Statistique Canada - Statistics Canada
Sauter la barre de navigation principaleSauter la barre de navigation secondaireAccueilEnglishContactez-nousAideRecherche site webSite du Canada
Le quotidienLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAccueil
RecensementLe Canada en statistiquesProfils des communautésNos produits et servicesAutres liens

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

25F0002MIF

 

Division de la fabrication, de la construction et de l'énergie

mcedlogo_plain.jpg (62150 bytes)

L'INDUSTRIE DE L'EXPLOITATION FORESTIÈRE: APPROVISIONNER LES SCIERIES ET LES USINES DE PÂTES ET PAPIERS

par Gilles Simard

Décembre 1999


Introduction

L'histoire du Canada est intimement liée à ses forêts et à leur exploitation. Plus de 45% de sa superficie est recouverte de forêts, soit environ 10% de la couverture végétale mondiale. Le Canada est l'un des principaux producteurs de pâte de bois, de papier journal et de bois d'oeuvre dans le monde. L'exploitation forestière fournit la matière première à deux grandes industries manufacturières qui sont à la base de ces productions: l'industrie des scieries, ateliers de rabotage et usines de bardeaux et l'industrie des pâtes et papiers.

En 1997, la valeur des livraisons de l'industrie de l'exploitation forestière est demeurée à 12,3 milliards de dollars, soit à peu près le même niveau atteint l'année précédente, une légère hausse de 0,1%. Quoique très faible, il s'agit tout de même d'une sixième hausse consécutive. En dollars constants, la valeur des livraisons s'est accrue de 1,0% par rapport à 1996. Comme le montre la Figure 1. Exploitation forestière, valeur des livraisons (1992=100), il s'agit d'un net ralentissement après deux années de forte progression.

En raison de la vigueur de l'économie, l'activité a été soutenue dans la construction domiciliaire(1), autant au Canada qu'aux États-Unis de sorte que l'industrie du bois a crû au rythme de 8,7% en 1997.

Par contre l'industrie des pâtes et papiers a vu la valeur de ses livraisons diminuer de 2,4% par rapport à 1996, en raison d'une baisse de la demande pour ses produits. Cette industrie a été durement touchée par la crise financière survenue en Asie au milieu de l'année 1997.

En conséquence, les prix(2) du bois à pâte ont été inférieurs de 2,8% et, les prix des billes et billots ont diminué de 0,4% par rapport à 1996.


PÉRIODE DIFFICILE POUR LA COLOMBIE-BRITANNIQUE

Les variations provinciales dans la valeur des livraisons sont toutefois plus importantes: l'Ontario a dicté le rythme de croissance avec une hausse de 13,6% de la valeur de ses livraisons; Terre-Neuve affichait une hausse de 11,1% de la valeur de ses livraisons et, les autres provinces ont enregistré des augmentations qui variaient de 0,7% au Nouveau-Brunswick à 6% au Manitoba.

Une seule province affichaient une baisse de la valeur de ses livraisons: la Colombie-Britannique avec 4,5% de baisse. Ainsi, alors que cette province assurait 56,5% des livraisons de billes et billots et de bois à pâte en 1994, elle en fournissait seulement 51,1% en 1997. L'effet combiné de l'augmentation rapide des droits de coupe, les limites imposées par l'entente Canada-États-Unis sur le bois d'oeuvre résineux ainsi que la crise asiatique ont contribué à cette détérioration.

Le Québec et l'Ontario étaient les deux autres grandes régions productrices, représentant 16,7% et 15,2% respectivement, en hausse par rapport à 1996. Ces deux provinces et la Colombie-Britannique assurent 83% des livraisons totales de cette industrie. La Figure 2. Répartition des livraisons par région montre la répartition de la valeur des livraisons par région en 1990 et en 1997.


LES DROITS DE COUPE AUGMENTAIENT SENSIBLEMENT

Le coût total des matières brutes et des fournitures de l'industrie de l'exploitation forestière a augmenté de 2,5% par rapport à l'année précédente pour s'établir à 7,8 milliards de dollars en 1997. Cette augmentation se compare avec celle de 3,5% établie en 1996.

Après avoir diminué pour la première fois en 1996 après plusieurs années de hausses soutenues, les droits de coupe ont augmenté à nouveau en 1997. Les droits de coupe(3) ont progressé de 9,7% pour s'établir à 1,2 milliards de dollars. À toute fin pratique, presque toutes les provinces ont perçu des droits de coupe plus élevés en 1997, à l'exception de la Colombie-Britannique ou ils ont été à peu près stables par rapport à 1996.

Dans le sillage des limites à l'exportation imposées par l'Accord Canada-États-Unis sur le bois d'oeuvre(4) et la crise financière survenue en Asie, le gouvernement de la Colombie-Britannique a subit des pressions intenses afin de venir en aide à l'un de ses secteurs clés. Ainsi, au printemps de 1998, le gouvernement de la Colombie-Britannique annonçait une réduction des droits de coupe de l'ordre de 16%.


PRINCIPAUX PRODUITS LIVRÉS PAR LES EXPLOITANTS FORESTIERS

Les deux principales marchandises livrées par l'industrie de l'exploitation forestière sont les billes et billots ainsi que le bois à pâte. Les scieries, ateliers de rabotage et usines de bardeaux situés au Canada sont les principaux utilisateurs des billes et billots, alors que l'industrie des pâtes et papiers est le principal utilisateur du bois à pâte. En 1997, les billes et billots ont représenté environ 69% de la valeur des livraisons et le bois à pâte, environ 13% (comparativement à 12% en 1996 et 15% en 1995).

Les petits établissements qui ne font pas de déclaration détaillée(5) ont été à l'origine de plus de 44% de l'ensemble des livraisons, soit 5,4 milliards de dollars, la majeure partie de ce montant étant composé des recettes d'entrepreneurs indépendants.


DAVANTAGE DE PRODUCTION…

La majeure partie (plus de 85%) du bois rond(6) récolté au Canada est constituée d'essences de bois résineux telles que l'épinette, le pin et le sapin. Tandis que ces essences sont récoltées dans à peu près toutes les provinces, les essences de bois feuillus sont surtout récoltées dans l'est du pays et très peu en Colombie-Britannique. Les scieries, ateliers de rabotage et usines de bardeaux sont les principaux utilisateurs des billes et billots, alors que l'industrie des pâtes et papiers est le principal utilisateur du bois à pâte.

En 1997, l'exploitation forestière des terres de la Couronne provinciales(7) a représenté près de 80% de la production, le reste étant fourni par les terres privées. Le Canada est un des rares pays dans le monde ou la forêt est en majorité de propriété publique. Le Canada qui possède 10% des forêts de la planète, assure 5% de l'ensemble de la production mondiale de bois rond et le quart de la production nord-américaine.

Les estimations de la production de bois rond ont atteint 187,754 mille mètres cubes en 1997, en hausse de 2,3% par rapport à l'année précédente. Il s'agit d'un retour à la croissance après une année de réduction en 1996. La production de billes et billots a augmenté de 0,7% tandis que celle de bois à pâte affichait une hausse de 12,1%. La Figure 3. Exploitation forestière - Estimations de la production de bois rond montre la tendance des estimations de la production de bois rond depuis 1982.


…MAIS AVEC MOINS D'EFFECTIFS

En 1997, l'effectif total de l'industrie de l'exploitation forestière a diminué de 2,8% par rapport au total révisé de 1996, pour s'établir à 45,501 travailleurs, ce qui constitue une deuxième baisse consécutive. L'effectif total de l'industrie forestière demeure toujours inférieur de 7,5% au sommet de 49,190 travailleurs atteint en 1989.

Pour une troisième année consécutive, les dépenses en immobilisations(8) ont diminué en 1997, passant de 703 millions de dollars à 635 millions de dollars.


EXPLOITATION FORESTIÈRE ET ENVIRONNEMENT

Dans le contexte des discussions à l'échelle mondiale sur la progression de l'effet de serre et le réchauffement de la planète, les canadiens sont de plus en plus conscients de l'importance de leurs forêts.

L'exploitation durable de nos forêts dans le but d'en assurer la pérennité devient une préoccupation de plus en plus présente dans l'opinion publique comme en font foi les manifestations des groupes écologistes, des amérindiens et des habitants des communautés rurales qui vivent de la forêt. Une part croissante des canadiens sont préoccupés par les méthodes d'exploitation de l'industrie de même que par la régénération des ressources forestières.

Selon le dernier inventaire forestier(9) de 1991, le Canada comptait 235 millions d'hectares de terres forestières productives. En 1996, un total de 183 millions de mètres cubes de bois a été récolté sur une possibilité annuelle de coupe de 234 millions de mètres cubes.

À chaque année, l'industrie récolte environ 1% (1,023,440 hectares ou 183 millions de mètres cubes en 1996) du volume total de bois estimé dans les forêts pouvant être exploitées commercialement. Environ 86% de la superficie est récoltée au moyen de coupes à blanc (89% en 1991) et le reste au moyen de coupes de jardinage et d'éclaircies commerciales.

Une superficie de 413,545 hectares a été replantée en 1996, avec 666 millions de semis. Durant la même année, 2,941 millions de dollars ont été dépensés au titre de l'aménagement forestier dont 49% par le gouvernement fédéral et 47% par l'industrie forestière.

Les résultats de l'Enquête sur les dépenses de protection de l'environnement(10) de 1996 révèlent que l'industrie de l'exploitation forestière a dépensé 107 millions de dollars aux fins de la protection de l'environnement dont 63 millions de dollars pour la protection de la faune et de son habitat.


CONCLUSION

En 1997, l'industrie de l'exploitation forestière a connu une croissance très modeste. La vigueur de l'économie américaine a maintenu la demande pour le bois de construction. Par contre, la demande pour la pâte de bois, dont une part significative est exportée vers l'Asie, a souffert de la crise qui a affecté cette partie du monde dans la deuxième moitié de l'année. En 1997, il est devenu de plus en plus évident, surtout en Colombie-Britannique, que les droits de coupe limitaient la compétitivité des entreprises canadiennes dans le contexte nord-américain.


Références

1. Logements mis en chantier et parachevés, Canada, CANSIM, no de matrice 80 et Mises en chantier de logements privés, USA, CANSIM, no de matrice 2541

2.  Prix des matières brutes, CANSIM, no de matrice 1879

3.  Au Canada, les frais que doivent payer les entreprises et les individus pour obtenir le droit de récolter du bois rond sur les terres de la Couronne.

4.  Accord entre le Canada et les États-Unis sur le bois d'oeuvre résineux. En vigueur durant cinq ans à partir du 1er avril 1996.

5.  Ces établissements ne font pas l'objet d'une enquête et ne fournissent donc pas d'information sur les produits fabriqués. Des données financières sommaires sont obtenues de banques de données administratives.

6.  Inclus les billes et billots, le bois à pâte, le bois de chauffage et de foyer et les autres bois industriels.

7.  Terres publiques appartenant aux provinces et louées à long terme.

8.  Dépenses en immobilisations et en réparations, CANSIM no de matrice 3101

9.  Programme National de Données sur les Forêts, Conseil Canadien des Ministres des Forêts

10.  Econnexions, pour lier l'environnement et l'économie, Division des comptes et de la statistique de l'environnement, Statistique Canada


Cet article a été rédigé par Gilles Simard.  Gilles est économist à Statistique Canada et travaille à la Division de la fabrication, de la construction et de l'énergie.

Pour de plus amples renseignements sur le secteur de la fabrication au Canada, veuillez consulter les publications Industries manufacturières du Canada : niveaux national et provincial (no 31-203-XPB au catalogue), édition annuelle disponible au coût de 68 $ le numéro au Canada et de 68 $ US à l’extérieur du Canada, et Produits livrés par les fabricants canadiens (no 31-211-XCB au catalogue), édition annuelle disponible au coût de 403 $ le numéro au Canada et de 403 $ US à l’extérieur du Canada. Vous pouvez commander ces produits et d’autres publications de Statistique Canada par téléphone au 1 800 267-6677, par télécopieur au 1 800 889-9734 ou par Internet.

Pour plus de renseignements sur les données ou les séries chronologiques du secteur de la fabrication, veuillez communiquer avec la Sous-section de la divulgation et de la diffusion, Division de la fabrication, de la construction et de l’énergie, au (613) 951-9497 ou par Internet à l’adresse suivante : manufact@statcan.gc.ca.  Pour les renseignements de la Division du commerce international téléphoner 1-800-294-5583 ou par Internet:  trade@statcan.gc.ca.



Page d'accueil | Recherche | Contactez-nous | English Haut de la page
Date de modification : 2002-05-07 Avis importants