Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

62-001-XIB
Indice des prix à la consommation
Janvier 2001


Points saillants de l'indice national


Janvier 2001

Taux de variation sur 12 mois de l'IPC: +3,0 %

Taux de variation sur 12 mois de l'IPC sans l'énergie: +2,3 %

En janvier 2001, les consommateurs ont dû payer 3,0 % de plus qu'ils ne l'avaient fait en janvier 2000 pour les biens et services faisant partie du panier de l'Indice des prix à la consommation (IPC). Cette hausse sur 12 mois est inférieure aux augmentations de 3,2 % enregistrées en novembre et en décembre 2000. Comme cela est le cas depuis avril 1999, la majoration des prix de l'énergie est toujours la cause principale de l'accroissement de l'IPC d'ensemble en janvier 2001. On peut lui attribuer presque le tiers de l'augmentation de l'IPC entre janvier 2000 et janvier 2001. Au cours de cette même période, l'indice d'ensemble sans l'énergie s'est accru de 2,3 %.

Entre janvier 2000 et janvier 2001, les prix de l'énergie se sont accrus en moyenne de 10,4 %. Cette hausse des prix de l'énergie sur 12 mois est la plus basse depuis août 1999. À l'exception de l'indice de l'électricité, toutes les composantes ont contribué à l'augmentation des prix de l'énergie. La baisse de 0,7 % de l'indice de l'électricité est presque entièrement attribuable à l'impact du crédit de 40 $ alloué par le gouvernement albertain en janvier 2001, à tous les ménages payant une facture d'électricité. Ce crédit sera octroyé mensuelle pour les 12 mois de 2001.

Parmi les autres facteurs importants qui ont contribué à l'augmentation sur 12 mois annuelle de l'IPC d'ensemble en janvier 2001, notons le coût de l'intérêt hypothécaire, la viande, les aliments achetés au restaurant et l'hébergement pour voyageurs. En revanche, la diminution des prix d'achat de véhicules automobiles, du matériel et des fournitures informatiques et des soins pour enfants a partiellement neutralisé cette augmentation.

Taux de variation mensuelle de l'IPC: -0,3 %

L'IPC diminue de 0,3 % entre décembre 2000 et janvier 2001. Cette baisse suit une augmentation mensuelle de 0,1 % entre novembre et décembre 2000. Les baisses des prix d'achats des véhicules automobiles, du gaz naturel, des voyages organisés et de l'essence sont les principaux facteurs ayant contribué à la diminution de l'IPC en janvier. Toutefois, la hausse des prix des boissons non alcoolisées, des aliments achetés au restaurant et du bœuf a atténué la baisse mensuelle de l'indice.

Entre décembre 2000 et janvier 2001, l'indice de prix d'achat des véhicules automobiles recule de 2,4 %. Cette diminution s'explique par de nouveaux rabais du fabricant sur certains modèles. Ces réductions de prix visent à diminuer les niveaux d'inventaire plus élevés suite à la compression de la demande nord-américaine.

De décembre 2000 à janvier 2001, les prix du gaz naturel ont baissé de 6,5 % au Canada. Une diminution de 67,2 % de l'indice de l'Alberta est responsable de cette baisse. Pour amenuiser l'effet des hausses de prix du gaz naturel, le gouvernement albertain a instauré un programme d'aide aux paiements de chauffage. Ainsi, tous les ménages payant une facture de gaz naturel recevront, à partir de janvier et pour une durée de quatre mois, un crédit mensuel de 150 $. En revanche, les prix du gaz naturel ont augmenté dans les provinces de l'Ontario (+8,4 %), du Québec (+11,4 %) et de la Colombie-Britannique (+22,4 %). Dans tous les cas, ces hausses reflètent un ajustement des prix en réaction aux conditions du marché nord-américain sur lequel l'offre ne suffit plus à combler la demande.

En janvier 2001, l'indice des voyages organisés a diminué de 10,8 %. Les prix des voyages organisés sont relevés chaque année en janvier, février et mars alors qu'ils sont les plus populaires auprès des Canadiens. Janvier étant le moins populaire de ces trois mois, les prix des voyages organisés relevés en janvier sont habituellement moins élevés qu'en mars de l'année précédente. Janvier 2001 ne fait pas exception à ce profil.

Entre décembre 2000 et janvier 2001, les prix de l'essence ont baissé de 1,6 %. Il s'agit de la deuxième baisse mensuelle consécutive des prix de l'essence. Cette baisse découle principalement d'une augmentation de la production, au cours des derniers mois, par les pays membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et d'autre part, de l'augmentation des stocks d'essence. L'augmentation du prix du baril de pétrole brut sur les marchés internationaux qui a suivi l'annonce, en janvier, de la baisse de la production par les membres de l'OPEP n'a pas encore eu d'impact sur les prix à la pompe.

Entre décembre 2000 et janvier 2001, les prix des boissons non alcoolisées ont augmenté de 10,1 %. Les hausses enregistrées dans toutes les provinces et à Whitehorse sont dues à un retour des prix à la normale après les promotions de la période des fêtes.

Les prix des aliments achetés au restaurant ont augmenté de 0,4 % en janvier 2001. Bien que des hausses de prix aient été affichées pour tous les types de restaurants, les majorations de prix les plus importantes ont touché les aliments achetés de restaurants à service rapide et de comptoirs de mets à emporter.

En janvier 2001, les prix du bœuf ont augmenté de 2,3 %, après une hausse de 2,5 % en décembre 2000. Une combinaison de facteurs tels que des délais de livraison résultant de la mauvaise température et une forte demande pour le bœuf tant au Canada qu'aux États-Unis explique en grande partie cette hausse de prix.

Baisse de 0,3 % de l'IPC désaisonnalisé entre décembre 2000 et janvier 2001

Après correction des facteurs saisonniers, l'IPC d'ensemble diminue de 0,3 % en janvier, après une augmentation de 0,3 % en décembre. La diminution des prix de l'habillement et des chaussures (-0,9 %), du logement (-0,4 %), des aliments (-0,3 %) et du transport (-0,1 %)est compensée en partie par une augmentation des prix dans le cas des loisirs, de la formation et de la lecture (+0,3 %), de la santé et des soins personnels (+0,3 %) et des boissons alcoolisées et des produits du tabac (+0,1 %). L'indice désaisonnalisé des dépenses et de l'équipement du ménage demeure inchangé.

Agrégats spéciaux

Indice d'ensemble sans les aliments et l'énergie

Entre janvier 2000 et janvier 2001, l'indice d'ensemble sans les aliments et l'énergie s'est accru de 2,0 %. Il s'agit d'une légère augmentation par rapport à la hausse de 1,9 % enregistrée en décembre 2000. Les hausses du coût de l'intérêt hypothécaire, du loyer et des prix des services téléphoniques ont été les principaux facteurs contribuant à la hausse de l'indice sur 12 mois.

L'indice d'ensemble sans les aliments et l'énergie diminue de 0,2 % entre décembre 2000 et janvier 2001. Il s'agit de la première baisse de la variation mensuelle de cet indice depuis celle de 0,3 % enregistrée entre décembre 1999 et janvier 2000. La baisse de l'indice en janvier 2001 est imputable principalement aux réductions de prix pour l'achat de véhicules automobiles et les voyages organisés.

Énergie

L'indice de l'énergie a augmenté de 10,4 % entre janvier 2000 et janvier 2001, alors que les indices de toutes ses composantes sauf celui de l'électricité étaient en hausse. La baisse des prix de l'électricité (-0,7 %) a toutefois eu un effet négligeable sur l'indice de l'énergie comparativement aux hausses de prix de l'essence (+10,5 %), du gaz naturel (+24,2 %) et du mazout (+31,1 %).

Entre décembre 2000 et janvier 2001, les prix de l'énergie ont baissé de 2,7 %. Il s'agit de la seconde baisse mensuelle d'affilée. La baisse des prix du gaz naturel (-6,5 %) est la cause principale de la diminution de l'indice en janvier 2001, suivie des diminutions de prix de l'essence (-1,6 %), de l'électricité (-1,9 %) et du mazout (-4,1 %).

Biens et services

En janvier 2001, l'indice des biens a affiché une augmentation sur 12 mois de 3,2 %, résultant principalement d'une hausse de 5,5 % des prix des biens non durables. L'accroissement des prix de l'essence, du gaz naturel, de la viande et du mazout a largement contribué à l'augmentation sur 12 mois de l'indice des biens non durables. L'indice des biens semi-durables a augmenté de 1,1 %. Cette hausse résulte en grande partie d'une majoration des prix du matériel de lecture et des autres imprimés, ainsi que des prix des chaussures pour femmes. L'indice des biens durables a affiché une diminution de 1,2 %. Les principaux éléments de cette baisse sont les diminutions des prix d'achat des véhicules automobiles, du matériel et des fournitures informatiques et du matériel vidéo.

L'indice des services a progressé de 2,8 % entre janvier 2000 et janvier 2001, principalement en raison de l'augmentation du coût de l'intérêt hypothécaire, des aliments achetés au restaurant, du loyer, des services téléphoniques et du coût de remplacement par le propriétaire. La baisse des prix des soins pour enfants a quelque peu atténué l'augmentation sur 12 mois de l'indice des services.

Entre décembre 2000 et janvier 2001, l'indice des biens a diminué de 0,8 %. Les trois grandes classes de biens ont d'ailleurs diminué. Ce sont les biens non durables (-0,8 %) qui ont contribué le plus à cette baisse surtout en raison de la diminution des prix du gaz naturel, de l'essence et des légumes frais. L'indice des biens durables a diminué de 1,3 %, principalement sous l'influence de la baisse des prix d'achat des véhicules automobiles. Finalement, les biens semi-durables (-0,4 %) ont aussi contribué à la baisse des prix des biens en partie à cause de la diminution des prix des complets et des vestons sport pour hommes, ainsi que des chemises et des chandails pour hommes.

En janvier 2001, les prix des services payés par les consommateurs ont augmenté de 0,1 % par rapport à ceux de décembre 2000. L'augmentation de nombreux indices dont ceux des aliments achetés au restaurant, de l'hébergement pour voyageurs, de la câblodistribution, du coût d'intérêt hypothécaire et du transport aérien, a été presque complètement neutralisée par la baisse des prix des voyages organisés.


Top of Page



[ Menu principal | Faits saillants | Tableaux et graphiques | Notes techniques | Informations aux utilisateurs | Produits et services | Communiquez avec nous | English]

Tous droits réservés Statistique Canada
>