Faits saillants

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

[an error occurred while processing this directive]51-004-x[an error occurred while processing this directive] [an error occurred while processing this directive]
  1. En 2010, les transporteurs aériens canadiens de niveaux I et II ont déclaré 57,5 millions de passagers embarqués sur leurs vols réguliers et d'affrètement, en hausse de 8,7 % par rapport à 2009. Le nombre de passagers des vols réguliers s'est chiffré à 53,1 millions et celui des vols d'affrètement, à 4,3 millions. Le nombre de passagers des vols réguliers a atteint 14,6 millions au troisième trimestre de 2010, soit le plus fort niveau jamais enregistré pour un trimestre. En termes de passagers-kilomètres parcourus, ces transporteurs ont réalisé 135,0 milliards de passagers-kilomètres sur leurs liaisons régulières et leurs services d'affrètement en 2010, en hausse de 11,2 % par rapport à l'année précédente.
  2. En 2010, les transporteurs aériens canadiens de niveaux I et II ont déclaré une légère amélioration au titre du coefficient de remplissage (une mesure de l'achalandage de leurs avions) des vols réguliers par rapport à 2009. Le coefficient de remplissage s'est amélioré, passant de 80,5 % en 2009 à 81,3 % en 2010, alors que la demande, telle que mesurée par les passagers-kilomètres, a progressé à un rythme légèrement plus rapide (+9,8 %) que l'offre (capacité), telle que mesurée par les sièges-kilomètres disponibles (+8,7 %). Le coefficient de remplissage sur les vols réguliers a atteint un sommet sans précédent (84,3 %) au troisième trimestre de 2010 — principalement en raison d'une hausse plus forte dans la demande que dans la capacité; au même trimestre en 2009, il avait atteint 83,2 %. La capacité s'est accrue dans les quatre trimestres de 2010, poursuivant la tendance à la hausse amorcée au quatrième trimestre de 2009, ce qui a coïncidé avec la fin du ralentissement économique — attribuable à la crise mondiale sur les marchés financiers — qui s'était fait sentir au Canada (et ailleurs) à partir de la deuxième moitié de 2008.
  3. En 2010, les recettes d'exploitation totales générées par les transporteurs aériens canadiens de niveaux I et II se sont chiffrées à 16,3 milliards de dollars, en hausse de 15,6 % (ou +2,2 milliards de dollars) par rapport à 2009, légèrement au-dessus du niveau de 16,2 milliards de dollars en 2008. L'augmentation des recettes d'exploitation (les recettes provenant du transport des passagers représentaient 89,4 % des recettes d'exploitation totales en 2010) est attribuable pour l'essentiel à une hausse du rendement unitaire (recettes-passagers par passager-kilomètre) de 3,8 %, elle-même entraînée par la reprise soutenue de l'économie canadienne et de l'industrie du transport aérien, ainsi que par la croissance du trafic des voyageurs d'affaires et la hausse des tarifs aériens. Toutefois, la vive rivalité tarifaire de la part des transporteurs canadiens à bas prix s'est traduite par une capacité limitée de la part des principaux transporteurs aériens à augmenter leurs tarifs. Les dépenses d'exploitation totales se sont chiffrées à 15,5 milliards de dollars en 2010, en hausse de 10,5 % (ou +1,5 milliard de dollars) par rapport à l'année précédente. Cette croissance a été étayée par l'augmentation de la capacité, la hausse des prix du carburant et des salaires et traitements versés. Ces augmentations ont été en partie annulées par l'incidence de l'appréciation du dollar canadien sur les dépenses libellées en monnaies étrangères (surtout en dollars US). Ces transporteurs ont déclaré un revenu d'exploitation de 805,9 millions de dollars en 2010.
  4. Les transporteurs aériens canadiens de niveaux I et II ont déclaré un revenu net de 441,7 millions de dollars en 2010, une amélioration comparativement au profit de 177,6 millions de dollars enregistré en 2009. Les dépenses hors exploitation de près de 300 millions de dollars au deuxième trimestre de 2010 ont freiné la croissance du revenu net.
  5. Entre le premier trimestre de 2010 et le quatrième trimestre de 2010, le ratio d'exploitation (il permet de déterminer la capacité du transporteur de payer ses dettes à court terme et représente la proportion des recettes d'exploitation absorbée par les dépenses d'exploitation) a oscillé entre 0,89 au troisième trimestre et 1,02 au premier trimestre. C'est donc dire que, dans l'ensemble, les transporteurs aériens canadiens de niveaux I et II ont réalisé 11,0 cents de profit pour chaque dollar dépensé au troisième trimestre de 2010. Un ratio d'exploitation supérieur à un signifie que ces transporteurs ont enregistré une perte d'exploitation au premier trimestre de 2010.
  6. Entre le premier trimestre de 2010 et le quatrième trimestre de 2010, la plus forte marge bénéficiaire (elle indique la marge de profit enregistrée par dollar de recettes et est obtenue en divisant les revenus nets par les recettes d'exploitation — ce ratio s'exprime en pourcentage) a été enregistrée au troisième trimestre (9,3 %). Cela indique que chaque dollar de service vendu a généré 9,3 cents de bénéfices pour les transporteurs aériens canadiens de niveaux I et II. Les résultats négatifs observés au premier trimestre (-0,9 %) et au deuxième trimestre (-3,9 %) traduisent des augmentations dans les dépenses d'exploitation (exploitation des aéronefs — coût du carburant et salaires et traitements) et dans les dépenses hors exploitation (dépenses nettes diverses hors exploitation), lesquelles ont neutralisé les gains dans les recettes d'exploitation.
  7. Le nombre total d'employés déclarés par les transporteurs aériens canadiens de niveaux I et II s'est accru à chaque trimestre de 2010 par rapport à l'année précédente, les gains allant de 30,3 % au premier trimestre à 33,9 % au troisième trimestre. La série de hausses trimestrielles d'une année à l'autre des salaires et traitements payés par les transporteurs aériens canadiens de niveaux I et II amorcée au quatrième trimestre de 2005 s'est poursuivie à chaque trimestre de 2010.
Date de modification :