Faits saillants

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

  1. En 2014, les transporteurs aériens canadiens de niveaux I à III ont déclaré 71,7 millions de passagers embarqués, en hausse de 6,4 % par rapport à 2013. Le secteur intérieur s’est accru de 6,2 % pour atteindre 39,8 millions de passagers, alors que le secteur international (y compris entre le Canada et les États-Unis) a progressé de 6,6 % pour s’établir à 31,9 millions de passagers. Le nombre de passagers empruntant des vols réguliers a atteint 64,1 millions (+5,6 %), alors que le nombre de passagers voyageant sur des vols d’affrètement a augmenté de 13,0 % pour s’établir à 7,6 millions. Ces transporteurs aériens ont réalisé 168,0 milliards de passagers-kilomètres sur leurs liaisons régulières et leurs services d’affrètement en 2014, en hausse de 7,8 % par rapport à l’année précédente. Le secteur international (+8,7 %) a progressé à un rythme plus rapide que le secteur intérieur (+5,9 %).
  2. Après avoir enregistré un revenu net de 526,9 millions de dollars en 2013, les transporteurs aériens canadiens de niveaux I à III ont enregistré un revenu net de 677,2 millions de dollars en 2014. En 2014, les recettes d’exploitation totales se sont chiffrées à 22,3 milliards de dollars, en hausse de 7,6 % (ou +1,6 milliard de dollars) par rapport à 2013. Les dépenses d’exploitation totales ont augmenté pour s’établir à 20,6 milliards de dollars en 2014, en hausse de 6,3 % (ou +1,2 milliard de dollars) par rapport à l’année précédente.
  3. En 2014, 92,5 cents de chaque dollar de recettes d’exploitation ont servi à couvrir les dépenses d’exploitation. Les dépenses engagées au chapitre de l’exploitation des aéronefs ont absorbé la plus grosse part de chaque dollar, soit 48,9 cents, suivies des dépenses relatives aux services généraux et à l’administration (28,8 cents) et à l’entretien (10,5 cents).
  4. Le total de l’actif des transporteurs aériens canadiens de niveaux I à III s’est chiffré à 21,0 milliards de dollars en 2014, en hausse de 8,6 % par rapport à 2013.
  5. Les coefficients de rentabilité tels que la marge bénéficiaire, le rendement des investissements et le rendement de l’actif témoignent de la capacité bénéficiaire de l’industrie de l’aviation. En 2014, la marge bénéficiaire s’élevait à 3,0 % comparativement à 2,5 % en 2013. Cela indique que chaque dollar de service vendu, en 2014, a généré 3,0 cents de bénéfices pour les transporteurs aériens canadiens de niveaux I à III. La croissance des bénéfices en 2014 par rapport à 2013 traduit la hausse des recettes d’exploitation, laquelle a plus que compensé les augmentations des dépenses d’exploitation et des dépenses nettes hors exploitation. Le rendement de l’actif et le rendement des investissements témoignent également de l’accroissement de la rentabilité au sein de l’industrie de l’aviation en 2014. Le taux de rendement de l’actif est passé de 2,7 % en 2013 à 3,2 % en 2014, tandis que le taux de rendement des investissements s’est accru de 5,2 % en 2013 à 5,3 % en 2014.
  6. Le nombre total de personnes travaillant dans l’industrie de l’aviation a reculé de 0,3 % pour s’établir à 54 770, alors que le total des salaires et traitements s’est accru de 2,2 % par rapport à 2013 pour atteindre 3,8 milliards de dollars. En 2014, les salaires et traitements représentaient 18,5 % des dépenses d’exploitation totales de l’industrie, en baisse par rapport à 19,3 % en 2013.
  7. Les transporteurs aériens canadiens de niveaux I à III ont consommé 6,8 milliards de litres de carburant (carburant à turbine et essence) en 2014 et ils ont dépensé 6,2 milliards de dollars pour s’approvisionner en carburant. En 2014, les dépenses en carburant figuraient pour 29,9 % des dépenses d’exploitation totales, en baisse par rapport à 30,3 % en 2013.
Date de modification :