Logo StatCan et la COVID-19: Des données aux connaissances, pour bâtir un Canada meilleurFaire tourner l’économie à distance : le potentiel du travail à domicile pendant et après la COVID-19

par Zechuan Deng, René Morissette et Derek Messacar

Les mesures d’éloignement physique prises pour freiner la propagation de la COVID-19 font en sorte que de nombreux Canadiens travaillent à domicile, bon nombre d’entre eux pour la première foisNote . Cette transition soudaine de la manière dont l’économie fonctionne soulève des questions à propos du nombre d’emplois qui peuvent raisonnablement être effectués à distance. Bien que le travail à domicile soit une réponse temporaire à la pandémie pour de nombreuses personnes, pour d’autres, cette transition pourrait servir d’élément déclencheur pour une nouvelle façon de travailler pour des années à venir.

Pour permettre de mieux comprendre cette question importante, le présent article fournit une estimation du nombre d’emplois au Canada qui peuvent vraisemblablement être effectués à domicile dans des circonstances normales, soit la « capacité de télétravail » de l’économie. Cette estimation est ensuite comparée avec l’activité réelle de télétravail déclarée au début de la pandémieNote . Enfin, les types d’emplois qui peuvent être effectués à domicile sont présentés, ainsi que l’endroit où ils se trouvent et les travailleurs qui les occupent.

Dans l’ensemble, environ 4 travailleurs canadiens sur 10 (38,9 %) occupent un emploi qui peut vraisemblablement être exercé à domicile (graphique 1)Note , et selon les données de la Série d’enquêtes sur les perspectives canadiennes de Statistique Canada, recueillies en mars 2020, un pourcentage comparable de travailleurs (39,1 %) faisaient du télétravail au cours de la dernière semaine complète de mars (Statistique Canada, 2020). Pris ensemble, ces résultats semblent indiquer que le marché du travail canadien a répondu très rapidement à la situation liée à la pandémie en augmentant le télétravail jusqu’à sa capacité maximale.

La capacité de télétravail varie grandement d’une industrie à l’autre (graphique 1). La plupart des emplois dans les secteurs de la finance et des assurances (85 %), des services d’enseignement (85 %) et des services professionnels, scientifiques et techniques (84 %) peuvent être exercés à domicile, alors que les emplois dans les secteurs des services d’hébergement et de restauration (6 %) et de l’agriculture, de la foresterie, de la pêche et de la chasse (4 %) n’ont pratiquement aucune capacité de télétravailNote .

La capacité de télétravail varie aussi d’une province à l’autre (graphique 1). Cette constatation est importante, car les mesures prises pour rouvrir l’économie sont propres à chaque province. Trois des six provinces ayant une faible capacité de télétravail ont des parts relativement élevées de travailleurs dans les industries de l’extraction minière et de l’extraction de pétrole et de gaz (c.-à-d. l’Alberta, la Saskatchewan et Terre-Neuve-et-Labrador). Par ailleurs, l’impossibilité d’effectuer du travail à domicile dans l’industrie de l’agriculture pourrait contribuer à la faible capacité de télétravail dans les Prairies et peut-être aussi à l’Île-du-Prince-Édouard.

Graphique 1 Capacité de télétravail en 2019, par province ou industrie

Tableau de données du graphique 1 
Tableau de données du graphique 1
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Tableau de données du graphique 1. Les données sont présentées selon Par province (titres de rangée) et Telework capacity, calculées selon percent unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Par province Capacité de télétravail
pourcentage
Population active entière 38,9
Ontario 41,7
Québec 38,8
Colombie-Britannique 38,6
Nouveau-Brunswick 36,3
Alberta 36,0
Manitoba 34,3
Nouvelle-Écosse 33,8
Saskatchewan 33,2
Île-du-Prince-Édouard 31,3
Terre-Neuve-et-Labrador 31,3
Par industrie
Finance et assurances 85,3
Services d’enseignement 84,6
Services professionnels, scientifiques et techniques 83,9
Industrie de l’information et industrie culturelle 68,5
Administrations publiques 58,2
Commerce de gros 57,3
Services immobiliers et services de location et de location à bail 47,8
Arts, spectacles et loisirs 40,1
Services publics 38,6
Services administratifs, services de soutien, services de gestion des déchets 35,1
Autres services (sauf les administrations publiques) 31,4
Soins de santé et assistance sociale 28,8
Transport et entreposage 24,5
Extraction minière, exploitation en carrière et extraction de pétrole et de gaz 23,9
Commerce de détail 22,0
Fabrication 19,1
Construction 11,1
Services d’hébergement et de restauration 5,6
Agriculture, foresterie, pêche et chasse 3,9

Les travailleurs qui sont financièrement vulnérables semblent présenter les plus faibles capacités de télétravail, y compris ceux qui sont âgés de moins de 25 ans (21 %) et qui possèdent un diplôme d’études secondaires (25 %) ou qui sont sans diplôme d’études secondaires (13 %) (tableau 1). Comme ces caractéristiques sont souvent liées aux travailleurs à faible revenu payés au salaire minimum, la pandémie pourrait réduire les heures de travail davantage chez ces derniers que chez les autres travailleursNote .


Tableau 1
Capacité de télétravail en 2019, selon certaines caractéristiques
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Capacité de télétravail en 2019 Les deux sexes, Femmes et Hommes, calculées selon Capacité de télétravail (pourcentage) unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Les deux sexes Femmes Hommes
capacité de télétravail (pourcentage)
Population active entière 38,9 46,4 32,1
Groupe d’âge
Moins de 25 ans 20,5 23,5 17,5
25 à 34 ans 40,7 48,4 33,5
35 à 44 ans 44,2 52,7 36,4
45 à 54 ans 42,9 50,5 35,8
55 à 64 ans 38,5 48,5 29,8
65 ans et plus 39,6 46,3 35,2
Éducation
Sans diplôme d’études secondaires 12,7 16,8 10,3
Diplôme d’études secondaires 25,0 34,5 18,0
Études postsecondaires partielles 28,1 34,3 22,2
Certificat ou diplôme d’une école de métiers 19,5 34,7 12,8
Diplôme d’études collégiales 39,7 46,5 31,6
Attestation universitaire inférieure au baccalauréat 47,0 51,3 41,7
Baccalauréat ou diplôme supérieur 60,0 60,7 59,2

Conclusion

Environ 4 travailleurs canadiens sur 10 occupent un emploi qui pourrait vraisemblablement être exercé à la maison. Par contre, le pourcentage d’employés qui travaillent habituellement quelques heures prévues à domicile a très peu varié de 2000 à 2018 : il est passé de 10 % en 2000 à 11 % en 2008 (Turcotte, 2010), puis s’est élevé à environ 13 % en 2018 (Statistique Canada, 2018). Ces résultats laissent supposer qu’il y avait une capacité non utilisée dans l’économie pour le télétravail avant le début de la pandémie.

Il importe de mentionner que les chiffres présentés dans cette étude  ne rendent pas compte pleinement de la mesure dans laquelle les travailleurs peuvent participer à l’économie durant la pandémie. Plusieurs travailleurs qui doivent travailler à l’extérieur de leur domicile, soit fournissent des services essentiels, soit détiennent des emplois qui peuvent aller de l’avant avec des mesures appropriées de distanciation physique.

Une question intéressante est la mesure dans laquelle le régime de télétravail persistera en tant que nouvelle norme dans certains secteurs lorsque l’économie sera pleinement rouverte. Une hausse du télétravail est susceptible d’avoir d’importantes répercussions sociales et économiques, y compris une réduction de la congestion routière et de la pollution atmosphérique et peut-être des hausses de l’apprentissage en ligne dans les collèges et les universités. La question de savoir si la croissance du télétravail améliorera la santé mentale des travailleurs, leur conciliation travail-vie personnelle et leur productivité reste à déterminer.

Références

Dingel, J.I., et B. Neiman. 2020. How many jobs can be done at home? NBER Working Paper, no 26948. Cambridge : National Bureau of Economic Research.

Statistique Canada. 2018. Enquête sociale générale de 2016. Ottawa : Statistique Canada.

Statistique Canada. 2020. Série d’enquêtes sur les perspectives canadiennes 1 : Répercussions de la COVID-19 sur la sécurité d’emploi et les finances personnelles, 2020. Le Quotidien. Produit no 11-001-X au catalogue de Statistique Canada. Ottawa : Statistique Canada.

Turcotte, M. 2010. « Le travail à domicile : une mise à jour.» Tendances sociales canadiennes. Produit no 11-008-X au catalogue de Statistique Canada. Ottawa : Statistique Canada.

Date de modification :