Aviation
Mouvements annuels des aéronefs : petits aéroports - aéroports sans tours de contrôle ou stations d'information de vol de NAV CANADA, 2018

Date de diffusion : le 13 juin 2019

Passer au texte

Début du texte

Analyse

Le nombre de décollages et d’atterrissages à 135 aéroports canadiens sans tour de contrôle de la circulation aérienne a atteint un total de 618 837 mouvements en 2018.

Dix aéroports ont été à l’origine de 36,9 % de l’activité durant l’année : Peterborough, en Ontario (45 800 mouvements), Goose Bay, à Terre-Neuve-et-Labrador (27 740), Trois-Rivières, au Québec (27 056), Red Lake, en Ontario (22 413), Moosonee, en Ontario (19 815), l’aéroport régional de Barrie-Orillia-Lake Simcoe, en Ontario (19 390), Drummondville, au Québec (17 747), Comox, en Colombie-Britannique (17 014), Island Lake, au Manitoba (15 745), et Pickle Lake, en Ontario (15 714).

En 2018, 116 aéroports sans tour de contrôle de la circulation aérienne ont enregistré un total de 459 035 mouvements itinérants (mouvements d’un aéroport vers un autre). L’aéroport de Goose Bay a été le plus actif, ayant déclaré 27 740 décollages et atterrissages.

Un total de 132 621 mouvements locaux (mouvements des aéronefs qui restent dans les environs de l’aéroport) a été enregistré à 77 aéroports sans tour de contrôle de la circulation aérienne en 2018. L’aéroport de Peterborough est demeuré le plus achalandé, ayant enregistré 41 314 mouvements.

Note aux lecteurs

  1. Seules les données totales sont disponibles pour les 19 aéroports ci-dessous soumis par Infrastructure Manitoba :
    • Berens River
    • Bloodvein River
    • Brochet
    • Cross Lake
    • Gods Lake Narrows
    • Gods River
    • Ilford
    • Lac Brochet
    • Little Grand Rapids
    • Oxford House
    • Pikwitonei
    • Poplar River
    • Pukatawagan
    • Red Sucker Lake
    • Shamattawa
    • South Indian Lake
    • Tadoule Lake
    • Thicket Portage
    • York Landing
  2. Seules les données totales sont disponibles pour les 12 aéroports suivants soumis par l’Administration régionale Kativik au Québec :
    • Akulivik
    • Aupaluk
    • Inukjuak
    • Ivujivik
    • Kangiqsualujjuaq
    • Kangiqsujuaq
    • Kangirsuk
    • Puvirnituq
    • Quaqtaq
    • Salluit
    • Tasiujaq
    • Umiujaq
  3. Seules les données totales sont disponibles pour Tillsonburg, Ontario.
  4. Selon le Supplément de vol de NAV CANADA du mois de novembre 2015, le nom de l’aéroport à Repulse Bay (Nunavut) a été changé à Najuaat. Le nom de cette communauté a été changé officiellement le 1er juillet 2015.
  5. Ces aéroports ont commencé à rapporter des données en mars 2014 :
    • Isle-aux-Grues, Québec
    • Kegaska, Québec
    • La Romaine, Québec
    • La Tabatière, Québec
    • Matagami, Québec
    • Montmagny, Québec
    • St-Bruno-de-Guigues, Québec
    • Tête-à-la-Baleine, Québec

Facteurs pouvant avoir eu une incidence sur les données

2018

Depuis le 4 novembre 2018, le calendrier d’hiver de la compagnie aérienne Pacific Coastal Airlines comprend des vols sans escale en Colombie-Britannique, entre l’aéroport de Comox et l’aéroport international de Vancouver et entre l’aéroport de Campbell River et l’aéroport international de Vancouver. Auparavant, les vols s’effectuaient en triangle entre l’aéroport de Campbell River, l’aéroport de Comox et l’aéroport international de Vancouver.

En date du 30 septembre 2018, le Centre interservices des feux de forêt du Canada inc. avait déclaré 1 999 incendies couvrant une superficie de 1 348 522 hectares en Colombie-Britannique. À la même date, en 2017, l’organisme avait déclaré 1 263 incendies couvrant une superficie de 1 211 719 hectares.

Le 30 septembre 2018, Alkan Air a mis fin à sa liaison bihebdomadaire entre Whitehorse et Watson Lake, deux localités situées au Yukon. Ce service avait débuté avec trois vols par semaine, pour ensuite être réduit à deux liaisons par semaine.

Le 21 septembre 2018, plusieurs tornades ont frappé les régions d’Ottawa, en Ontario, et de Gatineau, au Québec. Des vents forts étaient également prévus ce jour-là dans tout l’Ontario.

Le 11 septembre 2018, la construction d’un nouveau hangar polyvalent à l’aéroport de Kapuskasing, en Ontario, a été annoncée. Le bâtiment, d’une superficie de 14 000 pieds carrés, fera office de carrefour pour le transport aérien de marchandises à destination des collectivités des Premières Nations situées sur la côte de la baie James. Ces services de fret aérien seront offerts par le transporteur North Star Air, qui se sert déjà de cet aéroport depuis avril 2018.

En date du 31 août 2018, le Centre interservices des feux de forêt du Canada inc. avait déclaré 1 927 incendies en Colombie-Britannique, couvrant une superficie de 1 280 951 hectares. Sur le plan du nombre d’hectares brûlés, il s’agit de la pire saison des feux jamais enregistrée dans la province. Le 15 août 2018, le gouvernement de la Colombie-Britannique a déclaré l’état d’urgence à l’appui des efforts déployés à l’échelle provinciale pour maîtriser les feux de forêt. C’est le deuxième été de suite où l’état d’urgence a été déclaré; à la fin août 2017, il y avait 1 148 incendies couvrant 1 058 488 hectares.

Le 18 août 2018, North Star Air a officiellement inauguré son nouveau hangar et son nouvel entrepôt à l’aéroport de Thompson, au Manitoba. Cette installation soutiendra l’expansion continue de la flotte de la compagnie et des liaisons qu’elle offre. Il s’agit de sa première implantation en dehors de l’Ontario qui favorisera le transport de marchandises sur de longues distances vers le nord du Manitoba et le Nunavut.

Le 9 août 2018, les pompiers ont réussi à contenir Parry Sound 33, le plus important feu de forêt dans le centre de l’Ontario, qu’ils combattaient depuis trois semaines, au moyen de bombardiers à eau et d’hélicoptères transportant des baquets d’eau. L’état de l’incendie, dont la superficie était d’environ 11 362 hectares, est passé de « non maîtrisé » à « contenu ». Des pompiers de partout au Canada, des États-Unis et du Mexique ont aidé à combattre l’une des pires saisons des feux jamais enregistrées en Ontario.

En date du 31 juillet 2018, le Centre interservices des feux de forêt du Canada inc. avait déclaré 914 incendies, qui avaient ravagé une superficie de 215 956 hectares en Ontario. Les équipes combattant les incendies dans le nord de l’Ontario ont reçu l’aide des autres provinces, des États-Unis et du Mexique tandis qu’elles tentaient de contenir les brasiers. À titre comparatif, à la fin de juillet 2017, 257 incendies et une superficie de 49 298 hectares avaient été déclarés.

En date du 31 juillet 2018, le Centre interservices des feux de forêt du Canada inc. avait déclaré 954 incendies, qui avaient ravagé une superficie de 64 479 hectares en Colombie-Britannique. L’organisme a résumé la situation en indiquant que plus de 2 000 personnes avaient participé à l’extinction des incendies et qu’il y avait une pénurie de main-d’œuvre généralisée sans amélioration prévue. À titre comparatif, au même moment en 2017, l’organisme avait déclaré 797 incendies, qui avaient ravagé une superficie de 380 754 hectares.

Le 26 juin 2018, Air North a lancé un nouveau service entre Whitehorse et Mayo, au Yukon. La compagnie aérienne offrira jusqu’à cinq vols par semaine, selon la demande provenant du secteur minier de la région.

Le 15 juin 2018, FlyGTA a commencé à offrir des services saisonniers de l’aéroport de Toronto/Billy Bishop Toronto City vers l’aéroport de Muskoka, tous les deux en Ontario. Les vols seront assurés trois fois par semaine et se poursuivront jusqu’en octobre 2018.

Le 13 mai 2018, un incendie de forêt a débuté à Caddy Lake, au Manitoba. La province a déployé cinq bombardiers à eau en provenance de Gimli, au Manitoba, et deux autres en provenance de Kenora, en Ontario.

En mai 2018, plusieurs feux de forêt ont brûlé dans le nord-ouest de l'Ontario, notamment Kenora, Red Lake, Sioux Lookout et Thunder Bay. Au 24 mai, le risque d'incendie de forêt demeurait élevé dans la majeure partie de la région, avec un risque extrême dans le district de Red Lake.

En avril 2018, un feu de forêt incontrôlé a brûlé près de la communauté de Badger, au Manitoba. À la fin d'avril, le feu avait brûlé plus de 1 500 hectares et la province a lutté contre l'incendie avec cinq équipes au sol, deux hélicoptères, de l’équipement lourd et un avion-citerne comprenant deux bombardiers à eau et un contrôle de la circulation aérienne. Des bombardiers à eau supplémentaires de Kenora et de Dryden ont été fournis par le ministère des Richesses naturelles et des Forêts de l'Ontario.

Le 30 avril 2018, Orca Airways, établie à l’aéroport international de Vancouver, a définitivement mis fin à ses activités. Les passagers qui voyageaient entre l’aéroport international de Vancouver et Tofino, en Colombie-Britannique, ont reçu une nouvelle réservation sur des vols réguliers de Pacific Coastal Airline.

Le 14 avril 2018, Porter Airlines a accru ses services vers Stephenville, à Terre-Neuve-et-Labrador pour offrir un total de 50 vols aller-retour entre Stephenville et Halifax, en Nouvelle-Écosse, entre avril et le 5 janvier 2019.

Le 15 mars 2018, Orca Airways, établie à proximité de l’aéroport international de Vancouver a vu son certificat d’exploitation suspendu. Cela a empêché la compagnie de fournir des services aériens commerciaux. La compagnie Integra Air, située à Calgary, en Alberta, a pris contrôle des vols d’Orca Airways.

Le 4 janvier 2018, une puissante tempête hivernale, surnommée « bombe météorologique », a frappé le nord-est des États-Unis et le Canada atlantique, causant des milliers d’annulations de vols dans divers aéroports. L'accumulation de neige dans certaines régions du Nouveau-Brunswick a culminé à 60 cm. L’impact des vols à destination et en provenance des villes américaines touchées par la tempête a été tel que, rendu au matin du 4 janvier, environ 15 % de tous les vols à l'aéroport international de Toronto/Lester B. Pearson, en Ontario, avaient été annulés. Tous les vols ont été suspendus aux aéroports John F. Kennedy et LaGuardia, tous les deux à New York. Les vols ont repris le 5 janvier dans la plupart des aéroports, mais il y avait encore de nombreux retards et annulations. Le 7 janvier, de nombreux aéroports étaient encore aux prises avec un arriéré de vols.

2017

Le 28 décembre 2017, des pluies verglaçantes sont tombées dans la vallée du Fraser, en Colombie-Britannique. Le temps a entraîné des retards de vol à Abbotsford. Le lendemain, l’avertissement de pluie verglaçante a été étendu à Grand Vancouver, en particulier à Surrey et à Langley.

Le 26 décembre 2017, Environnement et Changement climatique Canada a émis des avertissements de froid extrême pour la majeure partie de l'Alberta, des Prairies, de l'Ontario et de l'ouest du Québec. Les conditions froides ont été prédites pour durer jusqu'au week-end.

Le 21 novembre 2017, les étudiants de l'ensemble de l'Ontario sont retournés en classe après la plus longue grève des professeurs (5 semaines) dans l'histoire de cette province. L'activité dans plusieurs aéroports a été impactée, alors que les vols exploités par les programmes aéronautiques collégiaux en Ontario étaient affectés.

Le 13 novembre 2017, on a annoncé que Sarliaq Aviation, une compagnie située au Nunavut, a signé une entente de 10 ans avec Agnico Eagle Mines Ltd. en partenariat avec le transporteur québécois Nolinor Aviation en vue d’offrir des services de transport aériens de marchandises et des services aux employés qui doivent se rendre de Montréal et de l’Abitibi-Témiscamingue, au Québec jusqu’à la région de Kivalliq au Nunavut, lieu où sont situés les projets d’exploitation de la compagnie minière. Cette nouvelle entente ajoutera des vols à destination de Rankin Inlet, en plus des possibilités de transport déjà offertes par Nolinor vers la mine d’or à ciel ouvert de Meadowbank exploitée par Agnico Eagle, à proximité de Baker Lake, au Nunavut. Au total, Nolinor assurera 416 vols par an, soit huit vols par semaine vers le Nunavut.

Le 7 novembre 2017, des vols ont été cloués au sol à l’aéroport de Goose Bay, à Terre-Neuve-et-Labrador, lorsque les équipes de déneigement ont remarqué que le scellant de fissures appliqué sur la piste d’atterrissage se délogeait et adhérait aux pneus des appareils. Les vols commerciaux exploités par PAL Airlines, Air Borealis et Air Canada ont tous été touchés. Les pistes ont été remises en service le 10 novembre.

Le 6 novembre 2017, FlyGTA Airlines a ajouté un service quotidien en Ontario, reliant l’aéroport Toronto/Billy Bishop Toronto City à l'aéroport régional de Barrie-Orillia-Lake Simcoe et à l’aéroport de Kitchener-Waterloo.

Le Centre interservices des feux de forêt du Canada inc. a enregistré 5 305 feux couvrant 3 456 768 hectares au Canada en date du 30 septembre 2017. Ces chiffres représentent une augmentation de 412 incendies et de 453 394 hectares par rapport aux chiffres déclarés un mois plus tôt, et une augmentation de 620 incendies et de 2 067 873 hectares comparativement à la même période de l’année précédente.

Le 19 septembre 2017, l’entreprise AAR CORP., chef de file mondial des services aéronautiques, et Air Canada ont annoncé qu’elles ont conclu une entente de dix ans pour la maintenance des cellules des appareils à fuselage étroit d’Airbus d’Air Canada ainsi qu’une nouvelle entente de cinq ans pour les appareils E190 d’Embraer d’Air Canada. Tous les travaux seront effectués à l’aéroport de Trois-Rivières, au Québec.

Le 15 septembre 2017, le gouvernement de la Colombie-Britannique a levé un état d’urgence provincial décrété plus de deux mois plus tôt pour ce qui allait devenir la pire saison de feux de forêt jamais enregistrée. L’annonce avait été faite le 7 juillet après que plusieurs dizaines d’incendies de forêt s’étaient déclarés à l’intérieur des terres de la Colombie-Britannique, ce qui a obligé des milliers de personnes à évacuer leur maison. En date du 15 septembre, il restait encore 155 incendies non éteints en C.-B., et 11 ordres d’évacuation étaient en vigueur.

Le Centre interservices des feux de forêt du Canada Inc. a déclaré 4 893 incendies, qui ont ravagé une superficie de 3 003 374 hectares en date du 31 août 2017. Ces chiffres représentent une augmentation de 1 739 incendies et de 1 872 650 hectares par rapport aux chiffres déclarés un mois plus tôt. En 2016, le Centre avait enregistré 4 832 incendies qui avaient ravagé une superficie de 1 390 375 hectares à la fin du mois d’août.

Le 22 août 2017, des centaines de pompiers et des douzaines d’aéronefs s’efforçaient à contrôler un des pires feux de forêt dans l’histoire de la Colombie-Britannique. Dix-neuf feux, couvrant 467 000 hectares à l’intérieur de la province, se sont amalgamés. Le feu du Plateau avait une longueur de 130 kilomètres.

Le 18 août 2017, la province de la Colombie-Britannique a déclaré que l’état d’urgence serait maintenu jusqu’au 1er septembre. La décision d’allonger cet état d’urgence était basé sur le fait que 138 feux de forêt continuaient de brûler, et environ 25 000 personnes avaient soit reçu l’ordre d’évacuer, ou bien ils avaient été mis en alerte.

Le 18 août 2017, la province de l’Alberta a rapporté 28 feux de forêt. Pour combattre ces feux, la province a utilisé les services de 200 pompiers, deux équipes spécialisées en gestion de crise, 21 hélicoptères, un bombardier à eau, et plusieurs pièces d’équipement lourd. La majorité des feux, dont 5 classifiés comme étant hors de contrôle, se trouvaient dans la région de High Level Forest.

Le 11 août 2017, la province de la Colombie-Britannique a déclaré que la saison des feux de forêts de 2017 était la pire saison répertoriée depuis 1950, année où on a commencé à récolter des données. Depuis le 1er avril 2017, 894 491 hectares ont été détruits par les flammes. Le record précédent, de 855 000 hectares, a été établi en 1958. Plus de 3 800 personnes ont été recrutés pour combattre ces feux. Ces personnes seront bientôt rejointes par des équipes additionnelles provenant de la Nouvelle-Zélande, le Mexique et les États-Unis.

Au début de juillet 2017, de nombreux incendies de forêt se sont déclarés en Colombie-Britannique. Le Centre interservices des feux de forêt du Canada Inc. a déclaré 821 incendies, qui ont ravagé une superficie de 426 022 hectares en date du 31 juillet. La province a déclaré l’état d’urgence, ordonné des évacuations et déployé des aéronefs dans plusieurs régions pour contribuer aux activités d’extinction des incendies.

Le 18 juin 2017, PAL Airlines, une compagnie basée à St. John’s, à Terre-Neuve-et-Labrador, a commencé à offrir un nouveau service en bas de la côte nord du Québec. Ce service incluait sept nouvelles destinations : St-Augustin, Chevery, La Romaine, Kégaska, La Tabatière, Tête-à-la-Baleine et Natashquan.

Le 16 juin 2017, Air Borealis a commencé ses opérations au Labrador. En partenariat avec PAL Airlines, l’Innu Development Limited Partnership (IDLP), et le Nunatsiavut Group of Companies (NGC), ce partenariat possède sept DHC-6 Twin Otters, et offre ses services principalement aux communautés se trouvant sur les côtes nord et sud du Labrador. Il offre également des voyages médicaux - autant des vols réguliers que des vols medevac - à partir des deux côtes pour l’autorité régionale de la santé, Labrador Grenfell Health. IDLP était l’ancien propriétaire d’Innu Mikun Airlines, au Labrador du Nord, tandis que NGC était propriétaire d’Air Labrador.

En mai 2017, plusieurs changements ont été entrepris à la suite de la cessation du partenariat de partage des codes entre Canadian North et First Air. Canadian North a repris un certain nombre de trajets dans la région de Qikiqtaaluk au Nunavut. À compter du 18 mai, la compagnie aérienne a inauguré le service, trois fois par semaine, entre Iqaluit, Pangnirtung et Qikiqtarjuaq. Le 17 mai, elle a commencé le service, six fois par semaine, entre Igloolik et Pond Inlet. Le même jour, le service a également commencé, trois fois par semaine, entre Iqaluit et Pangnirtung. Ce dernier trajet était à l’origine prévu entre Iqaluit, Pangnirtung et Clyde River, mais il a été abandonné par la compagnie aérienne. First Air a apporté des modifications à ses horaires au Nunavut à partir du 17 mai.  Les vols des compagnies aériennes entre Iqaluit et Cape Dorset sont passés de cinq à six vols hebdomadaires. Le service entre Iqaluit, Clyde River, Pond Inlet et Resolute Bay se fait une fois par semaine. Le nombre de vols totaux entre Iqaluit, Pond Inlet et Resolute Bay a augmenté pour passer à six vols hebdomadaires. Le nombre de vols entre Iqaluit et Igloolik a augmenté pour passer de cinq à six vols hebdomadaires. Le service dans les Territoires du Nord-Ouest entre Yellowknife et Inuvik a repris, avec un vol quotidien. De plus, dans le cadre de son entente avec Summit Air, les vols entre l’aéroport international d’Edmonton, en Alberta, et Yellowknife sont passés de 10 à 12 vols hebdomadaires.

Le 17 mars 2017, deux Cessnas appartenant à Cargair Aviation se sont heurtés en plein vol au-dessus de St-Bruno, au Québec. Plusieurs des campus de l’école de vol Cargair  ont suspendu leurs activités pendant quelques jours, immédiatement après cet accident.

Le 14 mars 2017, une violente tempête hivernale a frappé le sud et le centre du Québec et l’est de l’Ontario. La plupart des vols à l’aéroport international de Montréal/Pierre-Elliott-Trudeau, au Québec, ont été annulés ou retardés. L’aéroport international de Toronto/Lester B. Pearson, en Ontario, a signalé l’annulation de 248 vols à l’arrivée et de 267 vols de départ. L’aéroport international d’Ottawa/Macdonald-Cartier, en Ontario, a également signalé plusieurs annulations de vol.

2016

Au début de décembre 2016, une étape des importants travaux de réparation et d’élargissement de la piste à l’aéroport de Drummondville, au Québec, a été achevée. Les travaux ont débuté le 1er septembre 2016, et de nombreux avions ont été redirigés vers les autres aéroports québécois; Montréal/Saint-Hubert, Sherbrooke et Victoriaville, pour la durée du projet. Les travaux additionnels de prolongement de la piste devaient débuter en août 2017.

Le 12 septembre 2016, l’aéroport de Watson Lake, au Yukon, a accueilli l’arrivée du premier vol commercial régulier depuis les années 1990. Le vol d’Alkan Air a décollé de Whitehorse, au Yukon.

Le Centre interservices des feux de forêt du Canada inc. a déclaré 3 969 incendies, qui ont ravagé une superficie de 1 293 072 hectares en date du 31 juillet 2016. Ces chiffres représentent une augmentation de 944 incendies et de 412 915 hectares par rapport aux chiffres déclarés un mois plus tôt. En 2015, le Centre avait enregistré 5 766 incendies qui avaient ravagé une superficie de 3 889 663 hectares à la fin de juillet.

Le Centre interservices des feux de forêt du Canada inc. a déclaré que 3 025 incendies avaient ravagé une superficie de 880 157 hectares en date du 30 juin 2016. Ces chiffres représentent une augmentation de 1 065 incendies et de 25 152 hectares par rapport aux chiffres déclarés un mois plus tôt. En 2015, le Centre avait enregistré 4 076 incendies qui avaient ravagé une superficie de 1 352 281 hectares à la fin de juin.

Le Centre interservices des feux de forêt du Canada a déclaré un total de 1 960 incendies couvrant une superficie de 855 005 hectares à travers le Canada en date du 31 mai 2016. La majorité se retrouvait en Alberta soit 525 feux recouvrant 595 709 hectares, environ 70 % de la superficie totale touchée par des feux de forêt au Canada. En 2015, pendant la même période, l’organisme avait enregistré un plus grand nombre d’incendies (2 503) à travers le Canada, mais ceux-ci touchaient une superficie moindre (239 313 hectares).

Le 31 mai 2016, Air Labrador a commencé à offrir un service entre plusieurs aéroports de Terre-Neuve-et-Labrador : Happy Valley-Goose Bay, St. John’s et Deer Lake.

À partir du 30 mai 2016, la compagnie aérienne Innu Mikun a commencé à offrir un nouveau service matinal à partir de plusieurs aéroports le long de la côte nord du Labrador, en direction de Happy Valley–Goose Bay. Ce service va débuter le matin à Nain, se rendra à Natuashish, pour finalement aboutir à Happy Valley–Goose Bay. Ce nouveau service pemettra également de faire le lien avec Gander, à Terre-Neuve-et-Labrador et St. John’s, par l’entremise de PAL Airlines.

Le 27 mars 2016, le mont Pavlof, un volcan de la péninsule de l’Alaska est entré en éruption de manière inattendue formant un nuage de cendres d’une hauteur atteignant 20 000 pieds (6 100 m) et provoquant des avertissements aériens. Des vols ont été impactés non seulement dans les Territoires, mais encore plus loin, jusqu’à Regina, en Saskatchewan.

Le 24 février 2016, une tempête hivernale a frappé Chicago, en Illinois et s’est ensuite déplacée vers l’est du Canada. La combinaison de neige et de pluie verglaçante a donné lieu à des conditions de vol dangereuses et à l’annulation de plus de 1 000 vols à Chicago et d’environ 140 vols à l’aéroport international de Toronto/Lester B. Pearson, en Ontario.

Le 16 février 2016, une violente tempête de neige a frappé l’est du Canada; 51 centimètres de neige sont tombés à Ottawa, en Ontario, ce qui constitue une chute de neige record pour une journée.

Les 8 et 9 février 2016, une importante tempête de neige a frappé le Canada atlantique, touchant particulièrement Halifax, en Nouvelle-Écosse, et St. John’s.

Du 22 au 26 janvier 2016, la tempête de neige Jonas a frappé la côte est des États-Unis. Dans les villes de New York, dans l’état de New York, et Washington, DC entre autres, l'accumulation de neige a atteint ou a presque atteint des records. En tout, environ 12 000 vols ont été annulés au cours de cette période de quatre jours, dont certains étaient à destination du Canada.

En date du 15 janvier 2016, Perimeter Airlines a cessé d’offrir ses services à Dauphin, au Manitoba. La compagnie aérienne a indiqué que ceci était en partie le résultat de la perte d’un contrat avec la division du transport de fret par courrier aérien de Purolator. En octobre 2015, la compagnie aérienne avait commencé à réduire le nombre de vols sur ce trajet.

2015

Après s’être répercutée sur les déplacements aux aéroports de Chicago et de Detroit dans le Midwest américain, une importante tempête de neige a frappé le centre et l’est du Canada le 29 décembre 2015, causant des retards et des annulations dans le sud de l’Ontario et l’ouest du Québec, y compris aux aéroports de Toronto, d’Ottawa et de Montréal.

Le Centre interservices des feux de forêt du Canada inc. a déclaré 6 654 incendies ravageant une superficie de 3 953 056 hectares en date du 31 août 2015. Cela représente plus d’incendies et une superficie légèrement plus grande que le mois précédent. En 2014, l’organisme avait enregistré 4 681 incendies ravageant une superficie de 4 549 459 hectares à la fin d’août.

Le Centre interservices des feux de forêt du Canada inc. a déclaré 5 766 incendies ravageant une superficie de 3 889 663 hectares en date du 31 juillet 2015. Cela représente une augmentation par rapport à l’an dernier, où 3 331 incendies ayant ravagé une superficie de 1 606 278 hectares ont été enregistrés. Dans plusieurs cas, particulièrement dans l’Ouest canadien, il a fallu déployer un soutien aérien pour seconder les équipes au sol.

Au début de juillet 2015, un rare brouillard persistant et une glace épaisse ont retardé les livraisons d’aliments à Iqaluit, au Nunavut. Les avions-cargos et les avions mixtes (avions transportant à la fois des marchandises et des passagers) n’ont pas pu atterrir à l’aéroport d’Iqaluit ni en décoller.

Le Centre interservices des feux de forêt du Canada inc. a enregistré 4 076 feux couvrant 1 352 282 hectares au Canada en date du 30 juin 2015. Cela représente une augmentation de l’année précédente, durant laquelle 1 977 incendies et 414 722 hectares ont été enregistrés. Dans plusieurs cas, en particulier dans l’ouest du Canada, un appui aérien a été déployé pour aider les équipes au sol.

D’importantes tempêtes de neige ont frappé le Canada atlantique à la mi-mars 2015, provoquant des retards et des annulations de vols.

D’importantes tempêtes ont déferlé sur le Canada atlantique en février 2015, forçant ainsi l’annulation et le retard de vols. Au même moment, l’est de l’Ontario et le sud-ouest du Québec ont enregistré des températures plus basses que la moyenne.

Le froid extrême qui a sévi en janvier 2015, de concert avec les importantes chutes de neige et de pluie verglaçante dans l’ensemble du pays ont causé des retards et des annulations de vols dans plusieurs aéroports.

2014

Une importante tempête a frappé l’est du Canada, provoquant des douzaines d’annulations de vols et de délais aux aéroports situés à l’est du pays en mars 2014.

Une violente tempête hivernale, avec températures en dessous du point de congélation, a frappé la côte sud-ouest de la Colombie-Britannique, provocant des annulations de vols et des délais en février 2014.

Date de modification :