Statistique Canada - Statistics Canada
Sauter la barre de navigation principaleSauter la barre de navigation secondaireAccueilEnglishContactez-nousAideRecherche site webSite du Canada
Le quotidienLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAccueil
RecensementLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAutres liens

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Contenu Faits saillants Notes techniques Graphiques Informations aux utilisateurs Produits et services Tableaux détailles par branche Version PDF

62-001-XIB
Indice des prix à la consommation
Août
2006

Faits saillants


En août, malgré la forte avancée du secteur du logement, l’essoufflement dans les prix de l’essence a ralenti la croissance sur 12 mois des prix payés par les consommateurs. Entre août 2005 et août 2006, l’indice des prix à la consommation a affiché une croissance de 2,1 %, en recul pour un troisième mois consécutif. Il faut remonter jusqu’en septembre 2004 pour observer un repli aussi persistant de la variation sur 12 mois de l’indice d’ensemble.

Le recul de 2,4 % à 2,1 % dans la variation sur douze mois de l’IPC d’ensemble entre juillet 2006 et août 2006 provient en majeure partie du ralentissement de la croissance des prix à la pompe payés par les automobilistes. Les prix de l’essence n’ayant augmenté que de 0,1 % entre juillet et août cette année, la variation sur 12 mois de l’indice de l’essence a ralenti, passant de 16,1 % entre juillet 2005 et juillet 2006 à 9,0 % entre août 2005 et août 2006.

Essence

En excluant les prix de l’énergie, la variation sur 12 mois de l’IPC a légèrement augmenté, passant de 1,4 % en juillet 2006 à 1,5 % en août 2006. Depuis juin 2004, les majorations de cet indice ont fluctué entre 1,4 % et 1,8 %, ce qui suggère que l’inflation était maîtrisée au pays.

L’IPC d’ensemble sans huit des composantes les plus volatiles telles que définies par la Banque du Canada a affiché une variation sur 12 mois de 1,5 % en août 2006. Mise à part la variation de 2,0 % affichée en mai 2006, cet indice est demeuré relativement stable au cours de la dernière année, oscillant entre 1,5 % et 1,7 %.

L’IPC d’ensemble sans huit des composantes les plus volatiles, combiné avec les changements des taxes indirectes, constitue l’indice de référence utilisé par la Banque du Canada pour définir son objectif en matière d’inflation.

Sur une base mensuelle, les prix payés par les consommateurs ont poursuivi leur mouvement à la hausse pour un deuxième mois consécutif entre juillet et août. L’IPC a augmenté de 0,2 % en août principalement en raison des pressions provenant du secteur du logement.

L’indice d’ensemble excluant l’énergie s’est également accru de 0,2 % en août. Cette hausse fait suite aux baisses de 0,2 % enregistrées lors des deux mois précédents.

La même tendance a été affichée par l’indice d’ensemble sans huit des composantes les plus volatiles, telles que définies par la Banque du Canada. Celui-ci a progressé de 0,2 % entre juillet et août, après avoir reculé de 0,2 % au cours des deux mois précédents.

Variation sur 12 mois de l’IPC, en pourcentage : +2,1 %
Variation sur 12 mois de l’IPC sans l’énergie, en pourcentage : +1,5 %

En août 2006, les prix payés par les consommateurs ont augmenté de 2,1 % par rapport à août 2005. Il s’agit d’un recul prononcé par rapport à la hausse de 2,4 % affichée le mois précédent.

Même s’ils ont faiblement augmenté au cours du mois d’août, les prix plus élevés payés à la pompe par les automobilistes entre août 2005 et août 2006 ont encore été le facteur principal derrière la hausse sur 12 mois de l’IPC. Les prix de l’essence ont augmenté de 9,0 % entre août 2005 et août 2006, en recul comparativement à la majoration de 16,1 % constatée entre juillet 2005 et juillet 2006.

Taux de variation par rapport au mois correspondant de l’année précédente, Canada

Pendant la période des vacances estivales 2006, les prix de l’essence ont beaucoup moins augmenté que l’an passé. Alors que les prix avaient bondi de 10,8 % entre juin et août 2005, la majoration pendant la même période en 2006 n’a été que de 4,7 %.

L’année dernière, les prix de l’essence avaient entamé leur ascension fulgurante à la fin du mois d’août 2005, bondissant de 6,6 % pour l’ensemble du mois, en raison des effets dévastateurs anticipés de l’ouragan Katrina sur la production de pétrole raffiné.

Parmi les autres facteurs ayant contribué à la hausse de l’IPC, on retrouve certaines composantes du logement, soit le coût de remplacement par le propriétaire, le coût d’intérêt hypothécaire et les prix de l’électricité.

Le coût de remplacement par le propriétaire, qui représente la portion usée de la structure des logements et qui est estimé à partir des prix des maisons neuves (excluant le terrain), a augmenté de 8,1 % entre août 2005 et août 2006. La croissance de cette composante du logement a progressé à chaque mois depuis décembre 2005. Depuis le début de l’année, les majorations sur 12 mois affichées par le coût de remplacement par le propriétaire ont constamment été supérieures à 5 %. Combinée avec un poids important dans le panier de l’IPC, la majoration de l’indice du coût de remplacement a fait monter l’IPC d’ensemble.

La croissance du coût de remplacement a toutefois varié grandement d’une province à l’autre, fluctuant de 43,4 % en Alberta à près de 4% dans d’autres grandes provinces canadiennes comme l’Ontario (+3,9 %), le Québec (+3,5 %) et la Colombie-Britannique (+3,6 %).

De toute évidence, le secteur du logement en Alberta se démarque nettement de celui des autres provinces. La période de prospérité du secteur pétrolier en plus du taux d’emploi élevé et du haut niveau de confiance chez les consommateurs s’est traduite par une demande accrue pour des maisons neuves.

Le coût d’intérêt hypothécaire, qui mesure les variations engendrées par les prix dans le montant d’intérêt hypothécaire dû par les consommateurs, s’est accru de 2,7 % entre août 2005 et août 2006, en forte progression comparativement à la hausse de 1,8 % de juillet.

Bien que l’accroissement du prix des propriétés neuves a contribué grandement à la hausse de l’indice du coût d’intérêt hypothécaire, c’est le revirement récent des taux d’intérêt qui explique en grande partie l’accélération de cet indice. Près des trois quarts de l’accroissement de 0,9 point de pourcentage constaté entre juillet et août 2006 dans la variation sur 12 mois de l’indice du coût hypothécaire provenait de la hausse des taux d’intérêts.

Ajoutant davantage de pression sur l’indice d’ensemble, les prix de l’électricité ont grimpé de 6,3 % entre août 2005 et août 2006. Cette majoration s’explique principalement par les hausses de tarifs constatées en Ontario, en Alberta, au Québec et en Colombie-Britannique au cours de la dernière année.

Ces majorations de prix ont été contrebalancées en partie par des prix plus faibles pour le matériel et les fournitures informatiques, les vêtements pour femmes, le matériel vidéo et le gaz naturel.

Les prix des produits des technologies de l’information ont eu pour effet de modérer la croissance sur 12 mois de l’indice d’ensemble. L’indice du matériel et des fournitures informatiques a reculé de 18,0 %, alors que celui du matériel vidéo a fléchi de 11,6 %. Bien que ces biens ne soient achetés qu’occasionnellement par les consommateurs, ils jouent un rôle important dans la réduction des pressions à la hausse sur les prix.

Les prix des vêtements pour femmes ont chuté de 3,0 % entre août 2005 et août 2006, contribuant à ralentir la croissance de l’IPC. L’effet combiné des coûts de production concurrentiels et de la force du huard a favorablement influencé l’évolution des prix des vêtements vendus dans les boutiques spécialisées et les magasins à rayons.

Les prix du gaz naturel ont reculé de 2,9 % entre août 2005 et août 2006. C’est en Alberta où les prix ont davantage fléchi (-17,1 %). À l’opposé, l’Ontario a affiché la plus forte majoration de prix (+2,9 %).

Variation mensuelle non désaisonnalisée de l’IPC, en pourcentage : +0,2 %
Variation mensuelle non désaisonnalisée de l’IPC, sans l’énergie, en pourcentage : +0,2 %

Après s’être accru de 0,1 % entre juin et juillet, l’indice d’ensemble a augmenté de 0,2 % entre juillet et août 2006.

Les pressions à la hausse sur l’IPC sont venues principalement de deux composantes du logement, soit le coût d’intérêt hypothécaire et le coût de remplacement par le propriétaire. Le prix des vêtements pour hommes a aussi contribué à la hausse.

Le coût d’intérêt hypothécaire a augmenté de 0,7 % entre juillet et août. Depuis le début de l’année, le coût d’intérêt hypothécaire s’est accru à chaque mois reflétant l’effet combiné de taux hypothécaires plus élevés et de l’appréciation de la valeur des nouvelles propriétés.

Depuis trois mois, les taux d’intérêt hypothécaire ont fait grimper l’indice du coût d’intérêt hypothécaire. Il s’agit d’un revirement brusque comparativement aux trois dernières années pendant lesquelles les taux d’intérêt hypothécaire décroissants avaient atténués la hausse de l’indice du coût d’intérêt hypothécaire. Ce renversement est principalement le reflet des accroissements successifs des taux d’intérêt hypothécaire affichés par les institutions financières depuis septembre 2005.

Autre composante importante du logement dans le panier de l’IPC, le coût de remplacement par le propriétaire a progressé de 0,7 % entre juillet et août. L’appréciation de la valeur des nouvelles propriétés a été la source de cette majoration.

Poussant également l’indice d’ensemble à la hausse, les prix des vêtements pour hommes se sont accrus de 2,8 % entre juillet et août.

Atténuant quelque peu le mouvement à la hausse de l’indice mensuel, les prix de l’achat et de la location à bail de véhicules automobiles ont diminué de 0,8 % en août. Les manufacturiers automobiles ont offert des rabais intéressants afin d’écouler leurs modèles 2006 pour faire place aux nouveaux modèles 2007.

Les prix des légumes frais ont chuté de 4,1 % entre juillet et août. À cette période de l’année, les consommateurs peuvent se procurer plusieurs types de légumes récoltés localement. Les prix chutent alors en raison d’un surplus temporaire dans l’offre de légumes.

Les prix du gaz naturel ont reculé de 3,0 % au cours du mois d’août, entraînés par le fléchissement de 12,0 % en Alberta. En raison de son lien étroit avec le prix du marché, le prix du gaz naturel en Alberta a tendance à afficher de grandes fluctuations d’un mois à l’autre.

L’IPC désaisonnalisé a augmenté de 0,2 % entre juillet et août

L’IPC désaisonnalisé a augmenté de 0,2 % entre juillet et août 2006. Les pressions à la hausse sont venues des composantes de l’alimentation (+0,5 %), du logement (+0,2 %), de l’habillement et des chaussures (+0,8 %), des dépenses et de l’équipement du ménage (+0,2 %), des boissons alcoolisées et des produits du tabac (+0,1 %) et de la santé et des soins personnels (+0,1 %).

L’indice désaisonnalisé a été poussé à la baisse uniquement par le secteur du transport (-0,3 %). L’indice des loisirs, de la formation et de la lecture est demeuré inchangé en août.

L’IPC désaisonnalisé sans huit des composantes les plus volatiles telles que définies par la Banque du Canada a augmenté de 0,3 % entre juillet et août 2006.

Agrégats spéciaux

Indice d’ensemble sans huit des composantes les plus volatiles (définition de la Banque du Canada)

L’IPC d’ensemble sans huit des composantes les plus volatiles, combiné avec les changements des taxes indirectes, constitue l’indice de référence utilisé par la Banque du Canada pour définir son objectif en matière d’inflation. Ces composantes volatiles sont les fruits, les préparations à base de fruits et les noix; les légumes et les préparations à base de légumes; le coût d’intérêt hypothécaire; le gaz naturel; le mazout et les autres combustibles; l’essence; le transport interurbain; les produits du tabac et les articles pour fumeurs.

L’augmentation sur 12 mois de cet indice a été de 1,5 % en août 2006. Les principaux facteurs ayant contribué à cette hausse ont été le coût de remplacement par le propriétaire (+8,1 %), le prix de l’électricité (+6,3 %), les prix des repas achetés au restaurant (+2,2 %) et les taxes foncières (+3,2 %). Cette hausse a été atténuée par une diminution des prix du matériel et des fournitures informatiques (-18,0 %), des vêtements pour femmes (-3,0 %) et du matériel vidéo (-11,6 %).

Entre juillet et août 2006, cet indice a augmenté de 0,2 %, un renversement par rapport à la baisse de 0,2 % constatée le mois précédent. Les vêtements pour hommes (+2,8 %) et le coût de remplacement par le propriétaire (+0,7 %) ont poussé l’indice vers le haut, alors que l’achat et la location à bail des véhicules automobiles (-0,8 %) a été la source principale atténuant cette hausse.

Énergie

Après avoir enregistré des majorations de 14,1 % en mai, de 11,5 % en juin et de 10,6 % en juillet, la variation sur 12 mois de l’indice de l’énergie a continué sa décélération en affichant une hausse relativement plus modérée de 7,1 % en août. Mise à part le gaz naturel, toutes les composantes ont contribué à la hausse de l’indice de l’énergie. L’essence (+9,0 %) a été le facteur principal de l’augmentation, suivie de l’électricité (+6,3 %), du mazout (+12,1 %) et du carburant, des pièces et des fournitures pour véhicules de loisirs (+6,9 %). Les prix du gaz naturel ont reculé pour un second mois consécutif. La baisse de 2,9 % enregistrée en août provient en grande partie de la baisse de 17,1 % affichée en Alberta.

Sur une base mensuelle, l’indice de l’énergie a reculé de 0,2 % entre juillet et août 2006. Le gaz naturel (-3,0 %) a été la seule composante ayant affiché une baisse. En revanche, les prix de l’essence (+0,1 %) et du carburant, des pièces et des fournitures pour véhicules de loisirs (+0,2 %) ont légèrement augmenté. Les prix de l’électricité et du mazout sont toutefois demeurés inchangés.

Biens et services

L’indice des biens a augmenté de 1,5 % entre août 2005 et août 2006. Cette hausse a été attribuable à la majoration des prix des biens non durables (+3,4 %), tandis que les indices des biens durables (-1,4 %) et des biens semi-durables (-1,6 %) ont reculé.

En août, la hausse de l’indice des biens non durables de 3,4 %a été causée par les prix plus élevés de l’essence (+9,0 %), de l’électricité (+6,3 %) et du mazout (+12,1 %).

L’indice des biens durables a diminué de 1,4 %, principalement sous l’effet de la diminution des prix du matériel et des fournitures informatiques (-18,0 %) et du matériel vidéo (-11,6 %).

La baisse de 1,6 % de l’indice des biens semi-durables est provenue principalement des prix plus faibles des vêtements pour femmes (-3,0 %).

En juillet 2006, l’indice des services a augmenté de 2,7 % par rapport au mois d’août de l’an dernier. La hausse du coût de remplacement par le propriétaire (+8,1 %), du coût d’intérêt hypothécaire (+2,7 %) et des prix des repas achetés au restaurant (+2,2 %) est la principale source de cette augmentation.

Sur une base mensuelle, la hausse de l’indice des services de 0,2 %, s’explique en grande partie par les majorations du coût d’intérêt hypothécaire (+0,7 %) et du coût de remplacement par le propriétaire (+0,7 %).

L’indice des biens n’a pas bougé entre juillet et août. La hausse de l’indice des biens semi-durables (+1,3 %) a été complètement compensée par la baisse des indices des biens non durables (-0,1 %) et des biens durables (-0,3 %).



Page d'accueil | Recherche | Contactez-nous | English Haut de la page
Date de modification : 2008-11-24 Avis importants