Statistique Canada - Statistics Canada
Sauter la barre de navigation principaleSauter la barre de navigation secondaireAccueilEnglishContactez-nousAideRecherche site webSite du Canada
Le quotidienLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAccueil
RecensementLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAutres liens

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Contenu Faits saillants Notes techniques Graphiques Informations aux utilisateurs Produits et services Tableaux détailles par branche Version PDF
62-001-XIB
Indice des prix à la consommation
Avril 2004

Faits saillants


La hausse sur 12 mois de l’Indice des prix à la consommation (IPC), a fait un bond, passant à 1,6 % en avril par rapport à 0,7 % en mars. Cependant, le taux d’augmentation sur 12 mois d’avril est comparable à ceux observés pendant le dernier trimestre de 2003.

Le bond dans la hausse sur 12 mois de 0,7 % à 1,6 % résulte du double effet des mouvements de prix de l’énergie cette année et l’année dernière. L’an dernier, il y a eu une baisse importante de 0,7 % de l’IPC de mars à avril 2003 et cette année, il y a eu une hausse de 0,2 % de mars à avril 2004 (voir graphique ci-dessous). Par conséquent, l'écart entre les indices d'avril 2004 et d'avril 2003 était plus grand que celui entre les indices de mars.

Entre mars 2003 et avril 2003, l’IPC a diminué de façon importante à la suite de fortes réductions des prix de l’essence et de la baisse de l’indice de l’électricité causée par des remboursements versés aux consommateurs de l’Ontario.

De mars à avril cette année, les principaux facteurs ayant poussé l’indice à la hausse étaient la majoration des tarifs d’électricité en Ontario, à la suite de l’entrée en vigueur d’une nouvelle législation, et l’augmentation des prix de l’essence.

Lorsqu’on exclut les effets des prix de l’énergie du calcul de l’IPC, la hausse sur 12 mois enregistrée en avril se chiffre à 1,2 %, la même qu’en mars.

L’indice d’ensemble sans huit composantes volatiles identifiées par la Banque du Canada fait ressortir une augmentation de 1,8 % d’avril 2003 à avril 2004, en hausse par rapport au 1,3 % enregistré en mars. Le facteur le plus important de cette hausse est le bond dans l’augmentation sur 12 mois de l’indice de l’électricité, qui est passé de 0,2 % en mars à 15,1 % en avril.

Sur une base mensuelle, les prix ont augmenté de 0,2 % entre mars et avril cette année. Cette hausse suit celle de 0,3 % enregistrée en mars. Sauf pour le mois de mars, l’IPC n’a pas affiché de progression ou de diminution supérieure à 0,2 % au cours des 12 derniers mois.

Effet de base :

La variation sur 12 mois de l’IPC est le résultat de la comparaison de l’indice du mois le plus récent et de l’indice du même mois de l’année précédente. Dans le graphique ci-dessous, la variation sur 12 mois est représentée par l’écart entre les deux courbes. Ainsi, la variation sur 12 mois peut diminuer d’un mois à l’autre parce que la base qui sert de point de comparaison a augmenté. Comme nous pouvons l’observer dans le graphique, le comportement de l’indice en 2003 a été un facteur très important dans l’explication des changements dans les taux de variation sur 12 mois depuis janvier 2004.

Indice d'ensemble, Canada, indices (1992=100)

Taux de variation par rapport au mois correspondant de l'année précédente, Canada

Variation sur 12 mois de l’IPC, en pourcentage : +1,6 %
Variation sur 12 mois de l’IPC sans l’énergie, en pourcentage : +1,2 %

Parmi les facteurs clés ayant concouru à l’augmentation de 1,6 % de l’IPC figurent l’électricité, l’essence, le coût de remplacement par le propriétaire, les cigarettes et les frais de scolarité.

Par contre, les consommateurs ont payé moins cher pour les véhicules automobiles, le matériel et les fournitures informatiques, le gaz naturel et les légumes frais.

L’indice de l’électricité a augmenté en moyenne de 15,1 %. La hausse de 54,7 % de l’indice de l’électricité de l’Ontario est le facteur qui a contribué le plus à cette progression.

Le remboursement légiféré par le gouvernement de l’Ontario a fait plonger l’indice ontarien de l’électricité en avril 2003, de sorte que l’indice d’avril 2004 était plus élevé par comparaison. En outre, en vertu de la législation adoptée récemment, le tarif fixe pour l’électricité a été remplacé par un taux à paliers à compter d’avril 2004.

Les prix de l’essence étaient en moyenne plus élevés de 6,9 % qu’il y a un an. Par opposition, ils étaient inférieurs de 4,2 % en mars 2004 comparativement à mars 2003.

Le coût de remplacement par le propriétaire, qui représente la portion de l’usure de la structure des logements et est estimé à partir du prix de maisons neuves (excluant le terrain), est monté de 6,1 %.

Les prix des cigarettes ont été de 7,9 % supérieurs à leur niveau d’avril 2003. Les majorations des taxes provinciales sur le tabac au cours des 12 derniers mois dans la majorité des provinces et dernièrement à Terre-Neuve-et-Labrador, à l’Île-du-Prince-Édouard, en Nouvelle-Écosse, au Manitoba et en Saskatchewan, ont été la principale cause de cette hausse.

Les frais de scolarité ont augmenté en moyenne de 8,1 %. Bien qu’ils ne soient collectés qu’une fois l’an, en septembre, ils demeurent un des facteurs importants influençant la variation sur 12 mois de l’IPC. Au cours des trois années précédentes, la moyenne des augmentations a été de 3,8 %.

Malgré deux augmentations mensuelles consécutives, les prix des véhicules automobiles demeurent inférieurs de 1,5 % à leurs niveaux d’avril 2003. Ce fait est attribuable principalement aux programmes incitatifs offerts par les fabricants de véhicules automobiles mis en place au cours des 12 derniers mois.

Les prix du matériel et des fournitures informatiques ont chuté de 16,7 %, à la suite des baisses des prix des ordinateurs de bureau et des ordinateurs portatifs.

Les prix du gaz naturel ont diminué de 8,9 % en moyenne. La plus grande partie de cette diminution est attribuable aux marchés de l’Alberta et de l’Ontario.

L’indice des prix des légumes frais est tombé de 8,6 %. Les baisses sont attribuables au temps favorable dans les régions de culture des pays producteurs.

Variation mensuelle de l’IPC, en pourcentage : +0,2 %
Variation mensuelle de l’IPC sans l’énergie, en pourcentage : +0,1 %

De mars à avril de l’année en cours, les prix ont progressé de 0,2 %. Cette hausse suit celle de 0,3 % enregistrée le mois précédent.

L’accroissement des prix de l’électricité, de l’essence, des véhicules automobiles et du gaz naturel a exercé une pression à la hausse sur l’IPC d’ensemble.

Une pression à la baisse est venue du repli des prix des légumes frais, des vêtements pour femmes, des primes d’assurance des véhicules automobiles, du matériel et des fournitures informatiques et des vêtements pour hommes.

Si l’on exclut l’influence des prix de l’énergie, l’IPC a crû de 0,1 %.

La hausse de 3,3 % de l’indice de l’électricité pour le Canada était attribuable principalement à une augmentation de 5,7 % en Ontario et une hausse de 6,5 % en Colombie-Britannique.

En vertu des dispositions législatives entrées en vigueur le 1er avril en Ontario, le tarif de l’électricité est passé d’un taux fixe de 4,3 cents par kilowatt-heure à 4,7 cents par kilowatt-heure pour les premiers 750 kilowatt-heures utilisés par mois. Au-dessus de ce seuil, le prix est de 5,5 cents par kilowatt-heure. Certaines modifications ont également été apportées aux taux de distribution.

Les faibles précipitations concernent BC Hydro qui s’inquiète des bas niveaux de ses réservoirs d’eau nécessaires à la production d’électricité. Par conséquent, ils ont demandé de devancer la date d’entrée en vigueur des hausses de tarifs par rapport à la demande originale faite auprès de la BC Utilities Commission (BCUC). Conditionnellement à sa décision finale à l’automne, la BCUC a approuvé une augmentation provisoire des tarifs à compter du 1er avril 2004.

Les prix de l’essence ont augmenté de 1,5 % en moyenne entre mars et avril. Cette quatrième hausse consécutive était attribuable aux prix du pétrole brut qui ont continué d’augmenter.

Les prix des véhicules automobiles ont progressé de 0,7 % à la suite des ajustements apportés aux programmes incitatifs offerts par certains fabricants.

Les prix du gaz naturel ont augmenté de 3,2 % après avoir reculé de 2,5 % en mars. La hausse d’avril était presque entièrement due à l’élimination du programme de remboursement du gouvernement provincial en Alberta. L’indice du gaz naturel en Alberta a augmenté de 17,5 %.

Les prix des légumes frais ont baissé de 6,0 % alors que certaines récoltes provenant des producteurs de serre canadiens sont arrivées sur le marché.

L’indice des prix des vêtements pour femmes a reculé de 2,6 % en avril. Cette baisse était attribuable aux ventes généralisées dans la plupart des catégories de vêtements pour femmes. Les baisses de prix de cette ampleur sont typiques des vêtements pour femmes à cette période de l’année. Des baisses ont été enregistrées dans toutes les provinces.

Les primes d’assurance de véhicules automobiles ont reculé de 1,3 % à la suite d’une baisse de 2,8 % en Ontario et d’une chute de 9,8 % à l’Île-du-Prince-Édouard.

La Loi sur la stabilisation des tarifs d’assurance automobile du gouvernement ontarien est entrée en vigueur le 15 avril. Les compagnies d’assurance ont dû déposer pour approbation des réductions de tarifs reflétant les changements à la Loi sur l’assurance. Des délais dans le processus d’approbation se sont produits ce qui a eu pour conséquence de retarder la mise en application des nouveaux barèmes de tarifs de certaines compagnies jusqu’à cet été.

Des modifications entrant en vigueur le 1er avril ont aussi été faites à la Loi sur l’assurance de l’Île-du-Prince-Édouard. La plus importante étant l’établissement d’une limite de 2 500 $ aux réclamations pour dommages suite à des blessures personnelles mineures. Les compagnies opérant dans cette province ont également dû déposer des réductions de tarifs reflétant ces modifications.

Les baisses des prix des ordinateurs de bureau et des ordinateurs portatifs ont fait reculer l’indice du matériel et des fournitures informatiques de 3,2 %.

L’indice des prix des vêtements pour hommes a baissé de 1,4 % en avril 2004. L’arrivée sur le marché de nouveaux vêtements de saison a exercé un effet modérateur sur les prix de vente généralisés.

L’IPC désaisonnalisé a augmenté de 0,2 % entre mars et avril

Après ajustement pour les variations saisonnières, l’IPC a augmenté de 0,2 % de mars à avril.

La hausse des indices désaisonnalisés du logement (+0,5 %), des transports (+0,5 %), des boissons alcoolisées et des produits du tabac (+0,6 %), des dépenses et de l’équipement du ménage (+0,2 %), des loisirs, de la formation et de la lecture (+0,1 %), et de la santé et des soins personnels (+0,2 %) était responsable de cette progression.

Les indices de l’habillement et des chaussures (-0,4 %), et des aliments (-0,1 %) ont exercé une pression à la baisse.

Agrégats spéciaux

Indice d’ensemble sans les huit composantes les plus volatiles (définition de la Banque du Canada)

L’indice d’ensemble sans huit composantes volatiles identifiées par la Banque du Canada a augmenté de 1,8 % en avril, en hausse par rapport à 1,3 % en mars.

La majeure partie de la hausse en avril était attribuable à la progression des prix de l’électricité, du coût de remplacement par le propriétaire, des frais de scolarité, des prix des repas achetés au restaurant, ainsi que des primes d’assurance de propriétaire et de véhicules automobiles.

Le saut dans la hausse sur 12 mois de l’indice de l’électricité de 0,2 % en mars à 15,1 % en avril est dû à la fois au remboursement reçu par les consommateurs ontariens en avril 2003 et aux majorations de tarifs entrées en vigueur en avril 2004.

Sur une base mensuelle, l’indice d’ensemble sans huit composantes volatiles identifiées par la Banque du Canada a augmenté de 0,2 %.

Des pressions à la hausse ont été exercées surtout par les prix plus élevés de l’électricité et des véhicules automobiles. Les prix plus faibles des vêtements pour femmes ont été la principale source de la pression à la baisse sur l’indice.

Énergie

Les prix de l’énergie ont augmenté de 6,4 % d’avril 2003 à avril 2004.

La hausse des prix de l’électricité (+15,1 %) ainsi que celle de l’essence (+6,9 %) explique cette augmentation. Durant la même période, les prix du gaz naturel (-8,9 %) et du mazout (-3,8 %) ont baissé.

De mars à avril, les prix de l’énergie ont progressé de 2,0 %, principalement en raison de la hausse des prix de l’électricité (+3,3 %), de l’essence (+1,5 %) et du gaz naturel (+3,2 %). Une pression à la baisse est venue des prix plus faibles pour le mazout (-2,3 %).

Biens et services

D’avril 2003 à avril 2004, les prix des biens ont progressé de 0,9 % après avoir affiché deux baisses consécutives en février (-0,8 %) et en mars (-0,9 %).

Toute la pression à la hausse provient de l’indice des biens non durables (+2,8 %), dont l’augmentation a été attribuable principalement aux prix plus élevés de l’électricité (+15,1 %), de l’essence (+6,9 %) et des cigarettes (+7,9 %). L’indice des biens durables a diminué de 1,9 %, principalement en raison de la baisse des prix des véhicules automobiles ainsi que du matériel et des fournitures informatiques. L’indice des biens semi-durables a fléchi de 0,7 %, les deux tiers environ des biens enregistrant des baisses de prix.

Des hausses de prix généralisées ont provoqué une montée de 2,3 % de l’indice des services par rapport à avril 2003. Une large part de la pression à la hausse provenait de l’augmentation du coût de remplacement par le propriétaire, des frais de scolarité, des prix des repas achetés au restaurant, ainsi que des primes d’assurance de propriétaire et des impôts fonciers.

Entre mars et avril 2004, les prix des biens ont augmenté en moyenne de 0,3 %.

Les prix des biens non durables ont progressé de 0,6 %, principalement sous l’influence des prix plus élevés de l’électricité et de l’essence. La montée de 0,3 % de l’indice des biens durables s’expliquait surtout par la progression des prix des véhicules automobiles. La baisse de 1,3 % de l’indice des biens semi-durables était attribuable principalement au recul des prix des vêtements pour femmes, hommes et enfants.

La hausse des coûts du transport aérien, des soins dentaires, de l’entretien et des réparations par le propriétaire et des services de réparation et d’entretien de véhicules automobiles était la cause principale de l’augmentation de 0,2 % de l’indice des services entre mars et avril 2004.



Page d'accueil | Recherche | Contactez-nous | English Haut de la page
Date de modification : 2008-11-24 Avis importants