Logo StatCan et la COVID-19 : Des données aux connaissances, pour bâtir un Canada meilleurDans quelle mesure la COVID-19 pourrait-elle avoir une incidence sur les revenus de la promotion de 2020?

Warning Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

par Marc Frenette, Derek Messacar et Tomasz Handler

La pandémie de COVID-19 a déjà entraîné un ralentissement important de l’activité économique au Canada. Les jeunes sont particulièrement touchés, car le taux de chômage chez les jeunes (âgés de 15 à 24 ans) est passé de 10,3 % en février à un sommet historique mensuel de 29,4 % en maiNote . Pour les diplômés de niveau secondaire et postsecondaire qui prévoient entrer bientôt sur le marché du travail, cette situation pourrait avoir des répercussions importantes sur leurs revenus, tant à court qu’à long terme. Cet article présente des estimations des pertes de revenu cumulatives au cours des cinq premières années suivant l’obtention du diplôme que la promotion de cette année pourrait subir, selon l’ampleur du ralentissement économique. Plus précisément, cinq scénarios liés au taux de chômage chez les jeunes cette année sont examinés : 16,0 %, 19,0 %, 22,0 %, 25,0 % et 28,0 %Note . D’autres facteurs pourraient avoir une incidence sur les revenus des diplômés, mais ces derniers ne sont pas examinés dans cet article. Les pertes de revenu estimées reposent sur l’association historique entre les taux de chômage chez les jeunes au cours de l’année d’obtention du diplôme et les revenus des diplômés au cours des années suivantesNote .

La cohorte des diplômés masculins et féminins des écoles secondaires, des collèges et du baccalauréat pourrait perdre 25 000 $ ou plus au cours des cinq prochaines années si le taux de chômage annuel des jeunes atteint 28,0 % cette année. Les pertes potentielles dans ce scénario varient d’environ 23 000 $ à 44 000 $, selon le sexe et le niveau de scolarité (voir les graphiques 1, 2 et 3).

Bien que ces pertes soient au moins aussi importantes que l’endettement moyen des diplômés postsecondairesNote , elles sont assez faibles comparativement à l’avantage estimé d’obtenir un diplôme d’études postsecondairesNote .

De plus, un taux de chômage annuel des jeunes de 28,0 % serait supérieur au sommet précédent de 19,2 % enregistré en 1983, et ce, de 8,8 points de pourcentage (c.-à-d., de 45,8 %). Si le taux de chômage chez les jeunes cette année correspond plutôt approximativement au sommet historique de 19,0 %, les pertes de revenu seront probablement beaucoup plus modérées. Dans l’ensemble, les pertes potentielles dans ce scénario pourraient varier d’environ 8 000 $ à 15 000 $ (graphiques 1, 2 et 3). Dans un scénario où le marché du travail des jeunes se rétablit très rapidement (c.-à-d. que le taux de chômage chez les jeunes s’établira à 16,0 % cette année), les pertes sur cinq ans pourraient être inférieures à 6 000 $ chez tous les groupes, soit moins de 1 200 $ par année (graphiques 1, 2 et 3).

Les pertes de revenu pourraient être un peu plus élevées chez les femmes que chez les hommes, ainsi que chez les diplômés du secondaire que chez les diplômés postsecondaires. C’est d’autant plus vrai lorsque la valeur en dollars des pertes de revenu est exprimée en termes de proportion des revenus (graphiques 1, 2 et 3).

L’étude examine seulement la partie des pertes de revenu pouvant être attribuable au ralentissement économique provoqué par la COVID-19. Il importe de souligner que le ralentissement du marché du travail engendré par la COVID-19 peut être moins prévisible que les ralentissements économiques traditionnels et, par conséquent, les résultats des diplômés sur le marché du travail peuvent être attribuables à plusieurs facteurs atypiques. Par exemple, des vagues successives du virus de la COVID-19 pourraient dicter la manière dont l’économie se redressera, compte tenu de la possibilité de fermetures subséquentes. De plus, on ne sait pas quand il y aura ou s’il y aura un vaccin ou un traitement efficace et à quel point les entreprises s’adapteront avec efficacité au contexte de la pandémie. Ces facteurs peuvent également influencer les résultats des diplômés, mais aucune démarche n’est faite pour les intégrer à l’analyse.

Graphique 1 Perte de revenu cumulative sur cinq ans suivant l’obtention du diplôme en raison du ralentissement économique (diplômés ayant obtenu un baccalauréat en 2020, selon le sexe)

Tableau de données du graphique 1 
Tableau de données du graphique 1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 1. Les données sont présentées selon Taux de chômage chez les jeunes en 2020 (pourcentage) (titres de rangée) et Hommes et Femmes, calculées selon perte de revenu (en dollars constants de 2016) et perte de revenu (pourcentage) unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Taux de chômage chez les jeunes en 2020 (pourcentage) Hommes Femmes Hommes Femmes
perte de revenu (en dollars constants de 2016) perte de revenu (pourcentage)
16 -3 491 -5 467 -1,45 -2,67
19 -9 590 -15 019 -3,98 -7,32
22 -15 689 -24 570 -6,52 -11,98
25 -21 788 -34 122 -9,05 -16,64
28 -27 887 -43 674 -11,58 -21,30

Graphique 2 Perte de revenu cumulative sur cinq ans suivant l’obtention du diplôme en raison du ralentissement économique (diplômés titulaires d’un certificat ou d’un diplôme collégial en 2020, selon le sexe)

Tableau de données du graphique 2 
Tableau de données du graphique 2
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 2. Les données sont présentées selon Taux de chômage chez les jeunes en 2020 (pourcentage) (titres de rangée) et Hommes et Femmes, calculées selon perte de revenu (en dollars constants de 2016) et perte de revenu (pourcentage) unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Taux de chômage chez les jeunes en 2020 (pourcentage) Hommes Femmes Hommes Femmes
perte de revenu (en dollars constants de 2016) perte de revenu (pourcentage)
16 -3 154 -3 692 -1,86 -2,76
19 -8 665 -10 141 -5,11 -7,59
22 -14 176 -16 591 -8,36 -12,42
25 -19 686 -23 041 -11,62 -17,25
28 -25 197 -29 491 -14,87 -22,08

Graphique 3 Perte de revenu cumulative sur cinq ans suivant l’obtention du diplôme en raison du ralentissement économique (diplômés du secondaire en 2020, selon le sexe)

Tableau de données du graphique 3 
Tableau de données du graphique 3
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 3. Les données sont présentées selon Taux de chômage chez les jeunes en 2020 (pourcentage) (titres de rangée) et Hommes et Femmes, calculées selon perte de revenu (en dollars constants de 2016) et perte de revenu (pourcentage) unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Taux de chômage chez les jeunes en 2020 (pourcentage) Hommes Femmes Hommes Femmes
perte de revenu (en dollars constants de 2016) perte de revenu (pourcentage)
16 -2 987 -2 870 -2,49 -3,12
19 -8 204 -7 883 -6,84 -8,57
22 -13 422 -12 896 -11,18 -14,02
25 -18 640 -17 910 -15,53 -19,48
28 -23 857 -22 923 -19,88 -24,93

Références

Frenette, M., D. Messacar et T. Handler. 2020. « Pertes de revenu potentielles chez les diplômés des écoles secondaires et de niveau postsecondaire en raison du ralentissement économique provoqué par la COVID-19 ». Aperçus économiques. Produit no 11-626-X au catalogue de Statistique Canada. Ottawa : Statistique Canada.

Frenette, M. 2019. Les perspectives de carrière des diplômés de l’enseignement postsecondaire s’améliorent-elles?Direction des études analytiques : documents de recherche. Produit no 11F0019M no 415 au catalogue de Statistique Canada. Ottawa : Statistique Canada.

Date de modification :