Logo StatCan et la COVID-19: Des données aux connaissances, pour bâtir un Canada meilleur Les répercussions de la COVID-19 sur le marché du travail des Autochtones : mars à août 2020

par Amanda Bleakney, Huda Masoud et Henry Robertson

Text begins

La pandémie de COVID-19 a eu des répercussions sanitaires et socioéconomiques considérables sur les Premières Nations, les Métis, les Inuits, et les populations non-autochtones, et a causé un ralentissement sans précédent de l’emploi et des heures travaillées partout au Canada.

Des études récentes fondées sur des initiatives de collecte de données par approche participative ont mis en évidence des répercussions disproportionnées de la pandémie de COVID-19 sur les participants autochtones, notamment sur leur santé mentale et leur capacité à respecter leurs obligations financières ou à satisfaire leurs besoins essentiels (Arriagada et coll., 2020b, 2020c). Plus particulièrement, les femmes autochtones ont fait part de répercussions négatives plus marquées. Ces répercussions disproportionnées de la pandémie sur les Autochtones peuvent être associées à des vulnérabilités préexistantes, dont des disparités de longue date et persistantes quant aux conditions socioéconomiques (Arriagada et coll., 2020a).

Des études antérieures ont montré que les répercussions de la récession de 2008-2009 sur le marché du travail avaient été plus considérables chez les Autochtones que chez les non-Autochtones. Ainsi, le ralentissement a duré plus longtemps et la reprise a été plus lente pour ceux-ci (Moyser, 2017; Usalcas, 2011). Dans ce contexte, les répercussions de la pandémie de COVID-19 sur le marché du travail pourraient également être plus considérables chez les Autochtones.

Le présent document s’appuie sur les données mensuelles tirées de l’Enquête sur la population active (EPA) pour examiner les répercussions de la pandémie de COVID-19 sur le marché du travail des Autochtones de mars à août 2020. Les tendances en matière d’emploi, de chômage et d’activité selon l’identité autochtone, le sexe et le groupe d’âge sont présentées.

Pour réduire la variabilité d’échantillonnage, on a recours à des moyennes pour différentes périodes de trois mois, en commençant par la période de trois mois ayant pris fin en février 2020, avant l’adoption de la plupart des mesures visant à ralentir la propagation de la COVID-19, et en terminant avec la période de trois mois ayant pris fin en août 2020, six mois après le début de la pandémie. Les données sont également comparées d’une année à l’autre, puisqu’elles ne sont pas désaisonnalisées.

L’EPA fournit les données les plus récentes sur les caractéristiques du marché du travail des Autochtones au Canada. Cependant, il faut noter que l’EPA n’est pas menée sur les réserves, utilise une méthodologie différente dans les territoires et n’inclut pas certaines collectivités éloignées. En raison de ces limites, les données dans le présent rapport renvoient aux Autochtones qui vivent hors des réserves dans les provinces.

En raison des limites relatives à la taille de l’échantillon et à la couverture, il n’a pas été possible d’analyser en détail et séparément les données pour les Premières Nations, les Métis et les Inuits. Cependant, l’annexe comprend un sommaire des indicateurs du marché du travail pour les Premières Nations vivant hors réserve et les Métis.

Des baisses initiales semblables de l’emploi ont été enregistrées chez les Autochtones et les non-Autochtones, mais les tendances plus récentes ont divergé

Par rapport à la période de trois mois ayant pris fin en février 2020, on comptait 60 000 Autochtones en emploi de moins au cours de la période de trois mois ayant pris fin en mai 2020 (tableau 1). Cette situation a fait passer le taux d’emploi des Autochtones vivant hors réserve et dans les provinces de 57,0 % à 50,7 %. L’emploi a ensuite repris partiellement au cours de la période de trois mois ayant pris fin en août 2020, le taux d’emploi atteignant 51,9 %, un niveau encore bien inférieur à celui observé avant la pandémie.

L’ampleur des pertes d’emploi au début de la pandémie chez les personnes non autochtones était semblable, le taux d’emploi passant de 61,2 % avant la pandémie à 54,2 % au cours de la période de trois mois ayant pris fin en mai 2020, avant de rebondir en partie pour se situer à 58,0 % au cours de la période de trois mois ayant pris fin en août 2020.

Ainsi, alors que l’emploi chez les Autochtones et les non-Autochtones a, au départ, diminué dans des proportions semblables, la reprise de l’emploi chez les Autochtones a été plus lente. D’une année à l’autre, le taux d’emploi de juin à août 2020 était en baisse de 6,9 points chez les Autochtones, et de 5,0 points chez les non-Autochtones.



Tableau 1
Caractéristiques du marché du travail selon l’identité autochtone et le sexe, moyennes sur trois mois, décembre 2019 à août 2020, population vivant hors réserve dans les provinces, Canada, données non désaisonnalisées
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Caractéristiques du marché du travail selon l’identité autochtone et le sexe Autochtones et Non-Autochtones, calculées selon en milliers et pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Autochtones Non-Autochtones
Juin à août 2019 Décembre 2019 à février 2020 Mars à mai 2020 Juin à août 2020 Juin à août 2019 Décembre 2019 à février 2020 Mars à mai 2020 Juin à août 2020
15 ans et plus, les deux sexes
en milliers
Emploi 592,5 582,5 522,4 538,3 18 726,9 18 351,7 16 293,4 17 468,7
Chômage 65,5 64,8 104,2 108,5 1 133,0 1 065,4 2 165,8 2 211,6
pourcentage
Taux d'activité 65,3 63,3 60,9 62,4 66,8 64,8 61,4 65,3
Taux de chômage 10,0 10,0 16,6 16,8 5,7 5,5 11,7 11,2
Taux d'emploi 58,8 57,0 50,7 51,9 62,9 61,2 54,2 58,0
15 ans et plus, femmes
en milliers
Emploi 289,9 291,8 263,5 257,8 8 811,5 8 772,2 7 620,7 8 120,7
Chômage 29,9 22,8 41,4 52,2 541,0 451,8 1 013,0 1 100,6
pourcentage
Taux d'activité 61,8 59,9 57,7 58,2 62,1 60,8 56,7 60,5
Taux de chômage 9,4 7,3 13,6 16,8 5,8 4,9 11,7 11,9
Taux d'emploi 56,0 55,6 49,9 48,4 58,5 57,8 50,1 53,2
15 ans et plus, hommes
en milliers
Emploi 302,5 290,7 258,9 280,5 9 915,4 9 579,5 8 672,7 9 348,0
Chômage 35,5 42,0 62,8 56,3 592,0 613,7 1 152,8 1 110,9
pourcentage
Taux d'activité 69,0 66,9 64,2 66,8 71,6 68,9 66,2 70,3
Taux de chômage 10,5 12,6 19,5 16,7 5,6 6,0 11,7 10,6
Taux d'emploi 61,8 58,5 51,7 55,6 67,5 64,7 58,4 62,8

La hausse du chômage chez les Autochtones a été semblable à celle chez les non-Autochtones, mais le taux de départ était plus élevé

Avant la pandémie, le taux de chômage chez les Autochtones était 1,8 fois plus élevé que le taux chez les non-Autochtones, témoignant de disparités de longue date en ce qui a trait aux conditions du marché du travail. Au cours de la période de trois mois ayant pris fin en mai 2020, le taux de chômage a augmenté fortement, autant chez les Autochtones que les non-Autochtones. Il a augmenté de 6,6 points de pourcentage chez les Autochtones vivant hors réserve dans les provinces pour se situer à 16,6 %, et de 6,2 points de pourcentage chez les non-Autochtones pour s’établir à 11,7 % (graphique 1).

Cependant, au cours de la période de trois mois ayant pris fin en août 2020, le taux de chômage a baissé chez les non-Autochtones pour se situer à 11,2 %, mais celui des Autochtones a peu varié, s’établissant à 16,8 %. Il s’agit d’une indication supplémentaire selon laquelle la reprise du marché du travail a été plus lente chez les Autochtones.

Une grande partie de la hausse du chômage chez les Autochtones a été attribuable à la mise à pied temporaire de travailleursNote . La proportion des chômeurs ayant déclaré avoir été temporairement mis à pied a augmenté de 7 % avant la pandémie à 35 % au cours de la période de mars à mai 2020. La proportion a ensuite diminué pour se situer à 17 % pendant la période allant de juin à août. Il s’agit d’un niveau encore beaucoup plus élevé que le niveau habituel. Au cours de la même période en 2019, les mises à pied temporaires ont représenté seulement 3 % de tous les chômeurs. Une tendance semblable a été observée chez les non-Autochtones.

Graphique 1

Tableau de données du graphique 1 
Tableau de données du graphique 1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 1 Date de fin de la moyenne sur trois mois, mai-15, août-15, nov-15, févr-16, mai-16, août-16, nov-16, févr-17, mai-17, août-17, nov-17, févr-18, mai-18, août-18, nov-18, févr-19, mai-19, août-19, nov-19, févr-20, mai-20 et août-20, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Date de fin de la moyenne sur trois mois
mai-15 août-15 nov-15 févr-16 mai-16 août-16 nov-16 févr-17 mai-17 août-17 nov-17 févr-18 mai-18 août-18 nov-18 févr-19 mai-19 août-19 nov-19 févr-20 mai-20 août-20
pourcentage
Autochtones vivant hors réserve 13,0 12,4 12,1 13,1 13,6 12,0 11,1 12,4 12,3 11,3 9,9 10,1 10,3 10,7 9,1 11,0 10,8 10,0 9,1 10,0 16,6 16,8
Population non autochtone 7,0 6,9 6,3 7,2 7,2 6,9 6,2 6,7 6,7 6,3 5,5 5,8 6,0 6,0 5,2 5,7 5,7 5,7 5,1 5,5 11,7 11,2

Les hommes et femmes autochtones ont été également touchés au cours des premiers mois de la pandémie, mais les conditions du marché du travail ont depuis été moins favorables chez les femmes autochtones

Malgré des répercussions sur le marché du travail semblables chez les femmes et les hommes autochtones au cours des trois premiers mois ayant suivi le début de la pandémie, les niveaux d’emploi et de chômage chez les femmes autochtones sont par la suite demeurés plus éloignés de leurs niveaux d’avant la pandémie.

De la période de trois mois ayant pris fin en février 2020 à la période de trois mois ayant pris fin en mai 2020, le taux d’emploi a baissé pour passer de 58,5 % à 51,7 % chez les hommes autochtones, et de 55,6 % à 49,9 % chez les femmes autochtones vivant hors réserve dans les provinces. Parmi les hommes autochtones, l’emploi a ensuite rebondi au cours de la période de trois mois ayant pris fin en août pour atteindre 55,6 %, tandis que le nombre d’hommes en emploi représentait 96,5 % du niveau observé avant la pandémie (graphique 2).

En revanche, le taux d’emploi des femmes autochtones au cours de la période de trois mois ayant pris fin en août a continué à diminuer pour s’établir à 48,4 %, tandis que le nombre de femmes autochtones en emploi représentait 88,4 % du niveau observé avant la pandémie. Les pertes d’emploi d’une année à l’autre ont également été supérieures chez les femmes. Par rapport à la même période en 2019, le taux d’emploi au cours de la période de trois mois ayant pris fin en août 2020 était 7,5 points de pourcentage inférieur chez les femmes, et 6,2 points de pourcentage inférieur chez les hommes.

Les tendances de l’emploi selon le genre pendant la pandémie peuvent être alimentées par les conditions du marché du travail, de même que par la mesure dans laquelle les parents sont actifs sur le marché du travail, alors qu’ils concilient leurs obligations familiales et professionnelles. Bien que le taux d’activité des parents autochtones a baissé pour les hommes et pour les femmes pendant la pandémie, la baisse a été plus prononcée pour les mères autochtones, en partie parce qu’elles sont plus susceptibles d’effectuer du travail non rémunéré, comme les soins aux enfants ou à un membre de la familleNote .

De même, les taux de chômage au cours des trois mois ayant pris fin en mai 2020 ont augmenté de façon importante, dans une proportion semblable chez les deux sexes, augmentant de 6,9 points pour se fixer à 19,5 % chez les hommes, et de 6,3 points pour atteindre 13,6 % chez les femmes. Cependant, le taux de chômage des hommes a baissé de 2,8 points de pourcentage pour se situer à 16,7 % au cours des trois mois suivants (de juin à août), alors qu’il augmentait de 3,2 points chez les femmes pour s’établir à 16,8 %.

Puisque ces tendances ne sont pas désaisonnalisées, elles pourraient en partie refléter des différences quant aux tendances saisonnières de l’emploi entre les femmes et les hommes autochtones. Cependant, la hausse du chômage a aussi été plus élevée chez les femmes d’une année à l’autre. Par rapport à la même période en 2019, le taux de chômage au cours de la période de trois mois ayant pris fin en août 2020 avait augmenté de 7,5 points chez les femmes autochtones, et de 6,2 points chez les hommes autochtones.

Ces tendances sont cohérentes avec les disparités socio-économiques et du marché du travail documentées lors d’études antérieures. Par exemple, des études fondées sur l’Enquête auprès des peuples autochtones (EAPA) de 2017 ont montré que, comparativement aux hommes métis, les femmes métisses qui occupaient un emploi travaillaient moins souvent à temps plein et étaient plus susceptibles de déclarer un revenu familial insuffisant par rapport aux dépenses nécessaires (Hahmann et coll., 2019). De la même manière, les femmes des Premières Nations vivant hors réserve et qui occupaient un emploi étaient plus susceptibles que les hommes de vivre une situation d’insécurité alimentaire et travaillaient plus souvent à temps partiel de façon involontaire ou pour s’occuper d’un membre de la famille (Anderson, 2019).

Graphique 2

Tableau de données du graphique 2 
Tableau de données du graphique 2
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 2 Ratio des niveaux d'emploi (2020), Niveau de mars à mai en pourcentage du niveau de décembre à février et Niveau de juin à août en pourcentage du niveau de décembre à février, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Ratio des niveaux d'emploi (2020)
Niveau de mars à mai en pourcentage du niveau de décembre à février Niveau de juin à août en pourcentage du niveau de décembre à février
pourcentage
Femmes non autochtones 86,9 92,6
Femmes autochtones 90,3 88,4
Hommes non autochtones 90,5 97,6
Hommes autochtones 89,1 96,5

La hausse importante du chômage chez les jeunes autochtones reflète un marché défavorable pour l’emploi d’été

Les jeunes âgés de 15 à 24 ans sont généralement touchés de manière disproportionnée lors de ralentissements économiques, et les tendances en matière d’emploi et de chômage varient davantage chez les jeunes que chez les travailleurs plus âgés (Bernard, 2013). Par exemple, une étude antérieure a montré que les jeunes autochtones âgés de 15 à 24 ans ont été plus touchés par la récession de 2008-2009 que les adultes autochtones âgés de 25 ans ou plus (Moyser, 2017). On observe un résultat semblable pendant la pandémie de COVID-19, ce qui met en évidence les défis auxquels les jeunes autochtones et non autochtones ont fait face sur le marché de l’emploi d’été en 2020.

Le taux de chômage chez les jeunes autochtones vivant hors réserve dans les provinces a atteint 26,0 % au cours de la période de trois mois ayant pris fin en août 2020, une hausse de 11,3 points de pourcentage par rapport à la période correspondante en 2019 (graphique 3). Il s’agissait de la plus importante hausse parmi tous les groupes d’âge. Une tendance similaire a été observée chez les jeunes non autochtones.

De même, au cours de la période de trois mois ayant pris fin en août 2020, le taux d’emploi des jeunes s’est situé à 47,1 %, une baisse de 11 points de pourcentage par rapport au taux de la même période en 2019. À titre de comparaison, le taux d’emploi a diminué de 4,6 points de pourcentage d’une année à l’autre chez les adultes de 25 à 54 ans et de 4,4 points de pourcentage chez ceux de 55 ans et plus.

Graphique 3

Tableau de données du graphique 3 
Tableau de données du graphique 3
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 3 Décembre à février, Mars à mai et Juin à août, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Décembre à février Mars à mai Juin à août
pourcentage
15 ans et plus 10,0 16,6 16,8
De 15 à 24 ans 15,7 26,0 26,0
De 25 à 54 ans 8,2 13,9 13,5
55 ans et plus 10,4 16,9 16,4

Les Autochtones sont surreprésentés dans les professions ayant enregistré les plus importantes baisses d’emploi durant la pandémie

Par rapport à la même période en 2019, l’emploi chez les Autochtones au cours de la période de trois mois ayant pris fin en août 2020 a baissé le plus dans les professions des métiers, transport, machinerie et domaines apparentés (-21 000, ou -16 %), de la vente et des services (-18 200, ou -11 %) et des professions en enseignement, droit et services sociaux, communautaires et gouvernementaux (-12 100, ou -18 %). Ces trois groupes professionnels ont représenté 82 % de l’ensemble des pertes d’emploi d’une année à l’autre chez les Autochtones.

Ensemble, ils représentaient 57 % des travailleurs autochtones et 47 % des travailleurs non autochtones au cours de la période de trois mois ayant pris fin en août 2020 (graphique 4). La baisse de l’emploi dans ces professions explique donc, en partie, pourquoi le ralentissement a davantage touché les Autochtones.

Graphique 4

Tableau de données du graphique 4 
Tableau de données du graphique 4
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 4. Les données sont présentées selon Classification nationale des professions (titres de rangée) et Autochtones vivant hors réserve et population non-autochtone, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Classification nationale des professions Autochtones vivant hors réserve population non-autochtone
pourcentage
0 – Gestion 6,6 9,5
1 – Affaires, finances et administration 15,0 16,7
2 – Sciences naturelles et appliquées et professions apparentées 4,9 9,5
3 – Secteur de la santé 7,2 8,2
4 – Enseignement, droit et sciences sociales, services communautaires et gouvernementaux 10,6 10,9
5 – Arts, culture, sports et loisirs 1,8 2,8
6 – Vente et services 26,4 21,7
7 – Métiers, transport, machinerie et professions apparentées 19,6 14,1
8 – Ressources naturelles, agriculture et connexe 4,2 2,3
9 – Fabrication et services d’utilité publique 3,8 4,4

Résumé

À l’aide des données mensuelles tirées de l’Enquête sur la population active, le présent article a examiné les répercussions de la pandémie de COVID-19 sur le marché du travail chez les Autochtones de mars à août 2020.

Même si les répercussions sur le marché du travail chez les Autochtones et les non-Autochtones ont été semblables au début de la pandémie, la reprise jusqu’à la période de trois mois ayant pris fin en août 2020 a été plus lente chez les Autochtones. Les niveaux d’emploi et de chômage chez les femmes autochtones, tout particulièrement, sont demeurés plus loin des niveaux observés avant la pandémie, comparativement aux hommes autochtones. Les jeunes autochtones et non autochtones ont été plus fortement touchés par rapport aux autres groupes d’âge, ce qui témoigne des défis auxquels les jeunes ont fait face partout au pays sur le marché de l’emploi d’été en 2020.

Les répercussions plus marquées sur le marché du travail chez les Autochtones s’expliquent en partie par leur surreprésentation dans certains groupes de professions, comme les métiers, le transport et la machinerie, ainsi que la vente et les services, groupes dans lesquelles une grande partie des baisses d’emploi ont été observées depuis le début de la pandémie.

Le présent article est le sixième d’une série de diffusions visant à fournir des renseignements sur les défis économiques, sociaux et en santé auxquels les Autochtones font face au cours de la pandémie de COVID-19. Les deux premières diffusions examinaient les vulnérabilités sanitaires et sociales des personnes vivant dans des collectivités rurales, éloignées et nordiques, ainsi que les vulnérabilités face aux répercussions socioéconomiques des personnes qui vivent en milieu urbain. Trois diffusions ont ensuite examiné les répercussions de la pandémie sur les Autochtones ayant pris part aux récentes initiatives de collecte de données par approche participative. Elles mettaient l’accent sur la santé mentale, les vulnérabilités financières et les perceptions à l’égard de la sécurité, autant à la maison qu’en public.

Source de données

L’Enquête sur la population active (EPA) est une enquête mensuelle auprès des ménages réalisée par Statistique Canada. L’EPA a pour objectif de répartir la population en âge de travailler en trois catégories relatives au marché du travail, à savoir celles des personnes occupées, des chômeurs et des inactifs, et de permettre l’analyse des caractéristiques de chacun de ces groupes. À partir de 2004, les questions sur l’identité autochtone ont été posées dans les territoires. Depuis janvier 2007, ces questions sont posées dans les provinces. Les indicateurs du marché du travail pour la population autochtone sont disponibles publiquement depuis l’automne 2008.

Définitions

Personnes en emploi : Nombre de personnes qui, au cours de la semaine de référence, ont fait un travail quelconque contre rémunération ou en vue d’un bénéfice (comprend également le travail familial non rémunéré), ou avaient un emploi, mais n’étaient pas au travail à cause d’une maladie ou d’une incapacité, pour obligations personnelles ou familiales, pour des vacances, par suite d’un conflit de travail ou du fait de tout autre facteur.

Personnes au chômage : Nombre de personnes qui, au cours de la semaine de référence, étaient sans emploi, avaient cherché du travail au cours des quatre dernières semaines et étaient prêtes à travailler. Les personnes mises à pied ou ayant un nouvel emploi devant commencer dans quatre semaines ou moins sont considérées comme étant en chômage.

Le taux d’activité représente le nombre de personnes de la population active (occupées ou en chômage) exprimé en pourcentage de la population de 15 ans et plus.

Le taux de chômage représente le nombre de chômeurs exprimé en pourcentage de la population active.

Le taux d’emploi représente le nombre de personnes occupées exprimé en pourcentage de la population de 15 ans et plus.

Pour plus de renseignements sur les concepts et les définitions, veuillez consulter le Guide de l’Enquête sur la population active (Statistique Canada, 2020).

Limites

Puisque les Autochtones représentent 4,9 % de la population (Recensement, 2016), des données de l’EPA de multiples mois ont été regroupées pour réduire la variabilité d’échantillonnage et améliorer la qualité des données. Dans cet article, des moyennes sur trois mois ont été utilisées pour produire des estimations.

Même si l’EPA produit des données pour les territoires, elle utilise une méthodologie différente. Les estimations pour les territoires ne sont donc pas comprises dans les totaux nationaux publiés chaque mois par Statistique Canada, et sont exclues des estimations présentées dans le présent rapport.

En outre, la population d’Inuits est relativement petite, comptant 65 025 personnes (Recensement, 2016). En 2016, plus de la moitié des Inuits (52,6 %) vivaient au Nunavut ou dans les Territoires du Nord-Ouest. Une grande proportion des Inuits n’est donc pas prise en compte dans la présente analyse et il n’est pas possible de publier des statistiques sur l’emploi propres aux Inuits à partir des données sur lesquelles se fonde la présente analyse.

De plus, l’EPA n’est pas réalisée dans les réserves. C’est pourquoi les estimations fournies dans le présent document ne portent que sur les membres des Premières Nations vivant hors réserve, les Métis et les Inuits vivant dans les provinces. Enfin, un certain nombre de régions éloignées et très rurales dans les provinces étaient exclues de l’échantillon. Elles représentent moins de 1 % de la population canadienne (Guide de l’Enquête sur la population active, 2020).

Références

Anderson, T. 2019. « L’emploi chez les hommes et les femmes des Premières Nations vivant hors réserve », Enquête auprès des peuples autochtones, produit no 89-653-X au catalogue de Statistique Canada, https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/89-653-x/89-653-x2019004-fra.htm.

Arriagada, P., Hahmann, T. et O’Donnell, V. 2020a. « Les Autochtones vivant en milieu urbain : vulnérabilités aux répercussions socioéconomiques de la COVID-19 », StatCan et la COVID-19 : Des données aux connaissances, pour bâtir un Canada meilleur, produit no 45-28-0001 au catalogue de Statistique Canada, https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/45-28-0001/2020001/article/00023-fra.htm.

Arriagada, P., Hahmann, T. et O’Donnell, V. 2020b. « Les Autochtones et la santé mentale durant la pandémie de COVID-19 », StatCan et la COVID-19 : Des données aux connaissances, pour bâtir un Canada meilleur, produit no 45-28-0001 au catalogue de Statistique Canada. https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/45-28-0001/2020001/article/00035-fra.htm.

Arriagada, P., Frank, K., Hahmann, T. et Hou F. 2020c. « Répercussions économiques de la COVID-19 chez les Autochtones », StatCan et la COVID-19 : Des données aux connaissances, pour bâtir un Canada meilleur, produit no 45-28-0001 au catalogue de Statistique Canada. https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/45-28-0001/2020001/article/00052-fra.htm.

Bernard, A. 2013. « La dynamique du chômage chez les jeunes Canadiens », Aperçus économiques, produit no 11-626-X au catalogue de Statistique Canada, https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/11-626-x/11-626-x2013024-fra.htm.

Hahmann, T., Robertson, H. et Badets, N. 2019. « Caractéristiques d’emploi chez les femmes et les hommes métis âgés de 25 à 54 ans au Canada », Enquête auprès des peuples autochtones, produit no 89-653-X au catalogue de Statistique Canada, https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/89-653-x/89-653-x2019002-fra.htm.

Moyser, M. 2017. « Les Autochtones vivant hors réserve et le marché du travail : estimations de l’Enquête sur la population active, 2007-2015 », Série d’analyse de la population active autochtone, produit n° 71-588-X2017001 au catalogue de Statistique Canada, https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/71-588-x/71-588-x2017001-fra.htm.

Statistique Canada. 2020. « Guide de l’Enquête sur la population active, 2020 », produit no 71-543-G au catalogue de Statistique Canada, https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/71-543-g/71-543-g2020001-fra.htm.

Usalcas, J. 2011. « Les Autochtones et le marché du travail : estimations de l’Enquête sur la population active, 2008-2010 », Série d’analyse de la population active autochtone, produit n° 71-588-X2011003 au catalogue de Statistique Canada. https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/71-588-x/71-588-x2011003-fra.htm.

Appendix



Tableau A1
Caractéristiques du marché du travail pour les Premières Nations, les Métis et les non-Autochtones, moyennes sur trois mois, juin à août 2019 et décembre 2019 à août 2020, population vivant hors réserve dans les provinces, Canada, données non désaisonnalisées
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Caractéristiques du marché du travail pour les Premières Nations Juin à août 2019, Décembre 2019 à février 2020, Mars à mai 2020 et Juin à août 2020, calculées selon en milliers et pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Juin à août 2019 Décembre 2019 à février 2020 Mars à mai 2020 Juin à août 2020
15 ans et plus, Premières Nations
en milliers
Emploi 277,6 279,6 257,1 262,5
Chômage 37,6 33,7 51,1 58,9
pourcentage
Taux d'activité 62,1 60,8 59,6 61,2
Taux de chômage 11,9 10,8 16,6 18,3
Taux d'emploi 54,7 54,3 49,7 50,0
15 ans et plus, Métis
en milliers
Emploi 307,1 294,6 261,1 272,1
Chômage 26,4 30,6 51,9 49,7
pourcentage
Taux d'activité 68,5 65,8 62,4 64,5
Taux de chômage 7,9 9,4 16,6 15,4
Taux d'emploi 63,0 59,6 52,0 54,5
15 ans et plus, non-Autochtones
en milliers
Emploi 18 726,9 18 351,7 16 293,4 17 468,7
Chômage 1 133,0 1 065,4 2 165,8 2 211,6
pourcentage
Taux d'activité 66,8 64,8 61,4 65,3
Taux de chômage 5,7 5,5 11,7 11,2
Taux d'emploi 62,9 61,2 54,2 58,0

Tableau A2
Caractéristiques du marché du travail selon l’identité autochtone et le sexe, moyennes sur trois mois, juin à août 2019 et décembre 2019 à août 2020, population vivant hors réserve dans les provinces, Canada, données non désaisonnalisées
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Caractéristiques du marché du travail selon l’identité autochtone et le sexe Autochtones et Non-Autochtones, calculées selon en milliers et pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Autochtones Non-Autochtones
Juin à août 2019 Décembre 2019 à février 2020 Mars à mai 2020 Juin à août 2020 Juin à août 2019 Décembre 2019 à février 2020 Mars à mai 2020 Juin à août 2020
15 à 24 ans, les deux sexes
en milliers
Emploi (en milliers) 129,9 105,5 84,3 104,8 2 670,9 2 294,4 1 695,6 2 244,1
Chômage (en milliers) 22,4 19,6 29,6 36,8 338,6 247,9 586,6 731,6
pourcentage
Taux d'activité 68,1 56,0 51,3 63,7 72,4 60,9 54,6 71,2
Taux de chômage 14,7 15,7 26,0 26,0 11,3 9,8 25,7 24,6
Taux d'emploi 58,1 47,2 38,0 47,1 64,2 54,9 40,6 53,7
25 à 54 ans, les deux sexes
en milliers
Emploi (en milliers) 362,9 374,3 345,9 333,9 12 005,0 11 983,7 10 914,4 11 428,2
Chômage (en milliers) 34,6 33,3 55,9 52,2 599,2 599,9 1 184,6 1 125,2
pourcentage
Taux d'activité 78,3 78,8 77,0 77,4 87,8 87,2 83,7 86,7
Taux de chômage 8,7 8,2 13,9 13,5 4,8 4,8 9,8 9,0
Taux d'emploi 71,5 72,3 66,3 66,9 83,6 83,1 75,5 78,9
55 ans et plus, les deux sexes
en milliers
Emploi (en milliers) 99,6 102,7 92,2 99,7 4 051,0 4 073,6 3 683,4 3 796,4
Chômage (en milliers) 8,5 11,9 18,7 19,5Note E: à utiliser avec prudence 195,2 217,6 394,6 354,7
pourcentage
Taux d'activité 39,1 40,7 38,8 37,8 37,8 37,7 35,7 36,2
Taux de chômage 7,8 10,4 16,9 16,4Note E: à utiliser avec prudence 4,6 5,1 9,7 8,5
Taux d'emploi 36,0 36,5 32,3 31,6 36,1 35,8 32,2 33,1

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :