facteurs de la pression à la baisse.

Sur une base mensuelle, l’indice des biens est demeuré stable entre août et septembre. La hausse constatée dans le secteur des biens semi-durables (+2,7 %), attribuable d’abord aux prix des vêtements pour femmes et pour hommes, a été compensée en totalité par les baisses de 0,4 % des prix des biens non durables et durables. Les prix des biens non durables ont diminué, la baisse des prix des légumes frais et de l’essence faisant plus que compenser la hausse des prix du gaz naturel. L’indice des biens durables a diminué, pour une bonne part en raison du fléchissement des prix d’achat de véhicules automobiles.

L’indice des services a affiché une hausse mensuelle de 0,4 % en septembre 2003, suivant trois augmentations mensuelles de 0,3 %. L’augmentation des frais de scolarité explique la plus grande partie de la hausse en septembre.



Page d'accueil | Recherche | Contactez-nous | English Haut de la page
Date de modification : 2008-11-24 Avis importants